Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 23:52

 

Le Quatar vient de mettre en garde le régime algérien qui soutient le régime baâthiste syrien. Comment pourrait-il en être autrement ? Le régime algérien s'est fait prendre à son propre piège (il s'est enfargé dans cette idéologie baâthiste depuis l'indépendance). En sapant l'identité algéro-algérienne, et en ''arabo-islamisant'' (double aliénation) la société algérienne, il est pris en otage dans cette idéologie baâthiste. C'est ainsi que malgré lui, le régime algérien est condamné à soutenir tous les régimes vomis par les peuples de la région, notamment ceux appartenant à la même secte que lui. Ne l'a t-on pas vu soutenir ''Saddam Hussein'' (le bourreau des Kurdes), '' El Bachir'' (le bourreau du Darfour), Ben Ali, Moubarak, et dernièrement le sanguinaire Kadafi.

 

 

 

 

 

 

Algérie-Focus

 

 

Le ministre des Affaires étrangères qatari à Medelci : «Arrêtez de défendre la Syrie parce que votre tour viendra»

Poste par nov 13th, 2011

La décision de suspendre la Syrie de la Ligue arabe, qui doit entrer en vigueur mercredi, n’est pas passée comme une lettre à la poste. Durant la réunion des ministres des Affaires étrangères des pays arabes, une vive altération a eu lieu entre le ministre des Affaires étrangères algériens, Mourad Medelci et son homologue qatari, Hamad bin Jassim al-Thani.

Ce dernier n’a pas hésité, selon des médias arabes, a menacé le Chef de la diplomatie algérienne lors des débats sur le cas syrien. Selon ces sources, M. Medelci aurait demandé au conclave de ministres arabes de «traiter le sujet syrien avec plus de sagesse et de revoir la décision de suspendre la Syrie de la Ligue arabe au risque de se retrouver dans une situation compliquée».

Le ministre des Affaires étrangères qatari l’interpella en plein discours pour le menacer : «Arrêtez de défendre la Syrie parce que votre tour viendra et peut-être que vous aurez besoin de nous».

A la délibération, le ministre qatari a aussi levé la séance sans même donner le temps au ministre Medelci d’exprimer son point de vue alors que ce dernier s’apprêtait à prendre la parole.

Damas a réclamé la tenue d’un sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la Ligue arabe, afin de débattre des troubles en cours en Syrie, a rapporté dimanche la télévision nationale syrienne, au lendemain de la suspension de la Syrie par l’organisation pour sa répression violente des manifestations.

Nina A.

Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 23:45

TSA

 

 

Affaire du soda Hamoud Boualem interdit d’importation aux Etats-Unis

L'entreprise s'étonne et évoque d'autres canaux d'importation



Hamoud Boualem.JPG

Suite à notre article concernant l’interdiction d’importation par les États‑Unis d’un soda à l’orange Hamoud Boualem, l’entreprise accuse la FDA d’avoir pris une décision justifiée par le « protectionnisme américain bien connu », dans un communiqué envoyé ce samedi 19 novembre à TSA. Cependant le producteur algérien de sodas s’étonne de cet avis d’interdiction – qui date d’août 2011 – étant donné que « depuis 2008, aucun de nos produits n’a été exporté vers ce pays ». « Notre partenaire sur place a changé de métier », explique ainsi Lyamine Lerari, directeur des approvisionnements de Hamoud Boualem joint au téléphone.

D’autant, ajoute le communiqué qu’« il n’y a pas si longtemps, la FDA nous avait autorisé à commercialiser sur son territoire nos sodas dont la composition n’a pas changé ». Pourtant, le rapport de la FDA indique bien qu’un avis de refus d’importation a été rédigé le 23 août 2011 concernant le soda à l’orange de la marque algérienne. Lyamine Lerari, avance une explication : « Il n’est pas exclu que ces cargaisons de nos produits soient issues d’autres canaux d’importation, comme des personnes qui achèteraient nos produits pour les importer aux Etats‑Unis ».

De plus, concernant les accusations de la FDA sur la composition et l’étiquetage de ses produits, Hamoud Boualem affirme qu’ils sont conformes à la législation algérienne et aux législations étrangères des pays où sont exportés ses produits. « Nos produits passent les frontières sans aucun problème puisqu’ils sont exportés au Canada, en Grande‑Bretagne et en France », explique par ailleurs l’entreprise.

Les « colorants alimentaires sont utilisés par nos principaux concurrents locaux et internationaux », indique par ailleurs l’entreprise qui ajoute que « ces colorants et additifs alimentaires sont achetés auprès de grands groupes internationaux et sont contrôlés à l’arrivée dans les ports Algériens par les services de la qualité dépendant de la Direction de la concurrence et des prix ».
Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 23:36

Source El Watan

 

 

Canada : Lancement du DVD de la pièce tamazight "Ass n unejmaa"

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 19.11.11 |

Canada : Lancement du DVD de la pièce tamazight "Ass n unejmaa"

Chose promise chose due. Le théâtre du renouveau amazigh (TRA) basé dansla capitale canadienne lance ce soir, à Montréal le DVD de sa pièce en tamazight "Ass n unejmaa" (Jour d'assemblée). Une pièce en quatre actes écrite et réalisée par Arab Sekhi.

"En attendant le sixième et tout en faisant une partie de dominos et en sirotant un thé, les membres de Tajmait se sont mis à aborder les sujets de la vie de village en Kabylie. Dans un style ou s'entremêle poésie, nostalgie, humour, sagesse et lucidité, les interlocuteurs dressent un tableau sans complaisance de la réalité dans une Kabylie qui, quoique parfois porteuse de ses propres entraves, a toujours su être la génétrice d'un élan qui a assuré son salut", peut-on lire sur la jaquette du DVD pour convaincre les plus hésitants à se procurer ce produit.

 

Les initiateurs "espèrent un succès à la hauteur de la fidélité du public" qui a applaudi la pièces dans ses multiples représentation en Amérique du Nord. le montage et la réalisation du DVD de 187 minutes ont été confiés à Mohand Belmellat de berberes.com et Samir Ferrag.L'enregistrement devant public a eu lieu en juin dernier à Montréal.

 

Le lancement de ce DVD se fera ce soir au collège Maisonneuve de Montréal lors du gala-bénéfice pour soutenir les cours de Tamazight de l'Association culturelle amazighe d'Ottawa-Hull (ACAOH) et l'association INES. L'artiste Fahem Mohand-Said qui vient pour la première fois à Montréal sera la tête d'affiche de la soirée. Seghira et le groupe Berbanya y prennent part aussi.

Samir Ben
Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 23:25

 

 

SALON DU LIVRE DE TIZI OUZOU

Tahar Oussedik et Chabane Ouahioune honorés

Par
Tahar Oussedik et Chabane Ouahioune honorés

Il s'agit de deux écrivains qui ont écrit particulièrement sur la Kabylie, ses hommes et ses femmes mais aussi sur ses traditions et son organisation sociale.

M.Abdelkader Bouazghi, wali de Tizi Ouzou, a donné jeudi le coup d'envoi à la 4e édition du Salon du livre Djurdjura en présence de quelques écrivains de la région ainsi que des membres des familles respectives de Tahar Oussedik et Chabane Ouahioune.
Il faut dire que c'est la première fois que ces deux écrivains de la wilaya de Tizi Ouzou, qui ont beaucoup écrit sur la Kabylie, sa culture et son histoire, sont honorés dans la ville des Genêts. Si les livres de Tahar Oussedik étaient tous disponibles à l'occasion du Salon du livre Djurdjura, au niveau du stand des éditions Enag (Entreprise nationale des arts graphiques), il n'en demeure pas moins que ceux de Chabane Ouahioune, ne l'étaient pas.
Seul son tout nouveau livre intitulé L'Aigle du rocher était présent chez le même éditeur. Pour les autres livres de Chabane Ouahioune, le lecteur pouvait juste se contenter de jeter un regard sur la page de couverture car ces derniers étaient exposés et non vendus.
Des ouvrages comme La Maison au bout des champs, Le Parfum de la mélisse, Les Conquérants au parc rouge, Tiferzizouit ou le parfum de la mélisse, Parmi les collines invaincues, Ce mal des siècles et grande figure de la littérature algérienne, le visiteur ne pouvait malheureusement pas les acquérir.
C'est peut-être là l'aspect négatif de cet hommage. Mais les aspects positifs, c'est d'abord la bonne organisation dans laquelle il s'est déroulé, comme tiendra d'ailleurs à le relever Zahia Belaïd, représentante des éditions Enag. C'est dans la salle du petit théâtre que la fille de Tahar Oussedik est longuement revenue sur la vie et le parcours de son père.
En universitaire chevronnée et dans un français châtié, l'oratrice a fait étalage du parcours riche dans le domaine des lettres qu'est celui de Tahar Oussedik.
Des amis et des membres de la famille de Chabane Ouahioune ont succédé à la fille de l'auteur du Royaume de Koukou pour raconter Chabane Ouahioune, l'homme modeste et effacé qui n'a jamais été atteint par le virus du narcissisme ou de l'égocentrisme. Un homme que son statut d'écrivain n'a jamais effrayé.
Son cousin Abdesselam Ouahioune a parlé de Chabane Ouahioune, l'homme du village de Tassaft qui parlait avec tout le monde et qui se mettait toujours au niveau de ses interlocuteurs. L'orateur est revenu sur l'humilité de Chabane Ouahioune, notamment dans son comportement mais aussi dans son mode de vie quotidienne. Il parle de sa maison qui est restée une maison traditionnelle kabyle où pour aller d'une chambre à une autre, il fallait traverser une cour sans toit.
Mais Chabane Ouahioune n'accorde aucune importance à ces choses qui lui paraissent tellement superficielles.
Le cousin de l'écrivain a informé l'assistance que Chabane Ouahioune est actuellement en France et que sa présence à cet hommage lui aurait sans doute fait plaisir.
En plus de cet hommage, se tient depuis jeudi dernier aux différents halls de la maison de la culture Mouloud-Mammeri, le salon du livre où prennent part pas moins de 22 maisons d'édition à l'instar de l'Enag, Alpha, El Amel, La pensée, Carrefour, Achab, Belles lettres, la librairie Cheikh ainsi que le Haut Commissariat à l'amazighité, le Haut Conseil à la langue arabe et le Centre national de recherches préhistorique, historique et anthropologique. L'affluence du public a été timide durant le premier et deuxième jour, a-t-on constaté. Mais ce salon a permis à beaucoup d'auteurs de la wilaya de rencontrer leurs lecteurs et de dédicacer leurs livres, à l'instar de Ramdane Lasheb, Youcef Merahi, Mohammed Attaf, Mohamed Ghobrini, Tarek Djerroud, Karim Cherief, Ahcene Mariche...
Des écrivains sont aussi venus des autres wilayas à l'instar de l'économiste et non moins romancier Salah Mouhoubi et du romancier Ali Kader.
Le salon Djurdjura du livre se poursuivra jusqu'à demain lundi.

Chabane Ouahioune
Chabane Ouahioune, auteur d'expression française, est né le 22 avril 1922 à Tassaft Ouguemoun dans la wilaya de Tizi Ouzou. Une fois son baccalauréat obtenu, Chabane Ouahioune s'inscrit à la faculté de droit d'Alger pour devenir avocat. Il décroche son Certificat d'aptitude au grade de bachelier en droit le 26 juin 1948. Et son diplôme de licencié en droit en 1949. Trois années auparavant, alors étudiant en droit, dans un hôtel d'Alger-Centre où il a loué une chambre avec un de ses amis, il fait la connaissance d'un locataire qui aime cuisiner, préparer du thé à satiété et écrire. Ce locataire n'est autre que Mouloud Mammeri alors enseignant au lycée de Ben Aknoun. Il apprécie les qualités morales et intellectuelles de son hôte Chabane Ouahioune. Mouloud Mammeri lui confie sitôt écrites, des pages de son manuscrit de son premier roman, La colline oubliée.
Chabane Ouahioune s'en délecte dans sa chambre d'hôtel où, sur la demande appuyée de Mouloud Mammeri, il se fait lecteur de son manuscrit. Trente années après la publication de son premier récit, La Maison au bout des champs, Chabane Ouahioune est lecteur correcteur aux Editions Sned.
Le premier contact avec l'écrit romanesque date de cette rencontre décisive avec Mouloud Mammeri. Chabane Ouahioune écrit sur la Kabylie et aborde différents thèmes notamment l'émigration qui fait l'objet d'une série de chroniques pleines de bon sens et de modération dans la presse nationale au moment même où le pays s'engageait dans le terrorisme. Auteur de Tiferzizouit ou le parfum de la mélisse, Chabane Ouahioune revient du haut de ses quatre-vingt-neuf ans, sur les devants de la scène littéraire qu'il a marqué de sa griffe au début des années 1980 avec un roman au titre évocateur de son amour inextinguible pour sa terre natale la Kabylie, L'Aigle du rocher.

Tahar Oussedik
Tahar Oussedik est né le 20 janvier 1913 à Sidi Naâmane dans la wilaya de Tizi Ouzou d'une famille originaire de Aïn El Hammam. A la fin des années trente, il est instituteur dans un village de la wilaya de Médéa. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il se porte volontaire pour combattre le nazisme. A sa démobilisation, il reprend ses activités politiques au sein du mouvement national, PPA-Mtld en même temps que son travail dans l'enseignement. Arrêté une première fois en 1951, il déploie pendant la guerre de Libération une activité soutenue dans la clandestinité à Alger. Il sera arrêté et torturé par les paras de Bigeard. Trente-six jours de torture et de souffrances atroces lui laisseront des séquelles. Il partageait la cellule du défunt Ali Boumendjel, assassiné sous la torture. C'est la mort de ce martyr et la campagne d'indignation qu'elle souleva qui permit aux treize détenus survivants de cette geôle de dix-huit combattants algériens d'avoir la vie sauve. Il fut transféré au camp de Béni Messous. Une fois libéré, il décide de se réfugier en Tunisie pour continuer la lutte. Il rejoint les rangs de l'ALN mais, à l'Indépendance, renonce à son grade d'officier pour se mettre au service de l'Ecole algérienne. Il assure plusieurs fonctions: instituteur, inspecteur, cadre de l'Académie d'Alger. Après son départ à la retraite, il s'adonne à l'écriture. Il décède le 23 octobre 1994 à Alger. Il a écrit et publié une dizaine de livres dont Si Smail, Oumeri, Lla Fadhma N Soumer, Bou Baghla, l'Homme à la mule, le royaume de Koukou et La Berbérie ainsi que Des héroïnes algériennes dans l'histoire.

Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 23:17
Repost 0
Published by iflisen - dans Médecine
commenter cet article
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 23:08
Repost 0
Published by iflisen - dans Médecine
commenter cet article
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 02:02

 

Liberté

 

 

Constat alarmant de L’UGTA et DU PT

“La situation socioéconomique de Tizi Ouzou est très préoccupante”

Par : Samir Leslous

L’union de wilaya n’a pas ménagé la Centrale syndicale et les pouvoirs publics en raison de leur silence inexpliqué devant la situation qui prévaut au sein de la laiterie de Draâ Ben-Khedda.

À l’issue de leurs réunions organisées pour décortiquer la situation socioéconomique qui prévaut dans la wilaya de Tizi Ouzou, l’union de wilaya de l’UGTA et le bureau de wilaya du parti de Louisa Hanoune, le PT, ont conclu, tous les deux, à un constat des plus alarmants en ce qui concerne notamment le développement local et la prise en charge des revendications de la population de la région.
“La situation dans notre wilaya est très préoccupante dans la mesure où elle ne cesse de se dégrader un peu plus chaque année qui passe. Et pour cause, pratiquement toutes les préoccupations quotidiennes des citoyens, en général, et des travailleurs, en particulier, à savoir le chômage endémique, la difficulté d’insertion et l’érosion du pouvoir d’achat, n’ont pas trouvé les solutions idoines pouvant les faire sortir du marasme”, écrit l’union de wilaya de l’UGTA dans sa déclaration rendue publique à l’issue de sa réunion.
C’est en ce sens d’ailleurs que l’UGTA tombe à bras raccourcis même sur le Cnes. “La commission exécutive de l’union de wilaya s’interroge sur les desseins des organisateurs de la rencontre régionale du Cnes à l’effet d’écouter, encore et encore, les préoccupations de la société civile et de se pencher sur le développement local, mais quelle solvabilité accorder à cette rencontre dès lors que les pouvoirs publics reconnaissent que le chômage est endémique, que l’administration est sclérosée et que le développement est en berne ?” lit-on dans la déclaration de l’UGTA qui salue ses cadres syndicaux locaux qui ont qualifié la tripartite sociale de septembre dernier de “faillite”. Dans sa déclaration, l’union de wilaya n’a pas ménagé la Centrale syndicale et les pouvoirs publics en raison de leur silence inexpliqué devant la situation qui prévaut au sein de la laiterie de Draâ Ben-Khedda. “La commission exécutive de wilaya s’interroge sur le devenir de cette entité économique et de ses salariés devant le silence inexpliqué des pouvoirs publics et de la Centrale syndicale. Cette situation vise tout simplement et clairement à hypothéquer l’outil de production et, par voie de conséquence, la paupérisation de centaines de familles”, est-il écrit dans la déclaration de l’UGTA qui dit que devant la multiplication des logiques de provocation et de déni d’existence, le recours à des actions intersectorielles d’envergure n’est nullement écarté. Lui emboîtant le pas, le Parti des travailleurs, qui s’est réuni lui aussi pour le même objectif d’analyser la situation socioéconomique dans la région, a estimé que “la wilaya de Tizi Ouzou semble plongée dans la léthargie puisque caractérisée par un ralentissement inquiétant en matière de développement local, auquel s’ajoutent des collectivités locales qui pataugent dans d’inextricables problèmes et qui sont incapables de répondre aux besoins de la population”. La preuve en est, expliquent les rédacteurs de la déclaration, les multiples mouvements de contestation menés par les citoyens des différentes localités de la région pour se faire entendre sur des revendications ayant trait à des commodités de base. Le taux de chômage qui ne cesse d’augmenter et auquel les pouvoirs publics se contentent de répondre avec de fausses solutions, la fermeture d’entreprises publiques sans perspective de leur réouverture et les épineux problèmes dans lesquels se débattent les agriculteurs sont autant d’indices jugés inquiétants cités par le PT qui estime que le développement ne pourra être réussi sans un investissement public accru et la réouverture d’entreprises publiques pourvoyeuses d’emplois stables.
Samir LESLOUS

Repost 0
16 novembre 2011 3 16 /11 /novembre /2011 00:57
Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 22:20
Repost 0
Published by iflisen - dans Médecine
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 19:36

Source: these de Hamdaoui

 

 

 

 

January 03,1365 : Algiers was totally destructed, 100 replicas at the

 

night, a part of Algiers was inundate.

 

February 03, 1716 : Intensity X at Algiers, 20000 dead.

 

October 09, 1790 : Intensity X at Oran, 3000 victims.

 

March, 1819 : Intensity X at Mascara, many victims.

 

March 02, 1825 : Intensity X at Blida, 7000 dead.

 

February 09, 1850 : Intensity VIII at Zemmoura El Ghenzet.

 

November 22, 1851 : Intensity VII-VIII at Mascara.

 

August 22, 1856 : Intensity IX at Jijel, VIII at Béjaia.

 

January 02, 1867 : Intensity X-XI at Mouzaia, 100 dead.

 

November 16, 1868 : Intensity IX at Biskra.

 

January 19, 1885 : Intensity VIII at N’gaous.

 

January 08, 1887 : Intensity VIII at El Mansoura.

 

November 29, 1887 : Intensity IX-X, magnitude 6.5-7.5 at Collo, 20

 

dead.

 

January 06, 1888 : Intensity VIII at Mouzaia.

 

January 15, 1891 : Intensity X, magnitude 7.5 at Gouraya, 38 dead.

 

March 11, 1908 : Intensity VII-VIII at Blida.

 

August 04, 1908 : Intensity VIII, magnitude 5.1 at Constantine.

 

June 24, 1910 : Intensity VIII-X, magnitude 6.4-6.6 at Sour El

 

Gouzlène, 30 dead.

 

August 06, 1912 : Intensity VI, magnitude 5.3 at Oued Marsa.

 

August 25, 1922 : Intensity IX-X, magnitude 5.1 at Bordj Abou

 

Hassan, 2 dead.

 

March 16, 1924 : Intensity IX, magnitude 5.6 at Batna, many dead.

 

November 05, 1924 : Intensity VIII, magnitude 5.0 near Algiers.

 

June 10, 1925 : Intensity VIII near Boghar.

 

August 24, 1928 : Intensity VIII, magnitude 5.4 at Oued Rhiou.

 

August 15, 1931 : Intensity VIII, magnitude 4.9 at Djebel Dira.

 

September 07, 1934 : Intensity VII-IX, magnitude 5.0 at El Abadia, 0

 

dead.





September 19, 1935 : Magnitude 5.1 near Chetaibi.

 

February 10, 1937 : Intensity VIII, magnitude 5.4 near Guelma.

 

April 16, 1943 : Intensity IX, magnitude 4.0 near El Mansoura,

 

many victims.

 

February 12, 1946 : Intensity VIII-IX, magnitude 5.6 at the Hodna

 

mountain.

 

August 06, 1947 : Intensity VIII-IX, magnitude 5.3 at Oued

 

Hamimine, many victims.

 

March 13, 1948 : Intensity VIII, magnitude 4.9 at Asla, 1dead.

 

February 17, 1949 : Intensity VIII, magnitude 4.9 near kherrata.

 

April 20, 1950 : Intensity VI-VIII, magnitude 5.1 near Aflou.

 

July 05, 1953 : Intensity VIII, near Ain Bessam.

 

August 29, 1953 : Intensity VIII-IX at the Hodna mountain, 1 dead.

 

September 09, 1954 : Intensity X, magnitude 6.7 at Chlef, 1243 dead, and

 

20000 destructed house.

 

September 10, 1954 : Intensity IX, magnitude 6.2, replica at Chlef.

 

February 04, 1955 : Intensity VIII, replica at Chlef.

 

May 08, 1955 : Intensity VIII at Béni Haoua.

 

June 05, 1955 : Intensity VIII, magnitude 5.7 at Béni Rached.

 

February 14, 1956 : Intensity VI-VII, magnitude 5.9 at Bordj Abou

 

Hassan.

 

June 28, 1957 : Intensity VII, magnitude 5.0 at Sendjas.

 

May 24, 1959 : Intensity VII-VIII, magnitude 5.5 at Zemmoura El

 

Ghenzet.

 

November 07, 1959 : Intensity VIII, magnitude 5.5 at Bou medfa.

 

February 12, 1960 Intensity VIII-IX, magnitude 5.6 at Béjaia, 264

 

dead, 1000 destructed house, 112 injured.

 

February 21, 1960 : Intensity VIII, magnitude 5.6 at Melouza (M’sila),

 

47 dead and 88 injured.

 

December 02, 1961 : Magnitude 5.5 at Annaba (at sea).

 

September 04, 1963 : Magnitude 5.7 near Sétif, 1 dead and 100 injured.

 

January 01, 1965 : Magnitude 5.5 at M’Sila, 5dead, 24 injured and





1304 destructed house.

 

July 13, 1967 : Intensity VII, magnitude 5.1 near Sig, 10 dead and

 

15 injured.

 

February 28, 1968 : Intensity VIII, magnitude 4.9 at El Alen, 1 dead and

 

4 injured.

 

February 05,1971 : Magnitude 5.9 at In Aménas.

 

February 23, 1971 : Intensity VIII, magnitude 4.9 at Rouina.

 

February 25, 1971 : Magnitude 5.4 at Asla.

 

March 11, 1973 : Magnitude 5.7 at the cost, near Tènes.

 

November 24, 1973 : Intensity VII, magnitude 5.1 at Bordj Bou-Arreridj,

 

4 dead, 50 injured.

 

November 25, 1973 : Intensity VII, magnitude 4.9 at Guenzet.

 

July 28, 1974 : Intensity VII, magnitude 5 at Sétif.

 

November 09, 1974 : Intensity VIII, magnitude 4.1 at the south of Béjaïa.

 

July 11, 1975 : Intensity VIII, magnitude 5 at Sétif, 1 dead, 18

 

injured.

 

October 10, 1980 : Intensity X to XI, magnitude 7.5 at Béni Rached

 

(Chlef), 2633 dead, 8369 injured, 70% of habitation

 

was testrected.

 

October 10, 1980(1

 

houre later)

 

: Magnitude 6.5 at Béni Rached.

 

November 08, 1980 : Magnitude 5.7 at Béni Rached.

 

April 19, 1981 : Magnitude 4.8 at Oran, Arzew.

 

June 30, 1981 : Magnitude 4.5 at Ain Bénian, chéraga, Staoueli.

 

May 23, 1982 : Magnitude 4.5 at Bordj Ménaiel.

 

November 15, 1982 : Magnitude 4.8 in Tiaret region.

 

September 28, 1983 : Magnitude 4.4 in Teniat El Had region.

 

November 10, 1983 : Magnitude 4.5 at Relizane region.

 

December 07, 1983 : Magnitude 4.5 at Algiers, Staoueli, Zéralda.

 

December 20, 1983 : Magnitude 4.7 at Constantine, Skikda.

 

June 15, 1984 : Magnitude 4.5 at Gouraia, Tènes.

 

October 05, 1984 : Magnitude 4.5 at Oum El Bouaghi.





March 05, 1985 : Magnitude 4.8 at Tiaret region.

 

September 07, 1985 : Magnitude 4.7 at Relizane, Ech-Chellif.

 

October 27, 1985 : Intensity VIII, magnitude 5.9 at Constantine, 10

 

dead, 300 injured.

 

January, 1986 : Magnitude 4.6 at Blida, El Affroun, Mouzaia.

 

March 28, 1986 : Magnitude 4.5 at Constantine.

 

May 20, 1986 : Magnitude 4.8 at Batna, Constantine.

 

November 04, 1986 : Magnitude 4.5 at Ain Defla.

 

December 19, 1986 : Magnitude 4.7 at Blida, Algiers.

 

January 26, 1987 : Intensity VI-VII at Bordj Bounaama (Tissemsilt), 1

 

dead, number of injured, some houses gravely

 

damaged.

 

February 28, 1987 : Intensity V, magnitude 4.6 at Tissemsilt.

 

July 24, 1987 : Intensity V, magnitude 4.3 at Médéa region.

 

October 31, 1988 : Intensity VII, magnitude 5.4 at El-Afroun,

 

Boumedfâa, numerous havocs (schools, habitations,

 

and hospitals), more than 500 families without

 

shelter, and 3 injured, 0 dead.

 

February 12, 1989 : Intensity V, magnitude 4.9 at Algiers and Blida.

 

October 29, 1989 : Intensity VIII, magnitude 6.0 at Chenoua mount

 

(Tipaza), 22 dead.

 

August 18, 1994 : Intensity VII, magnitude 5.6 at Mascara.

 

September 04 ,1996 : Intensity VII, magnitude 5.7 at Algiers.

 

December 22, 1999 : Intensity VII, magnitude 5.8 at Aint-Temouchent,

 

28 dead.

 

November 10, 2000 : Intensity VII, magnitude 5.4 at Béni-Ouartilane

 

(Tizi-Ouzou), 2 dead.

 

May 21, 2003 Intensity X, magnitude 6.8 at Boumerdes, 2778

 

dead.

 

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens