Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 août 2011 2 02 /08 /août /2011 21:48

 

 

 
Le jeûne au volant c'est l'alcool
1
 
Liberté
Actualité (Mercredi 03 Août 2011) 

La majorité des accidents enregistrés entre 17h et 19h
1er jour du Ramadhan : 20 morts sur la route !
Par : Farid Belgacem

 

Quitte à mourir ou à tuer sur la route, pressés de rentrer chez eux à deux heures de la rupture du jeûne, certains automobilistes appuient sur le champignon. Résultat des courses : des sinistres souvent mortels.

Les Algériens sont trop nerveux au volant. Le verdict est sans appel si l’on se fie au bilan du 1er jour du Ramadhan. En effet, durant la journée du 1er août, pas moins de quarante-six accidents de la circulation routière, dont 13 mortels et 30 corporels ont été enregistrés à travers 26 wilayas du pays, dont notamment à Alger, Mascara, Aïn Témouchent, Biskra, Bouira, Djelfa, Blida, Naâma, Illizi, Batna et Mila qui ont connu des taux élevés de décès et de blessés.
Selon la Gendarmerie nationale, ces sinistres ont provoqué la morts de 20 personnes au total, 97 blessés et des dégâts matériels importants à 62 moyens de transport. Une véritable hécatombe, synonyme de terrorisme routier, émanant du facteur humain au premier degré. Un facteur incorrigible dès que l’environnement hostile à la prudence prend le dessus sur le civisme et le respect du code de la route.
À en croire les explications des services compétents, ces accidents sont survenus entre 17h30 et 19h30. Un horaire macabre et dont l’état d’esprit d’arriver chez soi à temps — alors que c’est faux — est ancré dans le mental des Algériens. Selon le tableau exhaustif établi par la GN, les chauffeurs de taxi et ceux des transports en commun interwilayas, au même titre que les fonctionnaires qui exercent en dehors de leur lieu de résidence, sont les principaux sujets exposés aux dangers de la route, surtout sur les monts de Tablat, Ahmer El-Aïn, Bouarfa, Foughala, Tighenif et Mohammadia, Bordj Omar-Driss, Ras El-Ayoun, Hanif, El-Hachimia et autres routes du Grand-Sud algérien, comme El-Biodh, Asla, Mécheria et Moghrar. En revanche, deux autres accidents ont eu lieu dans la capitale. Le premier à Staouéli, causant 1 blessé, et le second à Chéraga où 4 personnes ont également subi des blessures de diverses gravités avant l’heure du f’tour.
À ce sujet, note-t-on, le jeûne, ajouté au manque de sommeil et la précipitation d’arriver tôt, développent une nervosité chez les conducteurs qui butent, souvent sur des situations fâcheuses qui, au bout du “rallye”, imputent le sinistre au “mektoub”. C’est dire que la prudence et la vigilance sont de mise durant ce mois sacré. Et pour cause, et comparativement à la veille du Ramadhan, soit le 31 juillet, la GN avait enregistré 32 accidents de la circulation, dont 9 mortels et 23 corporels à travers 16 wilayas. Ces sinistres avaient alors provoqué le décès de 9 personnes, des blessures à 54 autres et des dégâts matériels importants à 53 véhicules. Il ressort que le taux d’accidents, de décès et de blessés a sensiblement augmenté en touchant la majorité des wilayas en l’espace de 24 heures seulement. Il faut dire que ce bilan ne concerne que les constats établis en extra-muros.
Car, en fait, en intra-muros, en plus des légères collisions qui finissent sur des rixes interminables et des embouteillages infernaux, des accidents ont également été enregistrés au niveau des agglomérations, touchant la majorité des régions du pays.
Même si aucun bilan n’est tombé, on retiendra les sinistres enregistrés à Constantine en 48 heures seulement, soit le 31 juillet et le 1er août. Selon un bilan établi par la Protection civile, pas moins de 15 accidents de la circulation ont causé un mort et 55 blessés.
L’accident mortel s’est produit sur la RN10, à Ouled Rahmoun, tandis que les accidents ayant occasionné de graves blessures se sont produits sur la dangereuse descente d’El-Menia.
Le Ramadhan ne fait que commencer, et malgré les multiples dispositifs de sécurité mis en branle par la GN pour prévenir les accidents, les Algériens, une fois au volant, défient toutes les lois, y compris celles liées au respect de la vie des autres.

 

 

Le ramadan galvanise les fanatiques et les terroristes

 

Algérie-Focus

L’Algérie sous haute surveillance durant le mois de ramadan*

Poste par août 2nd, 2011

Un dispositif de sécurité exceptionnel a été mis en place en Algérie pour le mois du ramadan, selon un document de la cellule de communication de la gendarmerie nationale publié mardi par le quotidien francophone Liberté.

La gendarmerie nationale a récemment déployé de gros moyens -non précisés- à travers dans les 48 wilayas (préfectures): groupes d’intervention de réserve, élites et gardes-frontières. Le dispositif devrait être maintenu jusqu’à la rentrée.

Les autorités entendent sécuriser les frontières terrestres, mosquées, marchés et lieux publics contre le banditisme, le terrorisme, la contrebande et les agressions.

Les mouvements humains seront rigoureusement contrôlés aux frontières notamment en provenance du Sahel où règnent une totale insécurité et un trafic d’armes au profit d’Al-Qaïda du Maghreb islamique (Aqmi), a expliqué à Liberté le lieutenant-colonel de gendarmerie nationale Abdelhamid Keroud.

Si la sécurité a toujours été renforcée durant le mois du ramadan, propice aux attentats des groupes islamistes toujours actifs dans l’est de l’Algérie, cette année le contexte est particulier avec la crise en Libye voisine.

Alger s’est à plusieurs reprises dite inquiète de cette situation et a renforcé de manière significative la surveillance de sa frontière de plus de 1.000 km avec la Libye, en plein Sahel.

Ces derniers mois, de nombreux attentats ont eu lieu en Algérie, mais l’affaire la plus spectaculaire a eu lieu le 25 juin.

Trois hommes, dont le fils d’Ali Belhadj, l’ex-numéro deux du Front islamique de Salut (FIS, interdit depuis 1992), qui circulaient à bord d’une camionnette bourrée d’explosifs ont été tués par les forces de sécurité à une soixantaine de kilomètres à l’est d’Alger.

AFP
(*) Titre de la rédaction

 

 

 

TSA

Opération de ratissage au sud-est de Boumerdès

Affrontements entre l'armée et les groupes terroristes dans les montagnes de Boudhar 

 

 

Des affrontements armés ont eu lieu, dans la soirée du 1er août, entre les éléments de l'armée et les membres d'un groupe terroriste dans les maquis de Boudhar, sur les hauteurs de Si Mustapha, au sud‑est de Boumerdès. Ces affrontements sont intervenus, selon des sources sûres, au cours des opérations de ratissage menées par les forces de l'armée en ce début du mois de ramadhan au niveau des maquis terroristes dans le cadre d'un plan anti‑attentats kamikaze.

Les accrochages ont commencé juste après que l'armée a découvert un abri du groupe terroriste, dont les membres ont pu quitter les lieux. Les opérations de ratissage se sont poursuivies. Un autre abri des groupes terroristes de la katibat El Arqam a été découvert. Les forces de l'armée ont pu dernièrement démanteler une clinique médicale de la katibat. Des produits médicaux et des ordinateurs ont été récupérés.

La montagne de Boudhar est l'un des plus importants maquis après ceux de Sid Ali Bounab et des bois de Chouicha au sud‑est de Boumerdès. C'est dans cette région que la katibat El Arqam a été constituée en 1999. Elle est actuellement dirigée par Abdelmalek Kouri, dit Khaled Abou Slimane.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens