Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 23:27

 

El Watan (le 24.02.12)

Plus de traces de notre phoque moine

 

 

 

 

Le phoque moine a-t-il complètement disparu des côtes algériennes ? Il faut croire que oui.

Plus de traces de ce mammifère marin à la frimousse sympathique appelé Benamri. Il a déserté les côtes algériennes et celles de toute la Méditerranée occidentale où il était très répandu avant l’explosion du tourisme balnéaire et ses corollaires le bétonnage du rivage qui l’a chassé des plages où il se reproduisait, et les dérangements en tous genres qui l’ont fait fuir des grottes où il a pu trouver refuge avant de disparaître définitivement. Animal très attachant lorsqu’il est dans son élément naturel l’eau, il se méfie farouchement de l’homme qui l’a pourchassé pendant des siècles parce qu’il fait fuir le poisson dont il se nourrit, jusqu’à 10% de son poids quotidiennement, ou qu’il abîme les filets. On ne l’a pas revu depuis le milieu des années 1980. Avant cela, on pouvait l’apercevoir sans difficulté dans l’eau ou juché sur un rocher sur les côtes oranaises ou d’El Kala qui alternent plages de sable et criques rocheuses.

Danger critique

Il était connu des pêcheurs qui rapportent des tas d’histoires sur cet animal déjà bien présent dans la mythologie grecque et sur les fresques romaines. En fait, le phoque moine est l’emblème de la Méditerranée. Mais peut-il l’être encore ?
Le phoque moine de Méditerranée (Monachus monachus) est, avec celui de Jamaïque et d’Hawaï, le seul à vivre dans les eaux tropicales. Tous les autres sont liés aux eaux polaires. Le dernier individu de phoque moine de Jamaïque, espèce découverte en 1494 par Christophe Colomb, s’est éteint en 1941. Il reste moins de 3000 phoques moines d’Hawaï et en Méditerranée moins de 150 individus de Monachus monachus dans des réserves marines hautement surveillées en Grèce et en Turquie.

Pendant l’été 2006, des équipes de chercheurs de l’université d’Oran aidées par des associations l’ont recherché pendant 50 jours entre Beni Saf et Ténès. Aucune trace. A El Kala où on le disait commun parce qu’il pouvait se réfugier dans les Îles de la Galite (Tunisie), on ne raconte plus ses rencontres toujours fantastiques. Avec le gorille de montagne, le bonobo, la chauve-souris, le bélouga, le panda géant, l’ours polaire, le tigre de Sumatra, le jaguar, le loup, le rhinocéros blanc, l’hippopotame nain et la tortue grecque également présente chez nous, le phoque moine (Monachus monachus) est l’une des 13 espèces en voie de disparition. Elle est classée en danger critique d’extinction par l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN).

Slim Sadki

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Écologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens