Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:09
Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 16:03
Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 19:55

DDK

 

Ɣer tezrigin Tira

“Ahya Ssimra !” n Noufel Bouzeboudja

 

“.. ad d-niɣ belli amud-a i yura Nufel yukla ad t-iɣer yal yiwen d yal yiwet, imi d aẓru nniḍen i d-yernan ɣer lebni n tullist taqbaylit, seg wasmi yessers Belɛid At Ɛli lssas amezwaru i tewsit-a...”

 

Aɛmer Lɛufi

 

 

“.. ad d-niɣ belli amud-a i yura Nufel yukla ad t-iɣer yal yiwen d yal yiwet, imi d aẓru nniḍen i d-yernan ɣer lebni n tullist taqbaylit, seg wasmi yessers Belɛid At Ɛli lssas amezwaru i tewsit-a...”

 

Aɛmer Lɛufi

 

Amyaru

Ilul deg useggas 1981 deg Iflisen Umellil (Tizi Ɣennif). Ngum ad yinig ɣer Sbanya anda yesɣer tutlayin(taɛrabt akked tefransist), yella d aselmad n teglizit di tesdawit Mouloud Mammeri deg Tizi Wezzu. Sreg 2010 ar ass-a yettidir di Tmurt n Danemark. Iqeddec d tesdawiyin, iɣerbazen akked timkerḍitin ɣef tsekla n Tefriqt Ugafa akked tilleli n wawal.

 

------------------------------

Tameṭṭut n Leqbayel

 

 

Lemmer d lecɣal n rray d ttedbir i yettarran bunadem d argaz, tili amur ameqqran deg Leqbayel yessefk d nutni ara yelsen icwawen, ad ǧǧen iberniyas i tulawin-nsen

Aṭas n wid iheddren, inesxen lektub ɣef tmeṭṭut d lḥala n Leqbayel, nutni ur ssinen acu ɣef llan, wala fehmen ṭṭbiεa n lejdud-nsen, yettwassnen seg wasmi d-texleq yemma-s n ddunit. Гret, steqsit, sani terram, anda tewḍem ad tafem awal yiwen : d ayen yenna umezwaru i yenna uneggaru. Гef wawal-nsen, ɣef wakken i yasen-tefka tmussni-nsen «tameṭṭut ɣer Leqbayel ur teswi, ur terri ; argaz yeḥseb-itt am nettat am zzayla, ur aken-εniɣ ; ad tt-yaɣ, ad tt-yezzenz am wakken ara yaɣ, yezzenz taɣaṭ neɣ tafunast deg ssuq. Deg uxxam ur tesεi rray ula deg ucemma ; kra ara yili mazal-itt meẓẓiyet, deg-s cwiṭ n lmenfiεa, atan iban; asmi meqret, tekcem-itt tewser, ad tt-εezlen ɣer rrif, ad tt-deqren am nettat, am uqecwal iqersen». Aya yakk d lekteb. Nekni yessnen akken tella lḥala n Leqbayel, ifehmen, yeẓran acu yellan deg wul n Uzwawi, nezmer ad neggal ur nḥennet belli ulac i yeεzizen ɣer Uqbayli am tmeṭṭut-is, εlaxaṭer yeẓra bla nettat ddunit-is tefreɣ, axxam din ur yelli. Kra n lbaḍna d rray yellan, teεlem yes-s tmeṭṭut. Yak d Igawawen i yas-yeqqaren : «Ulac i yuεren, i nettagad am lehḍur n tsumta». Meẓẓi meqqer, ɣur-sen, yiwen ur yettuqam lḥaǧa mebla ccwer n uxxam-is. Lemmer d lecɣal n rray d ttedbir i yettarran bunadem d argaz, tili amur ameqqran deg Leqbayel yessefk d nutni ara yelsen icwawen, ad ǧǧen iberniyas i tulawin-nsen εlaxater, ɣef wakken nessen neẓra teddun lecɣal, d rray-nsent i ixeddmen. Kullec ɣef ufus-nsent, ula ma ur heddrent ara deg tejmuyaε akked leswaq, d lehḍur-nsent i iḍerrun, d rray-nsent i ixeddmen s ddaw ufus ; aqerru n uxxam d tameṭṭut, am wakken i yas-qqaren : «Axxam bla tameṭṭut am lebḥer mebla lḥut». Meḥsub d lḥaǧa ur nekkmil ara.

Si Ɛmer ben Sɛid Bulif

-------------------

 

Mohamed Rougie

“Azul n udrar n Dhar Ubaran i udrar n Jerǧer”

 

 

Mohamed Rougie d amedyaz amaziɣ si tmurt n Rrif( Lmaruk). Tamedyazt-ines d tamḥadit. Illul deg aseggas 1977 di « Temsamane » akal anda i d- yella trad n Anwal akked d win n Dhar Ubaran anda irrifiyen rẓan tiserdest tasbanyulit. Mohamed Rougie nnig tamedyazt –ines , yella d amdan n talwit yesazalen iguma n tayri deg isefra-ines. Leslaḥ s wacu yettaqazem Mohamed Rougie lehlak iḥuzen timeti, yetteceliḥen deg idles amaziɣ d imru ines akked d awalen- is. Awalen-is yeččuren d timedyazt. Mohamed yefka azal meqran i timsal yettrabin ixef am tayri n talwit, leḥmala n ugama, tilleli., tawaculut . Yegga azal i tawacult acku yettwali-tt d netta-t i d-lsas ɣef acu tettsenid timeti. Mohamed yattaru di snat n tutalayin : tarifit( tamaziɣt n Rrif) akked tafransist. S tumert meqran id yuzen awalen-is i yimeɣriyen n uɣmis n imaziɣen.

Tabrat-inu

Deg-s awal

S wur d acemrar

I kečč ay amdakel

I kečč a tawamet

I kečč a mmis n udrar

 

Tettaruḍ s tmaziɣt ( tarrifit) akked tefransist , amek yettili ufran n tutlayt di lawan n tira ?

Tira ur telli ara d aqaṣer. Tira d tugra n yiman ɣer ugni n umenuɣ. Di tillawt ur smenyafeɣ-ara tutlayt ɣef tayeḍ. Tarifit d tutlayt-iw tamezwarut, yis i ttemesawaleɣ akked d atmaten-iw imaziɣen . Ttaruɣ yis akken ad tidir wa tuɣal am netta-t am tutlayin nniḍen d tutlayt n taywalt( communication). S tirifit ṣawaḍeɣ i yimeɣriyen-iw iḥulfan-iw ama d lferḥ neɣ d leḥzen, d taḍṣa neɣ d imeṭṭi. S tewzel n wawal,s trifit ttalseɣ-d i tikta iceɣben ixef-iw s umata. Tafransist d tutlayt s wacu teɛradeɣ ad cebheɣ tidmi n tmaziɣt akken ad tḥaz talsa i meṛṛa. Di tillawt ulac amgared ger tutlayin imi yal yiwen yesɛa azref akken ad yaru s tutlayt i-iḥamel.

 

Awal-inu

Deg-s tanwact n tafsut

Deg-s anebdu

Deg-s tafukt

Nekk akked kečč

A tawmat inu

Anwi idlsen id tezrargeḍ ɣer tura u d acu i d- isentel n yal yiwen ?

Deffir amud n isefra-inu « lehmali n isefra- les rafales de la poésie » ɣer tizrigin « oasis des artistes », rniɣ-d « ddew nhati- au rythme des souffles » ɣer tizrigin « mon petit éditeur ». Anagaru i d- yefɣen d win umu semmeɣ « rwayaḥ n temdyazt- les fragrances de la poésie ». Targit iyi -zedɣen tagara-agi d asezrireg n wamud n isefra s trifit. Ma yalla , ar tura, ur d sufeɣ ara s tmaziɣt tella sebba. Ttemjadaleɣ akked ṛṛay-iw u ttnadiɣ anwa abrid ilaqen , anwa udem ilaqen akken ad nawi amaynut i uɣanib n tira s tmaziɣt . Ttnadiɣ ɣef umaynut, acku ayen yakk i d- yettnulfun s trifit yekcem deg yiwen lqaleb, yeglugel. Nekk bɣiɣ ad rẓeɣ asalu ɣer wayen nniḍen. Ilaq ad neffeɣ deg iberden n tanumi akken ad nexleq amaynut. Deg isefra-inu s triffit, ttnadiɣ isental iceɣben talsa akked d umdan s umata : tayri,tadukli, tudert, lmut, timadit tamaziɣt, akked tameṭut. Liḥala n tmaṭut iceɣeb-iyi aṭas ,acku deg timeti-neɣ tettweɛzel, yettwakes-as uzref, rran aqarif ɣef izerfan-is.Neẓra yakk belli d tmaṭut i d-tasarut n tanfalit. D netta-t id aɣerbaz amenzu i yal yiwen seg-nneɣ. D netta-t id aɣ- yeslemden tikli. Deg tamdyazt xedmeɣ rriɣ-as tisemɣert i tuklal.

Tudert d taqudbdat

Ay amdakel

A tawmat siwel

Axmi ɛamer-as

A tawmet inu

Ur neqqim

ɣer ij n wanḍu

axmi ɛamer-as

wer neswi seg yij n wanu

Amek tella tamedyazt tarifit, anwi i d-imedyazen itt-iɛeban deg abrid n unerni ines ?

Di tillawt tamedyazt tarifit tufrared akken ilaq deg isaggasen n tmanyin(80) s demma n umedyaz Saɛid El Musawi. Isefra-ines aṭas n icenayen iten-yecnan am tarbeɛt « itran », El Walid Mimun. Tamdyazt-is thuz ixfawen-nneɣ s imeslayen-is yeččuren d sser akked lmeɛna. Amedya asefru-ines « necrin ssa- aqleɣ-da ». Di, lǧera-s, aṭas n imedyazen i d yernan, ḍefren abrid-agi n tanfalit id yewwi Saɛid am « Mayasa Rachida » yezdin di tmedyazt-is snat n tutlayin : taqbaylit akked tarifit. Yella diɣ « Amnus Ḥarfuf » , « Lhanis ». Ass-a tamedyazt tarifit tufrar s tuget n imedyazen akked tmadyazin id as yellan d lmendad.

axmi ɛamra-as

ay amdakel

wer neqqim deg tiri unebdu

sad it-tecubeḍ n wartu

Amek tella liḥala n tizlit tarifit ?

Mi ara d nemeslay ɣer ccna n rrif ulamek ur d nettebder ara « El Walid Mimun ». D acenay-agi i -irefden senjaq n ccna amaziɣ atrar di rrif. D netta id-as yerẓan asalu. Ur nettu ara diɣ acenay Allal , Ayawen, terbaɛt « Itran », d waṭas nniḍen yefken lemqud i tizlit tartrart n rrif.

Moḥand Amɣar d tanfust, d aṣaḍ di Rrif. Yezmer ad yili usaru ara d yelsen n ugarawli –agi ameqran?

Mulay Muḥend amɣar ( Ɛebd El Krim Xatabi) d yiwen uzamul n tilleli, n timunent n yegduden n ddunit meṛṛa. Deg akken ccan-is meqqer ula d Che Guevara yezdew ɣef tikta-s tigrawliyin. Maca di tmurt-is ( Rrif- Lmaruk, tamazɣa) isem-is muggad. Kra n yemdanen ttkukrun ad bedren isem-is. Xas ulama akka yemmut, lexyal-is yeshab-iten. Ilaq asaru ad yewwin ɣef waṣaḍ-agi n timuzɣa akken tizumelt-ines ad ttesmendig tirget n tirugza deg ulawen n yal amaziɣ anda ma yella. Akken ibɣu nniɣ-d ɣef Mulay Muḥend, awalen-iw meẓẓiyi-t zdat n temɣert akked ccan yekseb deg ulawen n yal amaziɣ di Rrif neɣ di tamazɣa wakali.

Amek yezmer ad yilli umṣaweḍ ger imusnawen Iqbayliyen akked Irifiyen ?

I tazwara ilaq ad inniɣ ulac umgared ger tarrifit aked teqbaylit. Snat n tutlayin -agi d takniwin. Ttemcabin-t aṭas.. s tanumi yal yiwen yezmer ad yezgi tutlatyin -agi. Nekk asen -inniɣ i watma iqbayliyen ḥamleɣ-ten aṭas aṭas. Idles aqbayli d idles inu am netta am tarifit. Mi ttmeslayeɣ akked leqbayel , ttafeɣ iman-iw . Awal yettezririg ger-nneɣ s shala. Ayen ala ? Nekni nesɛa adrar n Dhar Ubaran kunwi tesɛam adrar n Jerjer. Idurar-nneɣ yiwen-nsen. Adar d ixef-nneɣ. Azul-iw i ccna n teqbaylit yeggan abrid i tmaziɣt akken ad tuɣal d tutlayt n taywalt akked tmusni d tusna.

tayri ɣer –nneɣ ma ur teqqim

niɣ tenɣi-ḍ-tt, yeffeɣ ixef-is s

adrim ?

Ait Slimane Hamid

--------------------------------

I lmend n wass agraɣlan n tmeṭṭut

Timezikkent n leḥirfat ufus

 

Tessudsed texxamet n lhirfat ufus, d lehirfat tiqburin n lwilaya n Titi wezzu s lemɛawna n lwekala taɣenawt n ureṭṭal amecṭuḥ, d lewkalat niven yettukelfen s lemɛawna n yilmeéyen , yiwet n temzikkent deg usalay n Tizi wezzu, anda ttikkint wazal n 50 n tlawin I d-yusan si yal tamadṭ n tmurt n leqbayel iwakken ad d-senaεtent leḥirfat yemgaraden deg-i I qedcent, ama d azeṭṭa ama d afexxar , d teqendyar n leqbayel, s ittwasnent tlawin iεeééugen d iwaviyen d lejihat niven, ayen yeṭṭfen lwelha deg tmezikkent-agi, d asenulfu I yeooan taqendurt n leqbayel ad sukkes amkan_is gar iselsa imaynut ɣef I yeṭṭuqet usuter di lawan n unebdu. Timzikkent-agi I d-yusan I usfuggel n wass agraɣlan n tmeṭṭut I d-yettuɣalen deg ass n 8 meɣres seg yal aseggas, tmeyyez-it tirza iṭṭuqten n tlawin ɣer usalay anda d-tella yiwet n temlilit meqqren gar- asent, d tagnit I umbeddel n tektiwin, yal yiwet deg uḥric deg I tettuxeûeû, ladɣa imi tameṭṭut ass-a teôza asalu tesawev ad tger iqudimen di tmetti deg I tettidir, imi ad t-id-naf tekcem ula di leḥirfat I ixeddem urgaz, ama d lfeṭṭa neɣ lḥelfa d wayen niven, si lejiha-s mass ɛebd lekrim Belqasem imkellef n texxamt n tejara, yenna-d d akken tilawin I iqdcen deg uḥric n lxudma n tzarbay sfaydint-d s yiwen wass n ukewwen deg sensu n Balwa, anda I d ḥefvent udmawen imaynuten n uzeṭṭa n tzarbit, iwakken ad d-tekcem leḥirfa –agi deg usnerni n tdamsa n tmurt sya d afella , ass –agi n ukewwen ɣef leḥsab n yimvebbren taɛna temsalt yusa-d imi yeṭuqet ucetki sɣur iḥirafiyen imi ssleɛa-nsen tettɣimi ur tettnuz ara s sseba n lexûas n leswaq di tmurt n leqbayel, ɣef aya ilaq ad d-afen leswaq niven akken sselɛa n iḥirafiyen-agi ad tenz.

 

--------------------------------

Tameṭṭut di tmetti

D taɣawsa n tuzzuft neɣ d amdan ?

 

 

Ar wass-a d wussan, aṭas n yimdanen i yebɣu yili uswir-nsen d aggagen(intellectuels) neɣ d menwala-ten, ttwalin tameṭṭut d nettat i yezgan tettili d timentilt n waṭas n wuguren di tmetti. Tamuɣli-ya tsaɣ s waṭas ladɣa di tmura ideg mazal tudert tansayt teckenṭeḍ deg yijufar n tatrara war ma tejla. Timura n Tmazɣa d tid n Waεraben d amedya ɣef tmettiyin-a tansayin ideg tameṭṭut jlan yizerfan-is; nettat tezga anamek-is d taɣawsa n zzhu d tuzzuft, d ttawil n tarrawt akked usefrurex, d taklit i iqeddcen mebla εeyyu. Taswiεin mi ara teεreḍ ad tefsi i yiman-is leqyud n uẓayer (statut) iɣer turez, wiyaḍ ttwalin-tt d amihi(danger), d ugur i tmetti; acku s cbaḥa-s tezmer ad texdem “lfitna”: ad tesseɣwu argaz ur nuklal, ad texlu lǧib-is, ma yeḍḥa-d yeεceq deg-s nettat ad as-tent-tesserwu ad t-tezzuɣer arma d taggara ad t-teǧǧ, syin akkin netta ad yemxel, ad yedderwec. Wi yebɣan lqid n lebda i tmeṭṭut, ttawin-d tiktiwin-nsen seg tesreḍt akked uslugen n wazalen(système de valeurs) n tmetti tansayt. Tameṭṭut mtafaqent fell-as akk tesreḍin tiyenrebbitin(religions monothéistes) dakken seg wasmi yakan i tebda ddunit d nettat i d sseba n ddnub. D nettat i yellan d sseba segmi i aɣ-d-yesseẓeε Rebbi seg lǧennet asmi akken Ḥewwa (tameṭṭut tamezwarut) tuɣ awal n Cciṭan, tewwet armi tḥettem ɣef Adem akken ad yečč seg ttejra n lfakya iɣef ten-iwessa Rebbi i ten-id-ixelqen. D ta i d sseba i yes-s ten-id-yessufeɣ Rebbi seg lǧennet ɣer lqaεa. Ilmend n tedyant-a, at tesreḍt ttwalin ṛṛay n tmeṭṭut diri-t, ur ilaq ara ad t-yeddem yiwen imi yettawi ɣer ucruf, ɣer lexsara, tamuɣli-a teẓḍa ula deg wansayen, d amedya di tmetti taqbaylit taqburt, argaz d lεib fell-as ad tḍebber fell-as tmeṭṭut. Yella wayen yugaren aya: at tesreḍt, d amedya lfuqaha n yimselmen ttwalin tameṭṭut ur zeddiget ara acku tesεa idammen-nni i as-d-yettasen yal aggur, ɣef waya ur testahel ara ad teṭṭef kra n umkan unnig neɣ aεlayan di tmetti. Σlaḥsab-nsen, tameṭṭut ilaq ad teqqim deg uxxam-is, ad tili d talaba n urgaz-is, ma teffeɣ ad teṣṣer iman-is, ad teffer kra n uferdis di tfekka-s i izemren ad yecεel acayaḍ n urgaz aberrani. Ɣur-sen tameṭṭut ma tekkes leḥjab, tefsi leqyud ad d-tawi lada, imi acḥal d yiwen i yemxellen s sseba-s. Di tazwara ad t-id-tesseɣwu, ad as-tesseεǧeb iman-is, asmi ara d-yeɣli deg-s ad tt-iḥemmel imir-n nettat ad tjebbed iman-is fell-as, ad tettferriǧ deg-s ɣef libεid amek ara yettembiwil, amek ara yuɣal d amexlul mebla ma teḥṣa neɣ tecleε seg lemḍeṛṛa iɣef tella d sseba. Acḥal d yiwen i d-tesseɣwa tmeṭṭut di taggara yuɣal d asekṛan neɣ yeṭṭafar lehyuf akken ad yettu, llan seg-sen ula d wid yenɣan iman-nsen.

Netta di lḥaqiqa, yir tignatin-a i d-nebder uwsawen, mačči d tameṭṭut i d sseba-nsent, maca d aẓayer-nni i as-yettunefken di tmetti. Di tazwara yella d meḥyaf d temḥeqṛanit i iḥuzan tameṭṭut iman-is kan, armi yuɣal yuɣ ula d irgazen ladɣa wid i d-yetturebban s usegmi ansay i yetteẓẓun deg wallaɣen yir tikta ɣef tlawin. Limer ur semxalfen ara ger tmeṭṭut d urgaz, tili kra n wugur ur yettili. Tameṭṭut d amdan, argaz daɣen akken ! Ulac acu i ten-yessemgarden : akken i tecbeḥ tmeṭṭut i yecbeḥ urgaz, akken i as-tεeǧǧeb tmeṭṭut i urgaz, i as-iεeǧǧeb urgaz i tmeṭṭut, akken i iḥemmel urgaz tilelli, i tt-tḥemmel daɣen tmeṭṭut,…Ahat yella kra n umgired gar-asen di tuddsa tabyulujit n yal yiwen, imi awtem yezga tafekka-s teqwa, iɣesseb mi ara t-id-tass ccehwa n tuzzuft, ma d tawtemt ur teǧhid ara akken yeǧhed wewtem, yerna ccehwa-s tettεeṭṭil di tazwara ma teḥma tettuɣal d times. Aṭas i yenwan d argaz kan i iḥemmlen tuget n wassaɣen n tuzzuft, netta ula d tilawin daɣen akken, acu kan ma tella tayri d nettat kan i izemren ad tẓeṭ leqniεa gar-asen. Mačči s useḥjeb d usebrek n tmeṭṭut ara yeḍmen urgaz ṣṣfa n leḥlal-is maca s tayri.

Limer di twacult yettuneḥsaben d nettat i d abelkim(noyau) n tmetti, ur ssemgiriden ara ger warrac d teqcicin, limer tisudwin-nniḍen n tmetti yecban iɣerbazen d tesdawiyin ur ferrqen ara ger yilmeẓyen d telmeẓyin, tili ur d-ttilin ara wuguren iɣef d-nemmeslay uqbel. Acku tterrbiya-nni taqesḥant i iferrqen ger uqcic d teqcict mi ara ilin d imeẓyanen, tettuɣal-asen d ugur mi ara umɣuren. Ttekken-d seg-s waṭas n wuṭṭanen n tnefsit i yettḥazen ama d tilawin ama d irgazen. Aṭas seg warrac i d-yetturebban s lḥeṛṣ, skerhen-asen yimawlan-nsen tiqcicin armi i uɣalen uḍnen mi meqqrit, seg-sen llan wid yetεeddan ɣef lḥeṛma n yimecṭaḥ, llan wid i ineqqen tilawin,…

Seg tlufa akk yeḍṛan, imusnawen n tnefsit seg tuget n liḥalat, ufan-d belli win akken yuɣalen d aqettal n tlawin neɣ d apidufil(win yetεeddayen ɣef lḥerma n yimecṭaḥ), sseba n waṭṭan-is d lḥeṛs-nni ideg d-yetturebba asmi meẓẓi, yetturebba-d di twacult anda ulac taywalt yerna yettwagdel fell-as ad yaẓ ɣer teqcicin imi skerhen-as-tent, armi yuɣal limer yufi ad tent-yessenger akken ma llant. Neɣ taswiεin, llan wid i d-yetturebban ɣef tiktiwin n tesreḍt ideg assaɣen n tuzzuft d leḥram, imdanen i d-yetturebban s tiktiwin-a, kra seg-sen seg wakken ṭṭfen tanefsit-nsen, yettuɣal-asen d timexlelt mi ara as-d-brun, imir-n ttmilen ɣer ccwal d reffu, ayen i ten-yeǧǧan tεeddayen ɣef lḥerma n tlawin neɣ taswiɛin tɛeddayen ula ɣef lḥerma n lwacul imecṭaḥ. Limer ad tili tigda ger urgaz d tmeṭṭut di yal taɣawsa n tudert, ur d-yettili ara gar-asen umgired neɣ kra n wugur, imi d argaz neɣ d tameṭṭut d imdanen i llan i sin, akken yella win i tella tin. Akken llan yirgazen n lεali i llant tlawin n lεali, akken llan yirgazen n diri i llant tlawin n diri. Aṭas n tmura ladɣa tid n Lurupa ideg tameṭṭut d urgaz yesseεdel-iten usaḍuf(lqanun) akked wansayen, seg wakken ttilint kra n liḥalat n utεeddi n urgaz ɣef tmeṭṭut di tmura-ya, acu kan drus ma nesserwes-itent ɣer wayen iḍerrun di tmettiyin tansayin yecban tin-nneɣ, yerna di tmura-ya llan aṭas n yimussuyen i yettnaɣen ilmend n uḥuddu n tmeṭṭut d tukci n yizerfan-is. D imussuyen yecban wi i ilaq ad ggten di tmettiyin tansayin yecban timura n Tmazɣa akked tid n Waεraben akken ad sneqsen seg tṭurfit n urgaz zdat n tmeṭṭut, tiṭurfit-a aɣbalu-s d aslugen n wazalen d wansayen akked tesreḍt, tisudwin-a daɣen ilaq ad asent-iger yiwen azalen n tɣerma d tugdut akked tatrara d wazalen alsanen(valeurs humaines) s umata. S wakka kan i nezmer ad nseggem aẓayer n tmeṭṭut i yuklalen amkan unnig di tmetti imi d nettat i d yemmat-neɣ, daɣen d leεmeṛ-nneɣ.

Mokrane Chikhi

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 23:41

Liberté

Mardi, 12 Mars 2013

FESTIVAL NATIONAL DU FILM AMAZIGH

Hommage à Bouguermouh et aux Amazighs de Siwa

Par : Mohamed Mouloudj

Doyens des festivals de cinéma en Algérie, le Festival annuel du film amazigh tiendra sa 13e édition du 23 au 28 mars à Tizi Ouzou.

Plusieurs productions cinématographiques sont d’ores et déjà programmées dans le cadre de la compétition officielle ou de la projection en hors compétition. Ainsi, sur trente- trois films, dix-sept sont inscrits en catégorie “Olivier d’or”, neuf en “Jeunes talents”, trois en “Doublage” et quatre en “hors compétition”. Cette manifestation cinématographique placée sous le signe “Vivre le cinéma des Hommes Libres” est dédié au défunt Abderrahmane Bouguermouh. Pour cette édition, ce sont les Amazighs de l’oasis Siwa, en Egypte, qui seront les invités d’honneur.
Dans un communiqué rendu public par le commissariat du festival, les organisateurs estiment que c’est grâce au soutien indéfectible du ministère de la Culture et la caution des professionnels du cinéma et des artistes de renom que le Festival du film amazigh est désormais le doyen des festivals de cinéma en Algérie. Cette édition, soulignent les membres du commissariat, “confirmera encore une fois sa légende naissante : ville d’initiatives culturelles, espace artistique privilégié, rayonnant et audacieux, en matière littéraire, théâtrale et cinématographique”. Une semaine durant, les festivités seront faites “d’émotions issues des écrans qui vont éclairer nos vies et enrichir nos mémoires”. La longévité de ce festival est assurée aussi grâce “aux efforts conjugués de tout une équipe soudée et passionnée de cinéma. Nous le devons également, et particulièrement cette année, à l’accompagnement des institutions de l’Etat comme l’Onda et l’APW de Tizi Ouzou”, précise encore le communiqué. Les animateurs du festival évoquent aussi les liens d’amitié que le festival a su tisser avec les autres organismes et festivals culturels, et au respect que lui témoignent les professionnels du 7e art, les artistes et les cinéphiles, à l’exemple de partenariat signé, l’an dernier, avec le Festival international du film amazigh d’Agadir. Des ateliers et des débats portant sur le partenariat entre les différents festivals du film amazigh des pays de l’Afrique du Nord auront lieu durant les journées des festivités, informe-t-on du côté des organisateurs.
Sur le plan des activités, El-Hachemi Assad, commissaire du Festival, avait informé que, en marge du festival, d’autres festivités auront lieu dans d’autres localités de la wilaya.
Il conditionne la réussite de ces activités à l’adhésion des autorités locales, qui doivent, selon lui, assurer un cadre adéquat et les infrastructures. Hormis le traditionnel concours, plusieurs autres festivités, comme des ateliers et des symposiums cinématographiques, auront lieu au cours de cette nouvelle édition.
Le commissaire du festival a précisé que pour cette édition, une section pour les films doublés est intégrée dans le festival. Mais en revanche, seuls les films qui ne sont pas commercialisés et astreints à une autorisation du producteur seront admis. “Ces films participent grandement à la promotion de la langue et de la culture amazighes”, a estimé M. Assad, d’où l’introduction de cette section dans les ateliers du festival pour les encourager. Un cycle de formation pour les jeunes producteurs aura lieu après le festival. Il concerne la pratique documentaire et l’encadrement des jeunes réalisateurs.
Ce symposium vient en complément de la formation dispensée lors de la dernière édition assurée par des spécialistes canadiens à de jeunes réalisateurs.
De nouvelles publications verront le jour durant cette édition. Il s’agit d’une nouvelle collection de manuels et de supports pédagogiques cinématographiques qui seront édités en marge des festivités. El-Hachemi Assad a ajouté que les éditions du Festival viennent de publier un livre qui traite de la problématique des salles de cinéma en Algérie. Un livre de Louhal Nourredine, intitulé “Sauvons nos salles de cinéma”. Il est préfacé par Khalida Toumi, ministre de la Culture. Il a ajouté que la revue du festival “Assaru”, consacré entièrement à Bouguermouh, est déjà publiée, et que le petit-fils de Taos Amrouche sera invité à cette édition. Il viendra présenter son film-école que le défunt Bouguermouh avait parrainé.


M M

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 20:11

ddk

 

 

«Ɣur-i, tamurt mebla anaẓur, d tamurt tewwi lmut, ihi ssarameɣ nella gar wid yeddren» M'hamed Issiakhem

 

Tikkelt-a mačči am tiyiḍ, targit i d-yerzan ɣer Targa Uzemmur (Tasdawit n Bgayet) d tin yessan s ssbiɣat n taklut, ama d tid n Issiakhem, ama d tid n Zahia Kaci i d-yeddmen tamusni-s srid ɣef yifasen n Issiakhem am ufrux i ileqḍen lḥeb deg wuran n bab-is. Ɣef waya tenna deg wawal-is « Issiakhem, mačči kan d anaẓur deg tuklut, maca d anaẓur ula deg tudert-is n yal ass».

Tajmilt i as-rran yinelmaden n Bgayet i Issiakhem tella-d s lmendad n Umezday Adelsan Imnayen. Ddurt ma drus, gar 25 furar alarmi d 04 meɣres, tegla-d s waṭas n leqdicat yecban tamsikent n tuklut i d-ijebbden allen am ddkir, isura ɣef tudert n unaẓur ameqqran Issiakhem, asarag n Zahia Kaci akked Zohra Djazouli, dɣa massa Djazouli tessen aṭas Kateb Yacine, ɣef waya i d-temmekta ussan yettcercuren d iḥulfan ɣef temẓi-s yeqqen zzman ɣer tẓuri, ama n Kateb, ama n Issiakhem. Mebla ccek, inelmaden n tesdawit akked yinebgawen i d-yettasen sya u sya, ferḥen d axettar ɣef leqdic amerkanti, am wakken i dhan s yiwet n temsizzelt umi heyyan arraz i win ara d-yufraren s tuklut-is deg umkan amezwaru. Ula d amezgun ur yettwattu ara deg tegnatin yecban ti, imi tikkelt-a s tceqquft (Le maestro). Syin akkin tella-d tmenna n tmedyezt anda i d-nesla i « Muḥ prend ta valise ». Seg tama-nniḍen iɛeggalen n Umezday adelsan Imnayen lhan-d d wufraq n yiwen n uɣmis umi semman «Awal n unelmad» i d-heyyan ɣef demma n unaẓur ameqqran Issiakhem anda aṭas n yinelmaden ffkan-d tamuɣli-nsen ɣef tẓuri s umata. Lḥasun ameslay yezzi ɣef waṭas n yinaẓuren n tmurt-nneɣ, gar-asen Issiakhem, Kateb Yacine, Zahia Kaci, Zohra Djazouli, Khadda, Tahar Djaout, Baya, Mesli d waṭas-nniḍen.

I taggara n ddurt-a yessan tadwat yedlen taẓuri, d Rabah INASLIYEN ara d-yilin di ttiɛad i wass-a n letnayen 04 meɣres, deg yiwet n tmeɣra tameqqrant ara yilin deg usensu n Targa Uzemmur. Ula d Dda Rabah yekki deg tejmilt i as-yuɣalen i M'hamed Issiakhem. Akka, s wudem n ucmumeḥ akked tẓuri, inelmaden n tesdawit n Bgayet rran tajmilt i yiwet n tgejdit tameqqrant deg umezruy n tẓuri.

 

Salim Benkhelifa

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 23:34

Liberte

 

Dimanche, 03 Février 2013

RETOUR à LA LANGUE MATERNELLE

Parlez-vous chaoui ?

Par : Rachid Hamatou

En Algérie, l’usage de la langue amazighe connaît un regain timide, mais qu’il faut quand même signaler. Selon l’Unesco, le pays compte environ 35% de berbérophones avec ses variantes : le kabyle avec 5 millions d’interlocuteurs.

L’Unesco considère que les langues appartiennent au patrimoine culturel immatériel de l’humanité et œuvre pour la diversité linguistique par des programmes de sauvegarde des langues en danger.
L’organisme informe que 50% des langues sont en danger de disparition, qu’une langue disparaît en moyenne toutes les deux semaines, et que si rien n’est fait, 90% des langues vont probablement disparaître au cours de ce siècle. Les linguistes sont préoccupés par ce phénomène, car les langues qui disparaissent sont souvent des langues qui contiennent des phénomènes linguistiques rares, voire uniques, et s’ils n’ont pas été répertoriés, enregistrés, étudiés, ils seront perdus à jamais. En Algérie, l’usage de la langue amazighe connaît un regain timide, mais qu’il faut quand même signaler.
Selon l’Unesco, l’Algérie compte environ 35% de berbérophones avec ses variantes : le kabyle avec 5 millions d’interlocuteurs, ce qui fait du kabyle (taqbaylit) le deuxième parler berbère après le chleuh du Maroc. Cependant, la deuxième variante la plus répandue à travers le pays du berbère reste le chaoui (tacawit). Il est parlé par environs 3 millions de personnes à l’est du pays, surtout dans le massif auressien (Batna, Khenchela, Oum El-Bouaghi, Tébessa, Souk Ahras, extrême sud de Sétif, et une partie des wilayas de Biskra et de Guelma). Batna est auréolée du titre de capitale des Aurès, cependant elle n’a presque rien d’auressien linguistiquement parlant, si l’on compare cette ville à Tizi Ouzou, Béjaïa ou encore Ghardaïa, où les habitants de ces villes s’expriment dans leur majorité en berbère. Cependant, on assiste à un retour à la langue maternelle, comme nous le signale le professeur Fakihani Tibermacine, auteur du premier dictionnaire chaoui-arabe “La clé du trésor, parler chaoui” : “Loin du politique, il y a d’abord un sentiment d’appartenance. Les chanteurs de toute la région des Aurès ont eu le mérite, il y a de cela une vingtaine d’années, de prendre le risque (et je mesure mes mots), car c’était très mal vu et même réprimé de chanter dans la langue de Massinissa, d’écrire des pièces, des expositions, de réanimer certaines fêtes millénaires telles que thamghra n’tmanzouth, thifsouine, yennar. Et vous constatez aujourd’hui que ce rendez-vous, yennar présentement, n’est pas chaoui ou kabyle ou m’zab. Si de nos jours le mouvement associatif montre des signes de faiblesse, c’est parce que des individus et citoyens ont trouvé dans les nouveaux moyens de communication (blogosphère, réseaux sociaux) le moyen de redonner vie et des fois juste un petit coup de confiance (les enseignes des magasins, les prénoms amazighs – même si des fois, et surtout à Batna, l’administration est encore réticente – ; dans les cafés, dans la rue, dans les taxis, on écoute souvent Radio Batna en chaoui), les gens ont repris leur langue. La meilleure preuve reste le classement de l’Unesco pour les Aurès, qui est passé de ‘’en danger’’ à “vulnérable’’ ; il reste maintenant à monter crescendo vers l’officiel, comme c’est le cas chez nos voisins du Maroc.” Un autre indicateur de l’intérêt accordé par les Auressiens à leur langue maternelle (chaoui) à l’échelle ou niveau universitaire, où plusieurs étudiants en fin d’études, et pour la préparation de leur mémoire, cherchent de plus en plus des thèmes et sujets ayant trait avec le patrimoine matériel ou immatériel (géographique ou linguistique). Un autre exemple nous vient cette fois des Etats-Unis d’Amérique, plus exactement de l’université Politzer. L’anthropologue et journaliste d’origine algérienne (auressinne) Yasmine Bendaâs a passé plus de 3 mois dans la région de ses grands-parents, Chemora (36 km à l’ouest de Batna), pour réaliser une étude sur les origines et les différentes significations du tatouage chaoui. L’étude a été publiée par le magazine National Geographic, vu son importance. Beaucoup de facteurs, et d’une manière directe ou indirecte, ont contribué à ce redéploiement linguistique, qui peut être considéré comme phénomène, au vu de ce qui se passe à travers le monde et dans les pays les plus développés (Danemark, Hollande, Australie) où des budgets spéciaux ont été alloués pour sauver des langues en agonie.

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 22:53

el watan

Boussad Berrichi. Ecrivain-chercheur : «Sortir de l’idéologie entre le latin et le tifinagh»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.01.13 | 10h00 2 réactions

zoom | © D. R.

Boussad Berrichi est docteur en Lettres de l’université de Paris. Etabli au Canada, il est professeur-chercheur dans le domaine berbère et la littérature comparée. Il est aussi l’auteur de Mouloud Mammeri, Amusnaw et l’éditeur scientifique des deux tomes de Mouloud Mammeri, écrits et paroles. Il prépare deux essais, le premier en langue tamazight sur l’œuvre de Mouloud Mammeri, le deuxième en français sur les cosmogonies amazighe kabyle et chinoise en littérature. Dans cet entretien, il nous livre sa position par rapport à la transcription du berbère, très influencée par les travaux de Mouloud Mammeri.

-Vous avez beaucoup travaillé dans vos recherches sur la question de la transcription du berbère et les travaux de Mouloud Mammeri. Quels étaient les arguments de ce précurseur pour défendre le choix de l’alphabet latin ?

Les arguments de Mouloud Mammeri sont scientifiques. DaLmulud a très bien détaillé ses arguments sur le plan technique dans sa réédition en 1988 de Tajerrumt n Tmazight aux éditions Awal-MSH. Il faut rappeler que Mouloud Mammeri a consacré toute sa vie au développement de tamazight, il est l’un des grands spécialistes, pour ne pas dire le plus grand de tamazight. La force de la «scientificité» des travaux de Da Lmulud réside en partie dans sa maîtrise de toutes les variantes de tamazight (kabyle, chaoui, chenoui, mozabite, chleuh, touareg ou tamahaght (tamachaqt), tamazirt au maroc, rifain, siwi, soussi, sennousi, etc.), mais aussi les langues méditerranéennes, tels que le latin et le grec, sans parler de ses connaissances des langues asiatiques comme le russe et le chinois sur le plan linguistique.

Donc, c’est un linguiste grammairien émérite de tamazight, qui a développé la transcription de tamazight en caractères latins. Ecrire tamazight en caractères latins, selon Mammeri, c’est permettre à la langue tamazight de rattraper le temps perdu et déconstruire les blocages historico-politiques qui ont entravé son développement. La transcription en caractères latins a plus d’un siècle d’existence, dont le précurseur de certaines bases est le grand amazighisant Si Amar Ben Saïd Boulifa. Aujourd’hui, l’alphabet latin est le plus utilisé dans le monde. C’est un alphabet universel. Même les langues les plus parlées dans le monde, sans citer l’anglais ou le français, utilisent l’alphabet latin adapté, tel que le chinois, le russe, le hindi pour tout ce qui est scientifique.

Le cas du chinois est très intéressant, car c’est la langue la plus parlée dans le monde, et pourtant de plus en plus de Chinois transcrivent leur langue, mandarin ou cantonnais, en alphabet latin. Cet alphabet est enseigné dans les écoles et universités chinoises. Enfin, l’utilisation des caractères latins adaptés en tamazight par Mouloud Mammeri repose sur des données et perspectives scientifiques et universelles dont il est plus judicieux pour les amazighophones d’adopter cette écriture universelle pour rattraper le retard accumulé à cause des ennemis de tamazight.

-Et que pensait-il du tifinagh alors ?

Pour l’alphabet tifinagh, selon Mouloud Mammeri, il faut avoir encore plus de moyens pour utiliser cet alphabet à l’avenir dans tous les domaines, mais avec l’alphabet latin comme cela se fait en Chine ou ailleurs. Il faut que les gens sortent de cette idéologie binaire, à savoir choisir entre le latin et le tifinagh. Aujourd’hui, il est question de la survie de tamazight dans tous les domaines. Il n’y a rien de contradictoire dans l’utilisation de deux alphabets, à savoir le tifinagh et le latin en même temps, le premier dans le sens symbolique, et le deuxième du point de vue pratique et scientifique. Je précise tout de même que, selon les travaux de M. Mammeri, le tifinagh a besoin de beaucoup de moyens et de temps pour se développer afin que les générations l’adoptent et le maîtrisent. Or, nous n’avons ni le temps ni les moyens.

Donc, le choix de l’alphabet latin est impératif sur tous les plans. Savez-vous que beaucoup de langues utilisent à la fois leur alphabet et les caractères latins, et certaines langues incomprises à cause de leur alphabet compliqué utilisent l’alphabet latin, c’est le cas de l’arabe. Alors, les Amazighs qui veulent avancer et aller vers la modernité doivent écouter les spécialistes de tamazight et adopter leurs recommandations et ne pas écouter les charlatans qui ne savent même pas dire ou écrire une seule phrase correctement en tamazight. Tamazight appartient à ceux qui la parlent, qui l’écrivent et la développent… et qui la rendent encore plus universelle… dont son officialisation comme langue nationale et officielle dans tous les pays africains du Nord (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye, Azawad, Niger, Iles Canaries…) est incontournable.

-Ne pensez-vous pas que trancher pour le tifinagh, comme au Maroc, c’est la seule solution rassembleuse qui mettra fin aux spéculations inutiles et permettra au berbère de se développer au niveau académique ?

Le choix du tifinagh au Maroc laisse la place à beaucoup de spéculations, car toute imposition idéologique laisse la voie à la manipulation des locuteurs et de l’outil de transcription.

-Que disent les spécialistes de tamazight au Maroc ?

Pour eux, l’alphabet latin est le plus viable et fiable dans l’enseignement et autres domaines pour inscrire la transcription de tamazight dans la modernité. Donc, l’officialisation de tamazight au Maroc est une reconnaissance de façade pour le moment, car l’imposition du tifinagh est purement idéologique. Il n’y a pas lieu de choisir entre deux ou trois alphabets aujourd’hui, il est question d’utiliser les caractères latins modernes avec les améliorations techniques que permet la linguistique moderne, mais en même temps l’utilisation du tifinagh dans le cas du symbolique (noms des ministères, écoles, universités, édifices officiels, commerces, etc.), mais aussi l’utilisation de la langue tamazight dans tous les domaines, notamment en politique dont un ministre ou député, voire un président, doit impérativement maîtriser la langue tamazight avec les autres langues pour occuper des postes importants.

-Nous vivons à l’ère du tout numérique et il n’y a jusqu’à maintenant pas d’outils informatiques en langue berbère dignes de ce nom. A quand un vrai clavier amazigh par exemple ?

Ce n’est plus un problème ; un clavier, il suffit d’avoir de l’argent pour que Microsoft et Apple vous fournissent des claviers en tifinagh de tous genres. Or, il est du devoir des «Etats» d’Afrique du Nord de fournir des moyens financiers pour le développement de tamazight (alphabet, langue, etc.) et non de bloquer tout projet novateur pour la renaissance et le développement de tamazight.

Samir Ghezlaoui
Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 22:26

 

 

Yennayer à Batna

Ali Enmer en fête

le 15.01.13 |  

Le nouvel an berbère est célébré avec la même passion, même si de nombreuses traditions ont été perdues au fil du temps.

Sur la RN77, non loin de la commune de Merouana, une petite bifurcation nous invite à voyager dans le temps, au travers d’un chemin menant au village du nom de Ali Enmer, ex-Bozo. Au fil des deux kilomètres qui le séparent du flux de «civilisation», l’on s’engouffre dans une faille spatio-temporelle, où l’héritage culturel de la Numidie, matériel et immatériel, est encore vivace. Ici, dans l’un des derniers bastions de l’amazighité, on est sommé de faire attention au vocabulaire. En effet, le mot amazigh à un sens des plus sacrés. La langue parlée est unique et inchangée.

Les regards sont méfiants et incisifs à l’utilisation d’une autre langue. Inlassablement, et pour la 2963ème fois, on célèbre le nouvel an berbère, avec la passion si caractéristique du peuple éponyme, mais avec des moyens réduits, à la hauteur de la participation de chacun. Toute la journée du 12 janvier, coïncidant avec le premier Yennayer, a été l’occasion de célébrer l’accession au trône d’Egypte du roi Chechnaq, et aussi le début de l’année agricole.

Après l’hommage rendu au défunt chercheur sur l’histoire amazighe, le docteur Ammar Negadi, par un recueillement solennel sur sa tombe, les habitants se sont donnés rendez-vous à la maison de la culture où une exposition de plats et de mets traditionnels a été organisée. La journée continue avec une conférence donnée, au même lieu, par Mohamed Merdaci, proviseur à la retraite et chercheur, sur l’influence de la langue amazighe sur la langue d’Egypte. La soirée a été, quant à elle, libératrice. Au milieu d’une rue du village, une scène a été dressée. Au programme : l’infatigable Massinissa, Youba, Jimmy et Alaoua Toto, tout ce beau monde pour enchanter l’audience avec des rythmes entraînants et des paroles souvent engagées et militantes pour la cause amazighe. La chanson «le Roi Chechnaq» du nouvel album de Massinissa, a été interprétée en exclusivité pour l’occasion.

Au milieu d’un public enflammé, Kamel, un habitant rencontré sur place, nous parle, nostalgique, des traditions perdues de Yennayer. Naguère, au premier jour du nouvel an, on changeait les yenyens, les trois pierres qui servaient de socle de cuisson dans les cheminés. «Elles (Les trois pierres) étaient jetées dans une pente et l’on interprétait leur position comme de la chance pour celui qui les a jetées. L’appellation de Yennayer vient directement de ces yenyens», a-t-il affirmé. Au deuxième jour, on changeait les hanbel (toutes sortes de couvertures et de tapis).
Les vieilles femmes du village retournaient quelques pierres dans les champs pour interpréter les dessous révélés comme ce qu’on aurait comme bétail.

Et finalement, au troisième jour, on jouait aux jeux traditionnels. Le Thakourth, sorte d’ancêtre du cricket, était joué, selon Kamel, jusqu’aux années 1990. «J’étais l’un des derniers à avoir joué à ce jeu», s’est attristé notre interlocuteur. La venue de ce qu’il nomme comme «civilisation», a participé grandement à l’oubli des traditions et de l’identité berbère, qui leur sont si chères. «N’importe quelle région qui a été urbanisée, ne fête plus, et comme il se doit, le début de notre calendrier », a-t-il constaté. Par ailleurs, les nouvelles de la proclamation de Tamazight comme langue nationale en Libye, et celle de l’imposition du tifinagh au détriment de la graphique latine au Maroc, viennent croître le sentiment de déception de la population par rapport au pouvoir algérien à l’égard de cette constante identitaire.

Sami Methni
Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
13 janvier 2013 7 13 /01 /janvier /2013 10:36

Liberte

 

Dimanche, 13 Janvier 2013

Célébration de Yennayer dans les Aurès

Le pays chaoui en fête

Par : Rachid Hamatou

L’antique Theveste est désignée pour recevoir des invités des quatre coins des Aurès pour un grandiose Yennayer, et se proclamer capitale amazighe, même le temps d’une fête.

Les partisans de la mémoire ont eu le dernier mot. Il y a à peine une dizaine d’années, la fête du nouvel an amazigh était une affaire d’associations et de mouvement culturel, sinon une pratique réservée aux zones recluses et profondes, n’ayons pas peur des mots, pour dire que cette pratique était dite archaïque et approchée avec un certain dédain.
De nos jours et depuis quelques années, le travail du mouvement associatif et culturel semble avoir porté ses fruits.
Les quelques îlots qui continuaient vaille que vaille et depuis des millénaires à faire la fête, même une toute petite fête pour célébrer Yennayer (“ikhf nousgwas”), le nouvel an, dans l’intimité et presque dans la discrétion, ont fait tache d’huile. C’était surtout les zones berbérophones où le mouvement culturel avait bon ancrage : Imsounine, T’kout, Bouzou, Ifker, M’sara, Menaâ où, conscients de ce legs immatériel, des initiateurs et animateurs du mouvement culturel amazigh et de la ligue Aurès n’ont jamais baissé les bras quant à l’organisation de cette manifestation plurimillénaire qui, à leur yeux, mais surtout dans leur conscience constituait le maillon qu’il ne fallait ni oublier ni perdre, même si ce n’était pas la seule occasion que les leaders du mouvement culturel ont célébrée avec les populations des zones rurales : amenzou n’yennar, thifsouine et bien d’autres occasions.
L’année passée et cette année, en l’occurrence 2962 et 2963 selon le calendrier berbère, ont a assisté à une extension, mieux encore un envahissement du désir de fête et de célébration du rendez-vous la nuit du 12 janvier de chaque année.
On ne parle plus des deux vallées (“ighzar a melel” ou “oued abdi”, ou encore la vallée de Belezma ou les hauteurs des Aïth M’loul), mais plutôt de tout le massif des Aurès dit pays chaoui.
De la capitale des Ziban, Biskra, jusqu'à Tébessa, où la plus grande manifestation aura lieu cette année, l’antique Theveste est désignée pour recevoir des invités des quatre coins des Aurès pour un grandiose Yennar et se proclamer capitale amazighe, même le temps d’une fête.
De quel Aurès parlons-nous ? Aussi bien du géographique que du linguistique, car aussi bien là où l’on parle chaoui ou pas, la pratique est restée vivace, bien sûr avec quelques variantes et particularités qui distinguent les différentes zones du massif auressien.
Imsounine ou encore Aït Frah se trouvent administrativement dans la wilaya de Biskra, mais c’est toujours l’Aurès par la langue, c’est valable pour Gosbates, Ras El-Ayoun, Aïth Slam plutôt proches de Sétif mais auressiennes par la langue. Valable pour Tifeche, Sedrata, M’daourouche, dans la wilaya de Souk Ahras. N’empêche, la fièvre de la fête n’a pas de frontières. 
La presse nous fait écho quotidiennement des préparatifs à Oran, Tlemcen, Timimoun. Yennayer fête nationale disent les partisans de l’officialisation de la journée, comme fête à travers le pays et journée chômée payée. Ainsi, cette occasion dite nouvel an berbère ne se limite aucunement aux zones berbérophones, aussi bien en Algérie que dans les pays voisins, Maroc, Tunisie, Libye et jusqu'à Siwa en haute Egypte, où l’on parle encore la langue des ancêtres, tamazight.
Nayer, Yennar ou Yennayer, autant d’appellations que de mythes et de réalités historiques se mélangent. Il faut reconnaître qu’une civilisation vieille de 2663 ans, dont le début du comptage est tour à tour attribué dans certains mythes comme nous l’indique Rachid Oulebsir (auteur) à une histoire qu’on raconte aux enfants autour de l’âtre et qui explique pourquoi le mois de fourar (février) ne possède que 29 jours et que Yennayer (janvier) en a 31. C’est la faute d’une vieille et belliqueuse qui se moque du mois de Yennayer pour sa courte durée, celui-ci emprunte à Fourar quelques jours de froid et se vengea de la bergère. D’autres auteurs historiens et ethnologues font coïncider cette date avec la victoire du roi et guerrier berbère Chuchnuque 1er qui fut intronisé Pharaon en égypte et le début de son règne coïncide avec exactitude avec l’an 2963.
Peut importe, nous disent les jeunes organisateur de la fête de Yennayer, ça prouve que nous ne sommes pas un patrimoine morbide mais une civilisation. À la cité Ali Nmeur, où les jeunes et les anciens se sont mis de la partie, la fête a débuté par l’hommage rendu à un grand militant et infatigable démocrate qui nous a quittés il y a 4 ans, en l’occurrence Amar Negadi, pour que les festivités se poursuivent toute la nuit. De même à Ouled Rachache (wilaya de Khenchela), Imsounine (wilaya de Biskra) ou encore T’kout qui, en dépit de sa douleur, rend hommage dans la dignité à ses enfants et grâce à ses enfants. Dîner copieux, grand nettoyage des maisons et préparation de l’incontournable tighrifine (pour certains ghraif et pour d’autres baghrir). En tout cas, il reste l’ancêtre des crêpes (sic)… Asegwas ameggaz 2963.


R H

 

 

 

 

Dimanche, 13 Janvier 2013 09:50Facebook ImprimerEnvoyerRéagir

YENNAYER A LAGHOUAT

Présage d’une nouvelle année féconde

Par : Arezki BOUHAMAM

Comme chaque année, Yennayer ne passe jamais inaperçu à Laghouat. Conciliant les usages, les caractéristiques de la région et la tradition, les habitants de cette paisible région du Sud fêtent le nouvel an amazigh dans la convivialité.

La coutume en cette occasion à Laghouat, c'est le renouvellement des pierres du foyer de la cheminée. La tradition, nous indique-t-on, veut que tout ouvrage commencé, tel que le tissage, soit terminé ce jour-là qui coïncide avec le nouvel an amazigh 2963. La célébration de cette date se fait également à travers des rituels, des sacrifices et des plats particuliers. Les maisons sont nettoyées de fond en comble, repeintes, décorées et ouvertes à la famille et aux amis pour se réunir autour d’un banquet préparé en la circonstance.
Youcef Laghouati, artiste en retraite de son état, nous a indiqué que “cette fête a toujours été célébrée tout comme l'an de l'hégire avec les mêmes mets, les mêmes cérémonies, chants religieux, friandises, récitation du Coran et le plat principal qui n'est qu'un couscous spécial dont la sauce contient plus d'ingrédients que d'habitude dont les légumes frais et secs de toutes variétés”. Pour célébrer dans une ambiance festive cette date, on met une fève sèche dans la marmite, et celui qui aura la chance de la trouver dans sa cuillère sera désigné comme le plus chanceux et le plus heureux pour toute l'année. Et pour obliger les enfants à bien manger, on leur fait peur en les menaçant qu'il y a un “kamoum” ou “ghoul” nommé “lamassa”, qui vient au milieu de la nuit emmener en enfer ceux qui n'ont pas bien rempli la panse. Chez certaines familles, c’est aussi la première coupe de cheveux pour les petits garçons. Ainsi, l’homme le plus âgé de la famille se charge de cette mission pour que le petit vive aussi longtemps que son “vieux coiffeur”, nous dit-on.
Et comme ce jour représente aussi le dernier jour de l’an qui s’achève (dernier jour de djanber), on se doit de sacrifier un coq fermier, et toute la famille se retrouve autour d’un couscous bien garni au poulet fermier agrémenté de morceaux de viande séchée (guedid) sans oublier les belles histoires (m’hajiate) des grands-mères et grands-pères pour rendre éternelles les coutumes et ne pas oublier nos racines.
Car, quoique plusieurs familles continuent de préparer un repas copieux le soir avec veillée, thé, drez, friandises, il faut dire que, malheureusement, cet événement a tendance à ne pas être fêté comme avant. Pour rappel, Yennayer marque le jour de l'an du calendrier agraire, adopté depuis l'antiquité par les Amazighs.
Il correspond au 1er jour de janvier du calendrier julien, aujourd’hui en décalage de 13 jours du calendrier grégorien.
Le vocable “Yennayer” est composé de “Yen” qui veut dire premier, et de “Ayer” qui veut dire mois.
Yennayer serait donc le premier mois de l’année dans le calendrier amazigh. Le jour de l’an amazigh coïncide avec le 12 janvier du calendrier grégorien. L’origine du calendrier amazigh remonte donc à 950 avant J.-C. C’est le roi Chachnaq qui, après avoir conquis le delta du Nil (Égypte), fonda la XXIIe dynastie pharaonique. Une première bataille soldée par une victoire grandiose.


B A

 

Dimanche, 13 Janvier 2013 09:50Facebook ImprimerEnvoyerRéagir

Commissaire du festival de la musique et de la chanson Amazighes Arib Karim à LIBERTE

“Ce festival est un hommage à tous les militants de la cause amazighe”

Par : RABAH KARECHE

Après quelques jours de la clôture du Festival culturel national de la chanson et la musique amazighes, le commissaire revient dans cet entretien sur le bilan de cette 5e édition et l’identité algérienne.

Liberté : Le festival de la chanson et de la musique amazighes est-il destiné à servir la cause identitaire ?
Arib Karim : On ne peut pas parler de la chanson amazighe sans cette langue qui représente toute une identité et toute une culture. Je pense que l’élément essentiel dans ce festival est la langue, et si on est arrivé aujourd’hui en Algérie à assister à ce genre de manifestation, c’est parce que l’Algérien s’est finalement réconcilié avec lui-même et avec son identité. Ce qu’il faut savoir néanmoins est que l’amazighité ne se limite pas à des régions particulières comme la Kabylie et les Aurès, mais elle s’étend vers plusieurs régions du pays où l’on a su préserver et pérenniser cette langue. Tamazight est une langue vivante, une langue de culture. Personnellement, je trouve que l’amazighité ne doit pas se restreindre uniquement à la musique, car il est impératif de mettre à profit le combat des anciens militants de la cause amazighe. Ur ilaq ara anetsu ansa id nough azar (il ne faut pas oublier ses origines). Beaucoup d’Algériens ont revendiqué leur langue et leur culture, et nous sommes en train de cueillir les fruits de leur sacrifice. Ce festival est par conséquent une façon de leur rendre hommage ainsi qu’à tous les militants de la langue amazighe et de l’identité algérienne.

Quel est le bilan de cette 5e édition ?
Dans l’ensemble, le festival a été une réussite grâce à la qualité du travail présenté par les candidats au concours de la chanson amazighe et par rapport aussi à l’affluence remarquable du public tamanrasseti. Les soirées artistiques ont drainé beaucoup de monde cette année, dès la pré-ouverture du festival qui s’est déroulée dans une grande liesse. Cela est dû premièrement au choix des artistes et deuxièmement au climat tempéré qui caractérise les soirées de la capitale de l'Ahaggar. Rappelons que l’année passée beaucoup de personnes se sont abstenues aux concerts de musique à cause du temps glacial qu’il faisait. Les jeunes ont eu cette année droit à des soirées riches en sonorités, compte tenu de la notoriété des artistes ayant pris part à cet événement culturel.


R. K.

 

 

Le Matin

Yennayer, un vecteur du patrimoine culturel immatériel amazigh

 

Les Algériens ont découvert la modernité à leurs dépens, dans la violence des affrontements socioculturels contre l’ordre colonial et dans la destruction brutale des fondements historiques et économiques de leur société médiévale, le déchirement et le déracinement des matrices identitaires, le déclassement et la relégation de leurs mode de vie et de leurs pratiques traditionnelles de reproduction culturelle.

A nous d'imposer nos hâltes festives dans ce monde qui ressemble à un village.A nous d'imposer nos hâltes festives dans ce monde qui ressemble à un village.

Nos ancêtres ont connu une modernité agressive exterminatrice sous la domination coloniale française, dans le sang versé lors des jacqueries et des révoltes, dans l’exil, la déportation et le bagne qui ont sanctionné leurs célèbres et récurrentes insurrections. Ils ont eu à voir et toucher la modernité ravageuse dans le martyre des souffrances nées de leurs engagements pour la sauvegarde des fondements de leur identité. Ce fut le fracas du pot de terre contre le pot de fer.

Ils ont appris la privatisation des moyens de production dans les séquestres collectifs de leurs terres, connu le salariat sur les grands domaines agricoles après un pénible déracinement social et un exode sans issue vers la périphérie des villes qu’ils découvrent englués dans leurs bidonvilles insalubres et leurs cabanes de paille. Ils ont appris l’usage de la monnaie et du crédit à cause de l’usure et de l’impôt, sous le règne progressif de la marchandise, de la manufacture et du marché ! Ils ont découvert l’espace urbain comme ouvrier, portefaix, garçon de café, et travailleur journalier dans les basses besognes.

Le mode de production capitaliste n’est pas sorti des entrailles de la société algérienne comme la résultante d’un développement historique des contradictions sociales comme il le fut en Europe, mais il a été imposé par la force brutale avec le mode de vie et toutes les catégories économiques, sociales et culturelles qui lui sont propres. Alors qu’il a mis plus de trois siècles pour soumettre et intégrer le mode de production féodal en Europe, Il s’est généralisé en moins d’un siècle chez nous, imposé violemment par la colonisation de peuplement française.

Les paysans algériens, arrachés à leur appartenance atavique à une tribu, un village, une région, sont devenus des individus sans repères avec pour seule perspective la vente de leurs bras au plus offrant. Leur agriculture traditionnelle dont le moyen de production le plus développé était la charrue de bois avait à se comparer à l’agriculture coloniale industrialisée mécanisée, motorisée ! Leur médecine par les plantes approximative avait à se mesurer à la médecine des antibiotiques, de la quinine miraculeuse et des piqures à guérison magique ! La medersa coranique avec ses planches de bois, et ses nattes d’alfa, devait rivaliser avec l’école de Charlemagne, ses blouses blanches, son ordre, ses tableaux, ses tables, ses encriers, ses livres et ses cahiers ! Leur foi en la nature et leurs divinités devait céder le pas devant le calcul économique, l’efficacité et la rentabilité. La culture locale rurale avec ses savoir-faire empiriques était déclassée par la culture coloniale urbaine, sa science agronomique et ses savoirs démonstratifs.

Avec le temps, les tenants de la culture traditionnelle algérienne ont intériorisé de multiples frustrations, une série de complexes d’infériorité qui paradoxalement ont constitué des terreaux de revanches à venir, des ferments pour des comportements révolutionnaires, des aliments de détermination pour chasser le colonisateur.

C’est avec ces complexes d’infériorité, ce besoin viscéral de revanche que nous nous sommes rués au lendemain de l’indépendance sur les villes coloniales conquises. Et depuis cette date nous n’avons pas fini d’installer notre ruralité refoulée, notre paysannité inhibée déchue sur l’espace public que nous dégradons, clochardisons comme s’il appartenait encore à l’ennemi, au colonisateur vaincu. Après le concept de "Beylik", nous avons inventé celui de "Bien vacant".

Nous avions certes gagné la guerre contre la 4e puissance militaire du monde mais nous n’avons pas encore entrepris notre décolonisation culturelle. Fêter Yennayer participe de cette démarche salvatrice de décolonisation des âmes et des esprits.

Pour entreprendre ce projet de renaissance culturelle, nous devons réapprendre à revisiter et découvrir les trésors de notre patrimoine immatériel fait de traditions et d’expressions orales , d’événements festifs, de langages, de pratiques sociales rituelles, de connaissances de la nature et de l’univers, de savoir-faire liés à l’artisanat, de qualifications artistiques de recettes gastronomiques, d’aspects vestimentaires, de croyances aux forces de la nature, et tout ce qui durant des siècles s’est transmis par legs générationnels.

Yennayer, la porte de l’année amazighe, est une halte symbolique, un vecteur essentiel de notre patrimoine culturel immatériel, tout comme le sont d’autres durées comme Timechret, Amenzu n tefsut, Tiwizi u zemmur, iwedjiven n lehlal, tamuqint n’ lekhrif …

L’Etat algérien célèbre plus de 60 journées de fêtes nationales et internationales chaque année, dont une dizaine chômées et payées ! Nombreuses sont ces haltes, comme le 21 mars, journée de l’arbre, ou le 31 mai journée mondiale sans tabac, qui nous rappellent annuellement que nous faisons partie du monde et que nous partageons de nombreuses valeurs avec les autres peuples de la planète. Certaines de nos fêtes sont d’ordre historique comme le 1er Novembre et le 5 Juillet, d’autres de nature religieuse comme les deux Aïds, l’achoura, le Mouloud et le jour de l’an du calendrier lunaire, d’autres encore d’aura internationale comme le jour de l’an Grégorien, celles liées aux acquis des luttes ouvrières comme le 1er Mai, et de luttes pour l’émancipation de la femme comme le 8 Mars.

Aucune fête ne célèbre notre appartenance identitaire amazighe. C’est comme si nous étions un peuple tombé du ciel avec les pluies qui ont mouillé la djellaba d’Okba Ibn Nafaa ! Un peuple sans origines, sans racines. Nombreux sont ceux qui refusent de savoir d’où ils viennent ! C’est pour cela qu’ils ne savent pas où aller ! Ils s’accommodent d’une identité tronquée, parcellaire, incomplète, une fausse identité.

A nous donc d’imposer nos haltes festives, comme des espaces de contrepouvoir, des espaces de liberté de fait, où seront honorés l’héritage et la mémoire de nos célèbres ancêtres Imazighènes.

Rachid Oulebsir

 

 

 

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 01:45
 
 
 
Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens