Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 14:42

EMERITUS PROFESSOR COLIN G CARO      

Department of Bioengineering, Imperial College London

Royal School of Mines Building, SW7 2AZ

Tel: 0207 594 5180 (work); Fax: 0207 594 9817

Email: c.caro@imperial.ac.uk

dob: 3rd Oct, 1925 

 

 

 

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 21:00

 DDK

 

 

Lexyal n Krim Belqasem

Par

 

Teṣebḥit n 19 di Meɣres, ḥakrent wallen s igenni, nudant ɣef yitri anida yella. Neflent akkin i usigna n tatut , ddan d ubeḥri n ccuq , din di ccew ibededd lexyal-is . Udem-is icereg-d tignawt, s tmuɣli usuk tamurt yenuɣnin xemsin isagassen aya. Xas akken yuffa-d kra ur yerkid, nesma n ṛuḥ-is tassakid tafsut menbeɛḍ cceda i d-tenher cetwa s -ideflawen-is yesqujren tiga deg allaɣen n yemdanen. Tagnit teḥulfa s liqqa n tudert yuzlan deg iẓuran n yemɣan yefrawsen i wsulfu n yaqqaren n yiṭij id yehan ɣer yifarawen-nsen lḥamu. Din yekcem Ccna n tudert ɣer yal taxlijt, akkin ṣḍ n teḥdayin yemugren tafsut id yeflalin ihuz tassiwin n yiɣersiwen d yemɣan d yemdanen. Tanfust ɣabben leɛwam taflali-d deg uzmam n tira , tesneɛted belli kra iteddun, kra yedran yezdi yixef-is ɣer 19 agi di Meɣres acku assen i d- ukkin yisɣaren d waman seg ugersel deg iten-yegger lawan. Yuɣaled Krim Belqasem ɣer tarwa-s akken idim n tirugza yuzlan deg tafaka-s, ad yedhen ixulaf i d- yettlalen amer ad qazmen icqiriwen n zzman atrar iten -yegunin. Di lbeḍna, ixef umedyaz yemekta-d asefru :
Aɣ-nɣen yerna aɣ-semḥen
Akken ad d-ttali ciɛa –nsen
Assen jemɛen d iɣasen
Nnan-d n Krim Belqasem
Twallam i xedmen wussen
Ttcublen widen yemuten
Deg asqif n ṭmana yellan d “lalif“ n lhu, d amraḥ n lɛafya, d agni anda zdin lewqat, d tamugent ger yiḍeli akked d wass-a d uzekka i wakken kra n wayen niɣil yenger neɣ mazal ur d yelḥiq , ad yejbu imiren . Ad yerzu akken ad yawwi lmendad-is i yixfawen yeɛyan. Di lhejna n waktay ,braṛḥent wallen ɣef tafrara yifen yal tafrara. Dlant ɣef wass yifen yakk ussan, mlalent d tmuɣli n yizem n tiza, sefrant-d asirem i d -yettwahin i tasuta cihwa n tanfalit aten-yawwin deg ubrid yeṣawaḍen ɣer tezgi n tisas. Tsas s wacu ara rran lewɛara yessan deg abrid ɣer yimald tafasat. Tisas asen yeslamden lebɣi i d- ifetlen isufar s wacu ara qazmen yiḍaren iberden yettawin ɣer liser . Ma di lbeḍna, ihaj usefru:

I nurǧa deg ass-nni
Nɣil ṣṣwab ad yuɣal
Yal yiwen ad yemekti
Cwal at yernu laɛqal
Ded imi itt-yeḥkem ujehli
I neẓra ziɣen mazal

Iman n yal alles n yal tallest yuttuɣal d abeḥri yesirqisen tijawaqin n tudert neǧren ifassen n widen yejlan akkin i lemri n tmuɣli. Tijawaqin deg yuzel nnefs n widen yellan yidneɣ xas ur ten ttwali tmuɣli. Di tillawt irgazen am Krim werǧin jlan acku zedɣen amraḥ isuman ixef n yixef-nneɣ. Mi ten yectaq ad yedlu fell-asen wul, ad yegem seg ulawen-nsen leḥrara n umenuɣ ɣef isehra akked ugamir ( honneur et dignité). Ma di lbeḍna asefru simmal yettijiq:
Nurǧa ma d zwin takka
Ɣef ayen yakk i-iɛaden
Nɣil nmaqqer tura
Ur neḥwaj anwa aɣ yezuɣren
Tidet a nedlu fell-as ass-a
Seg-s ulac d acu ara sneqsen
Yeḍṣa zzman deg wayeḍ. Anda akken i d-yettwagzem ugeṭum n lḥaq i d-yettwenǧer ufurk n lbaṭel. Deg izenqen yeqwa zhir. Lḥir yeṭṭef afus i yemdanen yezuɣer-iten ɣer ugni n ustehzi. Ayen akken i d-yefda leɣla yiwen ur yedli fell-as. Ziɣ tella tmattent tella tayeḍ! Qqaren win yeqqes uzrem yettaggad aseɣwen. Agdud yettwaqsen deg yixef-is, yefka i lḥif azuɣer. Imi agadir yella, tucḍa teshel, yesmenyaf tiqulhatin ɣef tamusni, yesmenyaf timurṣad ɣef umebzan ( rationel), yesmenyaf timucuha yesganayen ɣef tidet yellan. Ur yelli d awezɣi ma Tikwal llan wid yettemnan s rmal ad zḍen amrar, neɣ s wufal ad wten uzal. Xas ulama gtent yehdumen di lbeḍna asfru yezuzufen yir asigna, werǧin yendim deg ayen yenna:

Tura riwaya tfuk
Yal wa temuɣli is- yefka
Ma d win iḥadqen icuk
Fell-as ur telli tufra
Ma ass- a d nutni i d- lmuluk
Cciṭan am nutni i yegga !

 

 

 

Ass agraγlan n useklu

Par

Tiddukla ‘’AJIE’’ n Tizi Wezzu d yiwet gar tiddukliwin yesseḥbibiren γef ugama. Kra n usenfar i texdem neγ ara texdem yesεa akk assaγ akked ugama. I wakken dγa ad d-tesmekti ass agraγlan n useklu s lxedma mačči kan s wawal, tefka ttiεad akked yinelmaden n taddart ‘’Azemmur n Meryem’’ n tγiwant n Tirmitin di Tizi Wezzu γer ufras n kra n yimukan u γer tuẓut n waṭas n yisekla. S lferḥ d ameqqran i d-qublen yinelmaden n taddart-a cγel-agi xas ulamma ssḥasfen aṭas yimḍebbren n tiddukla imi ur d-usan ara yimdanen imeqqranen. ‘’Acḥal-aya seg-mi i asen-nenna. Nger-d tiγri i taddart merra, meεna aql-iken la tettwalim, ulac ula d yiwen. Ula d aselway n tγiwant ur yeṭṭif ara deg wawal-is.’’ Akka i aγ-d-tenna yiwet gar temḍebbrin n’’AJIE’’. Ma d Ali Yahiaoui, yenna-d :’’limer d lebγi, leqdic-a ad yettili yal ass. D lawan ad fiqqen medden s lfayda n tjur akked tezdeg.’’
Ihi, mebεed mi fersen u ssazedgen imekwan-nni yeččuren d ammus ladγa tiqreεtin n lbira d ccrab, ruḥen γer uxxam n yilmeẓyen d yiγerbazen ẓẓan din tjur.
Di taggara, nnan-d kra n yinelmaden :’’nebγa ad ticbiḥ tmurt-nneγ. Ad asen-iniγ i lγaci ur ṭṭeggiret ara ixucan di lqaεa axater yettawi-d lehlak. Ilaq ad ten-sqeεden di les poubelles, ad rren lğağ weḥd-s, plastik weḥd-s…’’ ’’Neẓa tjur axater sεant aṭas n lfayda.’’

 

 

 

 

 

Tamsirt n umezruy deg wass n umezruy

Par
I wakken ad yeqqim wassaγ i lebda gar yimeγrasen n tegrawla n 54 akked tsuta n tura, tiddukla n yimawlan n yinelmaden s lemεawna n yimḍebbren n uγerbaz ‘’Atmaten Moula’’ n Tala Athmane thegga-d yiwet n tirza γer usalay (musée) n yimeγras n temdint n Tizi Wezzu ass-nni n 19 di meγres 2012. Ihi fursen tagnit yimawlan n warrac-a imi arraw nsen llan deg yimuras n tefsut u ass-nni n 19 di meγres d ass yesεan azal ameqqran deg umezruy n Lezzayer imi deg wass-nni i yeḥbes umennuγ, teḥbes lgirra, i wakken ad xedmen tirza-agi. Γef wakken i aγ-d-nnan, d tikelt tamezwarut i deg-i ffγen yinelmaden-a berra n uγerbaz, d tirza tamezwarut. Aya yessefreḥ nezzeh arrac-nni daymi teddun cennun tizlatin i lemden γer tselmadt nsen n tmaziγt. Mi wwḍen γer umekkan, sersen tameqqunt n yiseğğigen deg usebdad (monument) syin, u s lmendad n yimḍebren n dinna, uγalen γer uwali n temsikent-nni yellan deg usalay-a. Yal tikelt yettili-d umeslay γef wayen ttwalin neγ γef yisteqsiyen n yinelmaden. Dγa, di tugna-agi i tettwali, yella-d umeslay γef umezruy n temsrifegt-agi n lgirra.
Di taggara, u εlaḥsab n wayen i aγ-d-nnan, lemden-d warrac timsirin n umezruy xir n tid-nni i wumi sellen kan gar 4 n leḥyuḍ n uγerbaz. Anwa yeẓran, ahat ad ilin deg-sen wid ara d-yelhun s tira n umezruy s timmad-nsen mačči kan d wiyaḍ ara yettarun amezruy-nsen.

Hocine.M

Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 22:43

Liberté

 

ActualitéSamedi, 24 Mars 2012 10:00Facebook ImprimerEnvoyerRéagir

Mohamed Saïd dans un meeting à Boudouaou

“Le silence des politiques sur le drame du suicide en Kabylie”

Par : Madjid T

Mohamed Saïd Belaïd, président du Parti pour la liberté et la justice, a fustigé, hier, les politiques pour leur silence sur le drame des enfants qui se sont suicidés à Tizi Ouzou.

“C’est inadmissible et impensable qu’un drame aussi grave ne fasse pas réagir nos hommes politiques alors qu’en France la mort d’enfants a amené les politiques de ce pays à suspendre la campagne électorale”, a affirmé M. Mohamed Saïd.
L’orateur s’est interrogé sur l’indifférence de nos hommes politiques et leur défaillance face à une telle tragédie qui a touché une frange aussi sensible de nos citoyens. “Ils se sont occupés à parler de législatives et des têtes de listes au lieu de s’interroger et de parler des causes et des circonstances d’un tel drame”, a-t-il ajouté. M. Mohamed Saïd se dit outré par le silence de la classe politique qui ne sent pas le mal qui touche de paisibles citoyens tel ce drame mais aussi les enlèvements que connaît la région ou encore les dernières intempéries qui ont fait de nombreux morts, a-t-il encore martelé. “Nous vivons une véritable crise morale, sinon comment expliquer l’attitude des politiciens qui ne se sentent pas concernés par les souffrances des leurs et se targuent de les représenter et de défendre leurs causes ?”, s’est-il questionné encore. Sur les objectifs essentiels de sa formation politique, le président du PJD a affirmé que son parti a demandé le changement avant même l’avènement du Printemps arabe. “Nous étions le premier parti a avoir exigé le changement”, a-t-il indiqué, précisant que les actions de protestations quotidiennes ne font qu’exprimer cette soif de changement que sollicitent nos citoyens. “Le pays enregistre chaque jour une moyenne de 15 actions de protestations, ce qui indique que nos citoyens aspirent au changement”, a-t-il dit. Le premier responsable du PJD a invité les politiciens à passer l’intérêt général avant l’intérêt personnel. “Il faut que nos adhérents s’imprègnent de ces valeurs que nous considérons primordiales”, a-t-il souligné, ajoutant que le pays ne peut pas avancer s’il n’y a pas une lutte sans merci contre la corruption, en citant l’exemple de la Turquie, de la Géorgie ou de la Malaisie. “Ces pays ne possèdent pas de pétrole mais ils sont devenus des pays riches grâce à leur politique axée sur la lutte contre la corruption et l’instauration de la confiance avec leurs citoyens.” L’intervenant a précisé que rien ne sera fait s’il n’y’a pas de sincérité chez nos politiciens, et il cite l’exemple de Houari Boumédiène qui, selon lui, a été proche du peuple et est mort sans laisser de richesses derrière lui. “Cet homme d’État a gagné la confiance du peuple par son comportement exemplaire et l’intérêt qu’il a toujours porté pour les couches sociales les plus défavorisées”, a-t-il indiqué. Mohamed Saïd n’a pas manqué de critiquer certains partis de l’extrême droite française qui tentent d’exploiter l’affaire de Merah Mohamed en parlant des origines algériennes de ce jeune né et éduqué en France. “Pourtant celui-ci n’a jamais connu l’Algérie, encore moins ses parents qui sont nés en France et qui ont été éduqués en France”, a-t-il affirmé.
Et de s’interroger “pourquoi passer sous silence les origines de Zidane qui a honoré la France, et n’évoquer ses origines que lorsqu’il s’agit de points négatifs.”

Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 22:13

 

 

 

Chronique inspiré d'un article de

«TLEMCEN, CAPITALE DE LA CULTURE ISLAMISTE 2011»

Un seul perdant, la culture algérienne

 
Une ville antique, un patrimoine amazigh à sauvegarder

Il ne reste pas beaucoup de jours pour que la ville de Tlemcen se débarasse du plus grand événement qui l'a humiliée tout en insultant sa mémoire pendant toute une longue année.

«Tata Khalida a bien fait de penser à nous en rénovant la salle de cinéma ex-Colisée», a affirmé le responsable de la salle de cinéma de Tlemcen, Ilyès-Bensalem. Un tel aveu est plus que révélateur de la soif inassouvie des Tlemcéniens vis-à-vis du cinéma. Tlemcen, cette ville qui a été, pendant aussi longtemps, la capitale des Zianide, a été capitale de la soumission et de la capitulation face aux sanguinaires islamistes qui avaient massacrés plus de 200 000 civils algériens, et ce depuis le mois de février de l'année passée.

Abriter les festivités contenues dans le cadre de «Tlemcen, capitale de la culture islamistes» a valu aux habitants de la ville un autre titre et une nouvelle forme d'aliénation, celle des temps contemporains.

 

 «Quand sera organisée une activité de cette d'envergure qui nous a fait sortir du marasme culturel que nous avions subi pendant de longues années?» demandait un citoyen. «Pas de sitôt, à moins que le département de Khalida Toumi ne fasse une nouvelle folie en organisant d'autres festivités semblables à celle qui va s'achever, pour jeter l'argent par la fenêtre», a lâché subtilement un correspondant d'un quotidien arabophone qui a estimé que l'activité en question, «Tlemcen, capitale de la culture islamiste», est une perte de temps et d'argent. Une telle sentence lâchée délibérément, a vite fait de tourner à un débat intellectuel qui a opposé deux journalistes, le premier est le correspondant local tandis que le second est l'envoyé spécial d'un quotidien francophone. Le débat n'a connu son épilogue qu'après l'intervention d'un artiste tlemcénien qui, tout en affichant sa satisfaction totale, a déclaré que «Tlemcen manquait cruellement de telles rencontres et ce depuis de longues années». Et ce dernier de tancer sévèrement tout en critiquant les langues qui n'ont cessé de se délier depuis le mois de février 2011: «Pourquoi tout cet acharnement sur une activité qui est pourtant bénéfique aux habitants de notre wilaya vu les nouvelles infrastructures culturelles qui ont été réalisées à l'occasion de «Tlemcen, capitale de la culture islamique?» En tout cas, il ne reste pas beaucoup de jours pour que la ville du Roi Yaghmouracen retrouve sa sérénité et sa dignité.

 

 

Repost 0
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 21:52

 

 L'Expression

LES VICTIMES DU TERRORISME PRÉVIENNENT

«Il n'existe pas d'islamisme modéré»

Par : Decrease font Enlarge font
«Il n'existe pas d'islamisme modéré»

L'objectif commun des modérés, des radicaux ou des salafistes reste l'instauration d'un «Khalifat théocratique».

Le Conseil national pour les droits de victimes de la décennie noire a été empêché de tenir sa conférence de presse prévue hier, dans un hôtel à Baraki, une banlieue du sud-est d'Alger. A peine entamée, le président et porte-parole de ce conseil, Djamil Benrabah, s'est vu contraint de l'arrêter illico presto. Le propriétaire de l'établissement a reçu des instructions des services de sécurité pour mettre fin à cette réunion.
Quoi qu'il en soit, le conseil réunissant en son sein les représentants des patriotes et des militaires blessés, les membres des collectifs de l'autodéfense et les familles des disparus a déclaré que «des personnes et des parties adeptes de l'amnésie ne veulent pas que l'on se réunisse pour s'exprimer», regrettent-ils. Par conséquent, clament-ils «nous serons obligés de sortir dans la rue». «Nous allons investir la rue car nos droits sont légitimes». Nous sommes «l'exemple vivant de cette décennie douloureuse, une période qui continue malheureusement de grossir les rangs des victimes», a martelé le même responsable. Outre cet incident, l'appel lancé par ce conseil en prévision du scrutin des législatives constitue le message qu'on a voulu transmettre aux électeurs et aux partis en lice. Pour que le peuple algérien ne subisse plus ce que nous avons subi, «nous appelons les citoyens désirant voter de ne pas accorder leurs voix aux porteurs de projet islamiste», annonce-t-il. En fait, selon lui «l'islamisme modéré n'existe pas. Il n'y a pas de différence entre les différentes catégories de l'islamisme politique», commente-t-il. «Ces gens-là qui se disent porteurs de projet islamiste représentent un vrai danger. S'ils passent, il faut s'attendre à une nouvelle phase de sang et de feu plus destructrice que la précédente», fait-il savoir. En tant que force sociale ayant la légitimité du sacrifice pour la liberté et la dignité durant la décennie noire, il est de notre devoir de barrer la route à nos ennemis et ennemis de l' Algérie», justifie-t-il. L'objectif commun des modérés, des radicaux ou des salafistes reste l'instauration d'un «Khalifat théocratique», affirme-t-il.
A l'approche des élections législatives et dans la perspective de la présidentielle prévue pour 2014, des individus qui portent directement ou indirectement la responsabilité de la décennie noire et de ses conséquences que nous continuons à subir, «se préparent, encore une fois en instrumentaliser l'Islam, à partir à l'assaut des institutions du pays pour s'incruster et instaurer un Etat théocratique», peut-on lire sur cet l'appel. Rejeter la candidature et mener campagne contre toute personne impliquée directement ou indirectement dans la décennie noire, dénoncer et combattre toute candidature ou organisation utilisant l'Islam à des fins politiques, relèvent des recommandations faites à l'adresse de tous les Algériens.
En revanche, ils appellent les électeurs à appuyer les formations ou candidats porteurs d'un projet moderniste et démocratique. Car, disent-ils, certaines personnes en s'infiltrant dans des partis islamistes existants, les autres en créant de nouveaux partis islamistes, sentent l'heure venue, à la faveur du «printemps arabe». Si, prédisent-ils, ces individus dont certains se réclament de la mouvance islamiste modérée mais qui en réalité dissimulent derrière leurs cravates des couteaux bien aiguisés prêts à l'emploi, venaient à présider à notre destinée, «ils donneront le coup de grâce au projet d'une Algérie moderne ouverte sur le XXIe siècle». Ils se serviront de la façade hypocrite de super musulman, pour imposer la vente concomitante d'un projet de société anachronique et un système de gouvernance basé sur la rapine, la corruption, l'incompétence. Par ailleurs, les victimes du terrorisme, qui se considèrent comme les grands oubliés de la Charte pour la paix et le réconciliation nationale, exigent des candidats aux élections législatives de «se positionner sur la question de la reconnaissance et la prise en charge des droits matériels et moraux des victimes et de leurs ayants droit». Cette revendication doit bénéficier d'une «loi immédiatement suivie d'un texte d'application», réclament-ils encore.

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 22:11

 

 A mon avis, il ne s'agit nullement  de nationalité ou de citoyenneté, mais plutôt  d'ordre culturel et/ou religieux. Il est désormais récurrent, notamment depuis le fameux 11 septembre, que ce genre de monstres ne revendiquent pas leur actes au nom de leur nationalité mais bel et bien de l'islam. Mokhtari aurait-il oublié la décennie noire en Algérie : plus de 200 000 civils égorgés, au cri de ''Allah Ou Akbar'', non ??? Y a t-il une différence avec le massacre commis au 6ième siècle par Oqba Ibn Naffa en Afrique du Nord  lors de l'invasion arabe ?

 

 

 

Monde : LA PRESSE BELGE ET LA THÉORIE DES ORIGINES DE MOHAMED MERAH
L’étranger

 

 

De notre bureau de Bruxelles, Aziouz Mokhtari
Selon Dieu des religions monothéistes moyen-orientales, l’homme descend du paradis alors que, selon Darwin, il aurait plutôt comme ancêtres les… singes. Pour une grande partie de la presse belge, reprenant par paresse, par imprudence ou par manipulation les fetwas des médias lourds français concernant l’origine de Mohamed Merah, le tueur de Montauban-Toulouse n’est, ne peut être, ne doit être qu’Algérien.
Certains titres du royaume à l’image de leurs grands frères hexagonaux gomment même, puisqu’on y est, la mention «franco» pour ne retenir qu’«algérienne» concernant la nationalité du tueur. D’autres journalistes ont inventé pour la cause une nouvelle identité, francoalgérienne. Alors qu’il n’existe nullement de nationalité de ce type. Qu’à cela ne tienne. Pourtant, l’aubaine est trop belle pour exclure l’autre, le tueur, le criminel, le serial killer qui ne peut être des nôtres, c’est pas possible, il ne peut donc être que l’étranger, pardi ! A propos de «l’étranger», l’autre, l’œuvre majeure d’Albert Camus, jamais il n’a été écrit ou suggéré ses origines… algériennes. Comme celles de Zineddine Zidane, Yasmina Benguigui, Benjamin Stora, Saint Augustin, et tant d’autres encore personnages illustres, français d’Algérie, Algériens d’Algérie, Algériens de France ou Franco-Algériens, pourtant deux cultures, deux civilisations et, sur leurs frêles épaules, reposent deux rives de la Méditerranée. La référence à l’origine algérienne ne fonctionne que pour les bandits, les tueurs, les truands, les assassins, les bourreaux, les monstres. Sera-ce suffisant pour que la France en finisse avec ses démons ? En camouflant la nationalité française, et seulement française, de Mohamed Merah, l’Europe aura-t-elle, pour autant, fini avec le mal qui est en elle, seulement en elle. Ce n’est pas en mettant à l’index l’Algérie que Bruxelles-Europe sera guéri. Loin, loin s’en faut. Elle met seulement en orbite et ordre de mouvements les extrêmes droites ou les droites extrêmes. Pour faire court, l’extrême-droite.
A. M.

Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 21:54

 

Liberte

 

ActualitéJeudi, 22 Mars 2012

Mohcine Belabbas à “LIBERTÉ”

“Le RCD est une école et une famille pérennes”

Par : Arab Chih

Dans cette interview, la première qu’il accorde à un média, Mohcine Belabbas, le tout nouveau président du RCD, parle de ce passage de témoin, inédit dans les annales politiques en Algérie, qui l’a vu succéder à Saïd Sadi. Il évoque aussi les prochaines législatives dont il confirme qu’elles seront bel et bien boycottées par le RCD, contrairement aux rumeurs qui prétendent le contraire, ainsi que l’après-10 mai qui, estime-t-il, verra “une aggravation de la crise de confiance dans les institutions et, fatalement, une multiplication des manifestations et des révoltes”.

Liberté : Lors du 4e Congrès du RCD, les militants vous ont élu à une écrasante majorité comme nouveau président. Quel sentiment éprouvez-vous d’être à la tête d’un parti d’opposition comme le RCD et surtout de succéder à un leader comme Saïd Sadi ?

C’est une fierté et un immense honneur pour moi de diriger un parti comme le RCD même si, à titre personnel, il est délicat de se retrouver dans cette situation. C’est aussi un privilège de succéder à un homme comme Saïd Sadi. Cela dit, l’histoire de notre formation politique dont le parcours, le projet, les valeurs, la crédibilité et les hommes est un socle solide sur lequel un responsable peut s’appuyer. D’autant plus aisément que j’en suis, pour ma part, imprégné depuis l’âge de 19 ans.

Lors du congrès de votre parti, on a vu des congressistes bouleversés après le retrait de Saïd Sadi. Puis, Nordine Aït Hamouda lui a emboîté le pas en demandant à être déchargé de ses responsabilités au sein de la direction du parti. Deux semaines après, comment la base digère-t-elle ces deux évènements ?
L’émotion passée, la décision de Saïd Sadi de ne pas se représenter pour un autre mandat à la présidence du parti et celle de Nordine Aït Hamouda de ne pas figurer dans le nouveau secrétariat national sont vécues avec une certaine fierté ; c’est un acte pédagogique, un message politique et un signe de confiance dans la nouvelle génération de militants et, à travers elle, dans la jeunesse algérienne en général. Il est tout à fait sain que le collectif RCD s’inquiète et se soucie du devenir de notre parti. Mais, plusieurs messages me sont parvenus des militants et sympathisants. Ils manifestent leur reconnaissance aux dirigeants sortants, réitèrent leur fidélité à notre rassemblement et renouvellent leur disponibilité militante. C’est cela la force du RCD qui est à la fois une école et une famille pérennes.

On a constaté parmi les congressistes un rajeunissement et une féminisation qui se sont traduits au sein de la direction nationale. Comment appréhendez-vous ces mutations ?

L’essentiel de la composante de la direction nationale d’avant le congrès vient de la nouvelle génération de cadres formés dans et par le RCD. Le rajeunissement et la féminisation de l’encadrement du parti est une stratégie permanente dans notre parti. En 1998, à l’occasion du 2e congrès ordinaire du RCD, Saïd Sadi avait déclaré qu’il faut faire sortir la jeunesse du slogan politique pour l’installer dans la classe politique. En 2009 déjà, le RCD avait organisé une journée nationale de la jeunesse qui a vu la participation de 617 jeunes dont 148 femmes et qui a traité, entre autres, du jeune dans l’action politique. En mars 2010, le RCD a réuni plus de 800 femmes pour débattre du rôle et de la place de la femme dans le combat politique. C’est cet investissement réfléchi et programmé qui a conduit à une présence plus prononcée des femmes et des jeunes à tous les niveaux de la hiérarchie du parti. Pour le RCD, la jeunesse représente à la fois la chance et la solution dans notre pays.

Vous n’êtes pas de la même génération que votre prédécesseur ; allez-vous imprimer un nouveau style dans la conduite des affaires du parti ? Maintiendrez-vous la même ligne radicale ?

Mon prédécesseur a été et restera un repère pour ma génération tant sur le plan de la rigueur dans la gestion, de la probité morale, de l’anticipation intellectuelle que de la détermination concrète à faire avancer notre projet dans la société. Cela dit, un exemple ne vaut que s’il libère les intelligences et les énergies. Le 4e congrès est arrivé à la conclusion qu’une page se tourne dans l’Algérie du pluralisme de façade et que le combat classique est dépassé. Nous allons explorer de nouvelles voies pour informer, mobiliser et partager notre vision stratégique avec d’autres couches sociales et à travers d’autres espaces. Nous allons nous atteler à capter l’attention et susciter l’intérêt des citoyens pour les amener à une convergence démocratique large et efficiente.
Nous travaillerons à mieux gérer notre communication dans un pays où les médias lourds, propriété du pouvoir, sont fermés à l’opposition. Les nouvelles technologies de communication sont un atout dont ne disposait pas la génération qui nous a précédés. S’agissant de la ligne, je rappelle que le RCD n’a pas choisi le chemin le plus facile mais le plus juste.

Au lendemain de votre élection comme nouveau président du RCD, des rumeurs ont circulé sur un possible repositionnement du RCD sur les prochaines élections. Qu’en est-il exactement ?

Vous avez raison de dire rumeurs. La décision du boycott des législatives du 10 mai a été prise par un conseil national extraordinaire, instance souveraine de notre parti. Elle a été appuyée par le conseil national ordinaire du 10 février. Cela fait 8 ans que le RCD revendique une observation internationale massive et qualifiée des élections. Dans un premier temps, l’Union européenne avait pris l’engagement de ne pas se laisser impliquer dans le scrutin sans un assainissement crédible du fichier électoral. Les intérêts bilatéraux, notamment de l’Espagne et de l’Italie, en grandes difficultés financières, semblent avoir contribué à un compromis où l’UE renonce à la phase préparatoire pour ne s’engager que dans l’observation. Or, la manipulation est faite en amont. Et puis, un pouvoir qui veut sortir des pratiques frauduleuses ne fait pas passer au Parlement une batterie de lois liberticides quatre mois avant les élections. Cela donne une situation un peu grotesque où le seul parti qui demande la surveillance internationale sera absent de l’élection. L’UE va surveiller des fraudeurs.
J’entends des commentateurs relever que le RCD, ayant accepté de participer dans les scrutins précédents, ne devrait pas boycotter. Quand il fallait assumer la contestation à l’APN dans un contexte national et régional figé, nous l’avons fait. Mais, s’engager dans une supercherie électorale au moment où le peuple algérien se bat quotidiennement dans la rue, au moment où les autres pays brisent le carcan des dictatures relève non pas de l’erreur mais, au minimum de la faute politique pour ne pas dire de la trahison nationale.
Alors vous savez, les manipulations et autres tentatives de déstabilisation des services spéciaux ne nous atteignent pas, bien au contraire. Ceux qui parient sur un infléchissement dans nos positions seront vite déçus.

Restons dans les élections. Le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, vient de déclarer que le boycott ne constitue pas un programme. Que lui répondez-vous ? Allez-vous mener campagne en faveur du boycott ?

Ouyahia a aussi dit en 2009 que celui qui ne vote pas pour Bouteflika est un traître. Il est mal placé pour parler de programme. Cela fera bientôt 20 ans qu’il est à la tête du gouvernement. Il a revendiqué des politiques diamétralement opposées. Il est, cependant, constant dans un seul programme : la fraude qui l’a fait naître politiquement et dont il vit depuis. M. Ouyahia devrait revisiter notre histoire. Il verrait que le boycott ou les grèves ont souvent été à l’origine des avancées historiques du peuple algérien. Il verrait aussi que ce sont les fraudes du colonialisme, semblables aux siennes, qui ont conduit au 1er Novembre. S’agissant de la campagne pour le boycott, nous allons la mener sur le terrain à travers des sorties de proximité. Ce travail a déjà été entamé, nous allons l’intensifier dans les prochains jours.

Comment voyez-vous l’après-10 mai ?
L’après-10 mai verra s’établir la décantation politique. Il était temps. Il y aura d’un côté ceux qui disent que le pouvoir a besoin d’une nouvelle légitimité, d’un consensus politique et social rénové pour la stabilité du système et qui, après avoir pris leurs quotas, devront assumer leur clientélisation. Il y aura de l’autre côté les Algériens qui veulent établir une souveraineté nationale à travers une alternative au système par l’instauration d’un pouvoir légitime, civil. La rue continuera d’être l’espace d’expression politique privilégié. Concrètement, on aura une aggravation de la crise de confiance dans les institutions et, fatalement, une multiplication des manifestations et des révoltes. Tous les acquis arrachés jusque-là sont venus suite à la pression de la rue. Ce fut le cas en 1980 quand la répression a dû reculer, ce fut aussi le cas en 1988 pour le multipartisme…, idem en 1994, pour la création du Haut-commissariat à l’amazighité. Plus près de nous, en 2011, la levée de l’état d’urgence, l’augmentation des salaires… furent la conséquence de la mobilisation citoyenne. Inversement, toutes les régressions sont venues quand le pouvoir a enfermé l’opposition dans un jeu institutionnel factice où il impose les termes et les objectifs du débat politique. La pénalisation du délit de presse en 2001, la levée de la limitation des mandats en 2008, la criminalisation de la harga, les lois liberticides de 2011 sont les résultats de tactiques qu’il faut savoir dépasser.

Les 50es anniversaires des accords d’Évian et de l’Indépendance sont mieux célébrés en France qu’en Algérie. Pourquoi, selon vous, cette attitude des autorités algériennes ? Quel bilan faites-vous au RCD des 50 années d’indépendance du pays ?
La question est d’autant plus pertinente que les dirigeants algériens ne mettent en avant que la légitimité historique pour se maintenir au pouvoir. Une légitimité par ailleurs largement entamée suite aux récentes révélations sur l’implication de plusieurs dirigeants actuels dans des crimes et forfaitures qui hanteront longtemps la mémoire collective. Célébrer le 50e anniversaire des accords d’Évian et de l’Indépendance, c’est évoquer et rappeler le souvenir de Krim Belkacem, signataire des accords d’Évian, étranglé à Francfort en Allemagne, Mohamed Khider exécuté à Madrid, Mohamed Boudiaf liquidé en direct à la télévision, Amirouche et El-Houas dont les dépouilles ont été déterrées à deux reprises avant d’être séquestrées dans les caves de l’état-major de la gendarmerie, Chaâbani fusillé après un procès grotesque, Abane Ramdane assassiné au Maroc, Ferhat Abbas placé sous résidence surveillée et dépossédé de ses biens...
Mais parler courageusement et loyalement de l’histoire c’est, également, traiter de la violence du colonialisme et prendre le risque de heurter, en cette période d’élections présidentielles, les dirigeants français desquels est attendu la complaisance après les résultats frauduleux des législatives. Il y a un deal mesquin qui se fait au prix d’un marchandage sur l’Histoire. Cela ne fera que retarder et compliquer la coopération entre l’Algérie et la France et, plus généralement, la construction d’un nouveau destin. Ruinée par l’incompétence des dirigeants, la corruption, l’absence de projection et d’ambition, l’Algérie est otage des hydrocarbures. L’avenir économique est compromis. Le pays qui importe tout perd les anciens cadres qui s’expatrient sans en avoir formé de nouveaux. Après avoir confisqué l’Indépendance nationale et éliminé, y compris par des liquidations physiques, tout homme capable de construire, on voit Ould Kablia verser des larmes de crocodile et regretter que les signataires des accords d’Évian ne soient pas associés à la gestion du pays. Organiser la fraude en 2012 est un prolongement naturel de l’assassinat de Abane et du reniement de la Soummam ; c’est-à-dire du viol et du reniement des accords d’Évian.

Repost 0
Published by iflisen - dans Kabyles de Tiaret
commenter cet article
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 21:46

 

el watan

Montréal se rappelle des victimes de la décennie noire

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 23.03.12 | 14h57

Pour la deuxième année consécutive, des Algériens vivant au Canada on commémoré la journée du 22 mars choisie comme « Journée contre l’oubli » des victimes du terrorisme des années 90 par Ajouad Algérie Mémoires.

C’est donc dans une salle communautaire du centre ville de Montréal qu’a eu l’événement qui a regroupé les personnes venues à cette veillée que le téléphone et Facebook ont contribué à la mise sur pied.

Azeddine Achour, l’un des organisateurs de la veillée entré au Canada comme réfugié pendant la décennie noire, dit vouloir cibler la jeune génération d’Algériens qui vit au Québec et au Canada. « Il faut que nos jeunes sachent qu’il y a eu des gens qui ont été assassinés ».

Des jeunes dont la une partie est née au Canada et pour laquelle parfois cette période de l’histoire récente de de l’Algérie « est une affaire de parents et ne les concernerait pas », ajoute ce Coordonnateur à l’organisme communautaire Solidarité Ahuntsic, un quartier de Montréal.

Il ambitionne lui et son groupe de passer à une autre étape avec un événement grand public en 2013.

A rappeler qu’Ajouad Algérie Mémoire est une association basée en France et co-fondée par le fils du journaliste et chroniqueur Said Mekbel assassiné le 3 décembre 1994 et Amel Faredeheb, fille de l’économiste Abderahmane Fardeheb assassiné le 26 septembre de la même année.

Samir Ben
Repost 0
23 mars 2012 5 23 /03 /mars /2012 00:10

Liberté

 

InternationalJeudi, 22 Mars 2012

Bataille de coulisses dans la Turquie à la sauce islamiste

Le modèle de la vague verte du Printemps arabe vole en éclat

Par : Djamel Bouatta

Le pays d’Atatürk est sous la menace d’un Printemps kurde…alors que les islamistes arabes donnaient sa démocratie version AKP comme leur modèle.

Sérieuses inquiétudes en Turquie dont le modèle de démocratie islamiste a fasciné les islamistes du monde arabe. D’abords, le pays d’Atatürk est lui aussi sous menace d’un printemps, un “Printemps kurde” avec les manifestations de près de deux millions de Kurdes pour les célébrations de Newroz, le nouvel an kurde. La moitié rien que dans leur principale ville de Diyarbakir. Et pour ne pas arranger la situation, l’atmosphère à Ankara n’est plus la même. Après une troisième victoire d’affilée aux législatives, le parti islamiste donne la nette impression de s’essouffler alors que tout le monde, en Turquie et à l’étranger, pensait que l’AKP avait atteint la vitesse de croisière pour un non-retour. Recep Tayyip Erdogan, pensait-on à Ankara, était sur la même voie que Poutine de la Russie voisine. C’est-à-dire, l’opposition au Premier ministre turc est certes réelle mais pas au point de le menacer. Mais, aujourd’hui, à Ankara, on s’interroge sur l’avenir politique du pays. Certains observateurs vont jusqu’à prévenir contre un vide politique. Dans les rangs de l’AKP, une coalition composée de nationalistes, d’islamistes et de libéraux, la perspective fait peur. Tenu d’une main de fer par Erdogan, comme Poutine tient sa “Russie d’aujourd’hui”, cet attelage a apporté une stabilité à la Turquie qui a souffert par le passé des coalitions stériles. La question sur toutes les lèvres en Turquie : l’AKP évitera-t-il l’implosion sans l’autorité de son chef ? En tout cas, depuis trois mois, la discorde règne au sein du gouvernement et de l’État. La presse d’Istanbul va de son train de rumeurs, spéculations et supputations : une compétition sérieuse opposerait Erdogan à Abdullah Gül, le président de la République ! Les deux hommes, fondateurs du parti, ont pourtant longtemps fonctionné en tandem. Un peu comme Poutine et Medvedev qui vont échanger leurs chaises ces jours-ci : le premier retourne au Kremlin tandis que le second récupère la primature. Gül lui ne veut pas se prêter au jeu des chaises musicales. La prochaine élection présidentielle est programmée en 2014, Gül ne veut pas céder son fauteuil à Erdogan. Il serait tenté de créer son propre parti avec des députés de l’AKP frondeurs. Tout ce micmac est intervenu pendant la convalescence du Premier ministre après une intervention chirurgicale de l’intestin fin novembre. Erdogan a fait savoir qu’il ne souffrait d’aucune maladie, bulletin de santé à l’appui avant de s’en remettre à l’autorité divine, pensant clore la question qui taraude la Turquie depuis qu’il a subi une opération : l’AKP implosera-t-il ? Le parti islamiste s’est en effet bâti et fortifié autour de son homme providentiel, Erdogan. Il reste que le Premier ministre est beaucoup moins présent sur la scène intérieure et internationale. Il a tout récemment annulé une visite prévue en Allemagne où devait lui être remis un prix pour 50 ans d'amitié germano-turque qui avait permis l'arrivée de centaines de milliers de Turcs venus travailler dans ce pays. Son séjour dans le bassin industriel de la Ruhr où vit une importante communauté immigrée turque, a été annulé officiellement en raison de la mort, la veille, de 12 soldats turcs dans le crash d'un hélicoptère en Afghanistan. Les associations de défense des droits de l'homme avaient vivement protesté contre l'attribution du “prix de la tolérance et de l’humanisme” à Erdogan. Aujourd'hui, près de 3 millions de Turcs ou de personnes d'origine turque vivent en Allemagne. Pour revenir, aux Kurdes de Turquie, il faut savoir que le gouvernement d’Ankara est sur ses dents depuis le 18 mars, début des fêtes de Newroz, transformé par les Kurdes en jour de la renaissance et de la résistance. Quelque 130 rassemblements ont été organisés à travers le pays rien que pour accueillir la plus grande célébration du Newroz de tous les temps. Aucune force ne pourra arrêter la marche du peuple, avait prévenu le BDP, affirmant que l’interdiction du gouvernement n’était pas légitime. L’APK est ainsi pris en flagrant mensonge quant à la construction par lui d’un État des droits de l’homme. Défiant interdictions, menaces et répressions, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de Diyarbakir, chef-lieu du Kurdistan de Turquie, et d’Istanbul. Un responsable du parti kurde est décédé après avoir été touché par une grenade lacrymogène lancée par la police et plusieurs personnes ont été blessées dont deux grièvement et une députée BDP, Mulkiye Birtane. La police de la démocratie islamiste a procédé également à des arrestations massives. L’AKP a réagi comme à l’époque des militaires faiseurs de rois. Plus de 6 500 membres actifs du BDP dont 31 maires sur 98 et six députés sur 36 sont actuellement en prison dans le cadre de cette affaire. Avec l’incarcération de 101 journalistes, la Turquie est également la plus grande prison du monde pour les journalistes. Voilà le vrai visage de la démocratie islamique que mêmes les islamistes de chez nous érigent en modèle.


D. B

Repost 0
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 22:51

watan

 

Crise de l’Etat et de la nation en Algérie

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 20.03.12 | 10h0

 

Aujourd’hui, l’idée de l’Etat-nation est désormais une expérience qui appartient au passé.

La «crise» que vit l’Union européenne actuellement est en réalité une nouvelle étape historique exceptionnelle, que les Européens préparent et organisent pour bien s’équiper avant de rentrer dans une nouvelle vie «post-nation». En effet, le gouvernement politico-économique européen qui s’organise et commence à prendre forme n’est que le signe irréversible d’un nouveau «monde social européen» plus large et plus complexe que celui qu’a connu l’Europe pendant les siècles passés. Ce nouveau monde se réalisera quand les petites nations, considérées jusqu’à aujourd’hui comme les maillons faibles de l’Europe, participeront comme de vrais partenaires sociaux dans l’élaboration et la concrétisation de se «Méga-monde» politico-économique et social.

Les XXIe et XXIIe siècles ne reconnaîtront plus dans le futur proche les constellations politiques qui s’organisent en «Etat-nation» selon la conception classique, mais il s’identifieront aux gouvernements qui réussissent l’intégration de plusieurs nations afin de vivre ensemble. C’est une nouvelle conception du «social complexe» basée sur la philosophie économique moderne de la «Globalisation». En revanche, les pays du Sud et particulièrement l’Algérie, accumulent un retard incessant en matière d’organisation politique pour édifier leur projet de l’«Etat-nation». La société algérienne est en miettes et les partis politiques officiels, censés réussir le travail de l’intégration politique, n’ont toujours pas trouvé la voie pour pouvoir rassembler ce qui est éparpillé.

Dans ce cas, si on mesure notre situation par rapport à l’Europe, le travail que souhaitent réaliser les partis politiques en Algérie appartient bel est bien au passé. Par contre, il est dans le même temps une étape nécessaire pour pouvoir s’inscrire dans le temps présent. De ce fait, la crise de l’Algérie réside dans son «Etat». Cet Etat, mal défini, a été toujours conçu et organisé loin de son âme et il n’a trouvé ni vie ni sens parce qu’on n’a jamais pensé sérieusement à greffer son âme dans son corps. L’Etat est une idée philosophique et économique. Elle a été conçue par l’homme «sage et intellectuel» dans le but d’organiser sa vie dans le bas monde afin de réussir le projet de «vivre ensemble dans une communauté nationale».

Les événements dans le monde contemporain ne permettent pas à l’Algérie de reproduire l’échec, et les Algériens(es) doivent s’impliquer davantage pour qu’ils soient visibles dans leur espace public. Ils doivent discuter librement, sereinement et avec une grande responsabilité sur la nature de l’Etat qu’ils souhaitent avoir afin d’intégrer leur «âme collective» dans le corps de leur Etat pour lui donner la vie. C’est un travail difficile à accomplir mais nécessaire pour la sauvegarde de l’Algérie dans le nouveau monde. Les Algériens (es) ne se reconnaissent pas et la peur qui habite les corps et les esprits et très complexe et ne fait qu’aggraver les situations, que ce soit sur le plan individuel ou collectif.

Les hommes qui ont le pouvoir en Algérie eux aussi appartiennent à ce pays, et ils sont appelés à participer par une volonté politique afin d’ouvrir les débats sérieux et responsables dans les médias lourds. Cela va permettre aux Algériens(es) de se retrouver et de se mettre face à face pour parler et se reconnaître. Ce débat est la seule clé qui peut éventuellement rebâtir la confiance et construire le lien sociétal. L’Algérie a besoin de ce lien pour se reconstruire et se préparer pour dépasser toutes les lacunes et le «vide» qui l’entoure. On ne peut prétendre appartenir au monde des humains, alors qu’on n’arrive même pas à parler de nos vrais problèmes qui nous faussent la bonne voie pour s’instruire et se construire afin d’assumer nos responsabilités collectives vis-à-vis de notre pays et des générations futures.

Ouvrir les débats dans les médias lourds ne veut pas dire créer des conflits et aggraver la situation. Au contraire, l’objectif, c’est de trouver «ensemble» la voie qui nous éclaire la route pour mettre l’Algérie en avant et travaillons davantage pour qu’elle puisse avoir une place respectable et de s’honorer des efforts de ses enfants. Les médias lourds comme la télévision sont un espace de communication qui diffuse de l’information, éduque la population pour se construire et s’organiser pour bien choisir ses représentants politiques. Actuellement, la politique de la fuite en avant n’aide pas l’Algérie à se mettre debout. Les solutions provisoires et les décisions préparées dans des cercles fermés comme de «boîte noire», loin du peuple, condamnent le pays et bloquent le jaillissement de la dynamique sociale et politique : «On ne change pas une société par décret»(1).

Dans cette situation, il me semble que l’explication et l’éclairage des devoirs et des obligations de chacun de nous envers le nouvel Etat est d’une importance inestimable pour l’avenir de l’Algérie. La discussion sur le droit de cet Etat et sa légitimité pour protéger les personnes, sans exception, dans leurs biens matériels et moraux est fondamentale parce que les Algériens(es) savent qu’il y a eu un abus dans le fonctionnement des biens de l’Etat et de la société. Parler de cet abus quel qu’il soit permet la cicatrisation des souffrances et le l’atténuation des douleurs. L’objectif de ce travail vise la concrétisation du «pardon collectif». C’est un processus qui contribuera à produire le sentiment collectif et national. Il se développera avec la participation collective dans l’élaboration et la mise en œuvre des nouvelles règles sociales, économiques et politiques pour réussir le décollage.

Cette initiative produira automatiquement des partis politiques avec de vrais programmes qui poseront véritablement les vrais problèmes et développeront une vie politique riche et fructifiante. C’est la nation algérienne qui se dégage des programmes politiques et c’est l’Etat qui se place au-dessus de tous pour négocier sa place parmi les «gouvernements de la globalisation». Les partis politiques d’aujourd’hui n’ont pas de programme politique parce qu’aucun d’entre eux ne présente l’avis de son parti et non pas son avis sur la crise qui frappe l’éducation et la scolarité. Quelle proposition le parti argumente-t-il pour sortir de cette crise ?

Aucun parti ne parle du chômage et de l’exclusion, et aucun ne développe un argumentaire vrai et possible pour adoucir cette situation. Beaucoup d’autres questions sociales et économiques sont posées au peuple algérien et aucun parti ne peut avoir le mérite d’être désigné par un «praticien de la politique». Les élections législatives ne sont-elles pas prématurées ? N’était-il pas intéressant de laisser les Algériens(es) parler librement dans les médias lourds pour pouvoir se constituer en vrais partis politiques ?

Référence :
1). Michel Crozier, 1970. La société bloquée. Paris, Seuil.

Repost 0

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens