Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 01:16

 

 

Le cerveau khoroto se caractérise par l'atrophie du Cortex, et une proéminance du réptilien et du limbique. On peut le vérifier par le comportement grégaire dans nos sociétés où l'individu n'existe pas en tant que tel. La notion de régression ''féconde'' en est une preuve supplémentaire de cette prédominance du limbique. L'aplaventrisme et la reptation de ceux qualifiés de tubes digestifs sont également très répandus; ce qui reflète la persistance de l'esprit réptiien.

 

juillet 5th, 2010 at 14:24

Posted by nourrir.linterieur in Psychologie
3cerveaux1.jpg

Le cerveau est en quelque sorte le quartier général, le siège social de l’organisme. C’est là que remontent l’essentiel des informations utiles à la gestion de l’individu, c’est là que se prennent les décisions stratégiques.

Le cerveau est composé de correspondant à la fois à des étapes de l’ évolution, et à des niveaux d’organisation spécifiques. On appelle ces trois « cerveaux » :

- le reptilien, le limbique et le néotique.

Au cerveau reptilien est dévolue la gestion des fonctions physiologiques, comme par exemple la respiration, la circulation sanguine, la fonction hépatique ou la digestion.
Il fait son travail discrètement, sans «en parler à personne », c’est-à-dire sans que l’on en ait conscience, sauf lorsqu’il lui faut une intervention extérieure: il exprime alors quatre besoins physiologiques vitaux: boire, manger, dormir et faire l’amour.
Le cerveau reptilien est aussi à l’origine de nos réactions face aux agressions, c’est lui qui déclenche, en cas de besoin, les « états d’urgence de l’instinct» que Laborit a découverts et répertoriés, à savoir la peur, la colère et l’abattement.

Le cerveau limbique gère quant à lui les programmes AUTOMATIQUES de comportement. C’est grâce à lui qu’on peut parler, marcher sans avoir besoin d’y réfléchir, descendre un escalier, conduire une voiture tout en écoutant de la musique.
Grâce à sa capacité d’enregistrer et de reproduire automatiquement des attitudes ou des comportements, des mouvements, des actes et même des pensées, il permet l’apprentissage de toutes les techniques.
Il est programmé soit par la génétique, soit par le dressage et l’apprentissage qui peuvent être volontaires ou involontaires, conscients ou inconscients, et qui vont induire des réactions réflexes dans certaines situations (conditionnements).

Cette partie de notre cerveau est commune à la plupart des espèces animales qui, elles, n’ont pas d’autre cerveau pour réfléchir.

Mais l’être humain, lui, n’est pas obligé de suivre ces instincts «animaux» qui poussent à se rassembler, à se mesurer et à se ressembler; il a accès à d’autres moyens pour définir sa voie, en l’occurrence la réflexion intelligente qui se développe dans le néo-cortex.
C’est dans la partie néocorticale de notre cerveau, et en particulier la partie préfrontale de ce néocortex, que se développe notre aptitude à raisonner, à calculer, à dessiner, à faire de la poésie ou de la musique, à chercher notre destinée.

Si le limbique fait la part la plus belle au groupe, le néotique ( de néocortex ) donne de l’importance à l’individu, au «je », c’est le siège de la personnalité.

Pour faire référence au schéma de Freud, le néocortex pourrait représenter le moi, le limbique le surmoi, et le reptilien le ça.

La capacité d’analyse du néocortex est considérable. Sa finalité principale semble être la découverte de nouveaux territoires, qui donne à l ‘homme sa curiosité sans cesse exacerbée d’en savoir toujours plus sur ce qui se passe là-bas, là où l’on ne voit rien encore.
C’est par le néocortex que le dessein et le destin de l’homme et de l’humanité commencent à se préciser.

Chacun de ces trois cerveaux a sa place, chacun est essentiel au bon fonctionnement de l’homme, et donc à son bonheur:

le reptilien est responsable de la surveillance et de la gestion de la physiologie organique,

le limbique de la conservation de l’espèce et de l’individu, des automatismes.

le néotique étant la source du progrès et donc de l’évolution.

Il ne semble pas y avoir de réelle hiérarchie entre eux; ils sont destinés à fonctionner ensemble, probablement de façon collégiale.
Pour optimiser le fonctionnement de sa « merveilleuse machine », l’homme doit dépasser ses réactions instinctives ou conditionnées pour laisser la place à la réflexion chaque fois qu’il lui est possible de le faire.
“Quand les trois cerveaux sont en HARMONIE, quand chacun fait son travail, la conscience est en
éveil, c’est ce que nous pourrions appeler le bonheur.”

Repost 0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 01:36

 

L'Expression

LE CINQUANTENAIRE DES ACCORDS D'ÉVIAN SERA CÉLÉBRÉ DANS QUELQUES JOURS

19 mars: l'oubli impardonnable

Par
Krim Belkacem, à la tête de la délégation algérienne, prononçant une allocution à l'aéroport de GenèveKrim Belkacem, à la tête de la délégation algérienne, prononçant une allocution à l'aéroport de Genève

On ne sent pas cette fièvre des préparatifs pour un événement exceptionnel.

Dans un peu plus de quinze jours, l'Algérie célébrera le cinquantième anniversaire des Accords d'Evian, du 19 mars 1962, baptisé officiellement Journée de la Victoire. Un moment historique qu'on ne saurait occulter du fait que cette date constitue une étape qui a permis l'avènement du 5 Juillet, c'est-à-dire l'Indépendance nationale.
Ce 19 mars a été donc l'aboutissement de plus de sept années de guerre, le sacre de la Révolution. C'est en ce jour qua été signé le cessez-le-feu. Krim Belkacem avait apposé, seul, sa signature -compliquée disait-on- face à celles des trois autres représentants de la France. On ne saurait d'ailleurs rendre suffisamment hommage à cet homme exceptionnel qui avait déjà commencé la guerre contre la France en 1947! Tout autant que les autres martyrs, pour dire que cette date n'est pas un simple fait d'armes de notre Histoire. Il y a quelques années déjà, nombreux étaient les hommes politiques et historiques à revendiquer que cette date soit chômée et payée. Seulement voilà, à la veille de cette date-repère, on ne voit rien venir. On ne sent pas cette fièvre de préparatifs pour un événement exceptionnel. Ni conférence de presse, ni programme télé, ni débats. Il y a comme une volonté de ne pas faire grand, voire de passer sous silence ce repère historique.
Combien de jeunes Algériens aujourd'hui connaissent-ils la Déclaration du 1e Novembre 1954, combien de jeunes Algériens saisissent-ils la signification du Congrès de la Soummam, du 20 Août 1956 et tant d'autres évènements fondateurs de notre Histoire, de notre état? Au début de cette année, il a été décidé de charger la ministre de la Culture, Khalida Toumi, d'organiser ce cinquantenaire, de lui donner, entre autres festivités, la place qui lui convient. Un budget a même été dégagé lors d'un Conseil des ministres. Mais depuis, rien n'a filtré sur la suite réservée à cette célébration. Cette façon de chuchoter l'Histoire, ne rend pas service à l'Histoire. Mais cela renseigne sur les tiraillements qui sous-tendent cet événement fondateur. A l'évidence, on ne peut pas fêter cet événement sans s'arrêter sur le sort du projet national, sans faire le bilan de la gestion de toute une génération. Ou alors faut-il réinventer les mythes de l'Algérie et rebâtir une nouvelle légitimité autre que celle de l'Histoire et de la Révolution?
En attendant, il y a donc comme une léthargie de la société, de l'Université, des organisations sociales, des anciens moudjahidine, les médias publics et privés... Mais cette histoire est partagée. En face, il y a la France, elle en fait partie. Interrogé sur la question, l'ambassadeur de France à Alger Xavier Driencourt, a affirmé que cet anniversaire est une fête algérienne et que son pays n'y prendra part que si il est invité. Au même moment, la France bouillonne.
L'ambiance tranche avec la morosité d'Alger. Et pourtant! Jean-Pierre Chevènement, président de l'Association France-Algérie, a estimé, il y a quelques jours à Tlemcen, que le cinquantenaire du recouvrement de l'indépendance de l'Algérie peut être un «tremplin pour développer des relations profondes entre les deux pays qui peuvent aller très loin ensemble».
Des colloques, des forums, des rencontres-débats, des témoignages, des films de programmes spéciaux. C'est TV5 Monde qui a donné le «la» de ces festivités, cette semaine, au vu et au su de la Télévision algérienne. A la faveur de la célébration du 50e anniversaire de l'Indépendance nationale, la chaîne française TV5Monde propose tout au long de l'année 2012, une programmation spéciale Algérie sur tous les signaux: documentaires, fictions, cinéma, musiques, ainsi que des émissions sur la guerre de Libération nationale. TV5 Monde n'est pas la seule à s'y mettre.
Plusieurs personnalités en France se sont mobilisées pour la réussite de l'année du cinquantenaire de l'Indépendance de l'Algérie. Intellectuels, journalistes, acteurs politiques sont au front de la «Fraternité» entre la France et l' Algérie. Dans ce contexte, la préparation de la 4e édition du Festival des droits humains et des cultures du monde de l'Haÿ-les-Roses (Ile-de-France) bat son plein sous le thème «L'Algérie aux couleurs de la fraternité».
A la tête de ces personnalités se trouvent l'écrivain, economiste et conseiller d'Etat honoraire Jacques Attali et la journaliste Flaurence Aubenas. On compte aussi des personnalités politiques telles que le maire de Paris, Bertrand Delanoë, Harlem Désir, député PS au Parlement européen, et Lionel Jospin, ancien Premier ministre. L'Algérie a encore trois mois pour faire de cette date un événement grandiose qui culminera avec une fête mémorable, la nuit du 4 Juillet 2012. Encore faut-il s'y mettre!

Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 01:31
Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 08:42

 

Dilem du 29 Février 2012

Repost 0
29 février 2012 3 29 /02 /février /2012 00:25

 

 

''Un pays qui s'arabise, se ruine !''

 

 

 

 

Radar Mardi, 28 Février 2012 10:00

Ghannouchi renvoie l’ascenseur à ses soutiens du Golfe

Le palais de Carthage pour la première dame du Qatar

Par : Rubrique Radar

La première dame du Qatar, Cheikha Mozah Bent Nasser El-Missned, va acquérir le palais présidentiel que l’ex-président Ben Ali et Leïla, son épouse, affectionnaient. Un bijou, les pieds dans l’eau à Sidi-Boussaïd, le “Neuilly” de Tunis. L’opération se fera au nom du raclage des fonds des trésors nationaux “pour relancer” l’économie très mal au point ! Tous les palais présidentiels, à l’exception de celui de Carthage, occupé par le président Moncef Marzouki, sont versés aux Domaines de l'État qui les vendra et les revenus seront destinés à la création d’emplois.
Le Qatar est le premier à se servir, certainement pour son rôle de sous-main dans la récupération du Printemps arabe par les islamistes. Ghannouchi, rentré d’exil, devait tout de suite faire un périple dans les pays du Golfe, après s’être longuement entretenu avec cheikh Hamad Ben Khalifa El-Thani, l’émir du Qatar. Tous les monarques de la région seront servis. La banque tunisienne Zitouna est ainsi vendue à la Banque islamique de l'Arabie Saoudite où Ben Ali et Leïla se la coulent douce… Retour de l’ascenseur.

 

 

 

TSA

Coup d’envoi de la réalisation du projet

Près d’un milliard d’euros pour la Grande mosquée d’Alger

 

Le contrat de démarrage des travaux de réalisation de la Grande mosquée d'Alger a été signé ce mardi 28 février à Alger entre l'Agence nationale de réalisation et de gestion de la mosquée d'Alger (Anagerma) et la société chinoise China State Construction Engineering Corporation (CSCEC). Selon les termes de ce contrat, ce mégaprojet est doté d’un budget d'environ un milliard d'euros alors que le délai de réalisation est fixé à 42 mois, soit 3 ans et 6 mois.

L’édifice comprend douze bâtiments indépendants, disposés sur un terrain d’environ 20 hectares avec une surface brute de plus de 400 000 m2, à Mohammadia à l’est de la capitale, en face de la baie d’Alger. Outre la mosquée et son esplanade, qui pourront accueillir 120 000 fidèles, le contrat prévoit aussi la réalisation, entre autres, d’un minaret de 300 mètres de hauteur.
Le groupe public chinois de construction était en concurrence pour ce projet avec le groupement algéro‑espagnol constitué par Cosider (groupe public algérien), ETRHB (groupe privé algérien) et FCC Construction (groupe espagnol) ainsi que le groupement italo‑libanais composé d’Astaldi (Italie) et ACC (Liban). Le groupe algéro‑espagnol n’a pas pu décrocher le contrat en raison notamment de la crise financière qui a quelque peu fragilisé l’économie ibérique.

Ils exigent la réouverture des débits de boissons alcoolisées fermés par le wali

Béjaïa : sit-in des commerçants de boissons alcoolisées devant la wilaya

Les gérants de débits de boissons alcoolisées de la wilaya de Béjaïa, constitués en association d’hôtellerie touristique en octobre passé, sont revenus à la charge en observant, aujourd’hui, mardi 28 février, dès 8 h du matin, un rassemblement devant le siège de la wilaya. Ils exigent la réouverture des débits de boissons alcoolisées « fermés arbitrairement » par la wilaya. Quelque 488 débits de boissons alcoolisés, selon les membres de l’association, sont inscrits au registre de commerce, et plus de 200 ont été fermés sur décision de la wilaya, depuis octobre 2011, pour « défaut d’autorisation d’exploitation ». C’est d’ailleurs pour faire face à cette vague de fermetures que les opérateurs dans le domaine des boissons alcoolisées de la wilaya de Béjaïa ont décidé de se constituer en association pour défendre leurs intérêts.
Selon les membres de l’association d’hôtellerie touristique de la wilaya de Béjaïa, les débits de boissons alcoolisées sont régis depuis 1994 par un arrêté du wali no 1064/CAB 94 qui les dispense de la licence d’exploitation. Une activité, précise‑t‑on, exercée depuis sur simple registre de commerce. Depuis la création de l’association, l’administration de la wilaya a cessé de procéder à d’autres fermetures de débits de boissons alcoolisées. Mais les exploitants de cette activité commerciale ne se contentent pas de cette demi‑victoire. Ils posent aujourd’hui le problème des commerces fermés antérieurement à la création de l’association et exigent leur réouverture. « On a toujours exercé dans la légalité sans aucun problème », clament‑ils avec force.
Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 22:14

 

 

Liberté

 

ActualitéLundi, 27 Février 2012

Ils représentent le plus fort taux de chômage à Montréal

Comment recruter les Maghrébins

 

Par : YAHIA ARKAT

Les Maghrébins établis au Canada constituent, numériquement, une communauté importante. Mais, ils sont frappés de plein fouet par le chômage. À Montréal, la palme revient aux Maghrébins en termes de chômage.

C’est dans le but d'apporter des solutions à cette situation qui empêche l’intégration par l’emploi que des leaders de notre communauté ont organisé, samedi à HEC de Montréal, une rencontre avec des représentants de la ville de Montréal et de la société publique Hydro-Québec, deux gros employeurs avec quelque 50 000 employés. Initiée par Belkacem Rahmani, chargé de cours à HEC de Montréal et très actif dans le mouvement associatif, la rencontre a permis aux participants de cerner les problèmes que rencontrent les nouveaux arrivants dans leurs démarches de recherche d’emploi, notamment dans la grande région métropolitaine. Intervenant en premier, Stéphane Patry, conseiller principal à la ville de Montréal, a présenté la politique suivie par son administration en matière d'égalité des chances dans l’accès à l’emploi. Les administrations et les entreprises publiques et parapubliques étant soumises à la loi sur l’accès à l’égalité en emploi, la ville de Montréal se devait donc de réserver dans sa politique de recrutements un pourcentage à puiser dans les cinq catégories ciblées par la loi : les minorités ethniques, les minorités visibles, les femmes, les handicapés et les autochtones. À titre indicatif, en 2010, plus de la moitié des nouveaux employés (54,6%) à la ville de Montréal appartenaient à des groupes visés par la loi en question, selon un bilan présenté par le conférencier. Même si M. Patry s’est enorgueilli des efforts de la ville de Montréal pour refléter la diversité de la population active parmi ses effectifs, en offrant des chances égales à tous, ce n’est pas du tout l’avis que partagent les intervenants parmi nos compatriotes. Ces derniers ont soulevé les difficultés d'insertion des immigrants issus de la communauté maghrébine. La représentante de l'Espace féminin arabe a remué le couteau dans la plaie en rappelant ses propres péripéties dans sa recherche d’emploi. Une recherche qui n’a pas abouti, bien entendu. Une autre intervenante, ingénieur de son état, a dû se réorienter, en suivant une formation concernant la petite enfance. Depuis 2003 qu’elle postule à la ville de Montréal, elle n'a jamais été convoquée à une entrevue de sélection. D'autres expériences ont été présentées au cours de la rencontre. Hydro-Québec, producteur et distributeur d’électricité, a pratiquement suivi la même politique que l'administration de la ville. Pourtant les Maghrébins ne se font pas recruter par fournées. Le Réseau des services spécialisés de main-d'œuvre (RSSMO) a présenté une étude sur l’intégration en emploi des personnes immigrantes. L’étude s’est intéressée aux services offerts aux immigrants dans les organismes communautaires, avant d’établir des constats qui ont servi de base pour suggérer des pistes de solutions sous forme de recommandations. L’une des recommandations reste le réseautage. Au Québec, le réseautage professionnel constitue l’antichambre d’un emploi. D’autres participants ont mis l’accent sur la nécessité d’une politique volontariste auprès des communautés sous-représentées à l’emploi. L’institution d'un guichet unique peut constituer un début de solution. C'est ce qu'a fait à partir de janvier la ville de Montréal en centralisant le recrutement. Dans sa stratégie d’attraction en matière d'emploi, l'administration de la métropole a arrêté quelque 300 mesures pour faciliter l’égalité des chances dans le travail, assorties d’un programme de parrainage professionnel.


Y. A.

Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 21:47

 

C'est donnant donnant ! Que l'Algérie accorde un statut de large Autonomie à la Kabylie, et le Maroc pour le Sahara Occidental, et c'est toute l'Afrique du Nord qui gagne. Cela épargnerait des milliards de dollars engloutis déjà dans ce conflit qui dure depuis 1975 ! C'est aussi la voie royale pour une intégration économique de la région, et la prévention des conflits qui risquent d'embraser ces pays. Cette reconnaissance de la Kabylie et du Sahara sera un bon début pour bâtir une Fédération Nord-Africaine plurielle basée sur les régions autonomes; ce qui préviendra bien d'autres conflits potentiels avec les Touaregs, les Mozabites, les Chaouis ou les Rifains

 

 

 

 

ActualitéLundi, 27 Février 2012

Elle l’a déclaré hier à Rabat

Hillary Clinton : l’autonomie du Sahara est une proposition “réaliste”

Par : Mohamed-Chérif LACHICHI

Elle a souligné que cette initiative était de nature à permettre aux Sahraouis de gérer leurs affaires par eux-mêmes, mais n’a soufflé mot sur l’appel que lui avait lancé, la veille, le Premier ministre sahraoui.

Au terme de sa tournée au Maghreb et après l’escale algérienne, la secrétaire d’État américaine, Hillary Clinton, a été accueillie, samedi soir, à l’aéroport de Rabat-Salé, par le ministre délégué aux Affaires étrangères et de la Coopération, Youssef Amrani, ainsi que par l’ambassadeur des États-Unis au Maroc, Samuel Kaplan. En réalité, cette visite de deux jours dans le royaume est, pour Hillary Clinton, un énième retour dans un pays qu’elle connaît bien et dont on dit qu’elle serait éprise. Sa dernière visite officielle au Maroc remonte à novembre 2009. C’était sa première visite dans la région en sa qualité de secrétaire d’État. L’accueil que lui ont réservé, cette fois, les Marocains a porté essentiellement sur deux étapes.
La troisième étape, une réunion avec des représentants de la société civile marocaine ayant été purement et simplement annulée sans aucune forme d’explication. L’association américaine, Human Rights Watch, avait saisi l’occasion de cette visite pour appeler la secrétaire d’État à faire des pressions sur le nouveau Chef du gouvernement marocain, l’islamiste Abdelilah Benkirane, et à exhorter notamment les autorités marocaines à libérer Rachid Nini, un journaliste qui purge actuellement une peine d’une année de prison ferme pour ses écrits critiques. Elle a, donc, d’abord, été reçue par Tayeb Fassi Fihri, conseiller du roi Mohammed VI, et en l’absence de ce dernier qui serait, dit-on, en voyage aux… États-Unis. Cet entretien avec un membre éminent de la Task Force royale s’est déroulé en présence du secrétaire d’État adjoint pour le Proche-Orient, Jeffrey Feltman. Ceci, pour la première partie. Après, c’était le tour de Saâd Eddine El-Othmani, le nouveau ministre islamiste des Affaires étrangères, tout auréolé de ses “exploits” en terre algérienne et de sa proposition courageuse de supprimer le mot “arabe” de l’UMA, de recevoir son homologue US pour un long entretien suivi d’un déjeuner de travail.
Il s’agit du premier entretien officiel entre la secrétaire d’État américaine et un membre du gouvernement de l’islamiste Abdelilah Benkirane, leader du Parti justice et développement (PJD), entré en fonction début janvier, après sa victoire aux élections législatives saluée du reste par Mme Clinton qui avait alors offert l’aide des États-Unis au nouveau Parlement marocain. À cette même période, le Maroc faisait son entrée en qualité de membre non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU pour une période de deux ans.
“Les États-Unis d’Amérique soutiennent les efforts visant à trouver une solution mutuellement acceptable à la question du Sahara”, a indiqué ensuite Hillary Clinton qui, après le repas, a mis les pieds dans le “tajine”. Lors d’un point de presse à l’issue de ses entretiens avec les officiels marocains, la secrétaire d’État US a qualifié l’initiative d’autonomie du Sahara Occidental présentée par le Maroc de “sérieuse, réaliste et crédible”, soulignant que cette initiative est de nature à permettre aux Sahraouis de gérer leurs affaires par eux-mêmes. La veille, le Premier ministre sahraoui, Abdelkader Taleb Omar, avait lancé, pour sa part, à partir des camps des réfugiés de Tindouf, un appel à Hillary Clinton, pour prendre conscience du problème sahraoui et à respecter les résolutions des Nations unies. De la légalité internationale, la secrétaire d’État n’en a soufflé mot. Elle semble plutôt avoir choisi son camp en faveur des positions marocaines. Et, semble-t-il, elle ne serait pas la seule. En effet, pour certains observateurs avertis, l’internationale islamiste va peser de tout son poids en faveur du Maroc. “Avec un nouveau gouvernement islamiste marocain résolument attaché à la ‘marocanité’ du Sahara et déjà très motivé par ses premières prouesses diplomatiques, il y a tout lieu de craindre un basculement en faveur des thèses marocaines qui, désormais, ont le vent en poupe à la faveur de ce que certains s’autorisent à appeler Printemps arabe”, nous explique une source diplomatique très au fait de ce dossier.


M-C L

Repost 0
27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 21:37

 

TSA

 

Levée de l’état d’urgence en Algérie

Un trompe-l’œil, selon le Réseau euro-méditerranéen des droits de l'Homme

Rien n'a changé en Algérie en matière de respect des droits de l'Homme et des libertés fondamentales après la levée de l'état d'urgence, indique, ce lundi 27 février, le Réseau euro‑méditerranéen des droits de l'Homme (Remdh), dans un rapport d'une quarantaine de pages intitulé "La levée de l'état d'urgence : un trompe‑l’œil".

« La levée de l’état d’urgence n’est qu’un trompe‑l’œil derrière lequel les entraves à l’exercice des libertés publiques et individuelles ainsi que les violations des droits de l’Homme se sont aggravées », affirment les auteurs du rapport. La suppression de cette mesure exceptionnelle, intervenue le 24 février 2011, n'a pas permis aux Algériens de reconquérir l'espace public et d'exercer librement leurs activités associatives ou syndicales, rappellent‑ils. Selon eux, « la plupart des dispositions de l’état d’urgence ont en réalité été intégrées dans la législation ordinaire ».
Pour expliquer ce constat, les rédacteurs du rapport reviennent sur les obstacles mis en place par l'administration pour entraver le travail des organisations. Ils citent, par exemple, le refus d'enregistrement des associations et syndicats mais aussi les entraves aux libertés de réunion et de manifestation ou encore le harcèlement et les poursuites contre les militants des droits de l'Homme. Les textes proposés puis adoptés dans le cadre du processus de réformes politiques du président de la République ? Une pure et simple contradiction avec « la volonté d’ouverture démocratique annoncée », estiment‑ils. « Les différentes lois promulguées en janvier 2012 (...) viennent restreindre encore plus l’exercice des libertés », insistent‑ils.
Les auteurs du rapport formulent aussi un certains nombre de recommandations pour l’État algérien ainsi que pour l'Union européenne (UE). Au premier, ils demandent « une révision générale du cadre juridique et administratif de son action, afin de permettre l’expression pleine et entière des libertés ». Le gouvernement algérien devrait, selon eux, agir en conformité avec les textes internationaux ratifiés relatifs aux droits de l’homme et abroger la nouvelle loi relative aux associations. Au deuxième, ils demandent, entre autres, de prendre des positions claires et fermes par rapport à la dégradation de la situation des droits de l'Homme en Algérie, de mettre en œuvre l'article deux de l'Accord d'association relatif au respect des principes démocratiques, d'augmenter les financements et de continuer à soutenir la société civile.
Repost 0
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:39

 

 

 

 

RadarDimanche, 26 Février 2012

Opération réalisée avec succès à Annaba

Séparation des doigts de la main d’un enfant

Par : Rubrique Radar

Une opération chirurgicale pointue consistant à séparer les doigts de la main d’un enfant a été effectuée avec succès samedi au service d’orthopédie du CHU d’Annaba, en marge des journées médicales internationales d’orthopédie pédiatrique. Âgé de 9 ans, le patient opéré, souffrant d’une malformation congénitale à l’origine de cette maladie appelée syndactylie, a vu ce “problème corrigé grâce à l’utilisation de techniques chirurgicales propres à ce type d’intervention”, a précisé le Dr Rabah Attia, chirurgien des os au CHU Ibn-Rochd. Cette intervention, exécutée par une équipe de médecins spécialisés dans la chirurgie des os chez l’enfant, des CHU d’Annaba et de Rouen (France), a été suivie par un nombre important de médecins assistants et de résidents dans le cadre de la formation continue. Les malformations congénitales liées aux organes supérieurs de l’enfant représentent 5% des cas qui demandent annuellement une prise en charge chirurgicale au service d’orthopédie de l’hôpital Ibn-Rochd d’Annaba.

 

 

Espérant que cette prouesse médicale permettra de traiter le bicéphalisme qui ronge le régime algérien. Certains sont tiraillés entre l'Orient et l'Occident, et ne sont jamais eux-mêmes.

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Santé en Algérie
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:27

 

El Watan (le 24.02.12)

Plus de traces de notre phoque moine

 

 

 

 

Le phoque moine a-t-il complètement disparu des côtes algériennes ? Il faut croire que oui.

Plus de traces de ce mammifère marin à la frimousse sympathique appelé Benamri. Il a déserté les côtes algériennes et celles de toute la Méditerranée occidentale où il était très répandu avant l’explosion du tourisme balnéaire et ses corollaires le bétonnage du rivage qui l’a chassé des plages où il se reproduisait, et les dérangements en tous genres qui l’ont fait fuir des grottes où il a pu trouver refuge avant de disparaître définitivement. Animal très attachant lorsqu’il est dans son élément naturel l’eau, il se méfie farouchement de l’homme qui l’a pourchassé pendant des siècles parce qu’il fait fuir le poisson dont il se nourrit, jusqu’à 10% de son poids quotidiennement, ou qu’il abîme les filets. On ne l’a pas revu depuis le milieu des années 1980. Avant cela, on pouvait l’apercevoir sans difficulté dans l’eau ou juché sur un rocher sur les côtes oranaises ou d’El Kala qui alternent plages de sable et criques rocheuses.

Danger critique

Il était connu des pêcheurs qui rapportent des tas d’histoires sur cet animal déjà bien présent dans la mythologie grecque et sur les fresques romaines. En fait, le phoque moine est l’emblème de la Méditerranée. Mais peut-il l’être encore ?
Le phoque moine de Méditerranée (Monachus monachus) est, avec celui de Jamaïque et d’Hawaï, le seul à vivre dans les eaux tropicales. Tous les autres sont liés aux eaux polaires. Le dernier individu de phoque moine de Jamaïque, espèce découverte en 1494 par Christophe Colomb, s’est éteint en 1941. Il reste moins de 3000 phoques moines d’Hawaï et en Méditerranée moins de 150 individus de Monachus monachus dans des réserves marines hautement surveillées en Grèce et en Turquie.

Pendant l’été 2006, des équipes de chercheurs de l’université d’Oran aidées par des associations l’ont recherché pendant 50 jours entre Beni Saf et Ténès. Aucune trace. A El Kala où on le disait commun parce qu’il pouvait se réfugier dans les Îles de la Galite (Tunisie), on ne raconte plus ses rencontres toujours fantastiques. Avec le gorille de montagne, le bonobo, la chauve-souris, le bélouga, le panda géant, l’ours polaire, le tigre de Sumatra, le jaguar, le loup, le rhinocéros blanc, l’hippopotame nain et la tortue grecque également présente chez nous, le phoque moine (Monachus monachus) est l’une des 13 espèces en voie de disparition. Elle est classée en danger critique d’extinction par l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN).

Slim Sadki
Repost 0
Published by iflisen - dans Écologie
commenter cet article

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens