Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 21:35

Source : http://www.linternaute.com/histoire/magazine/dossier/07/ile-atlantide/11-gibraltar.shtml

 

La submersion du détroit

Henri-Louis de la Tour d'Auvergne
Le détroit de Gibraltar vue par satellite© ESA

Très récemment, un géologue français, J. Collina-Girard, a exploité la piste soulevée par Platon qui écrit explicitement que l'Atlantide se trouve "devant les colonnes d'Hercule" (détroit de Gibraltar). Son actuelle configuration est l'héritage du réchauffement climatique ayant succédé à la dernière glaciation : l'eau est remontée de 135 m en 15 000 ans, submergeant les plateaux continentaux entre 19 000 et 4 000 ans av. J.C.

 

Hasard ou coïncidence ?

Toute une partie du paysage a disparu sous la mer. Une île, de 14 km de long et de 5 km de large, a été découverte dans les fonds marins, au nord ouest du Cap Spartel (à Tanger, au Maroc), à moins de 10 km des côtes. Il est probable qu'elle ait été occupée par les populations paléolithiques dont la présence a été attestée sur le littoral marocain, espagnol et portugais. La géologie prouve donc qu'une île a bien été engloutie à l'époque et l'endroit évoqués par Platon. Mais la réalité géologique renvoie-t-elle à la vérité énoncée par le philosophe ? Cette coïncidence suffit-elle à prouver la véracité du mythe ? J. Collina-Girard ne prend pas position.

 

Des Atlantes dans l'Atlas

Henri-Louis de la Tour d'Auvergne
L'Atlas marocain par Erik Prunier

Peu avant Platon, l'historien et géographe Hérodote (484 - 424 av. J.C) avait présenté les habitants de Lybie, vaste région s'étendant de l'Atlas à la boucle du Niger, comme les Atlantes. Ce peuple, ayant atteint un haut degré de civilisation, aurait été exterminé à l'Antiquité par les Troglodytes, un peuple guerrier vivant dans les rochers en Egypte. Bien que Platon ait puisé des éléments dans les textes d'Hérodote pour décrire l'armée des Atlantes, ce dernier n'a jamais fait le rapprochement avec l'Atlantide.

 

Une justification de la colonisation

Au XVIIe siècle, un auteur inconnu relance l'idée d'une Atlantide africaine. Elle se situerait à proximité des Canaries et des îles du Cap Vert, bordée au nord par l'Atlas et au sud par le golfe de Guinée. Cette théorie, sans réel fondement scientifique, connaît de nombreux partisans au XIXe siècle, au moment de la colonisation de l'Afrique. Les Européens, qui ne poussent pas vraiment les recherches, justifient leur présence en décrétant que leurs ancêtres étaient Africains.

Repost 0
Published by iflisen - dans Histoire
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 00:41

 

Alors que l’épidémie de diabète de type 2 progresse rapidement dans le monde (plus de vingt millions de malades dans l’Union européenne) et que le diabète de type 1 touche des enfants de plus en plus jeunes, des solutions thérapeutiques durables deviennent urgentes. Le diabète est caractérisé par un excès de sucre dans le sang (hyperglycémie), dû à l’insuffisance de production par le pancréas d'une hormone, l’insuline, ou à sa mauvaise utilisation par l’organisme. Sans traitement approprié et permanent visant à normaliser le taux de glucose sanguin, cet excès est toxique et peut être à l’origine de graves complications : maladies cardiaques et rénales, cécité, amputations, impuissance.

 

Parmi les nouvelles thérapeutiques envisagées, la greffe de cellules à insuline obtenues ex vivo à partir de cellules souches (thérapie cellulaire) n’est pas la plus évidente, surtout à grande échelle. Elle aurait néanmoins l’avantage d’offrir une source d’insuline naturelle tout en supprimant les contraintes des injections quotidiennes d’insuline ou de la prise de médicaments. Une piste thérapeutique voisine et offrant les mêmes avantages consiste à stimuler in vivo les capacités de régénération de cellules fonctionnelles (thérapie régénératrice). Ces deux stratégies seraient valables pour le diabète de type 1, causé par la destruction des cellules à insuline du pancréas, les cellules bêta, mais aussi pour le diabète de type 2, au cours duquel ces cellules perdent progressivement leur capacité sécrétoire.

 

La thérapie cellulaire

La médecine régénératrice remplace des cellules endommagées (par accident, maladie ou vieillissement) par des cellules capables de réaliser les fonctions du tissu d'origine - parfois, sans même avoir à remplacer les cellules endommagées. L'injection de cellules permet donc à des tissus et à des organes de récupérer de dommages autrement irréversibles.

 

L'objectif de la thérapie cellulaire est de restaurer une fonction biologique déficiente, ici la sécrétion d'insuline. La technique utilisée consiste à transplanter chez le patient diabétique de nouvelles cellules pancréatiques saines. Les îlots de Langerhans sont préparés au laboratoire à partir du pancréas d'un donneur, puis administrés au patient par une perfusion dans la veine du foie, où ils vont s'implanter pour sécréter l'insuline et réguler la glycémie.

Grace à l'utilisation de nouveaux traitements anti-rejet, les premiers succès ont permis au début des années 2000 de valider le principe de la greffe d'îlots chez les patients atteints de diabète de type 1 sévère.

Repost 0
Published by iflisen
commenter cet article
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 00:36

Scientifiques algériens aux Etats-Unis : Des plans d’action pour la recherche médicale en Algérie

Trois groupes de travail composés d'experts algériens exerçant dans les universités et les laboratoires américains s'étaient alors constitués pour l'élaboration de ces programmes de travail qui seront présentés à leurs homologues en Algérie et au MESRS

PUBLIE LE : 06-09-2011

 
D.R

Trois groupes de travail composés d'experts algériens exerçant dans les universités et les laboratoires américains s'étaient alors constitués pour l'élaboration de ces programmes de travail qui seront présentés à leurs homologues en Algérie et au MESRS

La communauté scientifique algérienne résidant aux Etats-Unis a finalisé deux plans d'action dans le domaine de la recherche médicale en Algérie, ainsi qu'un troisième dans la gestion des séismes, a indiqué le président exécutif de la Fondation algéro-américaine pour la science et la technologie (FAACEST), M. Farid Amirouche. Ces initiatives de la fondation, présidée par M. Lies Zerhouni, viennent en application d'un programme de partenariat scientifique élaboré en collaboration avec le ministère algérien de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESRS) lors d'une rencontre tenue à la fin de 2010 à Alger. Trois groupes de travail composés d'experts algériens exerçant dans les universités et les laboratoires américains s'étaient alors constitués pour l'élaboration de ces programmes de travail qui seront présentés à leurs homologues en Algérie et au MESRS lors de rencontres qui se tiendront à Alger lors des tout prochains mois.
Il s'agit des groupes de travail respectivement de lutte contre le cancer et de la biotechnologie, dans le but de la mise en place de centres de recherche en Algérie dans ces deux spécialités respectives, et du groupe de travail pour la gestion des catastrophes naturelles. Pour le groupe de travail de lutte contre le cancer, dirigé notamment par Mme Hakima Amri, Ph.D et professeur au centre médical de Georgetown University (Washington DC), et M. Abdessalam Beddar, Ph.D et professeur au centre du cancer de l'université du Texas, le centre de recherche à mettre en place en Algérie devrait prendre en charge les missions à la fois clinique, de recherche et de formation. Ce projet de "feuille de route" pour ce centre national de recherche contre cette pathologie sera présenté par une délégation d'experts algériens lors d'une rencontre qui se tiendra en décembre prochain à Alger, afin d'être examiné en concertation avec leurs confrères en Algérie. Quant au groupe de travail de biotechnologie, son comité de direction est composé, notamment de M. Abdelouahab Aitouche du NIH (Institut de la santé et de la recherche médicale du gouvernement américain) et de Mme Ghania Aït Ghezala de l'institut Rokman en Floride. Son plan d'action sera exposé en octobre prochain à Alger, tandis que le pôle d'excellence de biotechnologie qui devrait être mis en place sera installé soit à l'institut Pasteur de Sid-Fredj, soit au centre de biotechnologie de Constantine. Dans ce même contexte et à l'initiative de l'ambassade des Etats-Unis à Alger, la directrice du centre de biotechnologie de Constantine, Mme Halima Benbouza, effectuera une visite de travail de trois semaines au cours du mois de septembre qui la mènera à travers plusieurs instituts et centres de recherche américains de cette spécialité. En ce qui concerne le groupe de gestion des catastrophes, il a identifié plusieurs projets qui font l'objet d'un atelier de travail sur les séismes qui se tient du 4 au 6 septembre en cours à Alger avec ses homologues du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) et du Centre national de recherche appliquée en génie parasismique (CGS). Elaboré notamment par M. Abdeldjelil Belarbi de l'université de Houston et de M. Fouad Bendimerad, président de l'initiative mégapoles et tremblement de terre (EMI), le plan d'action porte sur la carte sismique en Algérie, la méthodologie du macro-zonage sismique, les techniques de construction anti-sismique, les avancées récentes dans le domaine de la gestion des risques et un plan directeur pour Alger. Pour M. Amirouche, qui est également directeur de recherche du laboratoire de biomécanique à l'université de l'Illinois, "tous ces programmes ouvrent la voie à un partenariat important entre les Algériens vivant aux Etats-Unis et leur patrie". Mise en place en janvier 2010, la FAACEST rassemble des scientifiques et des universitaires algéro-américains avec pour mission essentielle de développer la coopération entre l'Algérie et les Etats-Unis dans les domaines de la science et de la technologie. La communauté scientifique algérienne résidant aux Etats-Unis varie entre 600 et 1.000 personnes exerçant dans les universités et les instituts de recherche.

 

Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 00:00

 

 

 

 

Augustin d’Hippone (latin : Aurelius Augustinus), (berbère : Aɣiles Agustnes) ou Saint Augustin, né dans le municipe de Thagaste (actuelle Souk-Ahras, Algérie) le 13 novembre 354 et mort le 28 août 430 à Hippone (actuelle Annaba, Algérie)[1], est un philosophe et théologien chrétien de l’Antiquit  tardive, évêque d’Hippone, et un écrivain latino-berbère romano-africain, né d’un père romano-africain (africain romanisé) citoyen romain] et d’une mère berbère non romanisée, sainte Monique.

Il est l’un des quatre Pères de l’Église latine (avec saint Ambroise, saint Jérôme et ) et l’un des 33 docteurs de l’Église. Les catholiques le fêtent le 28 août, anniversaire de sa mort, alors que les orthodoxes le fêtent le 15 juin. En tant que philosophe, on le considère comme un platonicien chrétien, souvent proche de Plotin.

 

Après une accalmie de plusieurs semaines

Le phénomène de la "harga" reprend à Annaba

Après une période d’accalmie qui a duré plusieurs semaines, le phénomène d’immigration clandestine vers l’Europe vient de reprendre à Annaba. Lundi dernier, profitant d’un manque de vigilance des garde‑côtes, 20 jeunes harragas, dont une fille, ont réussi à rejoindre les côtes italiennes à bord d’une embarcation légère munie d’un puissant moteur. Les harragas sont partis de la plage "la Caroube". Une fois en Italie, ils ont contacté leurs parents pour les informer de leur arrivée dans de bonnes conditions. Selon nos informations, le même groupe avait tenté une première traversée 48 heures auparavant. Mais ils ont dû reporter leur projet, les garde‑côtes ayant été mis en alerte. Il s’agit de l’une des rares tentatives enregistrées ces dernières semaines dans la wilaya, selon nos sources.

 

En moyenne, chaque candidat à l’immigration clandestine doit, avant de prendre place à bord de l’embarcation, verser au passeur la somme de 100 000 DA. Bien qu’en activité depuis des années, et malgré le nombre d’embarcations arraisonnées et les nombreux harragas interpellés et présentés devant le procureur de la République, aucun passeur n’a été jusqu’ici inquiété à Annaba ni ailleurs en Algérie. D’où les interrogations suscitées quant aux complicités bien placées dont jouissent les passeurs. Des complicités dénoncées par des familles de jeunes ayant tenté la traversée périlleuse et qui n’ont dès lors plus donné signe de vie.

 

Le club scientifique Italien à  Annaba

Cher internautes, nous avons le grand plaisir de vous communiqué la création de notre site internet du club scientifique Italien à Annaba, ce dernier se réfère a la date de sa création le 13.12.2008 au siège du rectorat de la faculté des lettres et des sciences humaines (El-Bouni).Ce site a comme intérêt mettre à jours les étudiants d’Italien et tous ceux qui sont intéressés d’apprendre l’Italien en Algérie des différents évènements scientifiques, culturelles, sportifs du club et des représentants de l’Italie en Algérie.

Le club scientifique Italien à Annaba est crée pour la première fois par un groupe d’étudiants très dynamique dont ces membres ont majoritairement fait partie de la nouvelle promotion (2007-2008). Géré par son président Monsieur AMOROUAYECHE Abdallah et ces membres de bureau, Monsieur BOUGHENAMA Youssef ( Vice-président ), Monsieur BOUTRIGH Abdelmoula ( Secrétaire général ), Monsieur DJOUAHI Belkacem (Vice-secrétaire générale ), Monsieur AKSA Mahmoud ( Secrétaire des Finances ), Monsieur BOUMKHILA Atef ( Secrétaire adjoint des Finances ), Monsieur MEDOUR Abdallah ( Bibliothécaire ), Mademoiselle MESBAHI Nadjete( Secrétaire adjoint de la Bibliothèque),Mademoiselle HATHOUTE Asma ( Coordonnateur ).

 Le club scientifique Italien à Annaba espère vous être utile et vous satisfaire car il fera de son mieux pour atteindre ses objectifs.

Repost 0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 23:54

 

 

Conférence conjointe RAUC - LECODEV

Samedi 5 novembre 2011 de 10h à 12h.

HEC Montréal - Salle Procter& Gamble située au 1e étage (ici)

Conférence-débat 2011, Montréal

Lecodev

Leaders and Experts for Cooperation and Development. www.lecodev.com

RAUC

Regroupement des Algériens Universitaires du Canada. www.rauc-dz.ca

Thème : Coopération scientifique et technique entre le Canada et l’Algérie :

Comment développer l’apport de la communauté Algérienne établie au Canada?

En présence notamment de Monsieur le Secrétaire d'État chargé de la Communauté Nationale à l'Étranger.

Repost 0
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 21:05
 
 
 
LABORATOIRE DE BIOTECHNOLOGIE ET
DEVELOPPEMENT DE LA SANTE

 

  
FACULTE DE MEDECINE ANNABA
 
 
1er Congrès International de Biotechnologie D’Annaba : Challenges & Perspectives Annaba les 19 et 20 Novembre 2011 Auditorium YAHI Badreddine – Faculté de Médecine
 
 
Appel à communication
 
 
Le Laboratoire de recherche de Biotechnologie et Développement de la Santé de la Faculté de Médecine Université Badji Mokhtar Annaba compte organiser, en collaboration avec la Faculté de Médecine, un Congrès International sur les Biotechnologies « Challenges et Perspectives » les 19 et 20 Novembre 2011. Ce Congrès aura pour Thèmes :
  
 -Thème Central : Biotechnologie dans le Diagnostic, le Dépistage et le Traitement des maladies de l'homme.  
  -Thèmes Satellites : Nanotechnologie, Neuro-Oncologie, Chirurgie et Explorations non invasives. 
   -Thème Invité : Ethique et Biotechnologie.
  
  A cet effet, nous vous invitons à soumettre par mail  vos propositions de présentations orales ou affichées en rapport avec les thèmes retenus avant le 22 Octobre 2011 date limite des soumissions. Les notifications des décisions du comité scientifique seront communiquées par mail au principal auteur 10 jours après la clôture des soumissions . Les résumés des conférences et des communications acceptées feront l’objet de publications au 1 er numéro de la Revue du laboratoire de Biotechnologie et Développement de la Santé ; la revue sera remise aux participants inscrits. Afin d’encourager les jeunes chercheurs, deux prix seront décernés aux meilleures communications orales et/ou affichées.
Instructions aux auteurs Communications Français /Anglais seront acceptées ; Police Arial 10 Titre : 10 mots Max –majuscule – gras – centré (saut de page) Auteurs & structures : Nom & initiale du Prénom ; structures listées par numéro Corps du résumé : Nombre de mots 2500 caractères max (espaces inclus). Objectifs – Matériels & Méthodes – Résultats – Discussion / Conclusion
Contacts Présidente : Pr H.OUELAA Tél/Fax : 213.38881885 Mail : labobiotechannaba@univ-annaba.org hanifa.ouelaa@univ-annaba.org
Secrétariat : Melle S.SAIDI Tél / Fax : 213.38883886 Mail : relex@facmed-annaba.com Tél mobile : 213.661243450
 
Repost 0
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 21:02

DDK

 

Des étudiants de Béjaïa agressés à Sétif et Jijel

Des incidents aux relents racistes

 

Officiellement orientés vers l’université Ferhat Abbas de Sétif, quelque 4OO étudiants originaires de la wilaya de Béjaia, sur un total de 1200, ont tenu hier, un rassemblement de protestation devant le siège du rectorat de l’université A. Mira. Tout en fulminant contre la décision de leur transfert vers l’université de Sétif, les protestataires réclament leur retour à l’université de Béjaia. " Nous ne réclamons rien d’autres sauf retourner à l’université de Béjaia " résume un contestataire. Alors que le recteur était en mission à Alger, une délégation composée d’étudiants et de parents a été reçue hier, par le vice-recteur de l’université A. Mira de Béjaia. Mais la rencontre n’a fait, au final, qu’exacerber la frustration de ces étudiants. " Le vice-recteur s’est déclaré non habilité à se prononcer sur une question aussi épineuse liée aux transferts d’étudiants d’une université à une autre " nous confie l’un des étudiants.
Jeudi dernier, des affrontements entre des étudiants de Béjaia et leurs camarades de Sétif ont éclaté devant l’entrée principale de l’université Ferhat Abbas (UFAS). La veille, soit mercredi aux alentours de 23H, des individus “mal intentionnés” auraient pénétré dans l’enceinte de la cité universitaire où résident les étudiantes de Béjaia ce qui explique en partie les incidents enregistrés le lendemain, apprend-on d’un étudiant inscrit à la faculté des sciences économiques de l’université de Sétif. Selon notre interlocuteur, la violation des franchises universitaires par des individus étrangers à l’université, tout en semant la panique à l’intérieur d’une résidence universitaire filles, mercredi 19 octobre vers 23H, a provoqué un tollé parmi les étudiants de Béjaia inscrits cette année à Sétif. Dans la matinée de jeudi, un rassemblement tenu devant l’entrée principale de l’université de Sétif s’est transformé subitement en batailles rangées entre les étudiants de Béjaia inscrits à la faculté des sciences économiques et leurs camarades. La situation allait s’empirer n’eut été la décision prise peu après midi par les autorités locales de Sétif d’acheminer les étudiants mécontents de Béjaia à bord de bus appartenant à la régie publique du transport urbain de Sétif vers leur wilaya d’origine. Samedi, un bus transportant des étudiants de Béjaia inscrits à l’université de Jijel a été caillassé par un groupe d’individus, avons-nous appris d’une source fiable. Il est à rappeler par ailleurs que près de 4000 nouveaux bacheliers de Béjaia ont été transférés vers d’autres universités pour manque de places pédagogiques. Des orientations qui n’étaient pas du goût de ces nouveaux bacheliers, du moins ceux orientés vers l’université de Sétif qui comptent inscrire leur mouvement de protestation dans le temps jusqu'à satisfaction de leur revendication .

Dalil S

Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 20:31

 

 

 

 Mouammar El Gueddafi a été tué hier dans le dernier assaut contre sa région d’origine Syrte.

zoom | © AFP
Mouammar El Gueddafi a été tué hier dans le dernier...
Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 21:48

 

el watan

Il est commercialisé aux USA, au Canada, en Allemagne…

Amekti, un jeu de cartes en tamazight

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.10.11 | 01h00

Amekti est un jeu de cartes destiné aux enfants et aux adultes (de 4 à 90 ans).

Le but du jeu est l’entretien de la mémoire, d’une part, et l’apprentissage de tamazight (plus précisément du kabyle) d’autre part. Chaque carte comporte une photo au-dessus de laquelle se trouve le nom de son contenu ; une des lettres est mise en évidence. Chaque lettre de l’alphabet amazigh se trouve sur au moins une des cartes. Peu importe si les participants savent lire et écrire ou non, avec ce jeu de mémoire, on peut apprendre à lire et à écrire la langue amazighe. Le jeu peut être joué par deux ou plusieurs personnes, individuellement ou par équipes. Placez toutes les cartes sur la table, les faces cachées.

Le premier joueur prend la première carte et la retourne sur la face portant la photo, ensuite il prend une deuxième carte ; s’il trouve son double (sa sœur jumelle) il continue à jouer jusqu’au moment où il ne trouve plus de cartes doubles. C’est alors à son adversaire de jouer. Celui qui obtient le plus de cartes gagne la partie. On peut aussi continuer jusqu’à la centième carte, comme au jeu de dominos. Il peut également être joué à partir de règles différentes inventées par les joueurs eux-mêmes. Amekti peut rassembler la famille entière ou des amis. Le jeu exerce et entraîne la mémoire à travers la vue et l’observation. Ce jeu publié par l’Amazigh Cultural Association in America (ACAA) est commercialisé par plusieurs associations aux USA, au Canada, en France, en Suède et en Allemagne.

Un coin de Kabylie en Allemagne

Le nouveau livre intitulé Ein Stück Kabylei in Deutschland (A wi yawin tamurt-is er Lalman ou Un coin de Kabylie en Allemagne) est publié par l’édition Donata Kinzelbach en Allemagne et a été présenté à la Foire internationale du livre de Francfort le 16 octobre dernier. Il contient deux chapitres principaux. Le premier est un recueil de photos de paysages de la Kabylie commentées par des textes en kabyle et en allemand. Le deuxième chapitre est consacré à l’analyse de la vie quotidienne d’un émigré en Allemagne. L’auteur, qui vit lui-même en Allemagne depuis plus de 30 ans, insiste sur les difficultés que beaucoup d’immigrés rencontrent dans le pays d’accueil. Pour l’auteur, la source de ces difficultés ne se limite pas seulement à la condition juridique, politique et sociale.

La cause essentielle de beaucoup de problèmes de communication entre Allemands et immigrés réside dans la façon différente de penser. Il compare les différents modes de vie entre la Kabylie et l’Allemagne, tout en découvrant beaucoup de points communs.

Ali Aït Mouhoub
Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 22:07

 

 

 

Boualem Sansal honoré en Allemagne
Boualem et Naziha Sansal lors de la cérémonie de remise du prestigieux prix le la Paix « Friedenpreis »
Boualem et Naziha Sansal lors de la cérémonie de remise du prestigieux prix le la Paix « Friedenpreis »

 

Le prestigieux prix de la Paix « Friendenpreis » des éditeurs et libraires allemands 2011 a été décerné hier, 16.octobre 2011, à l’écrivain francophone Boualem Sansal. La cérémonie, solennelle, de la remise du prestigieux prix a eu lieu à l’église Saint-Paul à Francfort-sur-le-Main. Des personnalités politiques allemandes de premier rang étaient venues assister à cette cérémonie, retransmise en directe sur la chaine publique allemande ZDF.

18/10/2011 - 00:20 mis a jour le 18/10/2011 - 01:28 par Yaz
Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens