Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2009 1 26 /01 /janvier /2009 21:53


 Ce ministre qui dit «Nous n’arrivons pas à identifier les raisons qui poussent les jeunes à partir ailleurs» ou son accolyte qui dit «S’il y a des solutions miracles pour les harraga nous sommes preneurs» ne sont que des menteurs. Pourquoi ?
  Tout simplement parce que pas besoin de sortir de l'ENA pour en savoir les causes : la malvie causée par une dictature intégriste depuis l'indépendance, une alliance pouvoir-islamiste, avec son lot d'interdits et de frustrations (matérielles, sexuelles, ...), une aliénation culturelle au second degré (el jazira, etc...) et une misère intello-socio-écononomique. Les jeunes ne sont pas dupes et cherchent par tous les moyens à s'échapper à cet enfer et vivrent !  Ces "responsables" qui sombrent dans un fatalisme plutôt que de remettre en cause leurs mauvais choix politiques, me rappellent à plusieurs égards  
les Carthaginois qui sacrifiaient leurs enfants pour leur religion.

On sait par diverses sources antiques (Tertullien entre autres)  que les Carthaginois pratiquaient des sacrifices de jeunes enfants en l'honneur de divinités tutélaires de la ville.


L'Expression 27 janv 2009

Le Néo-tophet

LE MINISTRE DE LA JUSTICE, TAYEB BELAÏZ, AVOUE SON IMPUISSANCE
«Le phénomène des harraga nous dépasse»
27 Janvier 2009 -

 


 

Quand un pays perd ses jeunes et quand de hauts responsables de l’Etat, payés avec l’argent du contribuable pour trouver des solutions, avouent publiquement leur échec, c’est qu’il y a un grave problème.

Voilà ce que nous apprend le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Belaïz, à propos de l’un des plus graves phénomènes qui touche la plus importante frange de la population: «Nous n’arrivons pas à identifier les raisons qui poussent les jeunes à partir ailleurs», a déclaré, hier, M.Belaïz qui répondait aux questions des sénateurs.
Quand un pays perd ses jeunes et quand de hauts responsables de l’Etat, payés avec l’argent du contribuable pour trouver des solutions, avouent publiquement leur échec, c’est qu’il y a un grave problème. Le phénomène des harraga ankylose le gouvernement.
Chargé de prendre soin du dossier, l’équipe en place n’arrive même pas à établir une biopsie. Les travaux de recherche lancés il y a des mois, par la Commission interministérielle pour identifier la souche du mal, sont toujours à la case départ. Cet aveu d’échec confirme une nouvelle fois que le gouvernement est en panne d’idées et il est incapable de trouver une issue à la question des harraga. Interpellé, à plusieurs reprises sur cette question, le ministre a fini par lâcher: «La Commission interministérielle qui travaille depuis plusieurs mois sur ce dossier n’a pas abouti réellement à cerner les véritables causes qui sont à l’origine de ce phénomène», a-t-il avoué du haut du perchoir du Conseil de la nation.
Hormis le facteur déterminant du chômage, M.Belaïz reconnaît que l’Exécutif ne maîtrise pas les éléments qui incitent des milliers de jeunes à tenter l’aventure en haute mer. Sans boussole et sans trop fouiller dans les archives et consulter des experts en la matière, la réponse est visible et elle se confirme au quotidien. Le gouvernement n’a qu’à ouvrir sa fenêtre ou descendre carrément sur le terrain pour voir de visu la réalité et trouver le mot de passe du modem. Les ingrédients sont palpables. La mal-vie, l’absence des moyens et des espaces de loisirs, le manque d’encadrement et de débats ainsi que l’absence de perspectives...sont autant d’éléments qui font nourrir chez les jeunes ce sentiment d’angoisse et d’exclusion les poussant jusqu’à braver les dangers en haute mer. Au lieu d’ouvrir le débat et s’inviter dans les quartiers, le gouvernement s’engouffre dans les théories des experts et verse dans un débat à huis clos à la recherche d’outils capables de solutionner le problème, ignorant complètement la réalité. La déclaration du ministre de la Justice vient s’ajouter à celle du secrétaire général de l’instance exécutive du FLN et ministre d’Etat, Abdelaziz Belkhadem. «S’il y a des solutions miracles pour les harraga nous sommes preneurs», a répondu M.Belkhadem à un confrère qui l’interrogeait sur les ondes de la Chaîne III, à propos des solutions que propose le gouvernement pour résorber le phénomène des harraga. Dans son intervention, M.Belaïz a invité les partis et les universitaires à proposer des alternatives. Voulant défendre le gouvernement, le ministre a déclaré que la responsabilité de ce phénomène n’incombe pas uniquement au gouvernement mais elle implique également les partis politiques et les associations. «Aucun parti politique n’a crée une commission d’enquête pour détecter les raisons de ce problème», a-t-il déploré en précisant toutefois que «le gouvernement était le seul à avoir installé une Commission nationale pour prendre en charge le dossier». Les propos résument parfaitement l’impasse dans laquelle se trouve le gouvernement dans cette complexe équation de la jeunesse. Pourtant, ni les moyens ni les initiatives ne font défaut. Le projet des 100 locaux dans chaque commune, la rencontre gouvernement-walis en 2007, la politique nationale de la jeunesse, la commission nationale pour la sauvegarde de la jeunesse et les différents dispositifs d’emploi. Malgré tout, ces dispositifs et les moyens financiers qui les accompagnent, n’ont pas permis au gouvernement de maîtriser le problème et de convaincre cette «rebelle» jeunesse à renoncer à l’aventure. Celle-ci continue à braver la mer dans l’espoir de trouver le bonheur sous d’autres cieux. Deux ans après la rencontre gouvernement-walis où le chef de l’Etat a exhorté ses cadres à prendre en charge les problèmes de la jeunesse, le résultat est loin, très loin d’être satisfaisant. De grands espoirs ont été attendus de cette rencontre, mais les résultats sont décevants. La saignée continue sur nos côtes. Selon les chiffres officiels, notre pays a enregistré plus de 3600 cas de harga.
De janvier à octobre 2008, les Forces navales algériennes ont intercepté, dans le cadre de la lutte contre l’émigration clandestine, 1533 émigrants clandestins. Durant l’année 2007, 1530 harraga ont été interceptés, dont 1485 Algériens. En 2006, pas moins de 1016 personnes ont été arrêtées contre 335 harraga et 29 corps repêchés en 2005. Ces statistiques indiquent clairement que le nombre des harraga enregistre une courbe ascendante. Il faut noter que ces derniers représentent 70% de la population.
Un potentiel que le gouvernement n’a pas su sauvegarder pour construire son développement. Bien au contraire, le gouvernement a encore aggravé la situation en introduisant des sanctions à l’encontre de toute personne qui quitte le pays d’une manière illégale.

Nadia BENAKLI




600 dépouilles de harragas algériens risquent d’être incinérées en Espagne

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article

commentaires

sonia 06/05/2009 14:13

bonjour
je me permet si vous le voulais bien transmet un message aux lecteurs de votre blog
je suis a la recherche de mon cousin houari kada-benchaib ne le 28/12/1978 à benisaf partit le 29/10/2005 a bord d un zodiac en destination d europe
il été 9
a ce jour nous n avons aucune information les concernant
je vous demande de m aider de me transmettre des info qui pourrez nous aider dans notre recherche
je sais que ce site n'ai pas fait pour passé des messages perso mais ce serait une aide en plus dans cette penible recherche
merci par avance.

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens