Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 00:26

 

Le Monde

 

Le Nobel de médecine attribué à Beutler, Hoffmann et Steinman

LEMONDE.FR avec AFP | 03.10.11 |

 

 

 

Les trois lauréats du prix Nobel de médecine.

Les trois lauréats du prix Nobel de médecine.AFP/JONATHAN NACKSTRAND

 

Le prix Nobel de médecine 2011 a été décerné à l'Américain Bruce Beutler, au Français Jules Hoffmann et au Canadien Ralph Steinman, a annoncé lundi 3 octobre le comité Nobel. Jules Hoffmann, chercheur français né au Luxembourg, travaille au sein de l'Institut de biologie moléculaire et cellulaire de Strasbourg. Il a reçu la médaille d'or du CNRS en 2011.

Quelques heures après l'annonce de l'identité des lauréats, nous avons appris que Ralph Steinman était mort depuis trois jours. "M. Steinman est décédé le 30 septembre", indique l'université Rockefeller à New York dans un communiqué, ajoutant que le chercheur, âgé de 68 ans, souffrait d'un cancer du pancréas depuis quatre ans.

Or le comité Nobel n'attribue pas de prix à titre posthume, à une exception près : quand le décès intervient entre l'annonce du prix et sa remise effective (qui aura lieu en décembre, en Suède). Malgré cette règle, le comité, qui ignorait que Ralph Steinman était mort, a décidé de maintenir son choix. 

 

Ralph Steinman est mort trois jours avant l'attribution du prix. Il souffrait d'un cancer du pancréas.

Ralph Steinman est mort trois jours avant l'attribution du prix. Il souffrait d'un cancer du pancréas.REUTERS/BRENDAN MCDERMID

 

DE NOUVEAUX MÉDICAMENTS ET VACCINS

Beutler et Hoffmann vont se partager la moitié du prix de 10 millions de couronnes suédoises (1,46 million de dollars) remis aux lauréats pour leurs travaux sur le système immunitaire inné. M. Steinman, décédé, est récompensé pour ses travaux sur le système immunitaire adaptatif et devait obtenir l'autre moitié de la somme. "Les lauréats du Nobel de cette année ont révolutionné notre compréhension du système immunitaire en découvrant les principes clés de son activation", selon un communiqué du comité.

Le système immunitaire permet à l'organisme de se défendre en libérant des anticorps et des cellules tueuses en réponse à des virus ou des germes. En première ligne, le système immunitaire inné "peut détruire des micro-organismes infectieux et provoquer une inflammation qui contribue à bloquer l'attaque" avant l'apparition d'anticorps, explique le comité. Si cette première ligne de défense s'avère insuffisante, "le système immunitaire adaptatif entre en jeu". Il permet la vaccination, car des cellules gardent la mémoire de l'agresseur.

 

Infographie explicative du Comité Nobel sur les systèmes immunitaire inné et acquis.

Infographie explicative du Comité Nobel sur les systèmes immunitaire inné et acquis.DR

 

Les recherches des trois lauréats ouvrent la voie à de nouveaux médicaments et vaccins et permettent de combattre des déficiences immunitaires comme l'asthme, la polyarthrite rhumatoïde et la maladie de Crohn, ainsi que "des thérapies contre les cancers", explique le jury.

ILS ONT "RÉVOLUTIONNÉ L'IMMUNOLOGIE"

Bruce Beutler, 55 ans, et Jules Hoffmann, 70 ans, "ont découvert les protéines réceptrices qui reconnaissent les micro-organismes [nocifs] et activent le système immunitaire, première étape de la réponse immunitaire de l'organisme", explique le comité Nobel. Ralph Steinman "a découvert les cellules dendritiques du système immunitaire et leur capacité unique à activer et réguler l'immunité adaptative, dernière étape de la réponse immunitaire de l'organisme au cours de laquelle les micro-organismes sont évacués du corps", ajoute le comité.

L'immunologiste et biologiste cellulaire Sebastian Amigorena, directeur de recherche au CNRS, membre de l'Académie des sciences, a salué "trois grands chercheurs, qui ont révolutionné l'immunologie, et la biologie en général. Ils sont incontournables, et je ne doute pas que les réactions seront unanimes pour dire qu'ils méritent amplement cette distinction".

Les lauréats recevront leur prix lors d'une cérémonie officielle à Stockholm le 10 décembre, date anniversaire de la mort du fondateur du prix, l'industriel suédois Alfred Nobel.

 

 

 

 

 

 

 

source: Libération

 

 

Louise_brown52 C'est Robert Edwards qui vient de recevoir le Prix Nobel de médecine 2011. Ce scientifique britannique fut le premier, dans les années 1950, a entrevoir la possibilité de réaliser des fécondations in vitro - en éprouvettes - entre gamètes humains.

L'idée fut prolifique, puisque l'on compte aujourd'hui au moins quatre Professor Robert Edwards millions d'êtres humains qui sont nés après une telle fécondation in vitro, puis réimplantation dans l'utérus d'une femme.

L'idée nouvelle de Robert Edwards (photo), dès les années 1950, fut que la fécondation pouvait se dérouler hors du corps humain, alors que d'autres scientifiques venaient de montrer que cela était possible avec des gamètes de lapins. Et donc représenter un possible traitement de l'infertilité. Le chemin fut long, car ce n'est qu'en 1969 qu'il parvint pour la première fois à réaliser une telle fécondation in vitro. Mais les embryons ne se développaient pas au delà de la première division.

 

C'est alors qu'il commence à travailler avec le gynécologue Patrick Steptoe (qui aurait pu avoir le Nobel s'il n'était décédé). C'est ce dernier qui Early_human_embryos_photo developpa les premières techniques de récupération des ovules sur les ovaires.

Dès cette époque, les débats éthiques furent vifs. Le British medical council refusa de financer plus avant la recherche. C'est une fondation privée qui prit le relais. Et ce travail déboucha sur la première naisssance d'un bébé-éprouvette, la célèbre Louise Brown, le 25 juillet 1978.

Edwards et Steptoes mirent en route la première clinique consacrée à la procréation médicalement assistée. Steptoes la dirigea jusqu'à sa mort, survenue en 1988. En 1986 déjà près de 1000 bébés y étaient nés après une fécondation in vitro (FIV), soit la moitié du total mondial.

Schéma FIV Cette technologie a ensuite connu de très nombreux développements, soulevant à chaque fois des discussions éthiques. Pour l'instant, les études à long terme n'ont pas montré de différences notables en terme de santé physique ou mentale avec les enfants conçus naturellement.

 

Robert G. Edwards est né 1925 à Manchester. Il étudie la biologie à l'University of Wales de Bangor puis à Edinburgh University où il passe sa thèse sur le développement embryonaire de la souris. Il travail au National Institute for Medical Research de Londres à partir de 1958 où il étudie la fécondation chez l'homme. A partir de 1963, Edwards travaille à Cambridge, d'abord à l'université puis à la Bourn Hall Clinic, fondée avec Patrick Steptoe.

Pour les internautes qui disposent de l'accès aux archives de Libé, ils trouveront ici le portrait de Edwards Robert fait par Corinne Bensimon en 2003.



Par Sylvestre Huet, le 4 octobre 2010

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens