Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 05:39
Repost 0
9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 04:50

 

 

source : BBC World Service

 

Hassiba Boulmerka: Defying death threats to win gold

Hassiba Boulmerka raises a fist as she crosses the finishing line to win gold in the 1500m in Barcelona in 1992

 

 

 

Twenty years ago this summer, Algeria's Hassiba Boulmerka ran to victory at the Barcelona Olympics. Her achievement wasn't just her country's first Olympic gold - she showed women everywhere how they could overcome prejudice to achieve their goals.

 

On the shelves of her spacious office near the capital, Algiers, are dozens of trophies that Hassiba Boulmerka won during her sporting days.

 

Above them hang photographs of her with sporting legends - the Ethiopian long-distance runner Haile Gebrselassie, the British athlete Jonathan Edwards - and world statesmen, including Nelson Mandela.

 

In Algeria, Boulmerka is hailed as the country's greatest athlete. She took the gold medal for the 1500m at the World Championships in 1991 and Olympic gold the following year.

 

But this was at a time when Islamist militancy was on the rise in Algeria, and some radicals thought the racetrack was not the right place for a woman.

 

There were police everywhere... they even came with me to the bathroom!”

End Quote Hassiba Boulmerka

 

She received death threats and in the run-up to the Barcelona Olympics it became too dangerous for her to train in her own country.

 

"That year I didn't run a single race [in Algeria]," she remembers. "It was simply too risky. I could have been killed at any moment."

 

Boulmerka's story begins in Constantine, a tumbledown city built by the Romans in the east of Algeria.

 

The fourth of seven children, she began running seriously at the age of 10, in 1978, and soon she was picking up medals at regional, national and international levels.

 

Her big breakthrough came in Tokyo in 1991, when the Constantine gazelle, as she had been dubbed, won the 1500m at the World Championships.

 

"Arriving back in Algiers, we were met by thousands of supporters," Boulmerka says.

 

She and fellow athlete Noureddine Morceli were driven through the capital in an open-topped car through streets thronged with well-wishers. "The atmosphere was electric," she says.

Fist of victory

But Algeria was changing. A botched election in 1992 saw the beginnings of a civil war in Algeria that was to claim more than 250,000 lives.

 

  • Hassiba Boulmerka was interviewed for Sporting Witness on BBC World Service

 

As government security forces battled Islamist militants, Boulmerka, too, became a target.

 

"I remember it well," she says. "It was Friday prayers at our local mosque, and the imam said that I was not a Muslim, because I had run in shorts, shown my arms and my legs. He said I was anti-Muslim."

 

Boulmerka and her family started to receive death threats, graffiti appeared denouncing her as a traitor and she was forced to move to Berlin to continue her training.

 

In the weeks before the Olympic Games, she severed all ties with her family in order to focus on the race.

 

In fact, she says, it wasn't that difficult to do: the militants had blown up the central telegraph office in Constantine, and all the telephone lines were cut.

 

Hassiba Boulmerka in 2008 at a ceremony in New York to celebrate her induction into the Women's Sports Hall of Fame Twenty years on, Hassiba Boulmerka is now a successful businesswoman

 

Boulmerka arrived in Barcelona only on the eve of her races. She had taken a circuitous route via Oslo. The next day she was escorted to the stadium under armed guard.

 

"There were police everywhere," she says. "In the stadium, in the changing rooms - they even came with me to the bathroom!"

 

The 1500m final began at dusk on 8 August 1992. To start with, Boulmerka hung back in second place. But with half a lap to go she strode ahead of her rival, Lyudmila Rogacheva, easily beating the astonished Soviet athlete to the finishing line.

 

"As I crossed the line, I thrust a fist into the air," Boulmerka recalls. "It was a symbol of victory, of defiance. It was to say: 'I did it! I won! And now, if you kill me, it'll be too late. I've made history!'"

 

Standing on the podium later that evening to receive Algeria's first ever Olympic gold medal, she tried hard not to cry.

 

"I tried to hold myself together, to be brave," she says, "but the tears just started to fall. They were tears of sacrifice, for all the people I loved that I had abandoned for this race."

Making history

Her return from Barcelona was nothing like the victory tour she had received the previous year. The country was in the grip of war. She also learned that her father had suffered a stroke and slipped into a coma.

 

Hassiba Boulmerka running in Atlanta 1996 Boulmerka continued running, despite the danger

 

"My father worried a lot about me - it was an enormous stress for him," she says. "I knew that what I was doing was an incredible burden for him."

 

Boulmerka won a bronze medal at the World Championships in 1993, and gold again in 1995.

 

But she never repeated her Olympic victory. For a while she moved to Cuba to escape the threat to her life, but later she returned to Algeria.

 

"I never thought of leaving for good," she says. "Algeria is my life, my roots, my family, my friends. I could never give those things up."

 

But eventually she did give up running, and today she is a successful businesswoman. These days, there's little sign of the Constantine gazelle. "I like to eat well!" she says.

 

She spends a lot of time with her father, who made a slow but full recovery from his stroke.

 

But her sporting achievements will never be forgotten in Algeria. As she sees it, her victory in Barcelona wasn't just the first Olympic gold for her country.

 

"It was a triumph for women all over the world to stand up to their enemies," she says. "That's what made me really proud."

Repost 0
8 mars 2012 4 08 /03 /mars /2012 14:10

 

 

Agma illik d rtila
Tallit-a iẓeḍwa
Tiwizi deg iselkimen
Wa ad yeṭṭef taṛuka
Ad isbed tarigla
Wa ad ijbed ifeggagen
Tagust deg Fransa
Tayeḍ i temrikt ugafa
Tamsirt hatt ar wudayen
Tadukli teṛğa teṛğa
Tifrat γures i tella
Akwit ay iqbayliyen
Izukar neγ icenga
Asen nḥud tilisa
Mara d nbeddet am yiwen

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Poésie
commenter cet article
6 mars 2012 2 06 /03 /mars /2012 21:11

 

L'Expression

 

 

DES CHEFS DE TRIBUS ET DE MILICES PROCLAMENT L'AUTONOMIE DE L'EST DU PAYS

La partition a-t-elle commencé?

Par
Il ne fait aucun doute que les nouvelles «autorités» autoproclamées de Benghazi assumeront toutes les conséquences

Cette décision historique prise hier par des responsables de la province de Benghazi de proclamer l'autonomie de la Cyrénaïque est une excellente nouvelle pour l'Afrique du Nord, qui souffre du jacobinisme des états centraux quasi-coloniaux. C'est une décision qui s'inscrit dans la logique des choses et dans l'avenir de cette région qui ne peut être viable qu'en tant que fédération des régions autonomes. À l'instar du Sahara Occidental, du Hoggar , de la Kabylie, du Rif , du Mzab, etc...la Cyrénaîque a tout à fait la droit et la légitimité de se proclamer autonome !

 

 

 

Un an après, en mars 2012, voici donc des chefs de tribus et des milices qui décident que la «Cyrénaïque» doit ressusciter de ses cendres en l'intronisant région «autonome» de Libye, préconisant dans la foulée l'instauration du fédéralisme dans le pays.
Dans des premières déclarations, les nouveaux dirigeants de la province rebelle ont affirmé que «la région fait le choix du système fédéral», dans un communiqué conjoint. Le même communiqué fait d'ailleurs état de «l'élection» de Ahmed Zubaïr el-Senoussi à la tête de l'entité baptisée donc «Cyrénaïque», laquelle s'étend de la frontière égyptienne à Syrte, région natale du colonel El Gueddafi.
Des milliers de personnes ont assisté à cette cérémonie au cours de laquelle a également été nommé un Conseil «chargé de gérer les affaires de cette région», marginalisée durant les 42 années de règne sans partage du colonel El Gueddafi, rappelle-t-on.

Repost 0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 23:57

 

 

  Selon  Ibn Khaldoun les Berberes avaient apostasié douze fois !

 

 

 

 

 

 

Le Soir 04 mars 2012

Contribution : RÉFLEXION
L’islam qu’on aime et l’islamisme qu’on hait

 

 

Par Noureddine Boukrouh
noureddineboukrouh@yahoo.fr
L’Algérie a pris en main sa destinée en 1962, avec une seule idée dans sa besace, le nationalisme. Cette idée a tendu son peuple entre les années 1930 et 1960, et l’a suffisamment motivé pour l’amener à se libérer de la domination coloniale. Mais le nationalisme n’est pas une source de motivation éternelle. Avec les échecs, les déceptions et les abus accumulés depuis l’Indépendance, ce sentiment s’est distendu jusqu’à ne plus lier le peuple à l’Etat.
Ce que le peuple avait espéré de l’Indépendance, c’était un peu de liberté, de dignité, de justice sociale et de respect de sa personnalité. Il pensait que ses dirigeants, issus d’une glorieuse Révolution, à laquelle ils s’identifiaient dans leurs discours, étaient de braves gens attachés au service de la nation, jusqu’à ce qu’il découvre au fil du temps des évènements et des révélations qu’ils n’étaient pour la plupart que des despotes incompétents, mégalomanes ou soucieux de leurs seuls intérêts.

Dans les années 1970, le désenchantement commença à s’installer. Le peuple aspirait de plus en plus ouvertement à autre chose qu’à la révolution agraire, à un renouveau qui le remotiverait et établirait dans le pays un ordre social et moral plus juste. C’est dans ces années-là que l’islamisme a fait son apparition. Dans les précédentes contributions, je me suis évertué à mettre en évidence que l’islamisme était le produit de la culture théocratique diffuse dans l’esprit des peuples. Quinze ans auparavant, j’avais essayé de démontrer dans un livre ( L’Algérie entre le mauvais et le pire, 1997) qu’il était une idéologie populiste plongeant ses racines dans notre lointain passé, et que son empreinte sur les esprits a été plus forte que les acquis politiques, sociologiques, économiques et culturels accumulés au contact du monde moderne avant et après l’Indépendance.

 

La victoire électorale des islamistes en Tunisie, au Maroc et en Égypte est venue conforter cette thèse que j’avais restreinte à l’Algérie parce qu’elle venait de connaître ce que les révolutions arabes ne connaîtront que vingt ans plus tard. Que ce fut pour s’opposer à une invasion extérieure ou se soulever contre le despotisme, ce sont les hommes de religion qui ont le plus souvent pris la tête du mouvement. Parmi eux, il s’est souvent glissé des oulémas ignares ou des charlatans tenaillés par la soif du pouvoir, la vengeance ou la revanche sociale. Instruits de la propension de leurs peuples à la crédulité, de leur inclination au sacré et au sentimentalisme (ce sont eux d’ailleurs qui y président), ils savent d’instinct avec quel discours et avec quels accents eschatologiques les tenir. Ils veillent aussi aux apparences, sachant qu’il est plus payant de se présenter aux foules sous les traits d’un savetier ou d’un saint que sous les apparences d’un esprit rationnel.

 

Tout au long de son histoire, le Maghreb a connu une série de da’îya (prédicateurs) surgis du néant pour se répandre en violents réquisitoires contre l’injustice, l’immoralité et l’abandon de la religion, prôner le «retour aux sources», puis lancer les foules à l’assaut de l’Etat qu’ils appellent à remplacer par «l’Etat islamique» qui saura instaurer, lui, l’égalité, la justice et le règne de l’Islam. Une fois le pouvoir à terre, ils installent à sa place une autre dynastie contre laquelle un autre «cheikh» ou «mahdi» ne tarde pas à s’élever, avec les mêmes arguments, et ainsi de suite.

 

Il y a douze siècles, c’était Maysara, un porteur d’eau d’obédience kharédjite, qui levait une armée populaire pour la jeter contre la première dynastie arabe installée au Maghreb (les Aghlabides). La victoire acquise, il s’autoproclame calife.

 

Puis c’est un autre da’i, Abou Abdallah, chiite ismaélite, que des Algériens Kotamas ont ramené avec eux d’un pèlerinage à La Mecque pour leur enseigner le «vrai Islam», qui établit le califat fatimide sur les ruines du royaume rostémide.

 

Ce sera ensuite le tour d’un Mozabite, Abou Yazid, dit «l’homme à l’âne», de prêcher le djihad contre le califat fatimide. Un historien de l’époque, Ibn Hammad, écrit à son sujet : «C’est un bâton à la main, vêtu de laine grossière et avec le seul titre de cheikh, qu’il avait commencé à prêcher l’insurrection. Plus tard, il adopta les habits de brocart et ne monta plus que des chevaux de race… Encouragés par sa cruauté, les Berbères de son armée massacraient sans pitié ceux qui tombaient en leur pouvoir» (cf. Mahfoud Kaddache in L’Algérie médiévale).

 

Puis ce sera Ibn Toumert, fondateur de la dynastie almohade (via la descendance d’Abdelmoumen) qui importera d’Orient les idées achaârites qui alimentent à ce jour le discours islamiste. S’étant proclamé mahdi en 1121, il s’engage dans une action de da’wa visant à faire tomber la dynastie almoravide qui régnait sur le Maghreb. Il disait : «Obéir au mahdi, c’est obéir à Dieu», et ceux qui ne le faisaient pas étaient punis de mort, comme l’étaient ceux qui n’accomplissaient pas régulièrement la prière. Il avait interdit que les femmes puissent se mêler aux hommes dans la rue, et les frappait lui-même en cas de transgression.

 

Nos ancêtres, les Berbères, ont de tout temps été sensibles aux idées rigoristes, n’aimant pas la richesse, le luxe et l’opulence. Ils ont pris part à tous les mouvements de rébellion et à tous les schismes religieux qui ont éclaté dans la région (Circoncellions et Donatistes sous les Romains, chiites et kharédjites sous l’Islam), comme ils ont suivi l’imam Ibn Rostom, l’imam Yacoub, l’imam Obeïdallah, le cheikh Abou Yazid, etc.

 

Sous l’occupation coloniale, ce seront aussi des hommes de religion qui guideront les principales révoltes en Libye, avec le grand et noble Omar al-Mokhtar, et en Algérie avec l’Emir Abdelkader, Boumaza, Boubaghla, cheikh al-Haddad, al-Mokrani et Bouamama.

 

Et lorsqu’apparaîtra, au XXe siècle, dans notre pays le Mouvement national pour combattre le colonialisme, on verra les zaïms remplacer les cheikhs dans la conscience populaire, tenant à se parer des mêmes atours que les cheikhs et à s’entourer de la même ferveur. Des poils de la barbe de Messali Hadj sont encore détenus, paraît-il, par des familles algériennes qui les conservent comme de précieuses reliques.

 

Avec l’émergence du courant islamiste à la fin des années 1980, c’est encore une fois le retour aux da’iya, aux chouyoukh et aux «émirs», et l’inévitable incitation au soulèvement contre l’Etat « taghout» à la place duquel il convient d’installer, comme de juste, l’Etat islamique.

 

Remémorez-vous le paysage politique algérien d’il y a vingt ans, et considérez l’actuel : combien de Maysara et d’«homme à l’âne» pouvez-vous dénombrer : une dizaine ? Une vingtaine ? Il faut prendre garde néanmoins à ne pas se laisser abuser par le costume alpaga ou la cravate, ce sont des tenues de travail, des tenues de camouflage.

 

A qui la faute de ce qui arrive actuellement dans le monde arabe ? Aux peuples «que le bendir rassemble et que le gourdin disperse», comme disait Ben Badis en son temps, ou aux cyber-complots ? En ce qui nous concerne, on peut trouver des circonstances atténuantes : certes, à l’époque de la colonisation, nous étions analphabètes dans notre immense majorité, et les moyens mobilisés par l’Association des oulémas algériens ne pouvaient pas suffire à éduquer toute la population. L’administration coloniale, de son côté, finançait les «œuvres» du maraboutisme. Mais l’effort accompli en matière d’enseignement (à distinguer de l’éducation) par l’Algérie indépendante n’a pas changé fondamentalement la donne : aux premières élections libres, l’islamisme a raflé la mise.

 

S’agissant de la Tunisie, qui eut crû que l’œuvre d’enseignement et d’éducation menée par Bourguiba et Ben Ali pendant soixante ans serait balayée en une seule élection organisée au pied levé ? Les Tunisiens transis par les résultats ont tort d’incriminer le Qatar pour son hypothétique appui financier à Ennahda, ou d’invoquer on ne sait quelle irrégularité. Non, c’est venu de l’intérieur, des profondeurs mal sondées du peuple tunisien.

 

Et que dire de l’Égypte où, Coptes mis à part, les électeurs, ont plébiscité à 85% non pas seulement les Frères musulmans, mais tout ce qui portait du vert. Il s’agit de prendre acte que l’islamismania n’est pas née des révolutions arabes, mais leur est antérieure. Cette répétition de l’histoire est trop frappante pour ne pas retenir l’attention et inciter à la réflexion. Autant de coïncidences ne sauraient relever du hasard. Il y a comme un mécanisme derrière ces répétitions et ces similitudes d’une époque à une autre, et d’un pays à un autre.

 

D’aucuns peuvent penser que je suis en train d’insinuer ces derniers temps que la faute incombe à la religion, et que je suggère son bannissement de la vie publique. Non, ce que je veux dire clairement, sans ambages, c’est que l’islamisme n’est pas l’Islam, qu’il est une perversion de l’Islam, qu’il est une calamité pour l’Islam et les musulmans, qu’il compte à son actif des centaines de milliers de victimes musulmanes en Algérie, en Égypte, en Afghanistan, en Somalie et en Irak, sans compter les victimes relevant d’autres nationalités et confessions tombées dans les attentats.

 

Il a déjà coupé le Soudan et la Palestine en deux, et menace l’intégrité des populations et des territoires de plusieurs pays, et cela, en à peine deux décennies.

 

L’Islam auquel on croit, l’Islam qu’on aime et auquel on tient, est celui que Dieu a proposé aux hommes comme une tadhkira (rappel) des révélations qui l’ont précédé et qu’il est venu clore à jamais, qui reconnaît les autres religions et leurs prophètes, qui leur enjoint à toutes de «s’élever à une parole commune» (Coran), et qui a choisi Mohammad comme ultime Messager sans lui conférer un statut sacré. C’est celui qui enseigne que «tuer un être humain équivaut à tuer l’ensemble de l’humanité » (Coran), c’est celui de ces hadiths du Prophète, entre beaucoup d’autres : «J’ai reçu la somme des paroles et j’ai été suscité pour parfaire les vertus les plus nobles» ; «Dans l’Islam, on continuera de pratiquer les excellentes choses (fadha’el) du temps de la djahiliya» ; «l’Islam intègre ce qui l’a précédé» ; «Vous avez pour mission de faire le bonheur, et non le malheur des gens» ; «Ce qu’il y a de plus doux en votre religion est ce qu’il y a de meilleur» ; «Instruisez bien vos enfants car ils vivront d’autres temps»…

 

C’est celui mis en œuvre par le Prophète dans ses rapports avec les musulmans et les non-musulmans, et illustré par de nombreux exemples dont voici quelques-uns :

    - un certain Habbar avait provoqué la mort de la fille du Prophète, Zeïneb, en la faisant tomber de son chameau alors qu’elle était enceinte. Quand il se convertit à l’Islam à la toute dernière minute, le Prophète lui dit : «Va, tout est effacé par ta conversion.».

    -  A Wahchi, l’esclave qui a tué Hamza (l’oncle du Prophète) à la bataille d’Ohoud, et arraché son foie pour le donner à la mère de Moawiya, il dit : «Tu es libre, mais épargne-moi ta vue désormais.» Pourtant, à l’époque des faits, et devant cet acte barbare, il avait laissé libre cours à une fureur toute humaine : «Si je réussis à m’emparer d’eux, je les mutilerai au double de ce qu’ils nous ont fait.» Cette bataille, venant un an après celle de Badr, a été une débâcle pour les musulmans numériquement inférieurs aux Mecquois païens. C’est alors que fut révélé ce verset : «Quand vous tirez vengeance, que la peine que vous infligez soit semblable à l’offense que vous avez subie. Mais il vaut mieux endurer l’offense avec patience.»

      - Dans une autre circonstance, le Prophète dira : «Il vaut mieux pour le chef de se tromper dans le pardon que de se tromper dans la punition.» Ikrima était le fils de l’implacable Abou Djahl. Pourtant, le Prophète le défendra en disant devant ses Compagnons : «Voici Ikrima qui vient embrasser l’Islam. Que personne ne tienne jamais devant lui des propos injurieux à propos de son père. Insulter les morts, c’est blesser les vivants.»

      - Abdallah Ibn Obay était le chef des mounafiqine, le parti des tribus coalisées contre l’Islam. A sa mort en 631, le Prophète pria pour lui et l’inhuma lui-même. Ali vint un jour demander au Prophète ce qu’il convenait de faire devant une situation inédite : «O Envoyé de Dieu, il y a des choses qui nous arrivent et que le Coran ne stipule pas et que tu n’as pas signalées par un hadith.» Le Prophète lui répondit avec sa douceur habituelle : «Réunissez pour cela des serviteurs de Dieu parmi les croyants, concertez-vous sur vos affaires et ne prenez jamais de décision d’après une seule opinion.» Opposé à toute velléité de sacraliser sa personne, il a dit : «Je ne suis qu’un homme mortel. Vous venez porter devant moi des litiges ; il se peut que l’un de vous soit plus apte à me convaincre que l’autre, et que je décide d’après ce que j’aurais entendu de lui. A quiconque j’octroie par mon jugement ce qui appartient en vérité à l’autre, qu’il ne le prenne point car je ne lui donne qu’une part de l’enfer.» Le Prophète a dit cela.

 

Mais si vous disiez devant un islamiste que le Prophète était faillible, vous risqueriez d’être écharpé. L’Islam qu’on aime est celui des mille exemples de tolérance, de bonté et d’indulgence donnés par le Prophète tout au long de sa vie et de sa mission. C’est celui de la «Maison de la sagesse», des traducteurs des chefs-d’œuvre de la pensée grecque, des Mo’tazilites, d’Ibn Sina, d’Ibn Tofaïl, d’Ibn Rochd, d’Ibn Khaldoun, et de tant d’autres. C’est celui des grands chefs militaires qui ont allié l’art militaire, le courage, la culture, la grandeur d’âme et le désintéressement personnel comme Omar Ibn Abdelaziz renonçant au pouvoir dynastique, ou le Kurde Salah-Eddine Al-Ayyoubi (Saladin) soignant son ennemi, le roi Richard Cœur de Lion, et quittant ce monde en laissant comme seule richesse une étoffe de tissu. C’est celui de l’Emir Abdelkader, d’Al- Kawakibi, de Mohamed Iqbal, d’Ali Abderrazik, de Ben Badis, de Bennabi, de Mohamed Al-Ghazali… C’est celui de Mohamed Abdou disant aux oulamas d’Al-Azhar : «Celui qui ne connaît pas une des langues de la science européenne ne peut pas être tenu pour un alem.» C’est celui dans lequel nous ont élevés nos parents, celui de nos aïeux, celui que nous avons vécu pendant des siècles dans l’amour, la joie et la tolérance, alors même qu’il était parasité par le maraboutisme.

 

Quel homme, quel peuple n’aimerait cet Islam ? Ce sont ces exemples magnifiques qui existent en centaines et milliers à travers les siècles et les continents, cette grandeur d’âme, ce sens de l’humain, qui font qu’il soit un des plus beaux idéaux qui aient été proposés à l’espèce humaine. Qu’il n’ait pas été réalisé complètement, qu’il ne se soit pas toujours traduit en philosophie de la vie dans le quotidien, et en institutions sociales pérennes, ne peut être retourné contre lui ou servir à le remettre en cause.

 

Il a permis à des non-Arabes d’exercer le califat, et à des non-musulmans d’être ministres, conseillers et hommes de confiance des puissants. Il a humanisé le droit de la guerre, amélioré la condition de la femme, banni les préjugés de couleur, toléré la liberté de conscience et d’expression… Il ne demandait pas grand-chose aux hommes, et quand il le leur demandait, c’était avec la plus grande considération pour leur nature : «Quand je vous donne un ordre, exécutez-le dans la mesure du possible», aimait à dire le Prophète.

 

A l’opposé de cet islam que nous chérissons, il y a l’islamisme que nous haïssons et que le Prophète semble avoir prédit en disant : «Des gens sortiront de ma communauté. Ils réciteront le Coran, et votre récitation n’approchera en rien de la leur. Votre prière, de même, ne sera rien à côté de la leur, ni votre jeûne en comparaison du leur. Ils réciteront le Coran en s’imaginant qu’il est pour eux, alors qu’en réalité il les condamne. » C’est peut-être en pensant à cette engeance qu’il a dit aussi : «Le plus hardi d’entre vous à donner des fatwas est aussi le plus hardi à s’exposer aux pires châtiments de l’enfer.» Et c’est à raison que doit être appliquée à l’islamisme cette sentence de Nietszche : «La foi ne déplace pas les montagnes, elle met des montagnes là où il n’y en a pas.»

 

 Dans le cercle de Bennabi, entre 1970 et 1973, je remarquais à quel point certains parmi ceux qui venaient l’écouter étaient la négation même de sa pensée. Ne partageant rien avec eux, je passais à leurs yeux pour une sorte de «laïc». Ils passeront plus tard à l’islamisme. C’est là aussi que j’ai connu feu Mahfoud Nahnah. A la veille de créer son mouvement, vingt ans plus tard, il me sollicita à plusieurs reprises pour m’associer à son projet, mais je repoussai poliment son offre et pris mon propre chemin.

 

Dans les années soixante-dix et quatre-vingt, j’écrivais dans la presse pour défendre l’Islam des outrances de l’idéologie socialo-marxiste, et en raison de cela on me colla l’étiquette de «frère musulman ». Dès la proclamation des résultats du premier tour des élections législatives de décembre 1991, remportées par le FIS, j’ai été convié à rejoindre ceux qui s’étaient mis en mouvement pour arrêter le processus électoral, mais j’ai refusé de les suivre sur cette voie. Le chef du gouvernement de l’époque, M. Sid-Ahmed Ghozali (que je salue au passage) se souvient peut-être de ce que je lui ai dit dans son bureau ce soir-là, sur le ton de la plaisanterie, en présence de feu Larbi Belkheïr : «Il risque de vous arriver ce qui est arrivé à Chapour Bakhtiar.» Les jours suivants, j’ai publiquement — et par écrit — pris position contre cette action en préparation, plaidé pour le respect du vote populaire et la tenue du deuxième tour, et proposé de laisser le FIS investir l’Assemblée nationale et former le gouvernement.

 

J’ajoutai que s’il lui prenait l’envie de porter atteinte à la Constitution, aux libertés publiques et au caractère républicain et démocratique de l’Etat, à ce moment-là il serait légitime de l’en empêcher par tous les moyens. A l’époque, on me faisait passer pour un «islamiste modéré ». Si j’avais été islamiste un seul jour de ma vie, j’aurais été totalement immodéré car il n’y en a pas de modérés. Deux mois plus tard, feu le président Boudiaf recevait les leaders des partis politiques, parmi lesquels ses anciens compagnons du CRUA, Ben Bella et Aït Ahmed. La discussion traîna sur leurs souvenirs communs de l’Algérie des années quarante. Quand vint mon tour de parole je lui ai dit : «M. le président, vous êtes étranger à la crise... Les Algériens d’aujourd’hui croient plus aux valeurs d’Octobre qu’à celles de Novembre…», ce qui eut pour effet d’énerver quelques-uns autour de la table. Bref, le président Boudiaf nous apprit qu’il nous avait invités pour nous annoncer qu’une «décision importante» allait être prise, sans s’ouvrir à nous sur son contenu. Aussitôt que j’eus quitté le siège de la Présidence, je convoquai une conférence de presse pour déclarer que nous ne saurions approuver une décision à laquelle on voulait nous associer sans en connaître la nature. Il s’agissait de la dissolution du FIS qui fut annoncée le soir même à la télévision. Je dois préciser, s’il en était besoin, que mes positions envers le FIS n’étaient nullement dictées par une quelconque sympathie envers ses idées, mais par conviction démocratique et par souci de rester cohérent avec moi-même. Je croyais et croirai toujours à la démocratie, sans ignorer la nature non démocratique de larges pans de notre société et l’emprise profonde de l’islamismania sur nos mentalités. Si des élections présidentielles libres devaient se tenir aujourd’hui, c’est le discours le plus haineux, le plus nihiliste et le moins démocratique qui serait installé à El- Mouradia. Tout le monde le sait in petto, mais personne n’ose le dire en public. On joue à se duper les uns les autres, et on croit que c’est cela le summum de l’intelligence politique. Depuis l’agrément du FIS, je n’avais cessé de le critiquer dans des interviews et des communiqués officiels, et non en catimini. Ce que je pense et écris aujourd’hui au sujet des révolutions arabes et des résultats des élections est exactement ce que je pensais, écrivais et défendais à l’époque : l’hypothèque islamiste doit être levée, et l’épée de Damoclès éloignée de nos têtes. Il n’y a pas moyen de faire autrement, de façon efficace et durable, que de laisser les islamistes gouverner quand ils reçoivent l’onction de la majorité, tout en veillant à la protection des libertés publiques et du cadre républicain et démocratique de l’Etat. A ce moment-là, si une guerre civile doit éclater, ce sera pour la bonne cause et nous y entrerions tous le cœur léger. C’est ainsi que se débloquera l’histoire du monde arabo-musulman, et d’aucune autre manière. On voit bien que le problème est dans le peuple, dans le corps électoral, et non dans les pétrodollars saoudiens ou qataris. Au cours des séances du dialogue national ouvert et conduit par le président Liamine Zeroual en 1994, j’étais de tous les participants celui qui s’était opposé le plus fermement au projet de communiqué final, parce qu’il contenait un paragraphe mettant pratiquement sur un pied d’égalité la violence terroriste et la contre-violence de l’Etat. Je me rappelle de l’accrochage que j’avais eu avec feu Abdelhamid Mehri. A un moment il avait dit : «Cette séance me rappelle les débats du CNRA en 1961 à Tripoli.» Je lui ai répondu : «Ya si Mehri, c’est parce que vous n’avez pas réglé les problèmes qui se posaient à l’époque que nous sommes aujourd’hui dans cette situation.» Il y eut un rire général, ce qui détendit l’ambiance. Le mois suivant, je me rendis à Rome à l’invitation de l’association Sant’Egidio. Là, devant la presse internationale, je récusai la tenue d’une telle réunion de l’opposition algérienne à l’étranger, et me démarquai de ceux qui, parmi nos «historiques», venaient de qualifier le terrorisme de «mouvement de résistance». Nahnah défendit la même position que moi. La conférence avorta, et il fallut en convoquer une seconde (à laquelle je n’ai pas été invité) pour aboutir au fameux «Contrat de Rome».

 

Depuis, je ne passais plus pour un islamiste modéré, ni pour un laïc, mais pour un «agent du DRS». Vingt ans après ces évènements, je remercie Dieu d’un côté, et l’Histoire, de l’autre, parce qu’elle a montré que je n’étais pas dans l’erreur. C’est ce qui me permet aujourd’hui d’écrire ce que j’écris, sans craindre d’être confondu par un écrit passé ou une position publique antérieure. Ils ne sont pas bien nombreux ceux qui peuvent s’exposer à un tel défi.

 

Il semble que le Prophète ait honoré les Berbères de quelques belles paroles. Il aurait dit un jour à Omar : «Allah ouvrira une porte du côté du Maghreb : il lui suscitera un peuple qui le glorifiera et humiliera les infidèles. Peuple de gens craignant Allah, qui mourront pour ce qu’ils auront vu, ils n’ont pas de villes qu’ils habitent, ni de lieux fortifiés dans lesquels ils se gardent, ni de marchés sur lesquels ils vendent.»

 

A quelques mois de sa mort, il serait revenu sur le sujet, disant : «Je vous recommande la crainte d’Allah et des Berbères car ce sont eux qui viendront vers vous avec la religion d’Allah du fond du Maghreb, et Allah les prendra en échange de vous.» (Selon Ibn Hammad, cité par Mahfoud Kaddache in L’Algérie médiévale). La prophétie s’est-elle réalisée avec la conquête de l’Espagne, la fondation du Caire, les dynasties almoravide et almohade, hauts faits à mettre à l’actif de nos ancêtres, ou bien est-elle en rapport avec des évènements non encore survenus ?
N. B.

Repost 0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 22:11

 

Algerie Focus

 

La guerre d’indépendance à travers l’enseignement en Algérie

Poste par mar 2nd, 2012

Dans un entretien avec le Nouvel Observateur, Lydia Aït Saadi-Bouras, chercheuse à l’ERASME de Paris 8, donne sa vision sur l’enseignement de la guerre d’indépendance en Algérie.

En France et en Algérie, on enseigne différemment la guerre d’Algérie. En France, c’est une séquence parmi tant d’autre tandis qu’en Algérie, elle constitue le tronc central en histoire. En effet c’est dès l’âge de huit ans que les algériens apprennent l’histoire de la guerre d’indépendance.

Depuis les années 90, l’enseignement a bien évolué. Les martyrs ne sont plus le seul sujet qu’ils étudieront désormais ils pourront voir les grandes figures comme Ben Bella, Aït Ahmed ou encore Farhat Abbas en les présentant comme les « pères de la révolution ».

Lorsqu’il s’agit de parler de l’histoire algérienne vu par la société algérienne, Lydia Aït Saadi-Bouras explique à propos de cette dernière qu’elle a « suivi un processus de reconstruction à la fois mémorielle et historienne et est entrée dans une phase de résilience par rapport à cette séquence de l’histoire nationale, où finalement elle se dit que peu importe la version officielle de ce passé, il faut s’en saisir et l’écrire parce qu’il s’agit encore d’un terrain vierge ».

Des censures des deux côtés de la Méditerranée

De nombreuses personnes ont un droit de regard sur les manuels scolaires, tel que les Moudjahidines, parfois ce regard peut aller jusqu’à la censure de la part des comités de rédaction. En France, il y avait autrefois la loi Mékachera, qui selon son article 4, enjoignait les enseignants à rappeler « le rôle positif de la présence française ». Derrière les enjeux politiques les manuels sont avant tout le « lieu de la consécration de la mémoire et de commémoration ».

S. Viniger

 

 

 

 

Comment enseigne-t-on la guerre d'indépendance en Algérie ?

Publié le 02/03/2012 à 19:26 par hograTags :
Comment enseigne-t-on la guerre d'indépendance en Algérie ?

Comment enseigne-t-on la guerre d'indépendance en Algérie ?

 

Comment enseigner la guerre d'Algérie dans les salles de cours, alors même que cette histoire est sujette à des débats encore très vifs. Lydia Aït Saadi- Bouras, chercheure à l'ERASME de Paris 8, a consacré sa thèse (janvier 2010) à " La nation algérienne à travers les manuels scolaires d'histoire algériens : 1962-2008". Elle décrypte pour le "Nouvel Observateur " les salles de cours.

 

Comment la guerre d'Algérie est-elle enseignée des deux côtés de la Méditerranée ?

- Il ne s'agit pas tout à fait de la même histoire, ce sont en fait deux récits parallèles qui ne s'imbriquent pas toujours. En Algérie, la guerre d'indépendance est le tronc centrale de l'histoire nationale enseignée, avec un trop plein de mémoire et un trop plein d'histoire. En France, il s'agit d'une séquence parmi d'autres de l'histoire nationale et la décolonisation n'est enseignée qu'à partir de la classe de première. C'est une histoire parcellaire, où il manque beaucoup de choses sur la colonisation, son racisme, ses méfaits et crimes...

Les thèmes retenus sont différents. Un jeune Algérien va retenir de cette histoire la résistance (l'émir Abdelkader), des héros martyrs de l'ALN-FNL, la bataille d'Alger, les crimes coloniaux (la torture, la profonde misère et les contrastes de vies entre indigènes et colons; et pour certains le général de Gaulle -mais en tant que personnalité française-. Un jeune français retiendra, pour sa part, De Gaulle, le FLN, le référendum, l'OAS et les rapatriés (l'histoire des pieds noirs étant enseignée depuis longtemps contrairement à celle des harkis introduite plus récemment).

Pour entrer dans le détail, en Algérie, la guerre d'indépendance représente le tronc central de l'enseignement en histoire qui est enseignée dès l'âge de huit ans. Ce récit national autour de la guerre et de la période coloniale à sensiblement évolué depuis l'indépendance. En effet, jusqu'en 1990, seuls les martyrs faisant figures de héros et avaient une place dans les manuels scolaires algériens. Ainsi même Messali Hadj, le père de l'idée d'indépendance y était à peine évoqué. Au début des années 1990, après le basculement politique algérien et l'arrêt du processus électoral, il sera fait appel à Mohamed Boudiaf, entré en dissidence et exilé au Maroc, pour devenir le président du Haut comité d'Etat, l'organe provisoire chargé de gérer le pays. Mohamed Boudiaf va être accueilli en grande pompe. Dans la foulée, on va faire revenir dans le récit scolaire d'anciens protagonistes de la guerre d'indépendance comme Aït Ahmed, Ben Bella, Ferhat Abbas (présenté pour sa part comme assimilationniste francophone). L'enjeu était, dans l'urgence, de légitimer le retour au pays de ces “héros oubliés” bannis après l'indépendance; et expliquer aux jeunes générations pourquoi on faisait appel à eux après les avoir effacés de la mémoire dominante. On a donc intégré dans les manuels scolaires tous ces nouveaux revenants en les présentant comme pères de la révolution. Aujourd'hui encore ce besoin de légitimation reste de mise pour le pouvoir en place issu du FLN-ALN. C'est ainsi que le “martyr inconnu” ne sera plus l'unique protagoniste de cette indépendance nationale. En revanche, le crédo scandé depuis 1962 : "Un seul héros, le peuple" demeure, certes, malgré tout présent dans ce récit. Par ailleurs, sur le plan de la définition des origines et de l'identité nationale on assiste, depuis les années 2000, à une mise en perspectives chronologique, voire une re-contextualisation régionale de cette histoire propre à l'Algérie.

 

Les manuels sont-ils un terrain d'enjeu politique ?

 

- Les manuels scolaires algériens d'histoire sont une préoccupation certaine pour les gouvernants depuis l'indépendance. Les anciens Moudjahidines (combattants) ont un regard direct sur la partie qui les concerne. Dans les comités de rédaction ils peuvent aller jusqu'à la censure quand il s'agit de la guerre d'indépendance. Mais les contrôles courants des manuels se faisant sur une partie de l'ouvrage, il peut toujours y avoir des erreurs, des "dérapages". Des extraits sont passés alors qu'ils n'auraient pas dû. Il y a un contrôle qui se fait a posteriori par les utilisateurs eux mêmes, qui peuvent mener au retrait des manuels scolaires après publication pour être modifiés.

En France, c'est une histoire qui a pu poser problème. La loi Mékachera est un excellent exemple de l'enjeu politique. Souvenez-vous, l'article 4 de la loi –aujourd'hui retiré- enjoignait aux enseignants d'évoquer dans leurs cours " le rôle positif de la présence française ", en Afrique du Nord notamment. Il y a eu une levée de bouclier dans la communauté des historiens, des professeurs d'université, chez les enseignants de l'Education nationale et même par la suite des réactions des autorités algériennes. Il y a ceux qui se sont battus parce qu'ils estimaient que cette loi était mémorielle. D'autres, parmi les enseignants, ont considéré que c'était une interférence du pouvoir dans leur salle de cours.

Repost 0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 22:04

El Watan

 

 

Commune de Zardezas

Des mechtas enclavées

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.02.12 | 10h00

Il demeure encore, dans cette vaste wilaya de Skikda, des populations qui ne marchandent pas leurs souffrances quotidiennes. Des populations qui n’ont rien à vendre car elle n’ont rien à acheter, ni une place de député, ni de sénateur d’ailleurs.

Des gens humbles qui vivent au jour le jour, gardent espoir et croient encore en des lendemains meilleurs. Les Zardezas, cette immense tribu berbère qui donne aujourd’hui son nom à une commune montagnarde au sud de Skikda, restent effacés tout en restant solides et solidaires, tout comme cette roche qui les entoure. «Si seulement l’Etat daignait enfin nous raccorder au réseau du gaz naturel, il fera de nous des gens heureux», ironise un habitant qui faisait partie d’une interminable chaîne et attendait, à l’entrée du village, le camion de distribution des bouteilles de gaz butane. «Ici le froid est glacial et on continue à nous réchauffer avec ces bouteilles qui sont devenues, par les temps qui courent, une denrée rare», ajoute un autre. «Notre commune est desservie à raison de deux rotations (camions) par semaine, c’est devenu insuffisant car les services concernés, la direction des mines et Naftal, continuent de nous alimenter selon d’anciennes statistiques de la population. On ne prend pas en compte le développement démographique de la région», explique notre interlocuteur.


Le « Nif » des Zardezas


En entrant au village en cette matinée glaciale du mois de février, on est vite interpellé par une grande stèle portant les noms des martyrs de la région. Farouches rebelles, les Zardezas ont pris part aux soulèvements populaires et ont activement participé à la Révolution. La région a aussi payé un très lourd tribut lors de la décennie noire du terrorisme, mais ça, les Zardezas ne le disent pas, par pudeur, et refusent de marchander avec le sang des Algériens. «Notre région a payé le prix fort. Personne n’osait arpenter la route menant à notre commune mais nous restons fiers quand même car aucun natif de la région n’a pris les armes contre son pays durant toute cette période», nous dit-on. L’honneur chez ces gens, est un principe intrinsèque.
Le village sent le propre. La placette érigée dans le cadre du programme de l’aménagement urbain est une réussite.

L’oued Saf Saf, presque en crue, scinde les lieux en deux et plus en amont, le barrage de Zardezas s’adosse aux versants, tel un mastodonte qui sommeille. «Le Saf Saf fait partie de notre quotidien, comme le barrage d’ailleurs. Lors des inondations de 2011, on a été obligés d’évacuer en urgence, 72 familles», raconte le maire de Zardezas.
Le village dont une grande partie s’étend en bas du barrage reste potentiellement inondable. Aux premiers lâchers du barrage, le niveau de l’oued monte dangereusement. «On nous a promis d’engager une étude de sécurisation il y a plusieurs années déjà. Un bureau d’études français s’était même déplacé au village, et depuis, on n’en a plus entendu parler», raconte un des habitants. En attendant, les élus engagent régulièrement des opérations de curage de l’oued tout en veillant à éviter toute nouvelle construction sur les berges du cours d’eau.


220 logements en 50 ans


En s’engouffrant avec les habitants dans l’un des multiples cafés qui jalonnent la place du village, on est vite imprégné de la réalité de ces gens. De leurs attentes surtout. «Savez-vous que la dernière attribution de logements chez nous remonte à 2002 ? On est les parents pauvres de la wilaya de Skikda», estime un des habitants et il n’a pas tort.
Depuis l’Indépendance, la commune de Zardezas n’a bénéficié que de 220 logements. Qui peut faire pire ? «On tente de se rabattre sur la formule du logement rural, mais ce n’est toujours pas évident», ajoute un autre habitant.
Le maire, lui, estime que le logement rural a été « une bonne bouffée d’oxygène pour la population. On a tenté de contenter le maximum car il reste à préciser que notre commune est assez vaste et englobe un ensemble de 13 mechtas et quatre agglomérations, dont le chef-lieu de commune. Rien que pour l’année 2011, nous avons réceptionné 290 unités en plus de 200 autres inscrits dans des programmes précédents. C’est une formule qui sied parfaitement à la nature de la région».

Les habitants s’interrogent, pour leur part, sur le fait que leur région n’ait bénéficié d’aucun programme de résorption de l’habitat précaire (RHP) comme plusieurs autres communes de la wilaya. «On sait que des terrains avaient été proposés par l’APC pour abriter un programme de RHP mais cette proposition n’a jamais connu de suite de la part des décideurs», témoigne l’un d’eux.
La nature montagnarde de la région accentue l’isolement de quelques hameaux, comme Ghar Boutine, Jouamaâ, Legrayer et El Anser qui voient leur dispensaires encore fermés pour manque de personnel.

Les habitants de ces lieux se voient ainsi contraints de faire de grands déplacements pour de simples soins. «On a réhabilité la clinique du chef-lieu de commune et on a décidé de prendre en charge la salle de soins de Khemakhem, un hameau isolé», précise le P/APC, même si Zardezas parvient difficilement à subvenir aux besoins de plus de 12 000 habitants. «Mais ceci ne nous a empêché de pallier au plus urgent. C’est vrai que nos ressources sont faibles, mais on essaye de fructifier au maximum les budgets qu’on nous alloue», reconnaît le maire. En premier, il cite les avancées en matière d’AEP: «Nous sommes parvenus à assurer les besoins en AEP à plus de 80 % de la population.»


Les efforts de l’APC


Pour rompre, un tant soit peu l’isolement de quelques agglomérations, plus de 11 km de route ont été réhabilités pour désengorger trois agglomérations secondaires.
Pour l’épineux problème de raccordement au gaz naturel, le maire insistera pour déclarer qu’il a été pris en compte, disant: «Un projet de raccordement avec un réseau de 10 km sera lancé au plus tard au mois de mars prochain. Ceci sera d’un grand secours pour la population», a-t-il estimé.

On ne quittera pas cette belle région sans signaler l’inauguration, le 5 juillet prochain, d’une bibliothèque communale et d’un centre artisanal dont l’architecture, néo-mauresque fera certainement de l’ombre à celui de la ville de Skikda. «Nous espérons bénéficier d’un budget pour aider les activités sportives et culturelles et soutenir les jeunes», a-t-il conclu. A ce sujet, il serait bon de savoir qu’en dépit des manques, un sportif de Zardezas a été sacré demi-finaliste au championnat national du kik-boxing. Mais ça, on ne le crie pas sur les toit… car aux Zardezas, on reste toujours humble et discret, loin des cacophonies des interventions des élus de l’APW qui n’évoquent que rarement cette région et restent toujours prêts à vous rabâcher les misères de leurs petites dechras. Mais ceci reste une autre histoire, qu’il faudra un jour avoir le courage d’aborder.

Khider Ouahab
Repost 0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 21:42

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La légende de Djidda Mezghitane, le mont qui veille sur Jijel…

Portrait de MedSouilah

 

Djidda Mezghitane", le mont qui veille sur Jijel, impose sa masse compacte, donnant lieu à un spectacle rare et enchanteur, de nature à chasser le stress et les angoisses.
Il est vrai que pour une ville qui ne trouve plus de terrains d'assiette, la viabilisation des pentes du Mont "Djidda Mezghitane sera à coup sûr une bouffée d'oxygène pour le chef-lieu de wilaya, mais à quel prix ... !

 

 

Le Fort du mont Mazghitane situé à quelques kilomètres au Sud-ouest de la ville reste parmi les sites les plus méconnus de la région sur le plan historique. Communément connue des Jijellis sous le nom de « Jidda Mazghitane », cette battisse imposante construite sur les ruines du tombeau d'un Marabout, objet jadis de pèlerinages, défie le temps et les hommes par son lot de mystères.


La légende nous apprend que Mazghitane était la sœur de Yemma Gouraya (Bejaia), fille de sidi Ayad, dont le mausolée se trouve à Tifra (Sidi Aïch].
Si les Bougiotes ont réussi à percer le mystère du Fort de Gouraya, celui de Mazghitane reste entier. Quand fut-il construit ?quelle était sa vocation ?

 


L'enfant sur le toit du sémaphore a passé les vacances à Jijel , il ya quelques années..

La légende de Djidda Mezghitane, le mont qui veille sur Jijel…

 

Image de l'article

Paul ISEL conteur patenté, grand spécialiste des légendes et histoires de terroir.


https://www.facebook.com/jijel.info?ref=tn_tnmn

https://www.facebook.com/pages/Jijelinfo/322603087358

medsouilah@jijel.info

 

Commentaires

Portrait de rysplanet

"Jida Mezghitane" est le lieu symbolique par excellence pour les gens de la région de Jijel. Je veux seulement connaitre pourquoi on l'appelle "Jida" et non "Ma" mezghitane? puisque la majorité des gens et même ceux de Bejaia prétendent que "Ma Gouraya" et "Jida Mezghitane" sont soeurs, sinon "Ma Gouraya" est la fille de "Jida Mezghitane".

dieu est grand

 

 

A_BOUNAR

 

Portrait de Letempquipasse

Mezghitane La Légende : La belle reine qui a refusé de se marier avec les princes phéniciens

 

تشير بعض المصادر التاريخية، رغم قلتها، بأن منطقة جيجل كانت في القرن الـ 11 ميلادي أكبر سوق لبيع لحم البشر في إفريقيا، حيث قال الإدريسي إنه خلال الحملة النورماندية في سنة 1143 ميلادي، قام الملك روجي الصقلي باحتلال جيجل وتهديمها عن آخرها، وفي عام 1146 فإن جيجل عرفت مجاعة اضطرت الناس إلى أكل لحم البشر سيما العبيد والضعفاء منهم،

وتوسع السوق ليصبح أكبر سوق في إفريقيا بعد احتلال الجنويين لمدينة جيجل سنة 1260 حين اتخذوها أكبر مرفأ لهم·
من جهة أخرى يشير ابن خلدون إلى أن الفتح الإسلامي لجيجل كان سنة 720 ميلادي، موضحا بأن أهل منطقة جيجل دخلوا في الإسلام بعد ما ارتدوا عنه 12 مرة· سكان جيجل في رحلة البحث عن الحصان الذهبي
يتداول الجواجلة، عبر الأجيال، أسطورة الملكة ''يما مزغيطان''، وهي حسب الروايات الشعبية الشقيقة التوأم لـ ''يما فورايا'' ببجاية، والملكة سدات بالشقفة، فالزائر اليوم إلى عاصمة الكورنيش جيجل من الجهة الغربية يستوقفه لا محالة جبل يمّا مزغيطان الذي يحرس المدينة والمقابل لشاطئ الخليج الصغير الذي ألهبت رماله قلوب عشرات المسؤولين السامين في البلاد، حيث يعتقد بأن ضريح هذه الملكة الفاتنة موجود في قمة الجبل،

أين كانت في السابق مزارا للعائلات سواء للنزهة أو للتبرك بها ضمن عادات جد سيئة· وتفيد بعض الروايات بأن مدينة جيجل عندما تعرضت للغزو الفينيقي في بداية القرن العاشر قبل الميلاد، كانت مزغيطان ملكة على مدينة جيجل وقد كانت غينة جدا وامرأة فائقة الجمال فاتنة للرجال بأنوثة قوية، أقامت الحروب بين أمراء الفينيقيين من أجلها، وعندما طلبها العديد من الملوك والأمراء للزواج، اشترطت الملكة مزغيطان الحماية لرعيتها وشعبها من جهة ومن جهة ثانية عثور الزوج المشرح على حصانها الذهبي الذي ضاع منها· وتفيد الروايات بأن الحصان الذهبي خبأته بشاطئ الزواي أو منطقة بورمل بـ ''غار بوجناح''، وهو الشاطئ الذي يعرف تدفق المئات من الزوار بفضولية، للوصول إلى المكان بحثا عن الحصان الذهبي حتى تخيلا·


وتفيد بعض الروايات بأن الملكة مزغيطان وضعت الحصان بمنطقة الرابطة الأثرية التي تضم اليوم المقبرة الرومانية، والتي تعتبر الذاكرة الجماعية لمدنية جيجل وسكانها· ونظرا لانتشار هذه الأسطورة في أوساط سكان المنطقة عبر العصور فإن آثار الرابطة تعرضت للتخريب من جراء التنقيب الذي مس المنطقة بحثا عن الحصان الذهبي الأسطورة، وحسب بعض المحليين فإن الأرجح في الأسطورة أن الملكة مزغيطان ابتكرت حيلة الحصان الذهبي للتخلص من الأمراء وإطارات الجيش الفينيقي من قضية الزواج وحماية شعبها من بطشهم في آن واحد·
وقد حولت سلطات جيجل جبل مزغيطان إلى المدينة الجديدة لعاصمة الكورنيش، أين انطلقت الأشغال في إنجاز مختلف المرافق العمومية والسكنات، وكذا مستشفى جامعي، في حين تم الحفاظ على قمة يما مزغيطان التي تطل على مدينة جيجل بخضرة غاباتها·

الفجر ياسين بوغدة

 

Innocent

 

La liberté a plus de valeur que l'argent gagné à travailler pour les autres.

 

Portrait de medina

merci ltqp

Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur

Portrait de medina

merci mohamed,(et merci P.I) pour ce témoignage.ce sont là,de petits détails,mais qui contribuent à la reconstitution de l'histoire.

en fait, je voulais surtout connaitre l'histoire du personnage (jida mezghitane),ce qu'elle était, était elle réellement une femme pieuse? est ce vrai qu'elle était la soeur de yemma gouraya?..

 

 

Portrait de MedSouilah

C'est moi qui vous remercie Medina.

Bonne journée.

Quand le ciel éteindra ses étoiles avares, Pour éclairer l’espoir, l’homme a planté l'ex. grand phare avec ses fonds marins, les plus connus de la prestigieuse région jijilienne...

Portrait de MedSouilah

Paul I.:
Je dois ajouter qu'à l'époque le Sémaphore était abandonné et qu'on pouvait y pénétrer librement. Il a été réhabilité par la suite, durant la guerre.
Je me souviens également que mon père, qui avait une camionnette, avait conduit jusqu'au pied de la colline une famille Moussaoui qui avait l'habitude d'y faire des pélerinages.

Quand le ciel éteindra ses étoiles avares, Pour éclairer l’espoir, l’homme a planté l'ex. grand phare avec ses fonds marins, les plus connus de la prestigieuse région jijilienne...

Portrait de MedSouilah

Bonjour Medina.

Comme, je l'ai souligné ci-haut, c'est la seule photo, prise de cette batisse, qui existe sur le net, mystère non...?

Voici le témoignage de son propriétaire, mon ami Paul ISEL conteur patenté, grand spécialiste des légendes et histoires de terroir

..." C'est bien moi qui ai pris cette photo que je découvre ici, dans les années 1952 ou 53. Nous étions 4 copains âgés de 12 à 14 ans et c'est notre professeur, je crois qui nous avait conseillé d'aller admirer le paysage de là-haut. Ce n'était pas un fort, disons plutôt un fortin, car de dimensions très modestes. Il a été construit vers 1850 pour servir de Sémaphore (c'était d'ailleurs son nom), c'est à dire de Télégraphe: à l'aide de grands bras et d'un alphabet optique, les autorités françaises transmettaient des messages de colline en colline (ighil-ighil) vers Sétif, Constantine etc... Derrière ce bâtiment existaient effectivement des ruines; on disait que c'était le tombeau d'un marabout, objet de pélerinages. J'y avais en effet trouvé des bougies, des chiffons verts coincés entre les pierres.Mais c'était peut-être aussi bien les ruines d'un petit fort..."

P.I


Merci Paul, pour tous ces éclaircissements qui lèvent le voile sur l’Histoire de ce fortin.

…date de construction estimé donc vers 1850, soit quelques années seulement après la prise de Djidjelli (1839), ce qui colle aussi avec le style de construction observé au fort Dusquene à Jijel Ville.

Cordailement.

Quand le ciel éteindra ses étoiles avares, Pour éclairer l’espoir, l’homme a planté l'ex. grand phare avec ses fonds marins, les plus connus de la prestigieuse région jijilienne...

 

Portrait de medina

bonjour mohamed,

 

en lisant le titre, "legende de..." je m'attendait à lire ne serait est ce qu'un petit aperçu sur l'histoire de jida mezghitane...malheuresement ce ne fut pas le cas!

alors,dois-je rester longtemps sur ma faim?

 

nejmo,fakou,ltqp,as,et pourquoi pas lpg et elbez peuvent peut etre aussi eclairer ma lanterneSmile

Repost 0
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 21:26

 

 

 

 

Joint BMJ / BBC Newsnight investigation raises new concerns over metal hip implants, which may affect more people than the breast implants scandal

 

Hundreds of thousands of people around the world may have been exposed to dangerously high levels of toxic metals from failing hip implants, despite the risks being known and documented for decades, warns a joint BMJ / BBC Newsnight investigation published today.

Hip implants, like breast implants did not have to pass any clinical trials before they were put into patients.

The investigation reports how cobalt and chromium ions can seep into the tissues of patients with “metal on metal” (MoM) hip implants, causing local reactions that destroy muscle and bone, and leaving some patients with long term disability. Studies have also shown that metal ions can leach into the bloodstream, spreading to the lymph nodes, spleen, liver and kidneys, before leaving the body as urine. There are also concerns about damage to chromosomes, leading to genetic changes.

Local tissue reactions associated with metal ions were first described in detail as long ago as 1975. Yet the investigation reveals how manufacturers remained silent in the face of mounting evidence of risk, and how the regulatory bodies failed to act to protect patients.

Full details will be published on the BMJ website and broadcast on BBC Newsnight on Tuesday 28 February 2012.

"This is one very large uncontrolled experiment exposing millions of patients to an unknown risk. We will only find out about the safety of these devices after large numbers of people have already been exposed," says Michael Carome, Deputy Director of Public Citizen's Health Research Group.

The investigation also shows how companies have changed the design of their metal hips over the last decade (making the “head” larger and part of the “stem” shorter) in a bid to prevent dislocation and increase movement, without conducting new trials to demonstrate safety and effectiveness or post-marketing studies to detect any long-term problems.

Experts say it is likely that these design changes are responsible for the release of high levels of toxic metals into the body, yet regulators in the US and Europe failed to spot the changes, and despite concerns being raised, failed to warn doctors and patients of the potential dangers.

One design change was cleared by the US regulator, the FDA, who said the design “does not raise any new issues of safety or effectiveness.”

As early as 2006, evidence was mounting about high metal concentrations in patients with articular surface replacement (ASR) hips. But it was another four years until the UK regulator, the MHRA, issued an official safety alert and the ASR hip was recalled from the market.

Instead, the MHRA, appointed a committee that included company representatives and several consultants to decide the fate of metal on metal hips. As a result, they concluded that patients should be told about the risks, but no alert was issued to surgeons or patients.

The MRHA also downplayed the problems, stating: “The majority of patients implanted with MoM hip replacements have well-functioning hips and are thought to be at low risk of developing serious problems.”

During this time, implant rates peaked. In England and Wales over 20,000 large diameter metal on metal hips were implanted thereafter, while in the US, metal on metal hips are still being marketed to orthopaedic surgeons.

The British Standards Institution (BSI) even gave one metal on metal system (the Pinnacle system, manufactured by Depuy) their quality “kitemark” in 2009 and 2010. When the BMJ asked BSI if they knew of concerns about the design at the time, they said they were “bound by strict obligations of confidentiality to our clients.”

Nick Freemantle, Professor of Clinical Epidemiology and Biostatistics at University College London says: “We shouldn’t be in this position where we don’t know and there’s so much uncertainty. The stability of a compound should have been ascertained before it was used widely in people. As yet, we don’t know the consequences of this.”

Dr Fiona Godlee, BMJ Editor in Chief says: “Hip replacements are one of the great successes of modern medicine. But a combination of inadequate regulation and untrammelled commercialism has caused actual and potential harm for large numbers of patients around the world. They should have known about the risks, as the manufacturers and regulators did, but they were not told."

"No pre-market system can ensure all devices are safe, but they can certainly make it more likely,” add Dr Carl Heneghan and colleagues in an accompanying article. “Creating an independent system for post-marketing analysis for implantable medical devices that is robust and increasing international coordination around device alerts and withdrawals should go some way to sorting out the current mess."

http://www.bmj.com/content/344/bmj.e1410

http://www.bmj.com/content/344/bmj.e1349

Repost 0
Published by iflisen - dans Médecine
commenter cet article
2 mars 2012 5 02 /03 /mars /2012 21:16

 

 

source : BBC

MHRA: Metal hip implant patients need life-long checks

Watch Deborah Cohen's full Newsnight report on metal-on-metal hip replacements

 

The government's health regulator has advised that patients who have undergone large head metal-on-metal hip replacements should be monitored annually for life.

 

The new advice comes as a joint BBC Newsnight and British Medical Journal investigation reports that problems with such devices have been long known, but no action taken to block their use.

 

All-metal hips have a high failure rate and rubbing between the ball and cup can cause metal to break off, seeping into tissue and causing complications.

 

But despite the fact that the risks posed by these minute pieces of metal have been known and well documented for decades, patients have been kept in the dark.

 

Start Quote

We are seeing patients with 10, 20, 50 times normal levels. I think our highest level is nearly 300”

End Quote Tony Nargol Consultant surgeon at the University Hospital of North Tees

 

The Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) said on Tuesday that around 49,000 UK patients with large-head hip implants out of 65,000 with all-metal hips were in a high-risk category.

 

The regulator said that they should have blood tests to check for metal ions, and magnetic resonance imaging scans (MRI) if they have raised metal levels or show adverse symptoms.

 

Dr Susanne Ludgate, Clinical Director of the MHRA, said in a statement:

 

"Clinical evidence shows that patients have a small risk of suffering complications from having metal-on-metal hip implants...

 

"As a precautionary measure, we have today issued updated patient management and monitoring advice to surgeons and doctors that they should annually monitor patients for the lifetime of their metal-on-metal total hip replacements that are sized 36 millimetres or more because this particular type of hip replacement has a small risk of causing complications in patients.

Professor Sir Kent Woods: "You cannot test the wear patterns of human joint replacements"

This updates previous advice that patients with this type of hip replacement need only be monitored for a minimum of five years after their operation."

Device recalled

Concerns are centred on all-metal hips made of cobalt and chromium. As the parts of the joint rub together and wear, metal debris is generated.

 

Potentially toxic metals from this debris can cause inflammation, destroying muscle and bone, and enter the bloodstream.

 

Tony Nargol, a consultant surgeon at the University Hospital of North Tees told Newsnight/BMJ "we are seeing patients with 10, 20, 50 times normal levels. I think our highest level is nearly 300".

 

One all-metal hip device, manufactured by DePuy, a subsidiary of global health giant Johnson & Johnson, called the ASR was recalled in 2010.

 

And the company, which is facing legal action from ASR patients, has set aside $3bn in case they have to pay compensation.

 

Hip replacement ball Friction from the metal rubbing on metal can cause debris to break off

 

But Mr Nargol's research suggests there are also problems with another all-metal hip, made by DePuy, called the Pinnacle, which is still on sale.

 

His hospital tested the nearly 1,000 patients who had been fitted with the all-metal Pinnacle there.

 

"The trust has brought back all the patients with Pinnacle cups - nearly 1,000 - tested them all, screened them, scanned them, and we know exactly what's happening," he said. "And we found out that of about 970 patients, 75 failures related to metal debris, which is really quite high."

 

DePuy told Newsnight and the BMJ that patient safety is their top priority and that clinical data showed that the Pinnacle was safe.

Design change

The Newsnight/BMJ investigation has also found that in a bid to prevent dislocation and increase movement DePuy, like other manufacturers, altered its design of the Pinnacle, making the "head" larger and part of the "stem" shorter.

 

Start Quote

This is one very large uncontrolled experiment exposing millions of patients to an unknown risk. We will only find out about the safety of these devices after large numbers of people have already been exposed”

End Quote Michael Carome Deputy Director of Public Citizen's Health Research Group, a US not for profit consumer advocacy group

 

However, this was done without trials being conducted to demonstrate safety and effectiveness or post-marketing studies to detect any long-term problems and the MHRA was unaware that the design had been changed.

 

Experts say it is likely that these design changes are responsible for the release of high levels of toxic metals into the body, yet regulators in the US and Europe failed to spot the changes, and despite concerns being raised, failed to warn doctors and patients of the potential dangers.

 

Dr Nargol said he first told DePuy about damaged tissue in metal-on-metal Pinnacle patients in 2008.

 

And e-mails, seen by Newsnight/BMJ, show that Japanese surgeons warned DePuy in 2009 that metal debris from the Pinnacle was harming patients.

 

In 2010, a senior DePuy executive said in an internal document that he was "concerned" about problems with the metal-on-metal Pinnacle and similar implants. "I feel the problem is emerging as more serious than first thought," he wrote.

 

The Newsnight/BMJ investigation shows that in the face of mounting evidence of risk from metal-on-metal hips manufacturers remained silent and regulators failed to act.

 

Internal company documents, seen by Newsnight/BMJ, show that as early as 2005 DePuy was aware of the damage that could be done to patients by metal-on metal-implants.

 

This included the possibility that they might increase the chances of patients getting some types of cancer:

 

"In addition to inducing potential changes in immune function, there has been concern for some time that wear debris may be carcinogenic," one memo said.

Regulatory failure

"This isn't the unlucky failure to spot the misdemeanours of one rogue company or the occasional unforeseen breakdown of a small number of devices," BMJ investigations editor Deborah Cohen, who has been working with Newsnight, said of the findings. "It is the inability to prevent a whole class of failing hip implant from being used in hundreds of thousands of people globally."

 

Tony Nargol Surgeon Tony Nargol says the Pinnacle device also has a high failure rate

 

Carl Heneghan, Director of the Centre for Evidence-Based Medicine in Oxford, says that the fundamental problem is that artificial hips, breast implants, and other devices which are implanted in patients do not have to face the same rigorous tests new drugs do.

 

He says that whereas drugs have to go through years of clinical trials "you could get a device through with a two or three day literature review and no clinical data requirement at the current time".

 

And whereas drugs are cleared by a central body, manufacturers of breast or hip implants can choose who they want to approve their new devices. DePuy used the British Standards Institute, known in the UK for applying its "kite mark" to products it has approved.

 

"This is one very large uncontrolled experiment exposing millions of patients to an unknown risk. We will only find out about the safety of these devices after large numbers of people have already been exposed," says Michael Carome, Deputy Director of Public Citizen's Health Research Group, a US not for profit consumer advocacy group.

Watch Deborah Cohen's full Newsnight report on metal-on-metal hip replacements

Related Stories

 

The government's health regulator has advised that patients who have undergone large head metal-on-metal hip replacements should be monitored annually for life.

 

The new advice comes as a joint BBC Newsnight and British Medical Journal investigation reports that problems with such devices have been long known, but no action taken to block their use.

 

All-metal hips have a high failure rate and rubbing between the ball and cup can cause metal to break off, seeping into tissue and causing complications.

 

But despite the fact that the risks posed by these minute pieces of metal have been known and well documented for decades, patients have been kept in the dark.

 

Start Quote

We are seeing patients with 10, 20, 50 times normal levels. I think our highest level is nearly 300”

End Quote Tony Nargol Consultant surgeon at the University Hospital of North Tees

 

The Medicines and Healthcare products Regulatory Agency (MHRA) said on Tuesday that around 49,000 UK patients with large-head hip implants out of 65,000 with all-metal hips were in a high-risk category.

 

The regulator said that they should have blood tests to check for metal ions, and magnetic resonance imaging scans (MRI) if they have raised metal levels or show adverse symptoms.

 

Dr Susanne Ludgate, Clinical Director of the MHRA, said in a statement:

 

"Clinical evidence shows that patients have a small risk of suffering complications from having metal-on-metal hip implants...

 

"As a precautionary measure, we have today issued updated patient management and monitoring advice to surgeons and doctors that they should annually monitor patients for the lifetime of their metal-on-metal total hip replacements that are sized 36 millimetres or more because this particular type of hip replacement has a small risk of causing complications in patients.

Professor Sir Kent Woods: "You cannot test the wear patterns of human joint replacements"

This updates previous advice that patients with this type of hip replacement need only be monitored for a minimum of five years after their operation."

Device recalled

Concerns are centred on all-metal hips made of cobalt and chromium. As the parts of the joint rub together and wear, metal debris is generated.

 

Potentially toxic metals from this debris can cause inflammation, destroying muscle and bone, and enter the bloodstream.

 

Tony Nargol, a consultant surgeon at the University Hospital of North Tees told Newsnight/BMJ "we are seeing patients with 10, 20, 50 times normal levels. I think our highest level is nearly 300".

 

One all-metal hip device, manufactured by DePuy, a subsidiary of global health giant Johnson & Johnson, called the ASR was recalled in 2010.

 

And the company, which is facing legal action from ASR patients, has set aside $3bn in case they have to pay compensation.

 

Hip replacement ball Friction from the metal rubbing on metal can cause debris to break off

 

But Mr Nargol's research suggests there are also problems with another all-metal hip, made by DePuy, called the Pinnacle, which is still on sale.

 

His hospital tested the nearly 1,000 patients who had been fitted with the all-metal Pinnacle there.

 

"The trust has brought back all the patients with Pinnacle cups - nearly 1,000 - tested them all, screened them, scanned them, and we know exactly what's happening," he said. "And we found out that of about 970 patients, 75 failures related to metal debris, which is really quite high."

 

DePuy told Newsnight and the BMJ that patient safety is their top priority and that clinical data showed that the Pinnacle was safe.

Design change

The Newsnight/BMJ investigation has also found that in a bid to prevent dislocation and increase movement DePuy, like other manufacturers, altered its design of the Pinnacle, making the "head" larger and part of the "stem" shorter.

 

Start Quote

This is one very large uncontrolled experiment exposing millions of patients to an unknown risk. We will only find out about the safety of these devices after large numbers of people have already been exposed”

End Quote Michael Carome Deputy Director of Public Citizen's Health Research Group, a US not for profit consumer advocacy group

 

However, this was done without trials being conducted to demonstrate safety and effectiveness or post-marketing studies to detect any long-term problems and the MHRA was unaware that the design had been changed.

 

Experts say it is likely that these design changes are responsible for the release of high levels of toxic metals into the body, yet regulators in the US and Europe failed to spot the changes, and despite concerns being raised, failed to warn doctors and patients of the potential dangers.

 

Dr Nargol said he first told DePuy about damaged tissue in metal-on-metal Pinnacle patients in 2008.

 

And e-mails, seen by Newsnight/BMJ, show that Japanese surgeons warned DePuy in 2009 that metal debris from the Pinnacle was harming patients.

 

In 2010, a senior DePuy executive said in an internal document that he was "concerned" about problems with the metal-on-metal Pinnacle and similar implants. "I feel the problem is emerging as more serious than first thought," he wrote.

 

The Newsnight/BMJ investigation shows that in the face of mounting evidence of risk from metal-on-metal hips manufacturers remained silent and regulators failed to act.

 

Internal company documents, seen by Newsnight/BMJ, show that as early as 2005 DePuy was aware of the damage that could be done to patients by metal-on metal-implants.

 

This included the possibility that they might increase the chances of patients getting some types of cancer:

 

"In addition to inducing potential changes in immune function, there has been concern for some time that wear debris may be carcinogenic," one memo said.

Regulatory failure

"This isn't the unlucky failure to spot the misdemeanours of one rogue company or the occasional unforeseen breakdown of a small number of devices," BMJ investigations editor Deborah Cohen, who has been working with Newsnight, said of the findings. "It is the inability to prevent a whole class of failing hip implant from being used in hundreds of thousands of people globally."

 

Tony Nargol Surgeon Tony Nargol says the Pinnacle device also has a high failure rate

 

Carl Heneghan, Director of the Centre for Evidence-Based Medicine in Oxford, says that the fundamental problem is that artificial hips, breast implants, and other devices which are implanted in patients do not have to face the same rigorous tests new drugs do.

 

He says that whereas drugs have to go through years of clinical trials "you could get a device through with a two or three day literature review and no clinical data requirement at the current time".

 

And whereas drugs are cleared by a central body, manufacturers of breast or hip implants can choose who they want to approve their new devices. DePuy used the British Standards Institute, known in the UK for applying its "kite mark" to products it has approved.

 

"This is one very large uncontrolled experiment exposing millions of patients to an unknown risk. We will only find out about the safety of these devices after large numbers of people have already been exposed," says Michael Carome, Deputy Director of Public Citizen's Health Research Group, a US not for profit consumer advocacy group.

Repost 0
Published by iflisen - dans Médecine
commenter cet article

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens