Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 00:34

 

TSA

Annaba : 101 haraga interceptés en mer en 72 heures

 

Par dizaines, les Annabis tentent de fuir leur pays pour tenter leur chance en Europe. Treize nouveaux candidats à l’émigration clandestine, dont un mineur de 15 ans, ont été interceptés dans la nuit de vendredi à samedi au large de Annaba alors qu’ils tentaient d'atteindre les côtes européennes à bord d’une embarcation de fortune, a indiqué ce samedi 12 novembre la Protection civile.

Ces harraga, dont le plus âgé a 24 ans, sont tous originaires de Annaba. Ils ont été arrêtés à 10 miles au nord du littoral de Annaba par les garde‑côtes qui effectuaient une patrouille de routine, a précisé la même source à l’APS. Conduits au siège du groupement territorial des garde‑côtes de Annaba, ces haraga ont passé une visite médicale et devaient être présentés dans la journée devant la justice.

Depuis mercredi dernier, au moins 88 candidats à l'émigration clandestine vers l'Europe ont été interceptés au large d'Annaba.
Repost 0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 19:32

 

C'est la leçon que nous donne dame Nature. En effets, une étude scientifiqque nord-américaine vient de démontrer que les papillons monarques qui migrent chaque année du Canada vers le Mexique vivent 10 fois plus longtemps que les non-migrants ! 

 

 

La migration des papillons Monarques, qui vivent au sud-est du Canada, est très complexe. La durée de vie des papillons de cette espèce est normalement limitée à cinq ou six semaines après la fin de leur développement en tant que chenilles. Quatre générations de papillons Monarques vont se succéder au cours d'une seule année, trois d'entre elles vivant au printemps et en été.

Avec la venue de l'automne, la situation change. Une migration va alors commencer, et la génération qui migre va vivre beaucoup plus longtemps que les trois précédentes générations. Les Monarques migrants forment la quatrième génération de l'année.

Il y a un détail intéressant : la migration de ces papillons commence exactement lors de la nuit de l'équinoxe d'automne. Les papillons qui partent vers le sud vivent six mois de plus que les trois générations précédentes, le temps d'effectuer le voyage d'aller et celui de retour.

Les papillons qui ont mis le cap sur le sud ne se dispersent pas après avoir passé le Tropique du Cancer, ayant laissé derrière eux le froid hivernal. Après avoir survolé la moitié du continent américain, des millions de papillons vont stationner au centre du Mexique ; là, les crêtes des chaînes de montagnes volcaniques sont recouvertes d'une flore très variée. Situés à plus de 3.000 mètres, ces endroits sont pourtant suffisamment chauds pour que les papillons puissent y vivre. Tout au long d'une période de quatre mois, de décembre à mars, ils ne mangent rien. La graisse emmagasinée préalablement dans leur corps les nourrit, et ils se contentent de boire de l'eau.



Les fleurs qui apparaissent au printemps jouent un grand rôle pour les Monarques. Après un jeûne ayant duré quatre mois, ils s'accordent alors pour la première fois de cette nouvelle année un festin de nectar. Ils ont alors emmagasiné suffisamment d'énergie pour retourner en Amérique du Nord. Cette génération de papillons, qui vivent huit mois au lieu de deux pour ceux des trois générations antérieures, ne sont pourtant pas différents de ces derniers. Ils copulent fin mars, avant d'entreprendre leur retour. Au moment de l'équinoxe de printemps, la colonie prend son envol en direction du nord. Et peu après leur arrivée au Canada, ils meurent. Cependant, juste avant de mourir, ils donnent naissance à une nouvelle génération, ce qui est un acte nécessaire en vue d'assurer la perpétuation de leur espèce.

La génération nouvellement née est ainsi la première génération de l'année, et ses membres vivront environ un mois et demi. Puis viendront les seconde et troisième générations.

Et lorsque ce sera le tour de la quatrième génération, une nouvelle migration débutera, et ainsi de suite : la chaîne continuera de la même façon.

Ce système intéressant soulève de nombreuses interrogations : pourquoi les membres de la quatrième génération vivent-ils bien plus longtemps que ceux des trois autres générations ? Pourquoi cette génération qui dure davantage coïncide-t-elle avec la venue de l'hiver, et ce depuis des milliers d'années ? Pourquoi la migration commence-t-elle toujours à l'équinoxe, comment une telle adéquation est-elle rendue possible, comme si les Monarques utilisaient un calendrier ?

 

L'Équipe du Dr Steven Reppert de l'université du Massachusetts (USA) vient d'élucider ces questions grâce à la découverte du système de navigation (un espece de GPS sophistiqué) de ces papillons monarques. D'autres chercheurs ont révélé que ces papillons retrouvent leur chemin grâce à une espèce de carte inscrite dans les gènes de ces lépidoptères. En effet, ils ont découverts déjà une quarantaine de gènes s'exprimant différemment dans le cerveau d'un monarque migrant par rapport à un non-migrant.

 

 

Une fois arrivés au Mexique, les monarques s'installent par milliers sur le tronc et les branches de certains conifères.

 

LE PAPILLON MONARQUE

Contepec est un village entouré de collines dans la région orientale de l’Etat de Michoacan. Au-delà des collines, se trouvent les Etats de Mexico, Quérétaro et Guanajuato. La colline la plus haute se nomme Altamirano et sur son sommet, El Llano de la Mula, se rend chaque année, depuis le Canada, le papillon Monarque, le Danaus Plexippus, de la famille des danaïdes. On estime que ce lépidoptère, attaché aux forêts d’oyameles(1) (Abies religiosa) et aux plantes algodoncillos (petits cotons) et venenillos (petits venins) (Asclepia Syriaca) dont il se nourrit et dont il tire son odeur et son goût désagréables afin d’éloigner ses, prédateurs naturels, existe depuis deux cents millions d’années.

Sur El Llano de la Mula, quand chauffe le soleil dans les jours limpides d’hiver, des millions de papillons couvrent les troncs et les branches des oyameles, créant un ciel et un sol mobiles d’ailes tigrées, que l’on entend dans le silence profond, des bois comme une brise de feuilles sèches.

Quand vient le printemps, une mer de papillons descend par le Valle del Pintor et par les flancs de l’Altamirano à la recherche d’eau et de chaleur, atteignant les rues du village qui deviennent alors des fleuves aériens.

Vers la fin du mois de mars, les colonies prennent la route du retour vers le Nord, pour revenir ponctuellement, mêmes et différentes, au début du mois de novembre.

Une légende indigène de tradition orale a essayé de mettre en relation l’arrivée annuelle des papillons et le retour des âmes des morts, en associant la présence de cet insecte aux cérémonies qui vouent un culte au passage fantomatique de l’homme sur la Terre.

Je crois que cette légende est née afin de répondre aux questions des journalistes à propos de l’existence d’histoires locales (nahuas, mazahuas et tarascas) sur les migrations du Monarque.

Repost 0
Published by iflisen - dans Écologie
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 19:27

 

 

Shape memory alloys are fascinating materials, which exhibit the shape-memory effect and a superelasticity not common for ordinary metals. The former effect is the ability to recover automatically a certain shape, whenever the external conditions are identical to those under which the material has been trained. The broad range of applications includes sensors and actuators in medicine and astronautics. The currently used materials (e.g. NiTi) use the temperature as a parameter to trigger the shape change. The incorporated transformations are diffusionless, martensitic phase transitions, for which the crystallographic unit cell undergoes large deformations.

 

 

 

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 00:24

 

 

Annaba : 59 harraga interceptés en mer par les garde-côtes



Cinquante‑neuf Algériens candidats à l'émigration clandestine vers l'Europe ont été interceptés vendredi à l'aube au large d'Annaba, a‑t‑on appris auprès de la protection civile. Ces personnes tentaient de rejoindre, à bord de deux embarcations de fortune, les côtes italiennes à partir d'une petite plage d'Annaba avant d'être arrêtées en mer par une patrouille des garde-‑ôtes, a précisé cette source à un correspondant de l'AFP.

Les migrants clandestins sont généralement traduits devant la justice pour "tentative d'émigration clandestine". Ils sont passibles en Algérie de six mois de prison en vertu d'une loi votée en 2009 qui punit aussi les passeurs à des peines pouvant aller jusqu'à 20 ans de détention. La région d'Annaba est le point de départ de nombreux émigrants clandestins algériens qui tentent de gagner les côtes italiennes.

Mercredi, 27 autres candidats à l'émigration clandestine vers l'Europe, dont une femmes et son enfant âgé de cinq ans, avaient été interceptés au large d'Annaba
Repost 0
Published by iflisen - dans Exil
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 20:34

L'Expression

 

 

SALON INTERNATIONAL DU LIVRE DE MONTRÉAL

Le livre algérien au pays de l'Erable

Par

C'est la première fois que l'Algérie prend part activement à cet important événement littéraire, et ce grâce à l'Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc).

L'édition et le livre constituent l'un des centres d'intérêt privilégié de l'Aarc qui est chargée d'organiser les participations aux foires et salons internationaux du livre et de soutenir les initiatives liées à la promotion de la littérature algérienne dans le monde. «Depuis une vingtaine d'années, l'édition algérienne a évolué de manière notable. Les maisons d'édition se sont multipliées et certaines d'entre elles disposent désormais de catalogues appréciables portant aussi bien sur les essais que les oeuvres littéraires ou les beaux livres. L'effort de professionnalisation se poursuit dans ce secteur tandis que de plus en plus d'auteurs algériens publient dans leur pays.
Plusieurs maisons d'édition sont désormais engagées dans des partenariats internationaux importants: acquisitions de droits, coéditions, traductions, etc. La littérature algérienne - et notamment le roman -, produite en Algérie ou dans le monde, suscite toujours de l'intérêt auprès des critiques et des lectorats», indique le communiqué de l'Aarc. Aussi s'est-elle engagée, nous souligne-t-on à donner plus de visibilité à cette dynamique.
Le stand de l'Algérie au Salon du Livre de Montréal regroupera ainsi 12 éditeurs, représentatifs de l'évolution de ce secteur. «Il est certain, enfin, que la présence d'une importante communauté algérienne au Canada, fortement demandeuse de produits culturels issus de son pays d'origine, constitue une autre raison motivante de cette participation. Il est à noter d'ailleurs que cette communauté commence à compter des écrivains dans ses rangs.
De ce point de vue, le stand de l'Algérie, animé par l'Aarc, constitue une opportunité pour la mise en place de collaborations algéro-canadiennes dans l'édition et la distribution ou l'organisation de manifestations littéraires», nous assure t-on. Parmi ces maisons d'édition qui prennent part à cet important rendez-vous livresque, on citera Chihab, Barzakh, Daliman, Lazhari Labter, Alpha, Apic et bien d'autres. Ils présenteront à cette occasion une panoplie de leurs meilleurs ouvrages sortis ces dernières années. Une sorte de vitrine de ce qui se fait le mieux aujourd'hui dans l'édition algérienne

Repost 0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 01:37

El Watan

 

Les chrétiens d’Algérie réclament l’abrogation de la loi de 2006

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 11.11.11 | 01h00

La semaine dernière, des chrétiens ont été arrêtés à El Tarf et un autre est passé en procès à Oran. Alors que l’on connaît surtout les mésaventures des chrétiens de Kabylie, ceux de l’intérieur du pays réclament aussi le droit de vivre leur foi et l’abrogation de la loi de 2006.

Appelons-le Belkacem. Constantinois de naissance, il se dit «Algérien et fier de l’être. Et chrétien et fier de l’être devenu.» Pas facile pour lui de vivre pleinement sa foi dans une ville aussi conservatrice que la capitale de l’Est, mais il tient le coup. «Je vis ma vie le plus normalement du monde, je travaille, comme n’importe quel citoyen, mais j’évite bien sûr de parler de mes croyances. Ici à Constantine, le conservatisme religieux est omniprésent, il suffit de voir toutes ces femmes voilées, je pense que même à Sétif ou à Guelma, elles ne sont pas aussi nombreuses. De plus, depuis 2006, nous éprouvons beaucoup de difficultés à faire passer le message du Christ, ce n’est plus comme avant. Si nous tentons quoi que ce soit, nous risquons l’arrestation sur simple dénonciation comme si nous étions des criminels.» Bien sûr, on connaît surtout la situation des chrétiens en Kabylie, mais à l’intérieur du pays, les chrétiens réussissent-ils à vivre sereinement leur foi ?

La semaine dernière, deux jeunes auraient été arrêtés pour prosélytisme dans la wilaya d’El Tarf - même si, pour le moment, l’information ne semble pas être confirmée par Mustapha Krim, président de l’Eglise protestante d’Algérie. A Oran, le procès d’un chrétien a été reporté cette semaine au 17 novembre. Arrêté suite à une dénonciation de son voisin, il est, lui aussi, accusé de prosélytisme. Dans ce contexte, Mustapha Krim demande à nouveau que la loi de 2006 (voir interview ci-dessous), soit abrogée ou révisée avec le concours des représentants algériens du christianisme. Pour rappel, cette loi soumet la liberté de culte à diverses autorisations. Or, dans les faits, les chrétiens, dont nous avons recueilli les témoignages, assurent que cette loi «est surtout appliquée aux citoyens algériens de confession chrétienne, pour lesquels il est devenu risqué de porter sur soi un exemplaire de la Bible». Elle punit également toute forme d’évangélisation de 2 à 5 ans de prison et de 500 000 à
1 000 000 DA d’amende. Elle vise quiconque «incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion.»


«Malades mentaux»


Sur l’axe Alger-Ghardaïa, Mohamed, 55 ans, confie : «Ici, vous savez, il est difficile de nous organiser, nous ne sommes ni à Alger ni en Kabylie. Doucement, mais sûrement, nous y arriverons, nous parviendrons à avoir notre propre lieu de culte. Il faudrait pour cela que l’Etat admette que des Algériens peuvent ne pas être musulmans, il faut qu’il abroge cette loi de 2006.» L’Etat estime à 70 000 le nombre de chrétiens en Algérie. Mustapha Krim avance pour sa part le chiffre de 30 000 protestants et environ 11 000 catholiques, en précisant qu’ils ne se trouvent pas «exclusivement en Kabylie», mais aussi à Alger, à Oran, dans le Constantinois, et également du côté des Hauts-Plateaux, comme Djelfa. Du côté des Aurès, une petite communauté se prépare pour la fête de Noël qui sera, pour beaucoup, célébrée le vendredi 23 décembre prochain.

Kahina, 23 ans, protestante, se dit profondément confiante en l’avenir. «Je m’en remets à Dieu pour notre pays, pour notre avenir. Je n’ai pas peur, mais je suis parfois irritée par l’attitude de beaucoup de nos compatriotes qui nous stigmatisent et nous prennent parfois pour des malades mentaux. Et cette loi de 2006 n’a rien arrangé, au contraire, je prie chaque jour pour son abrogation, et pour que nous puissions jouir pleinement de notre croyance puisque notre Constitution est censée en garantir la liberté.» Belkacem, profondément attristé par cette situation, ajoute : «Cette loi n’a fait que nous stigmatiser davantage, nous sommes devenus des parias pour beaucoup de nos compatriotes et avec le ministre des Affaires religieuses que nous avons, tout va de mal en pis. Krahna. Houma habbine n’dirou kima khaoutna el iraqiine (nous n’en pouvons plus, ils veulent que nous fassions comme nos frères irakiens).»

Noël Boussaha
Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 01:17
 
Repost 0
Published by iflisen - dans Médecine
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 21:20

 

TSA

 

Dans une interview au quotidien El Watan

Le nouvel ambassadeur du Japon compare l'Algérie à la Corée du Nord



 

Dure est l’arrivée en Algérie pour un étranger, même diplomate ! Le nouvel ambassadeur du Japon à Alger, Tsukasa Kawada, arrivé il y a quelques semaines à son poste, en fait l’amère expérience et n’hésite pas à s’épancher sur le sujet dans une interview au quotidien El watan publiée ce mercredi 9 novembre. Sans langue de bois, chose rare dans le monde diplomatique, Tsukada Kawada raconte par le menu les péripéties bureaucratiques qu’il traverse depuis son arrivée à Alger.
« J’ai envie de dire quelque chose sur la bureaucratie, on est critiqué pour ce fléau au Japon, mais j’ai l’impression que c’est un peu trop en Algérie. Je suis arrivé ici il y a un mois et je n’ai pas encore pu récupérer mes bagages à l’aéroport ». Et il explique toutes les formalités qu’il est en train de remplir pour obtenir tous les documents nécessaires pour cela. L’obtention de la carte diplomatique, le dédouanement. A tel point que sa femme, dit‑il, « commence à se plaindre car elle n’a pas ses habits d’hiver ! ».
Des difficultés qui sont également ressenties par les entreprises japonaises qui activent en Algérie. « J’ai parlé avec des représentants des entreprises japonaises. Ils m’ont dit que l’Algérie est le marché le plus difficile au monde. Peut‑être que le premier est celui de la Corée du Nord. C’est un peu trop dire, mais l’environnement de l’investissement est difficile », affirme ainsi Tsukada Kawada.

 

 

 

 

 

TSA

Annaba : 27 harraga dont un enfant de 5 ans interceptés en mer


 

Les Algériens continuent de risquer leur vie pour fuir leur pays. Vingt‑sept candidats à l'immigration clandestine, dont une femme et son enfant âgé de 5 ans, ont été interceptés mercredi au large d'Annaba, alors qu'ils cherchaient à gagner l'Italie, ont indiqué les garde‑côtes algériens. Les clandestins, majoritairement originaires de la région d’Annaba, âgés de 5 à 35 ans, tentaient de rejoindre l'ile de la Sardaigne à bord d'une embarcation de fortune partie d'une plage de la wilaya d'El‑Tarf, quand ils ont été arrêtés vers 5 h 30, selon l’AFP.
Après une visite médicale à leur arrivée au port d’Annaba, les émigrants clandestins devraient être présentés dans la journée au procureur de la République du tribunal d'Annaba.
Des milliers de personnes ont essayé ces dernières années de traverser la Méditerranée à bord d’embarcations de fortune pour tenter leur chance en Europe. De nombreux harraga ont trouvé la mort en haute mer, d’autres ont été arrêtés par les garde‑côtes algériens, italiens et espagnols.
Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 20:49

 

 

 

Fichier:Atahualpa Yupanqui en Cosquín.jpg

 

 

Héctor Roberto Chavero, dit Atahualpa Yupanqui, né à Pergamino (région de Buenos Aires) le 31 janvier 1908 et mort le 23 mai 1992 à Nîmes, France, est un poète, chanteur et guitariste argentin.

Son pseudonyme, choisi dès l'adolescence, est formé d'Atahualpa, le dernier empereur inca, exécuté par les conquistadores de Francisco Pizarro, et de Yupanqui, « le Grand Méritant », cacique suprême des indiens quechuas

 

 

 

 ( http://www.herodote.net/histoire/evenement.php?jour=15321116)

Un crime crapuleux

Quand l'Inca arrive avec sa suite, le chapelain espagnol l'exhorte à se convertir et lui tend la Bible. L'Inca la rejette. Le chapelain, alors, se tourne vers son chef et lui dit : «Je vous absous» (sous-entendu : pour tous les crimes que vous allez commettre). À ce signal, les cavaliers dissimulés derrière les maisons massacrent les Indiens au canon et à l'arquebuse. Plusieurs milliers succombent.

L'Inca avait coutume de dire : «Dans ce royaume, aucun oiseau ne vole, aucune feuille ne bouge, si telle n'est pas ma volonté». L'Espagnol n'en a cure et se saisit d'Atahualpa. Le prisonnier lui promet une rançon fabuleuse contre la promesse de la vie sauve. C'est ainsi que, pendant des mois, les sujets de l'Inca amènent à Pizarre des caravanes chargées de métaux précieux. Au total l'équivalent de 4.600.000 ducats espagnols.

Pour complaire à son bourreau, l'Inca, de sa cellule, ordonne aussi l'exécution de son rival Huascar et se fait baptiser...

Mais Pizarre n'a cure de ces démonstrations de bonne volonté. Ayant obtenu la rançon qu'il voulait, il fait traduire l'Inca en jugement. Au terme d'un procès évidemment inique, le prisonnier est condamné à être brûlé vif.

Par une singulière mesure de clémence, Pizarre se contente de le faire garrotter dans sa cellule le 29 août 1533. L'empereur Charles Quint condamnera vivement ce crime mais n'y pourra rien changer.

C'est la fin de l'empire inca qui domina les Andes pendant quelques décennies et développa une civilisation originale, fondée sur l'adoration du soleil et la culture de la pomme de terre.

Pizarre achève la conquête du pays et fonde la ville de Lima. Bientôt, il ne tarde pas à se disputer avec ses compagnons de fortune. Il fait exécuter Almagro mais meurt lui-même assassiné par les amis de ce dernier le 26 juin 1541...

Scientific American Magazine

 

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Histoire
commenter cet article
6 novembre 2011 7 06 /11 /novembre /2011 22:45

 

 

 

 

 

Le Maroc fut le premier pays à reconnaitre l'indépendance des États-Unis d'Amérique. La Déclaration d'indépendance américaine fondait aussi la première nation décolonisée du Monde, bien que l’indépendance ne fût officiellement reconnue qu’en 1783 avec le Traité de Versailles. Elle influença les rédacteurs de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789. Au XIXe siècle et au XXe siècle, elle servit de référence aux leaders indépendantistes comme Hô Chi Minh au cours de la décolonisation.

Le Maroc est le premier pays à reconnaître les États-Unis. - c'était en 1777, j'aurai voulue savoir pour quel raison géopolitique, le Sultan Alaouite Mohammed III avait pris cette décision.

Repost 0
Published by iflisen - dans Histoire
commenter cet article

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens