Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 02:18

 

La décision de suspendre la Syrie de la Ligue arabe, qui doit entrer en vigueur mercredi, n’est pas passée comme une lettre à la poste. Durant la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays arabes, une vive altération a eu lieu entre le ministre des Affaires étrangères algériens, Mourad Medelci et son homologue qatari, Hamad bin Jassim al-Thani.

 

Ce dernier n’a pas hésité, selon des médias arabes, a menacé le Chef de la diplomatie algérienne lors des débats sur le cas syrien. Selon ces sources, M. Medelci aurait demandé au conclave de ministres arabes de «traiter le sujet syrien avec plus de sagesse et de revoir la décision de suspendre la Syrie de la Ligue arabe au risque de se retrouver dans une situation compliquée».

 

Le ministre des Affaires étrangères qatari l’interpella en plein discours pour le menacer : «Arrêtez de défendre la Syrie parce que votre tour viendra et peut-être que vous aurez besoin de nous».

 

 

TSA

L’émirat financera les projets de jeunes entrepreneurs des banlieues

En France, le Qatar tente de séduire une diaspora algérienne délaissée par son propre pays

 

 

La semaine dernière, l’ambassadeur de l’État du Qatar en France, Mohamed Jaham Al‑Kuwari, annonçait la création par son pays d’un Fonds d’investissement de 50 millions d’euros destinés à financer les projets de jeunes entrepreneurs des banlieues françaises. L’émir cheikh Hamad Ben Khalifa Al Thani venait de recevoir à cet effet neuf conseillers municipaux de banlieue, tous originaires du Maghreb.

Il ne s’agit pas de « charité », explique le diplomate à propos de ce Fonds, mais d’un « partenariat qui va servir la relation entre le Qatar et la France », « un pays stratégique et très important pour nous ». Une attitude qui suscite des interrogations en France, dans la presse et au sein de la classe politique française, à la veille de l’échéance électorale présidentielle.
Investir un champ délaissé par l’Algérie
Mais si la démarche du Qatar suscite l’embarras en France, elle a de quoi inquiéter en Algérie. Soutenir la communauté maghrébine des quartiers populaires, c’est soutenir la diaspora algérienne. Première communauté étrangère de l’Hexagone, les Algériens sont en effet estimés à 4 millions de personnes. Cette nouvelle stratégie de séduction de la diaspora par le Qatar démontre plusieurs choses.
D’une part, l’échec de la politique algérienne vis‑à‑vis de sa communauté de France. Malgré les visites répétées de son secrétaire d’État chargé de la communauté algérienne à l’étranger, Halim Benattalah, rien de concret ne ressort. Pis, en arrivant à ce poste, M. Benatallah a décidé de geler le Conseil consultatif de la communauté algérienne à l’étranger, une structure cependant créée par décret présidentiel le 9 septembre 2009. L’Algérie a pourtant les moyens financiers de soutenir le talent et les compétences de ses expatriés, bien présents dans le discours politique algérien… Mais dans le discours seulement. Par cette offensive, le Qatar ne fait donc qu’investir un champ délaissé par l’Algérie, dont la politique envers sa communauté en France reste ambiguë.

Cette position algérienne laisse du coup le champ libre à l’accroissement de l’influence de l’émirat du Golfe au Maghreb, qui entend se servir de la diaspora algérienne comme d’une passerelle. Ce qui n’est pas sans poser problème au regard de la proximité du Qatar avec les milieux islamistes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens