Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 21:16

 

 

 
 
RADAR (Mardi 28 Juin 2011) 

Le calvaire des jeunes nés en 1981 à Dellys
La daïra refuse de leur donner des passeports
 

 Ils sont plus de 2 500 jeunes nés en 1981 à Dellys, dans la wilaya de Boumerdès, et qui ne savent aujourd’hui à quel saint se vouer. Et pour cause, les services de la daïra de Dellys refusent d’accepter leurs dossiers de passeport ou de carte nationale d’identité au motif qu’ils n’ont pas produit le fameux extrait de naissance n°12.

 

Or, les registres de naissance de l’année 1981 ont été incendiés dans les années 1994, suite aux évènements qu’avait connus la région (Par les islamistes qui infestent toujours la région d'ailleurs) 

 

Cependant, le tribunal de Boumerdès leur a délivré, conformément à l’article 7 du décret 155-71 du 3 juin 1971, des attestations de substitution. “Mais, à la daïra, on refuse d’accepter ce document, pourtant délivré par la justice de notre pays et qui justifie notre date et lieu de naissance”, s’insurgent ces jeunes qui se retrouvent pris en otages de l’entêtement d’une administration, décidément autiste.

Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 20:47

 

La question est pourquoi l'islam permet-il au maitre de faire l'amour avec son esclave (alors qu'ils ne sont pas mariés , voire même qu'elle n'est pas consentante ) alors qu'il l'interdit pour un couple non marié mais qui s'aiment et sont consentants ?

 

 

 

 

source : TSA

 

L’Algérie fait son entrée dans la « liste noire » américaine des pays à surveiller pour trafic d’êtres humains, selon le dernier rapport du Département d’État américain publié ce lundi 27 juin. Le rapport dénonce le manque d’efficacité et d’engagement de la part d’Alger en matière de lutte contre le trafic d’hommes et le travail forcé. « Le gouvernement algérien ne respecte pas les normes minimales requises pour éliminer le trafic d’humains et aucun effort significatif n’a été fait dans ce domaine », peut-on lire dans le document du Département d’État. 

Washington accuse le gouvernement algérien d’avoir échoué à protéger les victimes de ce trafic et de ne pas avoir adopté les mesures adéquates visant à endiguer le problème. Le document poursuit : « le gouvernement n’a ni enquêté, ni poursuivi en justice la moindre infraction à la traite des êtres humains, ni même condamné un seul contrevenant durant cette année (2010) ».
 
L’Algérie, considérée comme étant une zone de transit pour les immigrés venant d’Afrique subsaharienne et à destination d’Europe, est suspectée de travail forcé et de prostitution forcée à l’encontre des migrants. Le document cite des cas d’abus sexuels sur les femmes étrangères venant d’Afrique subsaharienne dans la localité de Tamanrasset, notamment. Certains hommes, originaires du Mali dans la plupart des cas, ont également été forcés à effectuer des travaux domestiques tandis que leurs « propriétaires » leur confisquaient leurs documents d’identité afin de les forcer à travailler.
 
D’après le rapport, des femmes algériennes ont été aussi forcées à se prostituer.Washington déplore qu’aucune protection, ni assistance ne soit fournie pour venir en aide aux victimes. D’après les ONG ayant collaboré à la rédaction du rapport, « certaines victimes ont été emprisonnées en raison d’infractions à la loi résultant de leur condition en tant que victime, telles que la prostitution ou l’absence de documents d’immigration ». Certains migrants en instance d’expulsion ont été abandonnés dans le désert du Sahara avant de décéder, d’après les ONG citées dans le document.
 
Selon les groupes de la société civile, depuis que l’Europe a renforcé sa politique des frontières, l’Algérie est devenue une destination pour l’immigration illégale et le trafic d’êtres humains. D’après la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton,  « 27 millions d’hommes, de femmes et d’enfants » sont exploités dans le monde à ce jour dont la plupart sont « des femmes et des filles ». Le rapport souligne que la lutte contre le trafic d’êtres d’humains et l’esclavage moderne a perdu du terrain. Le nombre de pays ne respectant pas les normes internationales de lutte contre le trafic d’êtres humains a presque doublé, s’élevant désormais à 23 pays. Les plus mauvais élèves sont, entre autres, la République du Congo, la Corée du Nord, l’Arabie Saoudite et l’Iran. Au total, 41 pays sont placés sur la « watch list » de Washington, dont 23 qui font leur entrée dans ce sombre classement, parmi lesquels l’Algérie.
Repost 0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 14:24
 
An 2011 , l'armée algérienne tue en Kabylie ! Et l'apartheid continue.
 
 
Texte proposé par oraney.

Algérie An 1939, Misère de la Kabylie,

 
 
 

Je ne ferai pas de circonlocutions.
 
Il paraît que c’est, aujourd’hui, faire acte de mauvais Français que de révéler la misère d’un pays Français.
 
Je dois dire qu’il est difficile aujourd’hui de savoir comment être un bon Français.
 
Tant de gens, et des plus différents, se targuent de ce titre, et parmi eux tant d’esprits médiocres ou intéressés, qu’il est permis de s’y tromper.
 
Mais, du moins, on peut savoir ce que c’est qu’un homme juste. Et mon préjugé, c’est que la France ne saurait être mieux représentée et défendue que par des actes de justice.
 
On nous dit: « Prenez garde, l’étranger va s’en saisir. » Mais ceux qui, en effet, pourraient s’en saisir se sont déjà jugés à la face du monde par leur cynisme et leur cruauté.
 
Et si la France peut être défendue contre eux, c’est autant par des canons que par cette liberté que nous avons encore de dire notre pensée et de contribuer, chacun pour notre modeste part, à réparer l’injustice.
 
Mon rôle n’est d’ailleurs point de chercher d’illusoires responsables. Je ne trouve pas de goût au métier d’accusateur. Et si même je m’y sentais porté, beaucoup de choses m’arrêteraient.
 
Je sais trop, d’une part, ce que la crise économique a pu apporter à la détresse de la Kabylie pour en charger absurdement quelques victimes.
 
Mais je sais trop aussi quelles résistances rencontrent les initiatives généreuses, de si haut qu’elles viennent quelquefois.
 
Et je sais trop, enfin, comment une volonté, bonne en son principe, peut se trouver déformée dans ses applications.
 
 
 
Albert Camus
Chroniques Algériennes 1939-1958 - Misère de la Kabylie (p 86, 87)
 
Texte proposé par oraney.
Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 21:00

el watan

 

 

Marche à la mémoire de Mustapha Dial

Colère et dignité à Azazga

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 27.06.11 | 01h00 Réagissez

Une marche de protestation a été organisée, hier, dans la ville d’Azazga, à 40 km à l’est de Tizi Ouzou, pour dénoncer la bavure militaire qui a coûté la vie à un citoyen jeudi dernier.

Cette action, initiée par les comités de village de la daïra d’Azazga, a drainé des milliers de personnes qui ont battu le pavé à travers la ville. La procession  s’est ébranlée, à 10h, de la gare routière. Au-devant les carrés des marcheurs, les membres de la famille de la victime brandissaient le portrait du défunt.


Des citoyens venus des localités limitrophes et de Souamaâ, commune natale du défunt, Dial Mustapha, ont pris part à cette marche.
Dda Moh, dit capitaine Rouget, héros de la guerre d’indépendance, était en première ligne des marcheurs, ainsi que le président de l’APW de Tizi Ouzou, le docteur Nacer Hadj Saïd. Au fur et à mesure que la foule avançait dans un climat pacifique, des marcheurs rejoignaient les carrés. «Halte au terrorisme d’Etat» et «A qui le tour ?» étaient les principaux mots d’ordre inscrits sur les banderoles déployées par les manifestants. Ces derniers scandaient aussi des slogans hostiles aux autorités, comme «Pouvoir assassin».


Arrivés devant le siège de l’APC, les marcheurs ont marqué une halte et des prises de parole ont eu lieu. «Les militaires ont tué un homme. On ne doit pas se taire. On doit protester pacifiquement jusqu’à ce que les responsables de ces dépassements soient jugés. Ce qui s’est passé jeudi dernier est inacceptable. Ils ont violé l’intimité de paisibles citoyens», a martelé un intervenant. «La situation est grave. On doit rester mobilisés car il y a eu mort d’homme», a enchaîné un autre. «Nous tenons  à exprimer nos vifs remerciements à tous ceux qui sont venus aujourd’hui se solidariser avec nous durant ces circonstances très difficiles. La blessure est toujours béante. Mustapha est mort en martyr», a déclaré, avec beaucoup d’émotion, le frère du défunt pour remercier les présents.
A 11h, la foule s’est ébranlée de nouveau pour se diriger vers le lieu du drame où une gerbe de fleurs a été déposée. Parmi la foule l’on a pu remarquer la présence de Mme Moula, membre de l’APW de Tizi Ouzou, militante infatigable des luttes démocratiques. Après une minute de silence observée à la mémoire du défunt, la foule s’est dispersée dans le calme. Aucun incident n’a été signalé.


Par ailleurs, dans une déclaration rendue publique, la coordination des comités de village et les élus d’Azazga  dénoncent et condamnent les actes «irresponsables» commis jeudi dernier par les éléments de l’ANP au lieudit Tazaghart, à quelques mètres de l’hôpital de la ville, sur la route de Yakourène. «Suite à une déflagration d’un engin explosif à leur passage, les militaires se sont adonnés à une vindicte qui s’est soldée par l’exécution sommaire d’un innocent, en l’occurrence Dial Mustapha, journalier et père de quatre enfants, et un blessé», lit-on dans le document des villageois, ajoutant : «L’acharnement de ces éléments s’est aussi traduite par le saccage et le pillage de deux habitations et de plusieurs véhicules. Le personnel de l’hôpital a été bousculé et maltraité. Tout ce comportement s’assimile à une descente punitive», souligne la déclaration. «La région d’Azazga, bastion de la révolution de Novembre 1954, dont le symbole n’est autre que le propriétaire de l’une des habitations saccagées, à savoir le capitaine Rouget, illustre officier de l’ALN», précise la même déclaration.
Notons que les commerçants de la ville ont baissé rideau pendant la marche en signe de soutien à cette action.
 

Hafid Azzouzi
Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 18:18

 

Avec cette officialisation imminente de Tamazight au Maroc, c'est un échec et mat que l'Agellid vient d'asséner au régime algérien . Après l'autre coup de massue des Égyptiens lors de la coupe du monde, losqu'ils ont crié à qui veut l'entendre que les Algériens ne sont pas des Arabes et que ce furent les fanatiques égyptiens (les frères musulmans envoyés par Nasser) qui avaient ''arabisés'' les Algériens, voici que c'est le tour du Maroc d'enfoncer le clou.

Et qu'en déplaise à ce Abdelaziz du Polisario,  le régime algérien a gaspillé des milliards de $ depuis 1975 pour soutenir environ 100 000 Sahraouis, et un budget équivalent ou supérieur pour écraser les révendications de 8 millions de Kabyles, et de plus de 16 millions d'Algériens Amazighophones (Twaregs, Mozabites, Chaouis, Chenouis, Kabyles). 

C'est donc de ''bonne guerre'' !

Et le comble pour notre ami du Polisario, c'est qu'en officialisant Tamazight au Maroc,  l'Agellid ne fait que réparer une injustice millénaire faite aux Autochtones d'Afrique du Nord ! Par contre la vermine d'Alger, en soutenant les 100 000 sahraouis, ils ne visent qu'à créer un État artificiel ARABE (baâthisme oblige !) de plus dans une AFrique du Nord Amazigh, et à empoisonner le Maroc !

 

Si Abdelaziz veut avoir le soutien des 70 millions de Nord Africains, il devrait revoir sa stratégie au plus vite en commençant par renoncer définitivement à ce qualificatif d'Arabe (càd de colonie bâathiste), et à se définir comme avant-tout Nord-Africain. Ensuite, à inscrire le combat des Sahraouis pour leur souveraineté  dans le cadre d'une Fédération Nord-Africaine ou Marocaine.

 

 

Réforme constitutionnelle au Maroc

Le président Abdelaziz dénonce l’inclusion du Sahara occidental

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 26.06.11 | 01h00

Le président sahraoui et secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz, a mis en garde, vendredi dernier, dans un message adressé au secrétaire général des Nations unies, contre les «conséquences» de  l’inclusion des territoires occupés du Sahara occidental dans le référendum  sur la réforme constitutionnelle au Maroc, a rapporté hier l’APS citant l’agence de presse sahraouie (SPS).

«Je tiens à vous adresser ce message pour attirer votre attention sur les intentions du gouvernement marocain de mettre en œuvre des décisions politiques concernant la réforme constitutionnelle au Maroc, dans laquelle il envisage également d’inclure le Sahara occidental qui est sous l’occupation illégale du royaume du Maroc», a indiqué le président sahraoui. «Le Sahara occidental n’est pas un territoire marocain», a rappelé ce dernier. Précisant qu’il est répertorié par les Nations unies comme un territoire non autonome en attente de décolonisation depuis plus de 40 ans.

Il a souligné à ce propos que son statut juridique définitif ne peut être déterminé que par le peuple sahraoui lui-même à travers un référendum libre, juste et équitable sur l’autodétermination organisé sous la supervision des Nations unies. Le président sahraoui a affirmé que «c’est l’occupation marocaine qui a empêché jusqu’ici l’exercice par le peuple sahraoui de ce droit inaliénable et internationalement reconnu. Comme vous l’avez souligné dans votre dernier rapport au Conseil de sécurité, aucune solution au conflit sahraoui-marocain  ne peut avoir lieu sans le plein respect de la volonté et des sentiments du  peuple sahraoui». Ainsi, précise-t-il, «tout accord ou solution qui ne tient pas compte de cela ne contribuera qu’à engendrer plus de tension et d’instabilité dans la région».

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 20:37

 

 

 

Source : Liberté

 

...On ne vous entend pas beaucoup sur ce qui se passe en Algérie. Pourquoi ce silence ?

 

 Je suis intervenu au début, notamment sur de rares télés et radios françaises, mais lorsque je me suis aperçu que j’étais présenté comme un militaire, j’ai préféré m’abstenir. Dans la confusion programmée, la lucidité n’a pas sa place, et mes propos ont été déformés ou interprétés de façon malveillante sur certains sites algériens toujours prompts à sortir la tronçonneuse dès que je remue un muscle. Lorsque les esprits s’interdisent de changer d’avis, la sagesse voudrait que l’on n’insiste pas. Ce qui se passe en Algérie m’interpelle au plus profond de ma personne. Je suis attentif au moindre soubresaut et je m’inquiète des tournures que prennent les dialogues de sourds chez nous. J’attends du concret, et le concret se voile la face. On tourne autour du pot sans oser crever l’abcès. Par exemple, ces conciliabules qui s’enchaînent chez M. Bensalah à propos des réformes, qu’apportent-ils aux attentes du peuple algérien ? J’ai le sentiment d’assister à un casting. Les gens qui défilent chez M. Bensalah ne représentent qu’eux-mêmes. Ils ont échoué dans leurs missions et ont le tort de penser qu’ils sont encore utiles à quelque chose. Les vraies réponses sont ailleurs. Il faudrait écouter les harragas, les hittistes, les offensés, les “indignés”, tous les Algériens. J’ai appris que la communauté algérienne établie à l’étranger n’a pas été sollicitée.
Or, elle recèle d’énormes potentialités, d’expériences louables. Il y a fausse donne quelque part, et je suis excédé par la redondance post-digestive qui caractérise ce débat qui devrait s’élargir à l’ensemble des susceptibilités politiques, sociales et culturelles algériennes. On ne fait pas un festin à partir des restes d’un repas consommé la veille. Nous avons besoin d’entendre d’autres sons de cloche, et les chansons que l’on nous ressasse à longueur des nullités sont en passe de nous rendre cinglés. D’ailleurs, ne le sommes-nous pas déjà un peu ? Il faut laisser s’exprimer les artistes, les consciences, les chercheurs, les universitaires ; ils sont les fibres sensibles de la nation, les vrais bâtisseurs de ses rêves et de ses ambitions.
L’Algérie a besoin d’une expertise et non de bavardages oiseux et inféconds, d’un programme clair et net capable de stimuler les foules laborieuses. M. Bensalah aurait dû revoir la liste de ses interlocuteurs. L’exclusion nous a conduits droit dans le mur. Désormais, il va nous falloir ramasser nos morceaux avec un maximum de précautions. Nous voulons découvrir d’autres figures de proue. L’Algérie n’est pas ménopausée. Elle continue d’enfanter, et l’avenir ne s’opère que dans les aspirations des nouvelles générations. Il faut donner sa chance à tout Algérien en mesure d’apporter sa pierre à l’édifice national et cesser de croire que lorsqu’on n’est pas d’accord avec certaines choses, on est un ennemi. Je ne suis pas d’accord avec un tas de gens, aussi bien dans le pouvoir que dans l’opposition, et à aucun moment je n’en ai nourri une quelconque animosité. Lorsque mon fils ne partage pas mes idées, cela ne l’empêche pas de partager mes repas, ma vie et mon bonheur. L’Algérie appartient à chacun d’entre nous, et nous sommes tous, grands et petits, responsables de son devenir. Encore faut-il s’éveiller à cette responsabilité. Beaucoup de gens sont persuadés qu’incriminer les autres les absout de leurs torts. C’est archifaux. Ce charisme d’hercule forain qu’exhibent certains dirigeants et certains opposants me rappelle le galop aérien de ces chevaux de cirque qui se la pètent pour amuser la galerie. Nous n’en sommes plus là, désormais. Nous n’avons ni le temps de frimer ni celui de nous donner en spectacle. Il y a urgence. La mondialisation effrénée ne pardonnera pas aux traînards. Il existe, parmi les Algériens, des compétences à la pelle. Il suffit de s’effacer devant elles, de les “autoriser” à sauver les rares meubles qui nous restent. J’en ai rencontré des contingents en Europe, en Asie, aux Amériques.
Ils sont banquiers, industriels, savants, chercheurs émérites, inventeurs. Tous portent l’Algérie dans leur cœur, et tous ne trouvent pas d’interlocuteurs pour faire bénéficier notre pays de leur génie et de leur savoir-faire. Nombre d’entre eux sont découragés dès lors qu’ils sont accueillis froidement dans nos ambassades. Un autre danger se profile à l’horizon. La montée virulente du racisme en Europe et les dangers qui gravitent autour de nos ressortissants pourraient, si les choses venaient à s’enfieller davantage, provoquer un retour massif de nos émigrés au bercail. C’est peut-être improbable, mais l’anticipation est la faculté de prendre une longueur d’avance sur le cours de l’histoire car un malheur est vite arrivé. Les lendemains sont des espaces en jachère, ils appartiennent à ceux qui savent les investir. Ce n’est pas en se contant fleurette qu’on aura des chances de se réveiller. Notre convalescence a trop duré, et dans la simulation grotesque qui est devenue notre sport national favori, nous manquons grossièrement de crédibilité. La question qui se pose à nous n’exige qu’une réponse à deux possibles : allons-nous enfin prendre au sérieux notre destin ou bien sommes-nous trop immatures pour n’en avoir cure ?

Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 19:57

Cap Djinet (Ex Rusubicarri, ex Cissi)

 

 

 

 

 

 

 

Phare de Dellys (Ex Rusuccuru)

 

par soofiane35

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 16:54

 

 

 

 

Said OutajjajT 2011 Sur Tv TamazighT Clip1 

 

 

Bizemawen célèbre Tamazight

 

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 16:27

 

La puissance irrésistible des rythmes AMAZIGHs du Sud Marocain sur la TV TAMAZIGHT

 

 

 

 

Repost 0
24 juin 2011 5 24 /06 /juin /2011 06:14

 

 

 

 

 

La ville de Palestro italienne

Localisation de Palestro

 

Palestro est une petite ville italienne, située dans la province de Pavie et la région de Lombardie. Ses habitants sont appelés les Palestresi.
La ville s'étend sur 18,7 km² et compte 2 063 habitants depuis le dernier recensement de la population. La densité de population est de 110,3 habitants par km² sur la ville.
Entourée par Vinzaglio, Robbio et Confienza, Palestro est située à 9 km au Sud-Est de Verceil la plus grande ville à proximité.
Située à 121 mètres d'altitude, la ville de Palestro a pour coordonnées géographiques Latitude: 45° 18' 8'' Nord
Longitude: 8° 31' 57'' Est.
Le maire de Palestro se nomme Maria Grazia Grossi Tinti.

 

 

Bataille de Palestro en Algérie:

 

L'embuscade de Palestro de 1956 s'est déroulée durant la Guerre d'Algérie, à Ouled Djerrah dans la région de Palestro (aujourd'hui Lakhdaria) en Kabylie.

Selon l'historien Benjamin Stora : « Palestro restera comme la plus célèbre embuscade de la guerre, le symbole de ce qui peut arriver de pire: l'attaque surprise, l'impossibilité de se défendre, la mutilation des cadavres »[1]. En avril 1956, les premiers rappelés débarquent en Algérie. Dans la nuit du vendredi 18 mai 1956 au samedi 19 mai 1956, la 2e section du 9e régiment d'infanterie coloniale commandée par l'aspirant Hervé Artur, avec les sergents Serge Bigot et Alain Chorliet, est prise en embuscade par des combattants de l'Armée de libération nationale sous les ordres du lieutenant Mustafa « Ali » Khodja. Le combat de type guérilla dure moins de vingt minutes, il se solde par une victoire de l'ALN



 

Repost 0

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens