Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 22:50

 

Source : TSA

 



 

Zohra Drif Bitat, sénatrice du tiers présidentiel, a appelé dimanche 5 juin à la dissolution du Parlement et à l’élection d’une Assemblée constituante. Cette élection devra être organisée par un gouvernement de transition, chargé également de gérer les affaires courantes.
 
Dans un communiqué lu après sa rencontre avec Abdelkader Bensalah, le président de la commission des réformes, Mme Drif Bitat a précisé que l’élection d’une assemblée constituante devrait intervenir avant le 1er novembre 2011. Un Parlement légitime sera élu sur la base d’une nouvelle Constitution, avant fin janvier 2012, a‑t‑elle expliqué, ajoutant que durant cette période de « transition », le chef de l’État poursuivrait son travail en légiférant par ordonnances.
 
Outre l’élection d’une Assemblée constituante et d’un nouveau Parlement, la sénatrice propose que le chef de l’État procède à la désignation d’une commission d’experts indépendants chargée d’élaborer une nouvelle loi électorale, une nouvelle loi sur les partis politiques et une loi sur la participation des femmes aux assemblées élues.
 
Mme Zohra Drif plaide pour des mesures radicales. Elle demande des réformes profondes du système politique. « Messieurs, nous vivons une double crise : la crise de l’État et des institutions, la crise de la relation de la société à l’État », martèle‑t‑elle tout en dressant un tableau sombre de la situation du pays. Elle présente « sa » feuille de route pour éviter à l'Algérie, de sombrer dans une nouvelle crise aux conséquences incalculables. « Voila ! Vous aurez compris Messieurs que j’ai parlé avec sincérité et honnêteté, mue par ce que je crois être bon pour mon pays et seulement, par cela », a‑t‑elle ajouté.
 
Les propositions de la sénatrice sonnent comme une remise en cause de la démarche entreprise par le chef de l’État. Une démarche déjà décriée par plusieurs personnalités politiques et des forces de l'opposition, comme l’ancien chef de gouvernement, Mokdad Sifi, qui a décliné l’invitation  de M. Bensalah ou encore Le Front des forces socialistes (FFS) et le Parti des travailleurs (PT).   
Repost 0
Published by iflisen - dans Propositions
commenter cet article
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 22:07

ddk

Tahar Djaout

18 n yiseggasen, amzun d iḍelli !

 

image  

 

Ulamma 18 n yiseggasen i yezrin segmi iɣab Tahar Djaout, s kra n win i t-yesnen neɣ ahat win yeɣran agerruj-nni i d-yeǧǧa d awezɣi ad t-yettu, imi tikta-s mazal ttenfufudent di tmetti, tid ileddin allen i lɣaci amzun akken d tafat deg yifri. Tira-s, ama deg wungalen neɣ deg yiɣmisen anda yeqdec, tecba tayeggirt yuɣen deg yiḥerqan tefka-d ṣṣaba, tin akken ara yessuzfen tagut ɣef wallaɣen n yimeɣriyen. « les chercheurs d’os, Les vigiles d L’exproprié» d waṭas n wayen akk yura ad ilin d inagan fell-as belli d amusnaw yerran tamusni-s gar yifassen n yimdanen. Mmi-s n Wulxu, ilul ass n 11 deg yennayer 1954, yekcem s aɣerbaz di taddart-is almi d aseggas n 1964, imir yegguǧ ɣer tmanaɣt anda ikemmel leqraya. Deg 1970, imi lwelha-s terra ɣer tira, yewwi arraz ɣef yiwet n tullist iwumi isemma « Les insoumis » deg yiwet n temsizzelt taseklant. Segmi i d-yewwi turagt-is deg tusnakt deg useggas n 1976, yebda tira deg uɣmis n El Moudjahid. Ɣas ulamma d tusnakt i yeɣra, d tin i yeḍfer deg tesdawit, maca tira tezdeɣ allaɣ-is, ahat deg-s i yettaf ddwa.
S yin, yuɣal ɣer Algérie Actualités, anda iqeddec deg tesga n yidles. Din i ifures tagnit iwakken ad yerr tajmilt i waṭas n yimyura Izzayriyen yuɣalen di rrif. Yal tikkelt, aniwa iwumi ara yeldi tawwurt, ad d-yemmeslay fell-as, ad t-id-yessufeɣ seg tatut.
Abrid-is injer-it s yimru, yessa-t s tikta ireṣṣan ɣef tusna d tugdut. Acḥal d tafaska ideg d-yufrar am yitri ilmend n wayen yura, ama d ungal, d asefru neɣ d tullist.
Asmi yeldi unnar di 1988, yeslal-d yiwen n uɣmis iwumi isemma « Ruptures » tama n yimeddukal-is Metref akked Djaâd. Imi tallit-nni kkren-d yimesḥaf ad aɣ-beddlen tikli, ṭṭfen iberdan d leǧwameɛ, ɛebblen ad d-sersen buberrak ɣef yimdanen. Wa yeffer, wa yerwel, wa ɛerqent-as ! Imi yeggugem, ula d amɣar azemni ara nciwer iɣab seg lqum-a. Tahar Djaout, yegguma ad yeqbel ṭṭlam i d-yeɣlin deg uzal, neɣ ahat ad as-yemmel aniwa abrid ara yaɣ. Aɣmis-is yerra-t d lakul, deg-s i d-yesseftutus tikta, tid ara yesfaqen imdanen. Dɣa di lawan-nni i d-yenna :
Ma tessusmeḍ ad temteḍ
Ma tenniḍ-d ad temteḍ
Ihi, ini-d temteḍ
Awal-agi, icuba s ayen akken i d-yenna Lounis deg wawal-is :
Neɣ xtir eǧǧ-aɣ-d awal
Ara iɛicen deg umkan-ik
Segmi walan yeɛdawen n tudert acḥal i yezmer ad ten-yerreẓ s tikta d ṣṣwab, kkren ɣur-s s lǧehl d yiɣil. Uznen-as yiwen n yilemẓi, mazal ur temlal ara tmelɣiqt-is, yessureg-as kra n terṣaṣin ɣer uqerru-nni yeččuren d tamusni.
Ass-a, ad d-nemmekti kan d akken d ameɣnas amenzu i yeɣlin s ufus n rrebrab di 1993. S kra n win i t-yesnen, yeḥsa azal-is, yerra-as tajmilt akken yufa. Matoub, ad fell-as yeɛfu yerḥem, yerra-as yiwet n tejmilt anda yemmeslay i Kenza, taqcict tamaẓuẓt n Djaout, anda yenna :
A Kenza yelli ur ttru ara
D iseflan neɣli ɣef Lezzayer uzekka.
D acu kan, awi yufan idammen n wid yeɣlin akka d iseflan ur ttruḥun kan akka, imi ilaq abrid i d-nejren ad t-neḍfer. Akka i d tajmilt i ttrajun seg-neɣ. Am wakken i as-yenna Didouche : « Ma neɣli, ḥader-t ɣef wayen iɣef i d-nekker.»

 

Sylia. M

Repost 0
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 22:02

ddk

 

FC Barcelone

Ibrahim Afellay le joueur de Barça d'origine rifaine a arboré le drapeau Amazigh lors de la finale de champions league

Yeddifili AFELLAY s leɛlam n yimaziɣen

 

 

 

 

 

Ibrahim Afellay d amyurar n ddabex uḍar, n tmurt n "la Hollande" imi ilul-d di tmurt-nni ass n 2 yebrir 1986, leṣel-is n Lmeṛṛuk (Maroc) si temnaṭ n Rrif. Amyurar-agi i yetturaren di tanṭagt ɣer terbaɛt i d-yezgan d tamenzut deg umaḍal n ddabex deg yiseggasen-a ineggura, tagi d FC Barcelone n tmurt n Spenyul (Espagne), d win i d-isbegnen acuddu-ines ɣer iẓuran n lejdud-is d tmazɣa s umata, acku deg tmeɣṛa i d-heggan yemdebṛen d yemyuraren akked wid i iḥemlen tarbaɛt n Lbarṣa (Barça) mbeɛd imi d-ḥellan yemdukal n Messi taqbuct n trebbaɛ tilɣuɣin (la ligue des champions) n lber n Luṛup, Afellay yefren ad yeddifili s tɛellamt n yimaziɣen ger yemdukal-is imyuraren i irefden si tama-nsen nutni daɣen tiɛellamin n tmura-nsen....geddha ay amaziɣ.


Farid Lahouari

Repost 0
Published by iflisen - dans Émulation
commenter cet article
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 02:11

À une question posée au Dalai Lama : ''Qu'est ce qui vous surprend le plus dans l'humanité ? '' . Il a répondu :

 

'' Les hommes.....parce qu'ils perdent la santé pour accumuler de l'argent, ensuite ils perdent de  l'argent pour retrouver la santé....et penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte qu'ils finissent par ne vivre ni le présent, ni le futur... ils vivent comme s'ils n'allaient jamais mourir, et meurent comme s'ils n'avaient jamais vécu. ''

Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
4 juin 2011 6 04 /06 /juin /2011 01:55

 

Azul ,

yeεjel elqum : tout va vite maintenant

Kulci iruh s lεejlan

Muqel tura tadwilt agi n ‘’Radio Tamurt’’ aken tettεeddi :

Tadwilt at tezri am_maḍu

Kulci yetfukku

Ala ...ara d-yeqqimen !

Aken is yenna Amar Boudella ( Tizi m Bwaali, Tigzirt, 1998. Recueil ‘’I d-yusan d wul yesfan’’. Traduit par Said Wehsen, edit SEELF, Muhend U Yehya)

Lweqt iγṣeb yerna iḥeṛs-aγ

Tamusni txuṣṣ-aγ         

Atan anida terwi

Mazal aγbel ur yekfa

Wayeḍ mi d-yusa

Af tebburt yebda akubri

Esman ixdem tilisa

Deg-sent iḥebs-aγ

Ulac abrid i uεeddi

M-is nenna bezzaf aya

Ula d menwala

Ak yinni cetki i ṛebbi

 Wigi d iεdawen n ṣṣeḥ

El menkweṛ yefḍeḥ

Sudden-aγ abrid n tlelli

 

Amusnaw gzemn as awal

Xeṛben akw leḥwal

Amek ara telḥeq trejdalt ulli ? (30 janv 1988)

 

 

Amawal :

Lweqt : époque [ Ad d-yas lweqt n tnekra annect nebγu nεic !]

Lḥal : temps climatique

[Ay aberwaq

lḥal iḍaq

yebbweḍ-d lweqt anemfaṛaq]

Akud/ikuden : temps [Akud la iserru]

Sru : fluer [les Issers, yesr]

Akud yennesr-iyi ger ifasen

Akud yezri yennser

Ur yetḥulfu ara i wakud la iserru

Tallit/talliyin/tillay : époque; moment imprécis; instant; période

Lawan : temps; époque

Azemz : délai

 

eγṣeb : être pressé; iγṣeb-iyi lḥal ad ruḥeγ

Azel : courrir; la ttazzalent lewqat

Ezreb : presser; accélérer

γiwel : se  hâter; se dépécher; usan la tγawalen

εjel/lεejlan : yeεjel elqum : tout va vite maintenant

iḥemq-iyi lḥal : je suis pressé

 

Réponse à Amar Boudella

Akud la iserru   

akud yezri yenser
ur nezmir a-t-id nerr
ufgen wusan am igḍaḍ

iḍelli kan i-d nezger
nerwel-d si Lezzayer
nerra-d metwal agummaḍ

deg ugafa aqlaγ nedder
s wanuz akw d sser
s ddaw igeni asemmaḍ

am ass-a aḍu ad ikker
ad neffe
γ
ar lber
amcum a-s yezwi icuḍaḍ

 

Frequence de Schumann

Meẓẓi neγ meqqweṛ, la tḥussun s wusan i la yetγawalen

La ttafeg-en wusan !

Asenagar/isnagaren : fréquence

Ul n ddunit la iḥebbek

 

Les résonances de Schumann sont un ensemble de pics spectraux dans le domaine d'extrêmement basse fréquence (3 à 30 Hz) du champ électromagnétique terrestre. Ces résonances globales dans la cavité formée par la surface de la Terre et l'ionosphère, qui fonctionne comme un guide d'onde, sont excitées par les éclairs. Le mode principal a une longueur d'onde égale à la circonférence de la planète et une fréquence de 7,8 Hz. Sont présentes, en plus de la fondamentale à 7,8 Hz, des harmoniques à 14,3 Hz, 20,8 Hz, 27,3 Hz et 33,8 Hz. Ces valeurs présentent une légère excursion de fréquence, précisées dans la page originale.

Elles sont nommées d'après le physicien allemand Winfried Otto Schumann qui les prédit dans les années 1950. Elles furent observées dans les années 1960.

 

La Résonance Schumann est présentée par les géophysiciens actuels comme le battement de cœur de la Terre. Elle était de 7,8 Hz depuis des milliers d'années. Mais à partir de 1980, cette fréquence s'est accélérée, d'abord lentement, puis de plus en plus vite à partir de 1997, au point d'atteindre aujourd'hui le niveau de 12 Hz. L'accélération du taux vibratoire de notre planète fait que 24 heures de durée de vie correspondent en fait maintenant à seulement 16 heures réelles, en terme de temps terrestre. C'est comme si le temps s'était brutalement accéléré, emballé !

Le temps est-il brusquement devenu fou ???!!!

Et notre temps va s'accélérer encore, à mesure que nous approcherons du ''Point Zéro'', qui correspond au renversement des pôles magnétiques. Car si 24 heures d'une journée représentent encore actuellement 16 heures effectives, l'écart va continuer à augmenter suivant une progression exponentielle, et au passage du Point Zéro, que certains situent à la fin de 2012, 24 heures d'avant 1980 correspondront alors à 0 heures effectives. Autrement dit, le temps terrestre, le temps de troisième dimension n'existera plus ! Les conséquences de ce phénomène semblent incalculables. Elles défient même toute imagination, puisqu'il ne s'agit ni plus ni moins que du basculement de la Terre et de l'ensemble de l'humanité dans une nouvelle dimension !

Cette élévation de la fréquence vibratoire de la Terre agit sur plusieurs niveaux et en particulier sur le Temps. Autrement dit, plus la vibration s'élève, plus le Temps s'accélère !

  Aujourd'hui, une journée de 24 heures correspond à 16 heures de Temps réel ! Le Temps s'accélère et va continuer de s'accélérer de plus en plus... sans que nous en ayons conscience.
  Certaines personnes, toutefois, sentent que tout va de plus en plus vite... Elles ont la nette impression que les journées sont plus courtes.

 

La flèche du Temps

Prigogine, Prix Nobel 1977, rencontre en 1998, 80 ans

Iṭij γer wedrar yaγli

mačči d kra i d-nettara

Ayen iεeddan iεedda : ce qui est passé est passé (irréversibilité)

Ayen yezrin yezri

 

Tistent (tissegnit) n Wakud*

akud yeẓaden am tsirt
yegguma ad aγ yesγim
ur yessin tamenddefirt
ar zdat i yettqeddim
anezgum yekkat tamnirt*
ikereḍ am zzit aqdim

aqli am'in tewet tmaggirt*
ziγen nefu yettleğim*
tḥuzaγ tegwnitt tukmirt*
yalwa anda yettlemmim*
nunag ur neği tamḍirt
mazal Abrid n Walim*

tarewla ur tezggil tigzirt
ilmeẓyen yiwen ur iqqim
nekwni nenfa-d tafejrit
nenejla-d aken d lqim
tuγalin γuṛem a tafrikt
alma yeğuğeg wajdim*

GM:

Tistent n wakud : la flèche du temps de Prigogine

Tamnirt: ewet tamnirt (se lamenter); syn. ewet agejdur
Tamaggirt: indigestion
Yettleğim : affadir, rendre fade
Tagwnitt tukmirt : moment pénible; période difficile
Yettlemmim* :vivoter; brouter une herbe rare

 

Yukr-iyi wul γef tmurt : j'ai la nostalgie du pays

Tanekra n tafukt : lever du soleil
Asmi tuγ heddṛen luḥuc

Katent ellir : chanter en battant des mains

La serrunt walen-is

Anef i-yiṭij ad ifu : éclairer; resplendir

Anef i-yinan ad srun

Tibbura n usegwas

yezri usegwas iil
qrib ay ul ur d-tehsi

akud i
γleb ṭṭumubil
ittazal deg-uzal deg-i

teffe
γ- iflisen umellil
ur tukire
ur ten
γi

tuγi ṛṛay ur netwil
tenfi-
a tamurt usemi
tekka-yaγ-d s nig i
γil
susem kan ulay d tenni

iγa
-i rrehn-iw ahlil
tefna-yi trewla deg-i

 

 

Tigrisin (on compte par les hivers)

Ay gg-zrin di tegrisin
seg asmi d-neffe
γ
si tmurt
yerna ẓẓi
γ
tineqwlin
leqme
γ
acḥal ttazemurt
neğğatent tura d lesnin
ar
γ
ursent ur d-nettnunut


Ṣmayem-agi d wis εecrin
mi kniγ di lεetba n tebburt
nekwni i d-yekren di tγaltin
yuraren deg tuddar takurt
a tamrikt mm teryacin
deg-em iγ-i d-ṣṣaḥ lqut

 

Yukr-iyi wul γef tmurt

Ay ixf-iw kker ur ggan

Sbeh zik di tewlellas
 Abrid-ik yedher iban
 Σelli di tegnaw dleq-as
Meqqer uzwag iy inγan

 Tamurt-iw rzu fellas

   
   I nekk iεezben s iγnan
   Achal tura d aseggwas
   Ur nfaq mi zrin wusan
   Ay ul-iw recdeγ kullas
    Ay agellid i t-yencan
    Γit-aγ ad yazef lweswas

Abrid n Walim : Voie Lactée
Wajdim : herbe à peignes

Repost 0
Published by iflisen - dans Poésie
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 22:34

 

Le congrès US doit se pencher sérieusement sur le recrutement par le régime Kadhafi de mercenaires.

Le congrès américain doit se pencher "sérieusement" sur les informations faisant état du recrutement par le régime Kadhafi de mercenaires pour faire plier l'insurrection libyenne et prendre les armes contre les forces US et de l'OTAN, a estimé jeudi le congressman US Mario Diaz-Balart.

"Comme vous le savez, le colonel Kadhafi a eu recours à des mercenaires pour combattre les forces de l'OTAN et mater l'opposition libyenne dans le but de se maintenir au pouvoir", a souligné M. Diaz-Balart dans une lettre adressée aux membres du congrès américain, notant que les informations attestant de l'implication du polisario en Libye "méritent une attention toute particulière".

Citant un récent article, publié dans le journal The Hill par l'ancien ambassadeur américain, Edward M. Gabriel, l'auteur de la lettre rappelle que des leaders de l'opposition libyenne avaient informé de hauts responsables de l'OTAN que des membres du POLISARIO avaient été recrutés par le colonel Kadhafi "pour soutenir sa campagne meurtrière contre le peuple libyen".

"Ceux qui prennent les armes contre les Etats Unis et leurs alliés doivent faire face aux conséquences de leurs agissements", a d'autre part insisté le congressman américain.

Des sources crédibles, avait-il poursuivi, "soutiennent en effet que des centaines de mercenaires du POLISARIO sont payés à hauteur de 10.000 dollars chacun pour combattre les forces de l'OTAN et tuer les manifestants et les opposants au régime de Tripoli".


M. Gabriel avait souligné, en outre, que des "leaders de l'opposition libyenne accusent l'Algérie de +fermer l'oeil+ sur les mercenaires qui traversent le territoire algérien pour gagner la Libye", ajoutant qu'un leader du Conseil national de transition "avait assuré que des avions algériens ont été utilisés pour transporter des mercenaires en Libye".

 

 

 

(Dear Colleague Letter from US Congressman Mario Diaz-Balart to members of Congres

s)

  

Thursday, May 26, 2011

Mercenaries in Libya: Gadhafi’s hired terrorists

From:

The Honorable Mario Diaz-Balart Date:

5/26/2011

Dear Colleague:

I wanted to bring your attention to an important Op-Ed by Former US Ambassador to Morocco Edward Gabriel (1997-2001). Amb. Gabriel served in Morocco under President Clinton and currently advises the Government of Morocco. In his most recent Op-Ed, Amb. Gabriel summarizes recent news media reports that Libyan opposition leaders have reported to Senior NATO officials that Polisario members are being recruited and participating as mercenaries in Col. Gaddafi's murderous campaign against the Libyan people.

As you know, Col. Gaddafi has been using paid mercenaries to fight both NATO and the Libyan opposition to maintain his tyrannical hold on power. I believe these charges received from Libyan opposition leaders and reported to both NATO and the press against the Polisario, merit our serious attention in Congress. Those who take up arms against the US and its allies must be made to pay the consequences for their choices.

Sincerely,

Mario Diaz-Balart

The Hill

Monday, May 16, 2011

Mercenaries in Libya: Gadhafi’s hired terrorists

By Edward M. Gabriel

Two weeks have passed since U.S. military forces tracked down Osama bin Laden and finally brought him to justice, a decade after 9/11.

But while bin Laden is dead, the hate and violence he preached clearly isn’t. The deadly bombing in Morocco—which killed 17 and has been linked to an al Qaeda loyalist—is the most recent evidence of this.

In Libya, terrorism has a different, yet disturbing face, where hired mercenaries are terrorizing the Libyan opposition. Senior NATO officials have received information that Moammar Gadhafi is spending millions to hire mercenaries from the Polisario Front in Algeria and elsewhere to help fight the U.N.-backed coalition and quash Libyans who oppose his dictatorial regime. Credible sources report that hundreds of Polisario mercenaries are being paid $10,000 each by Gadhafi to cross Algeria into Libya to fight NATO-led forces and kill Libyan protesters and rebels.

In other words, the Polisario Front, which touts itself as a human rights champion and gets millions in humanitarian aid from the U.S. and Europe through the United Nations, is letting its members take up arms against U.S.-allied NATO forces, in defiance of the U.N. Security Council mandate, and join Gadhafi’s military campaign against the people of Libya.

As a former U.S. Ambassador to Morocco and someone who has followed the Middle East and North Africa closely for more than three decades, I find it outrageous that the Polisario Front continues to enjoy a civil reception in the official corridors of the U.S. administration and Congress, even while many of its members are engaged in a deadly shooting war against NATO forces in Libya.

And Algeria, which was one of only two Arab League nations to vote against a U.N. no-fly zone in Libya, is duplicitous in opposing U.N.-sanctioned military action against Libya while providing materiel to support Gadhafi’s forces. After capturing 15 Algerian mercenaries last month, Libyan rebel leaders charged Algeria with backing Gadhafi and "turning a blind eye" to mercenaries crossing into Libya. More recently, Mustafa Abdel Jalil, leader of the Libyan opposition — which met with senior Obama administration officials in the White House Friday — charged that Algerian planes have been used to fly mercenaries to fight Libyan rebels. And the Africa News Agency in London now reports that 500 combat-equipped light trucks have been sent to Libya from Algeria.

If the details about mercenaries received by NATO officials are accurate, both the leadership of the Polisario and Algerian authorities stand complicit in Gadhafi’s efforts to reinforce his mercenary army. It is inconceivable that hundreds of Polisario mercenaries could be hired in the first place, or travel more than 1,000 miles from the isolated, Polisario-run camps in southwestern Algeria, without the tacit, if not explicit, support of Polisario and Algerian leaders.

Recent reports from press and policy experts have linked Polisario members to al Qaeda in the Islamic Maghreb (AQIM), Latin American drug cartels, and other criminal groups operating in the Sahel region in Africa. Terrorist bands in these lawless expanses have kidnapped and killed foreign nationals, and engaged in illegal trafficking of drugs, arms, people and humanitarian relief supplies.

This is unacceptable. These charges of mercenary and criminal activity in Libya must be fully examined and investigated, and the U.S. government must hold the Polisario Front and Algeria accountable for their actions and complicity. Rather than welcome them into the halls of Congress and the U.S. administration, and let them exploit our generous aid dollars, those who dare to take up arms against the U.S. and its NATO allies should face very serious consequences.

 

 

Why Morocco matters

By Edward M. Gabriel - 02/07/11 12:04 PM ET

 

Pundits do not, as a rule, make good prophets, but that does not stop them from aligning themselves with various scenarios of what will happen in the Arab world in the wake of the regime change in Tunisia. While Egypt followed Tunisia with its own serious domestic uprisings calling for changing the government, and Yemen may well face the same challenge, a broad brush approach is hardly useful in defining what US policy options are or ought to be.

Morocco is a case in point. It is a strong monarchy with a representative Parliament, and its King enjoys a unique religious and political leadership status with his people. It is a country that has moved away from authoritarian behavior and invested in institutional change that is opening political space for its citizens and responsible opposition to critique government policies, exercise individual freedoms, and seek opportunities from a market-centered economy. 

 

Morocco is not Tunisia or Egypt or Yemen. It has steadily and coherently worked to enlarge opportunities for its people and reduce conditions that undermine stability – whether through programs to reduce poverty and its drag on economic and social development, or to empower women and to encourage youth to take greater ownership of their future. This solid record of accomplishments has been referred to as the “Moroccan exception.”

A great deal of real and tangible progress has been made in Morocco to allow for popular expression through a flourishing civil society and free elections. Current efforts to address the needs of the poor through projects like the National Human Development Initiative and affordable housing programs continue to contribute to raising the standard of living of the most disadvantaged sectors of society. And while much more remains to be accomplished to advance further political reforms, the King's latest effort to undertake a thorough overhaul of the judiciary to ensure its independence is yet another progressive step forward that distinguishes Morocco from other countries in the Middle East and North Africa where regimes have been slow to rebuild a positive relationship between the State and the people. 

Some analysts lately have pointed out that the King of Morocco enjoys popular legitimacy and support in the country by virtue of his role as the Kingdom's religious leader and his responsibilities as Commander of the Faithful. While this is true, it is not the whole truth. In fact, the King’s legitimacy in Morocco is, as importantly if not largely, the result of his efforts to redefine the citizen-State relationship through the kind of steady reforms that are lacking elsewhere in this region. Morocco has never held itself out as a model for others and has not undertaken these reforms in order to offer anyone any lessons. Reforms in Morocco are Moroccan inspired and have been the product of a consensus between the monarchy, political parties, civil society, and the people themselves through a process of dialogue and public debate. 

While Morocco’s experience and the specifics of its ongoing process of liberalization may not be possible for other societies in the MENA region, there are certainly some lessons to be learned here. The international community, particularly the United States, should note that long term peace, prosperity, and stability in the Middle East and North Africa will require encouraging the kinds of reforms that Morocco has been implementing for more than a decade. Morocco didn’t wait for a crisis to begin its progressive policies. Morocco confronted similar challenges by making choices that promote both stability and democracy. Those who wish to promote peace, freedom, growth, and prosperity in the region would do well to recognize and provide meaningful support to those already on the right road and seek their quiet advice and counsel on how best to help those who are struggling to move forward without destabilizing their countries. 

Edward M. Gabriel served as U.S. Ambassador to Morocco from 1997 to 2001, and currently advises the government of Morocco

Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 22:07

El Watan

 

 

Gouvernance de l'université algérienne

La critique des chercheurs

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 01.06.11 | 01h00

La logique rentière a un rapport négatif à la production du savoir l L’exil des compétences n’est pas un choix, mais souvent un renoncement et un sacrifice.

L’université algérienne connaît une dégradation constante ponctuée de vives tensions depuis quatre décennies. Les effets de cette instabilité sont visibles à chaque rentrée universitaire et durant pratiquement toute l’année, tout au long de ces débuts du  XXIe siècle. Cette situation, particulièrement dans son volet réformes, depuis 2004, fait l’objet de beaucoup d’écrits dont les jugements sont souvent d’une grande sévérité à l’égard de la gestion de l’enseignement supérieur. En 2011, la contestation de la démarche gouvernementale a débordé dans la rue où ont eu lieu des heurts parfois violents. Intervenant dans ces débats, le Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREA) vient, lui, de mettre à la disposition de ceux qui s’intéressent à la question, un ouvrage collectif intitulé L’université algérienne et sa gouvernance. 

Fruit de l’observation et de l’analyse de sept chercheurs, le livre soumet à la critique, sous la direction de Mohamed Ghalamallah, la gestion de l’université sous neuf angles différents, Sadek Bakouche et Nacéra Mezaâche participant chacun avec deux études, dont l’une en arabe pour la dernière citée.Ghalamallah, maître de conférences au département de sociologie d’Alger, est l’auteur de l’introduction qui nous guide d’un apport à un autre. Il intervient, lui-même, avec une communication très dense avec l’objectif de situer et d’expliquer les véritables origines et la nature de la profonde crise de l’université algérienne. Dès l’introduction, Ghalamallah va direct au but : «La crise de l’université est ainsi analysée comme un révélateur de la crise plus profonde d’une société qui, faute de se doter des instruments cognitifs pour se connaître, s’est refusée la capacité de se gouverner efficacement et de se projeter dans l’avenir.» (p. 8)

Dans son intervention développée en deux parties, s’étalant sur quarante pages, il se propose premièrement d’expliquer : «…Par la logique rentière sous-tendant le fonctionnement de la société, le rapport négatif de celle-ci au savoir.» Dans la deuxième partie, il essaie, «… A travers un bref rappel des conditions historiques dans lesquelles s’est construite l’université algérienne, de décrire les mécanismes internes de fonctionnement qui ont dévié celle-ci de sa vocation de savoir» (P. 17) Que l’on ne s’y trompe pas : en lisant Ghalamallah et les six autres chercheurs, on se rend compte que l’ouvrage est plus critique que ne le laisse supposer son titre. En fait, il met à nu d’innombrables aberrations observées dans la conduite de l’institution universitaire. On débouche alors sur une situation tout simplement effrayante, dont les caractéristiques principales consistent en un gaspillage monstrueux : la fuite des cerveaux, la quasi absence de production scientifique et technique ou encore la profonde faiblesse d’encadrement dans tous les domaines de la vie.

En effet, la deuxième communication, celle de Karim Khaled, se penche justement sur un de ces aspects qui démontrent que la société politique tire le pays vers le bas, en poussant consciemment ou inconsciemment à l’exil une catégorie sociale capable pourtant de l’apport le plus rentable. A travers une communication intitulée «Ruptures et exils forcés des élites intellectuelles algériennes : cas des enseignants chercheurs installés en France», Khaled se penche, après une enquête de terrain réalisée auprès de diplômés universitaires, sur un drame à facettes multiples. Les gens n’ont pas choisi de partir mais, souvent, ont été contraints de le faire au prix de renoncements et parfois de sacrifices certains.

Le drame est d’une amplitude beaucoup plus vaste lorsque l’on pense aux cruels déficits de gestion et ou de production du savoir ainsi qu’au vu des sacrifices financiers consentis par une société pauvre, qui n’arrive pas à se sortir du sous développement parce que ses compétences finissent dans les escarcelles de pays qui n’ont rien consenti pour les mériter.Dans un monde où se mène désormais une véritable «guerre contre le partage et la diffusion du savoir», ce dernier étant considéré comme une arme décisive, Arezki Derguini tente de sensibiliser à la rationalisation de la gestion de l’enseignement supérieur. Son étude est intitulée «Gouvernance des universités : de la massification à la diversification, transformer une faiblesse en force.» De même que pour la santé, si le savoir n’a pas de prix, il a néanmoins un coût. Sadek Bakouche traite à ce propos de «La réforme budgétaire dans l’enseignement supérieur en Algérie.»

Et dans une deuxième étude, il soumet au diagnostic l’«Efficacité et l’efficience de l’enseignement supérieur en Algérie».
De son côté, Nacéra Mezaâche intervient dans deux langues. En français, elle se penche sur les réformes universitaires en cours, dont le fameux LMD, avec une étude dont le titre est le suivant : «Réforme de l’université et changement institutionnel.» Avec la communication en langue arabe, Mme Mezaâche soumet à l’examen le présent de l’enseignement supérieur avec une étude intitulée «La gestion des institutions universitaires, réalités et perspectives». Youcef Berkane a titré son étude «L’université algérienne entre réalisations et défis.»

Behdja Amrouni donne, elle aussi, une contribution en langue arabe. L’étude, pointue, a dirigé la recherche sur le fonctionnement de la scolarité et de la pédagogie dans l’enseignement supérieur. Mme Amrouni touche là à l’une des grandes faiblesses de l’université algérienne, soit la marginalisation des enseignants et son corollaire, l’absence d’autonomie dans laquelle est corsetée cette institution.L’Université algérienne et sa Gouvernance. Auteur : collectif  sous la direction de Med Ghalamallah, éditions Cread, Alger, février 20011, 255 pages, 500 DA, disponible au Cread, à Bouzaréah.

 

Ahmed Ancer
Repost 0
Published by iflisen - dans Exil
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 21:50

 

ddk

 

Tamazight et les médias : Un débat ouvert!

 

image  

 

Hier, les communications ont tourné autour de la question des médias et leur apport à tamazight


Décortiquant les médias nationaux et " leur probable " apport pour la promotion de la langue et culture amazighes, les communicants ont tour à tour appelé les responsables des médias, notamment les médias lourds " à refléter la réalité amazighe dans leur programme " .
La question des médias ne se résume pas, dans le cas de tamazight, à la seule volonté des responsables de la TV4 ou de ceux de la Chaîne II de la Radio nationale. Ainsi, tous ces instruments évoluent dans un contexte politique, marqué, depuis l’indépendance, par un ostracisme sans limite vis-à-vis du fait amazigh.  Pour ainsi dire, " comment tamazight peut-elle trouver des canaux de promotion dans une idéologie arabo-islamiste ? ". Cette lancinante question remet sur le tapis la nature de l’idéologie adoptée jusque- là ,par les tenants du pouvoir et des centres de décision politique, laquelle détermine, et c’est un secret pour personne, la place d’une revendication éminemment politique. Pour Melle. Guerchouh Lydia, du Département de langue et culture amazighes de Tizi-Ouzou, qui a traité du thème " les téléspectateurs face à la diversité dialectale de la chaîne télévisuelle amazighe algérienne ", " ces mêmes téléspectateurs sont affrontés à  la mosaïque culturelle et linguistique qu’ils ne comprennent pas forcément ". Les programmes présentés en plusieurs " dialectes " font que ces téléspectateurs n’arrivent pas à suivre dans le parler qui est le leur. Présentés dans les trois variantes, à savoir le kabyle, le chaoui et le targui,   la TV 4 a-t-elle fait de la sorte pour désinformer ?  Rien n’explique cet état de fait selon M.  Ballouli, de centre universitaire de Bouira qui a présenté une communication sur l’utilisation  de la langue amazighe à la TV4. S’appuyant sur un échantillon composé d’étudiants en langue et culture amazigh à Bouira M. Ballouli a estimé que même si la majeure partie des enquêtés indiquent que la chaîne doit transcrire la langue dans les caractères tifinagh, mais il n’en demeure pas moins que même les programmes présentés " doivent être réactualisés  selon la réalité du moment ".  Par rapport au doublage des films et autres reportages, les étudiants enquêtés estiment que beaucoup de travail reste à faire.   Pour ce jeune chercheur, l’apport de cette chaîne est considérable dans la mesure où " elle participe à renouer les liens et le contact entre tous les Amazighs du pays ".
Le  Dr. Zerdoumi, animateur de l’émission Touiza de la TV4 a estimé dans sa communication que " son émission est un appel à la recherche dans la culture amazighe ".  Cette émission spécialisée dans le domaine culturel est venue, toujours selon le communicant  à" casser le tabou ".  Sadou Kamel, enseignant universitaire a traité de la problématique de " l’espace public, média et territoire, cas de l’amazighité ".   Boukhama Abdelouahab, de l’Université de Biskra, a présenté une étude sur " de l’identitaire au pluriculturel, le Net pourra-t-il sauver tamazight du phénomène de la déculturation? ".  Pour cet enseignant, " le Net est la dernière chance pour sauver tamazight ". S’appuyant sur des exemples de peuples étrangers, qui, avec le Net, ont pu reconstituer " des communautés culturelles virtuelles qui leur ont permis de revivifier leurs spécificités linguistiques et culturelles ".

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
31 mai 2011 2 31 /05 /mai /2011 17:01
Egypte: les exciseurs plus forts que la loi

 

Même interdite, la mutilation sexuelle des filles reste massivement pratiquée.

Le Caire de notre correspondant

Libération, 29 décembre 1997

 

Le conseil d'Etat, la plus haute juridiction administrative égyptienne, a décidé dimanche de confirmer le décret du ministre de la Santé interdisant l'excision dans les hôpitaux publics et privés du pays. Le ministre de la Santé a décrété, le conseil d'Etat a statué... et rien ne va changer. Rien ne va changer parce que 97% des Egyptiennes sont excisées, selon une enquête du ministère de la Santé menée l'année dernière auprès de 1 5 000 personnes et confirmée par une enquête clinique auprès de 90% des femmes. Parce que 80% d'entre elles estiment qu'il s'agit d'une bonne tradition quelles comptent bien "transmettre" à leurs filles.

Aucun contrôle.

Rien ne va changer non plus pour le docteur Mounir Fawzi qui avait attaqué le décret ministériel devant le Conseil d'Etat. Ce dernier n'est pas un obscur illuminé mais un gynécologue de renom: il enseigne à la faculté de médecine de l'université d'Aïn Chams, au Caire, possède un cabinet privé et consulte en fin de journée à la clinique privée Horus de Hadaïeq al-Qubba. "L'excision est une exigence religieuse. Le prophète Mahomet a dit: "Réduisez et ne mutilez pas! " Décret ou pas décret, je la pratique si on me le demande et je continuerai à la pratiquer. "
Il n'est pas le seul et, de toute façon, le ministère de la Santé n'exerce aucun contrôle dans les cliniques privées. "Remarquez que je le fais gratuitement pour qu'on ne dise pas que je défends l'excision pour gagner de l'argent", précise-t-il.
Le docteur, Fawzi, imperturbablement calme et courtois, a réponse à tout. L'excision en Egypte remonte à une époque antérieure à l'islam, elle touche aussi bien les chrétiennes que les musulmanes: c'est une coutume remontant à l'ère ptolémaïque, importée du Soudan et d'Éthiopie. Pourquoi l'Egypte est l'un des seuls pays arabo-musulmans à pratiquer l'excision? "Ce n'est pas parce que les autres ne suivent pas toute la sunna (les dires du prophète Mahomet) que l'on ne doit pas le faire nous." Ce n'est pas la jeune fille, âgée de 9 à 11 ans, qui décide, mais sa mère. "Quand on fait opérer un enfant de l'appendicite , c'est pour son bien. Est-ce lui qui décide?"
Comment un médecin peut-il recommander une opération inutile, dont le seul effet est de supprimer le plaisir sexuel de la femme?
"Personne n'a dit qu'il fallait enlever tout le clitoris. On ne coupe qu'un petit bout de peau, ce qui dépasse, parfois rien du tout lorsque ce n'est pas possible. L'excision telle qu'elle est pratiquée en Egypte n'a jamais rendu frigide ou stérile. Elle ne cause pas d'infection ou de saignement. Si c'était vraiment le cas, aurions nous une démographie aussi galopante?" "Pendant des centaines d'années, le peuple égyptien a suivi les préceptes de la sunna et voilà qu'un ministre veut l'interdire. Au nom de quoi ? Parce que la France, l'Angleterre ou les Etats-Unis sont contre .Nous ne leur demandons pas d'adopter nos valeurs religieuses, qu'ils nous laissent tranquilles!"
Mounir Fawzi a étudié en Grande-Bretagne et en Allemagne, il parle parfaitement le français, appris au collège des frères de Fagalla.

Tournée des villages.
Rien ne va changer parce que, de toute façon, ce sont le plus souvent des barbiers et surtout des dayas, les sages-femmes traditionnelles, qui opèrent, et non des médecins. Au mois de juillet, elles font la tournée des villages et des quartiers: lorsqu'enfle la crue du Nil et que les dattes commencent à rosir. Dans l'imaginaire populaire, l'excision donne aux jeunes filles un teint de rose et les rend plus fécondes. C'est la tradition, loin devant la religion, la chasteté on l'hygiène que les mères invoquent lorsqu'il s'agit d'exciser leurs filles. Chaque année, des dizaines de fillettes meurent des suites d'opérations réalisées dans des conditions épouvantables comme celle filmée "live" par CNN et diffusée en septembre 1994, en pleine Conférence des Nations unies sur la population qui se tenait au Caire. Rien n'avait été épargné: ni les cris d'effroi et de douleur de la fillette, ni la barbarie rudimentaire du barbier qui officiait. "Ce qui a changé depuis l'affaire CNN, est qu'on ne peut plus nier, occulter ce phénomène", estime Marie Assad, 1'une des militantes les plus engagées dans la lutte contre l'excision. Il y a vingt ans, lorsqu'elle commençait à parler du sujet, on la traitait de folle.

Pour Marie Assadaussi, rien ne va changer du jour au lendemain.
"Ce n'est pas à coups de lois et de décrets qu'on réglera le problème. Dans le contexte actuel, une loi d'interdiction serait contre-productive. Les gens se diraient que si c'est interdit, c'est que c'est bien et important. Et puis il y a assez d'instruments juridiques comme ça."
Le seul travail qui porte ses fruits, c'est celui réalisé en petits groupes de cinq on six femmes, jamais plus: là, elles acceptent d'évoquer, souvent pour la première fois, leur expérience personnelle, parler de la douleur de l'opération. là, elles découvrent que la voisine qui n'est pas excisée n'est pas une dévergondée. "En vingt ans, nous n'avons rien changé, il ne faut pas se leurrer "
Sur les 80 ONG représentées dans la Feniale Génital Mutilation Task Force, seules trois font un réel travail de terrain depuis plus de cinq ans. "Ça ne sert à rien de donner des arguments médicaux, ça ne sert qu'à médicaliser le problème. Il faut parler, parler, parler. Il faut faire réfléchir les gens sur l'origine de cette pratique païenne et coutumière."
Généralement, plus le niveau d'étude s'élève, plus l'excision diminue, mais ce n'est pas évident.

Chefs religieux muets.
L'ignorance en effet est abyssale: médecins qui ne savent pas que le plaisir féminin existe, maris qui ne connaissent même pas la différence entre une femme excisée et une qui ne l'est pas, professeurs pour qui l'idée d'une éducation sexuelle s'apparente à un cours de pornographie. Jusqu'aux plus hautes autorités religieuses du pays, musulmanes comme chrétiennes, qui n'ont jamais osé condamner franchement l'excision. Le patriarche des coptes (chrétiens d'Égypte), Chenouda III, n'a jamais pris position publiquement sur le sujet. Pour la première fois, le cheikh Tantawi, grand imam d'al-Azhar, a révélé dernièrement que sa fille n'avait pas été excisée: bel acte de courage.
"L'excision est une coutume qui n'a rien à voir avec la religion et il y a des doutes sur l'authenicité des dires du prophète concernant cette pratique" ajoutait-il. Hélas, en guise de conclusion, il bottait en touche: "Ce sont les médecins qui doivent trancher cette question." Le docteur Fawzi n'en demandait pas tant .

CHRISTOPHE AYAD

Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 00:12

 

 

SÉMINAIRE D’ANIMATION CULTURELLE À ALGER
Aux origines de la chanson amazighe
30 Mai 2011 -

 

 

 

 

Lalla Chérifa, figure de proue de la chanson berbère

Lalla Ounissa (une tante de la diva Lalla Chérifa) est la première femme nord-africaine à avoir chanté à la radio en 1924.

Un événement majeur qui a marqué l’histoire de la chanson amazighe. Une voix envoûtante, celle de Lalla Ounisa (tante maternelle de la Diva Lalla Chérifa), inaugure le premier essai d’émission radiophonique, en Algérie... en 1924. «A bu trabeq/ Rebbi irad/ nekwni n’sewweq», cet Acewwiq (chant traditionnel, sans support musical, où la femme exprime ses sentiments profonds), ouvre les portes de la radio à la chanson kabyle.
Pour la première fois, les chants et rêves millénaires des peuples de l’Afrique du Nord retentissent à la radio. C’est ce que Kamel Boudjemaï, chercheur dans le domaine culturel berbère et animateur à la Radio nationale, a révélé, hier, lors d’une conférence animée à l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information d’Alger (Ensjsi).
Cette conférence a porté sur «La chanson kabyle: entre histoire et défis.» Elle entre dans le cadre des séminaires sur l’animation culturelle, organisés par la direction de l’école et assurée par les étudiants. La rencontre a permis de retrouver des figures de proue de la chanson kabyle, à l’instar d’El Hasnaoui Amechtuh et...de L’Djida Tamechtuht, cette voix cristalline que l’oubli ne peut réduire au silence.
Une voix qui ramène les mélomanes aux origines de la chansons kabyle. Elle rappelle, aussi, le rôle prépondérant de la femme berbère dans la pérennisation de ce legs culturel et oral.
Cette «Gardienne du feu sacré», pour reprendre le titre d’un roman de l’écrivain Amar Métref, a pris les traits de Lalla Ounissa, la pionnière de la chanson kabyle, sur les ondes radiophoniques.
Pourtant, rien ne prédisposait Lalla Ounissa à une telle destinée. Rien ou... presque. Le récit de M.Djemaï retrace l’épopée de cette grande dame de la chanson amazighe. Suivons-le...
Originaire de Bordj Bou Arréridj, elle travaillait chez Mme Lafarge, fille de général et épouse d’un commissaire divisionnaire. Cette femme née à Akbou, wilaya de Béjaïa, vouait un amour profond à la Kabylie. Elle se faisait appeler Tassadit (prénom kabyle). Un jour, son mari lui fait part de l’intention des autorités françaises de lancer les premiers essais d’émission à partir d’Alger. Seulement, il fallait une voix pour ses essais. Et Tassadit saute sur l’occasion. Elle propose à Lalla Ounissa de chanter.
Mme Lafarge adorait l’écouter quand elle berçait ses enfants. A cette proposition, la jeune femme kabyle se montre réticente. Dans une société à fortes traditions, comme celle de la Kabylie de l’époque, chanter, relève presque de l’hérésie pour une femme. Cette réalité ne décourage pas Tassadit. Elle revient à la charge. Finalement, Lalla Ounissa accepte.
Et c’est le début d’une odyssée qui a traversé les cieux et les lieues. Lalla Ounissa prend son envol vers l’Olympe de l’art. Elle invite d’autres hirondelles à la rejoindre. Il s’agit de Lalla Yamina (Ferroudja Arab d’Ighil Ali, à Béjaïa) et de Lalla Zina (originaire du même patelin que Lalla Ounissa).
Ce trio de pionnières animera, ensuite, l’émission Urar L’khalat (chants de femmes). Lalla Ounissa tire sa révérence vers la fin des années 1940. L’émission lui survivra pendant des décennies.
Le destin a voulu que ces femmes soient les tantes maternelles d’une certaine...Lalla Chérifa qui allait marquer de son empreinte la chanson amazighe. Une autre page s’ouvre avec Lalla Chérifa. En 1943, elle quitte Akbou pour Alger. Bqa ala khir ay Aqbu/ tura ifuk zhu/ wissethan itef imi ines» (Terre d’Aqbou, je te quitte /Finie la vie de délices /Que ceux qui ont en honte se taisent). Sentence sans appel, un véritable hymne à la liberté de la femme. Cette même femme qui veille à la survie d’une culture ancestrale, sans cesse menacée de disparition.
La chanson amazighe connaîtra une nouvelle mutation avec l’ouverture de la radio d’expression kabyle durant les années 1940, grâce à Cheikh Nordine. Les ondes de la radio font découvrir de nouvelles voix telles que Djamila, L’Djida Tamoqrant. Elle embrassera l’universalité sur les partitions de Mohamed Iguerbouchène. Elle s’inscrira, résolument, au registre de la modernité avec Chérif Kheddam. Arrive, par la suite, la génération des années 1970.
Des hauteurs du Djurdura, Idir entonne Vava Inuva. Cette chanson mythique, inspirée d’un conte populaire, dont le texte est l’oeuvre du poète Mohamed Benhamaouche (Benmohamed), est traduite en 24 langues. La chanson kabyle est également portée aux nues par des monuments. Ils ont pour nom Cheikh El Hasnaoui, Zerrouki Allaoua (le premier à avoir introduit la batterie dans la chanson algérienne) Slimane Azem, Akli Yahiaten Lounis Aït Menguellet, Matoub Lounès, Nouara, Djamel Allam... la liste reste longue.

Mohamed Sadek LOUCIF

Repost 0

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens