Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 20:15
terğiḍ almi d ak ttiwin
teḍmaεḍ ar ddad k xemsin
ya εemmi lḥusin
tezhiḍ asmi k ttγenin
iεeğbik ṣṣut d aḥnin
a win ur nessin
Win yeččan yečča
dayen yečča
ur nečči taṛbut tekkes
Tura iffuk luγna
yeqim g ubrid ik weḥdes
 
D ayen tura tefra raḥba
msefṛaqen iḍeballen
kul yiwen anda iṛesa
wa deg ukesar wa deg usawen
wayeḍ yeṭṭef abrid lmaṛsa
d lebḥer it id isaḥen
wayeḍ mi giwwi lḥesa
attyawi s irumiyen
d win iwmi truh lhirfa
yesqaqa am tgerfa
icettah i yiderγalen
tura fuken curafa
lmus s izelun yehfa
nuγal akw d izamaren
 
wayeḍ f lgaz n saḥra
d netta ig-gsewiqen
yettseqi kan ar beṛṛa
nekwni nettawi luhi s walen
wayeḍ d bab n ssuxṛa
d netta ig-gettsaṛifen
wayeḍ dima d lemsexṛa
mazal la tettnahaṛen
wayeḍ tenγat leḥrara
s lqewa ar lḥara
yuγal meskin seg iderwicen
Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 21:32

 

Yiwen n uεaṛus bu ubeṛnus yeγli meskin γer wanu (lbir). Γuṛes zzheṛ...anu nni, yeqqur am tmurt ennaγ. Maca anu lqay aṭas, degs 100m deg tedrut (profondeur) ines. Aεaṛus, deg wass, a d yali s 3m d asawen. Mi d yeγli yiḍ, ad icceg s 2 m d akwessar.
Acḥal n wussan i s ilaqen i wεaṛus agi i wakken a d iffeγ seg wanu ?

Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article
13 avril 2012 5 13 /04 /avril /2012 20:42

 

source: http://fr.wikipedia.org/wiki/Sofia_Boutella

 

Sofia Boutella, née le 3 avril 1982 à Bab-el-Oued Algérie, est une danseuse de , actuelle égérie féminine de la marque Nike.

Fille du chanteur et compositeur algérien Safy Boutella, elle apprend la danse classique à l'âge de cinq ans en Algérie. À dix ans elle quitte l'Algérie avec sa famille pour la France, et découvre la GRS dont elle intègre l'équipe nationale en 2000. Elle commence à danser le hip-hop à 16 ans, puis rejoint la troupe de breakdance des Vagabond Crew, qui remporte le Battle of the Year en 2006. La même année elle participe à Chienne de vie, créé sans salle et sans matériel mais qui connaitra un certain succès, et au groupe Aphrodites créé par Momo du Vagabond Crew.

En parallèle, elle se fait repérer à 17 ans par Blanca Li, célèbre chorégraphe ayant déjà travaillé notamment avec Daft Punk, qui lui propose alors un rôle dans son film Le défi ou elle interprète Samia. Elle participe alors à différents rôles cinématographiques et télévisés comme Sous le soleil (Permis d'aimer) et Les Cordier, juge et flic. On la voit également dans un spot de publicité pour la marque Narta.

La consécration arrive en 2005 lorsque, choisie par le chorégraphe Jamie King (en), Nike fait d'elle son modèle afin de changer l'image de la marque : plus féminine et plus hip-hop. C'est une étape importante dans la carrière de la jeune danseuse, ce contrat améliore sa notoriété et lui permet de travailler avec de nombreuses stars comme Madonna (dont elle fait en 2005 la tournée "The Confessions Tour"), Jamiroquai, Rihanna ou encore Mariah Carey. Elle a également tourné dans un clip en 2004, du DJ house suédois Axwell pour Feel The Vibe

Sofia repart en tournée avec Madonna pour son Sticky & Sweet tour en 2008, et dont les dates sont prolongées jusqu'à fin 2009. Sélectionnée pour le "This Is It" de Michael Jackson, elle y renonce à cause de cette prolongation.





Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 23:03

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_de_Heim

 

Une prédiction annoncée de la théorie de Heim est la présence d'une nouvelle particule, appelée graviphoton. Cette particule, d'après B. Heim, serait le vecteur d'une nouvelle interaction fondamentale (autre que l'électromagnétisme, la gravitation, la force faible et la force nucléaire forte, donc) et pourrait être utilisé pour des applications dans le domaine de l'astronautique. L'idée, initialement proposé par Heim, a par la suite été reprise par ses successeurs, Walter Dröscher et Jochem Hauser. Ceux-ci ont notamment soumis plusieurs articles à l'American Institute of Aeronautics and Astronautics, association américaine regroupant des professionnels du secteur aéronautique n'ayant aucun lien avec le milieu académique[10]. Cet article prétend que le graviphoton pourrait permettre l'élaboration d'un nouveau système de propulsion spatiale créant un champ antigravitationnel. Ce système est, d'après les auteurs, extrêmement simple : il consisterait en un anneau de matière supraconductrice qui serait mis en rotation et plongé perpendiculairement à un champ magnétique axial, par exemple créé par un solénoïde. D'après les auteurs, une telle configuration exercerait, par l'intermédiaire des graviphotons, une accélération sur l'ensemble du dispositif. Ce résultat n'a pas fait l'objet de publications dans des revues scientifiques à comité de lecture, mais s'est néanmoins vu récompensé par un prix décerné par l'AIAA. Les auteurs indiquent que des travaux de Martin Tajmar et Clovis Jacinto de Matos corroborent leurs prédictions[11]. Ces travaux prétendent avoir mis en évidence un phénomène prédit par la relativité générale, le gravitomagnétisme, mais avec une amplitude fantastiquement plus grande (plus de quinze ordres de grandeur) que ce que prédit cette théorie, et de fait en désaccord manifeste avec la quasi totalité des tests de la relativité générale. Ces travaux n'ont de fait jamais été publiés dans des revues scientifiques à comité de lecture, et aucun élément concret ne permet d'affirmer que les effets mesurés ont effectivement à voir avec ce à quoi les auteurs les assimilent.

L'information concernant le prix reçu par Dröscher et Hauser, relayée par le journal New Scientist[12], a par la suite connu un certain écho.

 

 

Al-Burak, la monture à tête de femme qu'aurait chevauché le Prophète Mohamed lors de son Voyage nocturne vers le Septième ciel.

 

Légende ou miracles d'Al-Isrâ' et Al-Mi'râj

Il s'agit ici d'une collection de miracles que beaucoup de musulmans citeraient spontanément si l'on venait à leur demander un exemple de miracles du Prophète Mohammad  C'est d'autant plus vrai qu'il y a une sourate (i.e. un chapitre) du Coran qui y est dédiée. Il s'agit de la sourate intutilée Al-Isrâ' et dont les quelques premiers versets font référence à cet évènement miraculeux. Le mot isrâ' signifie "voyage nocturne" et mi'râj signifie "ascension".

Le voyage nocturne en question, c'est le voyage que le Prophète Mohammad a fait entre La Mecque et Jérusalem en une nuit ! Et, l'ascension désigne son ascension de Jérusalem au ciel. Tout le long de ce voyage, le Prophète était accompagné par l'Archange Gabriel qui lui servait de guide et lui montrait de nombreux spectacles de l'Enfer et du Paradis. Gabriel avait mis à la disposition du Prophète une monture appelée al-bourâq (son nom est de la même racine que l'éclair) qui faisait des bonds gigantesques : elle posait ses pattes aussi loin que la vue portait ! Arrivé au plus haut des Cieux, le Prophète  put s'entretenir avec Dieu et c'est à cette occasion même que Dieu prescrivit les prières quotidiennes que les musulmans font (D'abord cinquante, puis sur les conseils répétés de Moïse , le Prophète obtint une réduction à cinq prières quotidiennes).

 Le lendemain matin, de retour de son périple céleste, le Prophète décida d'annoncer publiquement ce qui lui est arrivé pendant la nuit.

 

 

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 22:49

 

 

Le physicien allemand Burkhard Heim (9 février 1925-14 janvier 2001

 

Voir la source : http://nous-les-dieux.org/L'%C3%A9nergie_secr%C3%A8te_de_l'univers/14/Ce_Qi_est_%C3%A0_vous_!

 

 

 D'ici cinq ans, le premier système de propulsion hyperspatiale pourrait fonctionner. je parle d'une machine à voyager entre la quatrième, la cinquième et la sixième dimension. De quoi mettre Mars à 3 heures de la Terre. Ou de rallier une étoile située à 11 années-lumière en 80 jours de voyage. D'aller à une vitesse bien au-delà de celle de la lumière. Là encore, il ne s'agit plus d'un rêve de science-fiction. Le dispositif reste théorique, mais la proposition, détaillée, a récolté l'an dernier le premier prix du prestigieux AIAA, l'Institut Américain d'Astronautique et d'Aéronautique. Une référence qui gêne et divise la communauté scientifique.
Il y a ceux qui y croient. Et les autres. Le principe en lui-même est assez ancien. Il a été formulé en 1957 par un physicien allemand handicapé, méconnu mais génial, Burkhard Heim. Ses travaux de mécanique quantique, jamais traduits en anglais, ne sont connus que de quelques physiciens germanophones. Faut-il écarter sa proposition pour autant ? Il n'y a pas de raison, d'autant que ses hypothèses et théorèmes, bien que osés (il postule ainsi l'unification des quatre forces fondamentales dans un univers à six dimensions, ainsi que l'existence d'une nouvelle particule : le gravitophoton), ont déjà permis de résoudre des problèmes de physique fondamentale restés sans solution. Comme la possibilité de prédire la masse exacte d'une particule élémentaire. Une chose impensable jusqu'alors.
Du moins d'après les théories en vigueur.

Pragmatique, l'armée américaine a fait connaître son intérêt pour cet engin de transport interdimensionnel. Ok, c'est passionnant... Mais pourquoi vous en parler ?
Quel rapport avec le Qi, l'énergie, les ondes, les tourbillons ?

C'est que cet envol dans l'hyperespace repose sur un immense mouvement d'énergie. Un champ magnétique particulièrement puissant, généré par une bobine parcourue par un courant intense et en rotation ultra-rapide. Une fois lancé, ce champ tournoyant produirait un effet d'anti-gravité, suffisant pour... disparaître. Simplement. De glisser ailleurs, entre la cinquième et la sixième dimension, emportant avec lui le vaisseau, la bobine et son équipage. Pour revenir dans "notre" réel, couper le courant suffirait. Et plop ! La capsule se rematérialise. Les savants ont calculé que pour une masse de 150 tonnes, un champ magnétique d'une puissance de 25 teslas serait nécessaire. Une valeur à peu près un demi-million de fois plus puissante que le seul champ magnétique terrestre. Faramineux.
Mais à dire vrai rien d'impossible non plus. Des installations capables de produire une impulsion magnétique de 80 teslas existeraient déjà. Au laboratoire de recherche Sandia, par exemple, aux États-Unis. À suivre...

Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article
11 avril 2012 3 11 /04 /avril /2012 21:17

 

Le virus de l'arabisation coranique et de l'islamisation injecté en Algérie par Ben Bella en 1962, avec l'aide des mercenaires égyptiens (freres musulmans), a muté au cours des 50 dernières années en salafisme et wahhabisme.

 

Ahmed Ben Bella, premier président de l’Algérie indépendante (1962 – 1965) et  figure historique très controversée est décédé ce mercredi 11 avril à Alger à l’âge de 95 ans.

 

Ahmed Ben Bella est né dans une famille de paysans marocains, le 25 décembre 1916, à Maghnia. Après des études secondaires à Tlemcen, il fait son service militaire en 1937. Démobilisé en 1940, il sera rappelé en 1943. Adjudant des Tabors au 14e RTA, il participe à la campagne de France et d'Italie. Il s'illustre aussi à Monte Cassino

 

Ben Bella a longtemps véhiculé l’image d’un homme ambitieux, autoritaire, à l’idéologie versatile, sans fondement doctrinal. Tantôt "islamiste", tantôt communiste, ce panarabiste était un grand admirateur de Gamal Abdel Nasser.

 

Mais c’est sans doute sa haine, désormais maladive, d’Abane Ramdane, l’architecte de la révolution algérienne, qui résume le plus la personnalité d’Ahmed Ben Bella. Des décennies après l'assassinat d’Abane avec la complicité des services secrets égypriens, Ben Bella n’hésite pas à le brocarder sur le plateau de la chaîne Qatarie Al Djazira, l’accusant d’avoir été « un agent des Français ».

 

Il faut dire que pour l’ancien adjudant de l’armée française, amateur de football – il a joué à l’Olympique de Marseille entre 1939 et 1940 –, responsable de l’Organisation secrète (OS) après l’éviction d’Aït Ahmed, l’ascension fulgurante d’Abane dans les instances du FLN à partir de 1955 était inacceptable. D’autant qu’étant l’un des chefs historiques parmi les neuf du CRUA (Comité révolutionnaire pour l’unité et l’action), il se voyait légitimement le métronome de la révolution. En plus de cette légitimité, il jouissait du soutien des autorités du Caire grâce auquel, par l’entremise de Fethi Dib, chargé des affaires algériennes au sein des services de renseignements égyptiens, il a pu s’évader de la prison de Blida en 1952.
Selon Belaïd Abane, auteur du livre Ben Bella‑Kafi‑Bennabi contre Abane, les raisons occultes de la haine, l’animosité que vouait Ben Bella à Abane avait aussi pour origine des résolutions du Congrès de la Soummam, lesquelles dessinaient les contours d’une Algérie démocratique et moderniste.
Libéré en 1962, il participe au congrès de Tripoli où un différend l’oppose au GPRA. Après les négociations d'Evian, il critique en effet la légitimité du gouvernement provisoire et s'affronte à Boudiaf et Belkacem qu'il élimine rapidement. Il rentre à Alger et le 15 septembre 1962, est désigné président de la République jusqu à son renversement en 1965 par Houari Boumediene.
Grand manœuvrier, Ben Bella, après sa sortie de prison en 1962 (emprisonné avec Aït Ahmed, Khider, Boudiaf et Mostefa Lacheraf après le détournement d’avion en 1956) réussit à écarter nombre de dirigeants et devient le responsable du CNRA. En septembre 1962, il devient le premier président de l’Algérie indépendante.
En septembre 1962, Ben BELLA fut élu président de la République algérienne démocratique et populaire. Il suspendit la Constitution du pays en octobre 1963 et l’islam fut décrété « religion d’État »
Le nouveau régime refusa tout statut à l’arabe algérien et au berbère sous prétexte que les Français s’y seraient intéressés durant la colonisation. Par ailleurs, les autorités algériennes décidèrent que l’arabe algérien et le berbère étaient des langues « impures » parce qu’elles contenaient des mots étrangers. Dès le début, Ben BELLA avait annoncé ses couleurs en déclarant par trois fois à l’aéroport de Tunis, le 14 avril 1962 : « Nous sommes arabes. Nous sommes arabes. Nous sommes arabes ! » Il avait aussi affirmé : « L’Algérie est un pays arabe et musulman. On ne le dissociera pas du reste du monde arabe ».

En septembre 1963, Hocine Ait Ahmed fonde le FFS pour s’opposer au régime du parti unique imposé par Ben Bella. La guerre civile éclate en Kabylie entre les partisans du FFS conduits par Ait Ahmed et Mohand Oulhadj et l’armée  de Ben Bella.

Cette insurrection fera quelque 400 victimes. Arrêté en octobre 1964, M. Aït Ahmed est condamné à mort, puis gracié et déporté à la prison de Lambèse, à Batna, dans les Aurès. Pour mettre un terme à ce conflit fratricide, Ben Bella engage des négociations qui se soldent par un accord signé en juin 1965, peu de temps avant le coup d’Etat du 19 juin.


Mais en 1965, il sera renversé par le colonel Boumediene. Assigné à résidence à M’Sila, il sera libéré en 1980.
 En 1985, il signe avec Hocine Aït Ahmed la déclaration dite de Londres.Et se réconcilie avec Hocine Aït Ahmed en 1985 en concluant avec lui les "accords de Londres", une plate-forme de l'opposition algérienne. Un accord sans lendemain cependant.
Au lendemain de l’ouverture démocratique, Ahmed Ben Bella rentre au pays, un retour organisé avec faste par ses proches, et lance le Mouvement pour la démocratie en Algérie (MDA).
Ouvertement pro-baathiste et pro-islamiste, il s’opposera fermement à l’interruption du processus électoral, le 11 janvier 1992, et sera même signataire du fameux contrat de Rome, ce qui le mettra une nouvelle fois en position de rupture avec le pouvoir en Algérie. Mais il sera réhabilité une autre fois, dès l’arrivée de Abdelaziz Bouteflika au pouvoir, le 15 avril 1999. Pourtant, Bouteflika était un "lieutenant" de Boumediene lorsque Ben Bella fut renversé et assigné à résidence. Signe de la nouvelle amitié et du respect entre les deux hommes : Ben Bella est régulièrement invité aux cérémonies du président. Et Bouteflika s’est déplacé même à l’aéroport, un geste rare et fort, lors du décès de l’épouse de Ben Bella.
S’il a certainement emporté des secrets avec lui, Ben Bella n’a pas fait l’ultime geste qui devait accompagner son soutien à la réconciliation nationale : présenter ses excuses à tous ces grands dirigeants de la révolution aujourd’hui morts, auxquels il a mené une bataille farouche pour… le pouvoir.
En 1962, il donne sa caution politique au clan d'Oujda composé essentiellement de membres de l'état-major général, à leur tête le colonel Houari Boumediene et de quelques ministres du GPRA, déçus par Benkhedda.

Ahmed Ben Bella avec le colonel Houari Boumediene en 1962.

Ici avec Boumediene, du temps de leur entente.

Repost 0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 23:33

 

 

 

Sur BRTV : "Le MNLA n’écarte pas une solution fédérale à la crise malienne"

Par |                                            

Revirement de situation au MNLA ou volonté d'ouvrir des canaux de dialogue ? Sur Brtv, le porte-parole du Mouvement Azawad ne ferme pas la porte à un possible Mali fédéral.

 
Moussa Ag Assarid, porte-parole du MNLA.

Moussa Ag Assarid porte-parole du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), interrogé par la chaîne kabylophone Berbère Télévision, n’exclue pas une possible solution fédérale à la crise Malienne. "Tout est possible, sauf renoncer à l’indépendance de l’Etat de l’Azawad. Nous sommes prêts à discuter. Tout ce qui peut préserver la paix dans la sous-région, et qui garantit notre droit à vivre librement et dignement sur le territoire de nos ancêtres est le bienvenu."

Le représentant du MNLA avait dit auparavant la disponibilité de son mouvement à contribuer à extirper de la région les organisations terroristes et les réseaux de narcotrafiquants que Bamako par laxisme ou par complicité a laissé écumer le territoire de l’Azawad. "Nous appelons la Cédéao, l'Union africaine et la communauté internationale à se joindre à nous pour combattre Al Qaida au Maghreb (...) Nous sommes prêts à combattre les terroristes d'Al Qaida". Puis ajoute : "Nous sommes un peuple épris de paix et pleinement disposé à sa préservation", n’a cessé de répéter Moussa Ag Assarid.

 

 

 

Repost 0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 22:30

ddk

 

 

Boumerdès Le rapport Citoyenneté - Droits de l’homme en débat

«Le printemps berbère a été la base !»

Par

 

La maison de jeunes Saïd Senani de Boumerdès a abrité, avant-hier, une conférence-débat sur la citoyenneté et les droits de l’homme. Cette question a été traitée par le vice-président de la ligue algérienne des droits de l’homme, en l’occurrence Noureddine Benissad, lequel a rappelé, d’emblée, l’historique de l’instance qu’il représente. Après le printemps Amazigh de 1980, qui avait donné lieu à des troubles dans les universités de Tizi-Ouzou et d’Alger, de nombreux étudiants ont été incarcérés, puis traduits dans des tribunaux spéciaux. De nombreuses personnalités nationales s’étaient élevées, alors, contre de telles atteintes aux libertés individuelles et collectives. Et « neuf ans plus tard, l’état a élaboré une nouvelle constitution qui autorise le multipartisme et la liberté de création d’associations et de ligues comme la notre », a précisé l’orateur. Mais, selon lui, l’Algérie qui a ratifié les conventions universelles sur les droits de l’homme, à commencer par le manifeste des révolutionnaires français de 1789, n’a pas respecté le contenu de celles-ci dans les faits. Le professeur Benissad donne, dans ce contexte, l’exemple de cette loi sur l’état d’urgence qui a été instaurée entre 1992 et février 2011, alors que sa durée ne devait pas excéder deux ou trois mois. Enchaînant se dires, l’orateur s’élève contre toute forme de fatalisme et exhorte les citoyens à arracher leurs droits sociaux et politiques. Et l’on doit comprendre, par là, que la réclamation des droits n’est point une incitation à l’usage de la violence contre les institutions étatiques.

Salim Haddou

Repost 0
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 22:22

DDS

 

Tizi-Ouzou Championnat de wilaya de Full Contact et Kick Boxing

Iflissen n Udrar d’Aït Yahia Moussa rafle la mise

Par

 

Les athlètes de Full Contact et Kick Boxing de l’association sportive Iflissen n Udrar d’Ait Yahia Moussa, qui ont pris part, le week-end passé, au championnat de wilaya de Tizi Ouzou qui s’est déroulé à Larbaâ n’Ath Irathen, ont été à la hauteur et ont honoré comme il se doit la région. Puisque dans toutes les catégories, les athlètes drivés par Hocine Khettar se sont illustrés de fort belle manière, en raflant la mise et en s’offrant la 1e place. Les Benjamins et les Poussins au nombre de 16, ont réussi à s’imposer devant leurs adversaires, puisque sur ces 16 participants, 12 bambins ont réussi à arracher la première place.
Dans la catégorie senior, les athlètes Arab Madjid (91kg), Boubeghla Slimane (76kg), Azzouni Ahmed (60kg), Gabli Nacer (81kg), Boumrah Mohamed (63kg) et Redouani Hamza (81kg) se sont illustrés en finale, en décrochant la première place. Quant aux athlètes Seddiki Ali (81kg), Amrioui Smail (60kg) et Madache Slimane (63kg), ils se sont contentés de la 2e place. Sur le plan collectif, l’association sportive Iflissen n Udrar d’Ait Yahia Moussa, a eu le dernier mot et a terrassé tout le monde sur son passage.
Un grand bravo à ces athlètes qui manquent, pourtant, de moyens et qui travaillent dans des conditions déplorables. Les autorités locales doivent prêter attention à ces athlètes qui sont l’avenir de la région concernant le Full Contact et le Kick Boxing.

Amazigh Omar

Repost 0
8 avril 2012 7 08 /04 /avril /2012 13:33

 

 

Yella yiwen umusnak (mathématicien) isem-is Fibonacci (v. 1175 à Pise, Italie - v. 1250), qqaren as diγen Leonardo di Pisa, acku ilul deg Pisa (Ṭelyan). Ittwasen aṭas. Amkad (empereur) Frédéric II iḥbes γures deg Pisa inna yas tiqennuẓin n tusnakt (maths). Babas n Leonardo yella deg Bgayet, yeṭṭef taḥanutt dinna. Yiwwi-t id γer γures u, dinna, deg Bgayet, Leonardo yeγra tusnakt. Asmi meqqwer yunag aṭas, yezzi d yakw i Yill Agrakal (mer Méditerranée), yessufeγ d idlisen n tusnakt, yiwen isem-is Liber abaci deg wseddwas 1202.
D Fibonacci id yeskecmen uṭṭunen ihendiyen - 0, 1, 2, 3, ...- (iwmi qqaren aεraben) γer tmura utaram (occident).
Yettwasen diγen acku d netta id yesnulfan asartu (suite) iwmi neqqar ASARTU n Fibonacci. 

Tamdint n Bgayet terra-yas tajmilt i Fibonacci deg isegwasen agi yezrin. Tefka isem-is i yiwen n unnar acekit, yesga-d rif n yillel Agrakal.  

 

 

The Fibonacci series is named after the thirteenth-century mathematician, Fibonacci (also known as Leonardo of Pisa), who introduced the Arabic, or decimal system of numbering to the West. He also posed a very special number series to originally answer a mathematical problem regarding the breeding patterns of animals. The Fibonacci series is a series of numbers in which each number is the sum of the 2 previous numbers : 1+1 =2; 1+2 = 3; 2+3 = 5; 3+5 = 8; 5+8 = 13; etc...

 

Fichier:Fibonacci2.jpg

 

 

 

 

 

 

Liber abaci, MS Biblioteca Nazionale di Firenze, Codice Magliabechiano cs cI 2616, fol. 124r

 

Repost 0

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens