Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 23:33

 


BOOK REVIEW
by Helene E. Hagan

The Berbers (The People of Africa)
Michael Brett and Elizabeth Fentress-Blackwell Publishers 1998

 

Presented as a collaboration between an archaeologist and a historian, (Fentress and Brett respectively), this book is an overview of the history of the Amazigh people of North Africa, known as Berbers. The authors precede their review of this history with the comment that no such "general book on the Berbers is available in English, "and a peculiar observation on page 7 of their introduction that "the role of Berbers as protagonists in their own history has been lost in the process." This remark prompted the incorporation of biographical details of my own story as a Berber scholar which are essential to the question of a Berber voice in history and anthropology.

The general review of materials relative to Berber culture is, in my opinion, the overwhelming value of the book's contribution. The presentation is an overview of the existing literature on a group of people ignored by most British and American anthropologists and historians. Most of their references in the extensive bibliography are French.

As a Berber of Kabyle (Algerian) ancestry, born and raised in the interior of Morocco around the time of World War II, I found myself soundly dissuaded from pursuing a Berber Project at Stanford University when studying for my doctorate degree. It seemed no one on my Ph.D. Committee, (or in the whole anthropology department of this major American university), knew anything about Berber people. My 1981 Spring Paper, which was supposed to precede my dissertation, was entitled Tazz’unt: Ritual, Ecology, and Social Order in a Valley of the High Atlas of Morocco. In my paper I explained that the Berbers were a sizeable indigenous population of North Africa and that they exist in segmentary tribal structures as a politically important maraboutic cult. I explained that the Berbers are an important group as they act as a powerful factor in preventing tyrannical rule and maintaining order in the tribal context. My spring paper additionally addressed the Spring Berber ritual of the region (Tazz’unt) as one specific instance of a rich context of living Berber traditions. This element, interestingly, was not found in the book, The Berbers by Brett and Fentress.

My own research paper was skeptically reviewed and dissmissed by commentators who admitted their ignorance of some of the same issues presented in it. By their own admission, the reviewers of my Spring Paper declared they could not weigh the value of such works as the History of Ibn Khaldun, the theory of checks and balances advanced by Robert Montagne, or other numerous French and North African reputable sources which I amply presented (all used, incidentally, by Brett and Fentress). There was even a suggestion, to my intense dismay, that I could have invented some of the symbolic aspects of this tradition as my reviewers could not check the inside view of the ritual presented which involved Berber informants of the High Atlas village (Hassan Jouad and others). I was advised to contribute to American Anthropology through other research.

In Morocco, during preliminary fieldwork, I encountered deep antagonism on the part of the representative of the Moroccan Minister of Culture to whom I introduced myself in 1981. The message he conveyed to me in clear language was that there were no longer any Berbers in Morocco and that I had been misinformed. Of course, the Arabic gentleman knew nothing of my birthplace or genealogy, and of my personal ties to the Berber community. Upon my remark that I would rent a car and travel through the High Atlas of Morocco to see for myself, he replied that I would be kept under surveillance, and if I tried to do that, I would have the option between imprisonment or deportation. These unveiled threats were made in the privacy of our interview in his office of Assistant Minister of Culture in Rabat, and I can still vividly recall the glacial stare of that Arab across his desk. I spent the summer of 1981 in Casablanca in the relative safety of my brother's home (it was a time of riots in five Moroccan cities), learning from friends, chance encounters and the majority of taxi drivers (all Berbers) that they were indeed very much alive but denied official existence by stringent politics of Arabization. Upon my return to Stanford, I switched specialization and worked thereafter with Oglala Lakota people of the Pine Ridge Indian Reservation in South Dakota. While never forgetting my life-long determination of keeping alive the flame of my Berber culture, I submitted a paper on the Oral Tradition of the Lakota for a Master's Degree, knowing that a doctorate dissertation focused on my Berber culture was doomed, despite the fact that all other academic requirements for a Ph.D. degree had been met.

After devoting a number of years to the work of human rights, ecological and social issues of American Indians in South Dakota and California (I served as Historic Preservation Officer for the Federated Coast Miwok of Marin and Sonoma Counties for a few years), the computer and the internet broadened my horizon and furnished me with the exhilarating experience of linking with a network of Berber activists and the International Berber Movement. The Movement was founded in Europe by a majority of Algerian Kabyles, at the very moment I was walking the beloved mountains of my native land again. This time I proceeded on my own and went with video camera in hand to record landscapes, music, and people of the High Atlas and the pre-Sahara regions of Morocco-without the academic obligation to notifiy the Moroccan authorities of my whereabouts or my work.

I am now an active member of the Amazigh Cultural Association in America, joining my brothers and sisters, Kabyles, Shawya, Chleuhs, Riffi, Tuareg, Canarians, Siwans, and others grouped in cultural associations springing throughout Tamazgha from Egypt to the Canary Islands of the Atlantic Ocean. This Berber territory of North Africa is the topic of the book under review.

Repost 0
Published by iflisen - dans Histoire
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 23:25
Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 22:59

    It is really strange that Justin Dargin (a research fellow) did not mentioned the Amazigh question which is behind this Algeria's Arabization in his paper.  In fact, after the French departed, the Algerian leadership backed by the Egypt sought to erase not the vestiges of French rule as he indicated BUT THE AMAZIGH IDENTITY by orienting the culture to the Arab world, and Islam.

November 19, 2008, 5:26 pm

Algeria’s Liberation, Terrorism, and Arabization

Justin Dargin of the Harvard Kennedy School’s Belfer Center, flagged an article by The New York Times, noting:

Algeria, in contrast to many other North African countries, had engaged in a distinct Arabization policy after its disastrous war of liberation from France. The guiding idea for the victorious rebels was to turn back the clock, and reverse the impact of over 130 years of enforced French language and cultural training on a captive and sometimes not so captive population. The Algerian war of liberation bequeathed to Algeria the dubious title of “The Country of a Million and a Half Martyrs.”

After the war of independence ended with the Evian Accords in March of 1962, and culminated with the French President Charles de Gaulle proclaiming Algerian independence on July 3, of that year. The Algerian conflict was considered to be the birthplace of systematic torture techniques used by French counter insurgency forces against a civilian population. It has been further alleged that special operatives from the French Army formed a so-called “French School,” whereby French Intelligence agents taught their Chilean and Argentinean counterparts on the finer points of torture and disappearances, which were expansively used during those countries’ dirty wars against leftists. In Algeria, torture was utilized, not to gain short term intelligence, but to systematically break the morale of the populace.

The fissures that the Algerian conflict caused in French society have been blamed for everything from the riots in the North African banlieues (suburbs) outside of Paris during 2005, and torture techniques directed against suspected insurgents in Abu Gharib. Even President Bush has been keen to pick up on analogies with the Iraq war. There is still much study that needs to be conducted to fully understood the migration paths of torture techniques emanating from Algeria to South America, and the alleged role that they had in the formation of the then named School of the Americas, now the “Western Hemisphere Institute for Security Cooperation.”

Roger Trinquier, the principal French Theorist of modern counter-insurgency warfare, made his imprint on the French Army in its Algerian operations. The influence of Trinquer’s theories on modern warfare techniques cannot be understated. His robust support of stripping prisoner of war status from those who are accused of terrorist actions, and the right to subject them to torture, has had a not insignificant impact on modern Western armies.

The Algerian conflict defined a whole generation, presaging the introspection that the Vietnam war induced in many American students and young people.  Many notables such as Albert Camus, Jean-Paul Sartre, and Franz Fanon cut their literary teeth on the Algerian conflict. In fact, Fanon developed his  psychopathology theory of colonialism based on his time in Algeria during this tumultuous period.

After the French departed, the Algerian revolutionary leadership sought to erase the vestiges of French rule by orienting the culture to the Arab world, and Islam. This process was called Ta’reeb (lit. to become Arab or Arabization). However, Algeria did not have enough local teachers to teach Arabic or Islam, so the leadership imported many teachers from Egypt and many other Arab countries that supported the more austere form of Islamic belief, which was something new to Algerian culture. Add to that potent mix, high unemployment, and a geriatric and autocratic leadership, the stage was set for the Algerian civil war to break out in 1991 after the Government canceled the first election round when the Islamist backed parties made a particularly strong showing. The conflict is still festering in the hinterlands despite the surrender of the main opposition group, the Islamic Salvation Front, in 2002. In this conflict between government forces and various Islamist factions, up to 200,000 lives have been estimated to have been lost. The article explains the creation of two Algerias, and how these two Algerias have split the society. One looks towards France, and is militantly secular; the other gazes to Saudi Arabia, and seeks to return to its Arab/Islamic origins. The Algerian leadership, in attempting to undercut the allure of the radical element to the young, is introducing some elements of French education into the society and educational system.

 

 

 

---------------------------------------------------------------------------

Justin Dargin

Research Fellow, The Dubai Initiative

Contact:
Telephone: 617-495-8039
Fax: 617-496-0606
Email: justin_dargin@ksg.harvard.edu

 

Experience

Justin Dargin is a Research Fellow with The Dubai Initiative, a specialist in International Law and Energy Law, and is a prolific author on energy affairs. He has worked at Owens Corning Global Headquarters in the international legal department, an integral part of the compliance team for adherence to the Energy Policy Act of 2005 and for compliance with the Patriot Act provisions. During his graduate legal studies, he interned in the legal department at the Organization of Petroleum Exporting Countries (OPEC), where he advised senior staff as to the implications of EU and American Law in multilateral relations.

Justin was also a researcher at the Oxford Institute for Energy Studies, where he studied Middle Eastern Gas Issues, and pioneered the first major substantive work on transnational gas trade in the form of the Dolphin Project.

Drawing heavily upon his recognized expertise in Middle Eastern and Russian energy issues, he is the author of "Emerging State Centralism in the Russian Energy Sector: Precedents from the Gulf?" featured in the forthcoming Russian and CIS Relations with the Gulf Region (Gulf Research Centre June, 2008).

Knowledgeable in oil and gas issues, he is a frequent presenter on the lecture circuit in matters relating to oil and energy. Justin is also member of the Association of International Petroleum Negotiators

Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 22:48

source: http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2008/11/26/invi0.htm

 

 

Aleida Guevara, fille du célèbre révolutionnaire Che Guevara, était au Caire cette semaine. Elle évoque l’héritage de son père et les moyens à mettre en place pour un monde meilleur.  

« La globalisation ne profite qu’aux riches »

Al-ahram hebdo : Quelle est la raison de votre visite en Egypte ?           

Aleida Guevara : Je suis venue en Egypte à l’invitation de l’Organisation de la solidarité des peuples afro-asiatiques qui est une institution égyptienne qui cherche à renforcer l’unité et la solidarité entre les peuples. Je représente le Centre d’études sur Che Guevara et l’Institut cubain de l’amitié entre les peuples.

— Qu’est-ce qui reste aujourd’hui des idéaux défendus par votre père, le légendaire Che Guevara ?

— Je pense que les idéaux défendus par mon père retrouvent forcément leur place aujourd’hui à cause de l’injustice et des inégalités qui sont répandues un peu partout. Bref, la situation déplorable dans laquelle se trouve notre monde aujourd’hui. Mon père a toujours lutté contre les inégalités sociales et les inégalités entre les peuples. Malheureusement, elles sont aujourd’hui plus présentes et fortes que jamais. Toutes les années marquées par les politiques néolibérales des pays riches ont plus que jamais renforcé les différences entre riches et pauvres. Donc la lutte pour les idéaux de Che Guevara reste toujours nécessaire et justifiée.,,,

— Que faire pour améliorer l’égalité entre l’homme et la femme, surtout dans le monde arabe ?

— Depuis la nuit des temps et dans toutes sociétés et religions, les femmes se sont toujours retrouvées au plus bas de l’échelle. Ces valeurs ont été transmises de génération en génération au point où les femmes ont fini par être convaincues par le fait qu’elles étaient réellement inférieures. Or, rompre avec ces traditions archaïques et ces valeurs injustes est extrêmement difficile quand l’idée est si fortement ancrée, aussi bien chez les hommes que chez les femmes. Je pense que le premier pas vers le changement revient à la femme. Elle doit montrer et prouver ses capacités. Par sa propre nature plus tendre et par le fait qu’elle porte en elle la vie humaine, la femme a montré qu’elle peut avoir un regard plus humain et un jugement plus juste dans les situations les plus difficiles.

Encore en Amérique Latine, qui a toujours été une région très machiste, il nous a fallu beaucoup d’efforts pour changer les législations et les rendre plus justes à l’égard des droits fondamentaux de la femme. Et petit à petit lorsque les femmes se sont organisées pour revendiquer une plus grande parité, les mentalités ont, elles aussi, commencé petit à petit à changer.  

Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 22:32

TSA 02/12/2008

 

Affaire Mécili : Mohamed Samraoui convoqué par le juge Thouvenot –EXCLUSIF

Par  sonia lyes , le  01/12/2008  |           

L'ancien colonel Mohamed Samraoui a été convoqué par le juge français Baudoin Thouvenot dans le cadre de l'instruction concernant le diplomate algérien Mohamed Ziane Hasseni, inculpé en France pour complicité d'assassinat de l'opposant Ali Mécili en 1987, appris toutsurlalgerie (www.sa-algerie.com) auprès de l'intéressé. « Je viens de trouver dans ma boite postale ce lundi 1er décembre une convocation du juge  Thouvenot. Le dénouement est proche inchAllah », a déclaré M. Samraoui à toutsurlalgerie.

Pour « des raisons de sécurité », Mohamed Samraoui,  qui possède le statut de réfugié politique en Allemagne, n'a pas souhaité dévoiler la date de sa convocation. Mais la confrontation avec le diplomate aura lieu avant la fin décembre, à Paris, a-t-il indiqué. M. Samraoui affirme ne pas avoir obtenu « pour l'instant » la protection de la police française pour son déplacement en France.

Mohamed Samraoui est le principal témoin dans cette affaire. Selon une source proche de la défense de Mohamed Ziane Hasseni, le juge Thouvenot se base notamment sur le témoignage de l'ancien colonel des services secrets algériens. Ce dernier maintient ses accusations contre le diplomate et continue d'affirmer qu'il ne s'agit pas d'une erreur, comme tente de la démontrer la défense de M. Hasseni.

Repost 0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 22:29

Le Quotidien d'Oran 01/12/2008

 

Les médecins du diabète s'organisent en réseau

par H. Barti

Un réseau local regroupant les médecins traitants du diabète est en train d'être mis sur pied à Oran, a-t-on appris hier en marge de la journée d'étude consacrée à cette pathologie et à ses complications dont les travaux se sont déroulés à l'Institut technologique de santé publique (ITSP). L'annonce a été faite par le professeur Belhadj de l'EHU d'Oran, également président du Comité national du diabète, qui a déclaré que l'activation de ce réseau «n'est qu'une question de quelques jours». Selon les médecins, l'intérêt d'un tel réseau réside dans le fait qu'il permettra une analyse actualisée des données relatives au traitement du diabète et, par ricochet, assurer une prise en charge optimale de la maladie. La communication du professeur Belhadj a justement porté sur les nouvelles recommandations préconisées par l'ADA (organisme spécialisé américain) à travers une étude publiée en octobre 2008. Les quelque 60 médecins participants à cette journée d'étude ont pu, grâce à ces nouvelles données, mettre à jour leurs connaissances, conformément à ce qui se fait actuellement dans les pays développés en matière de traitement du diabète. Des pays, est-il souligné, où l'efficacité de la prise en charge est désormais calculée en terme d'années de vie gagnées par le malade. Cette efficacité en Algérie, qui peut différer d'un centre de soins à un autre, précisent les médecins, peut facilement être vérifiée par les services de la direction de la Santé et de la Population, par une simple vérification de la liste des patients diabétiques admis en urgence au niveau des UMC.

Une deuxième communication a été présentée par le professeur Ayad sur le thème de la neuropathie diabétique. Parrainée par Bayer Schering Pharma, cette journée d'étude a été, pour rappel, organisée au profit des médecins des différents établissements de proximité de santé publique de la wilaya par la Maison du Diabète d'Oran et l'EPSP Front de Mer. Après les médecins, une autre journée d'étude sera programmée au profit des paramédicaux, ont annoncé les organisateurs à la clôture des travaux.
Repost 0
Published by iflisen - dans Santé en Algérie
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 20:39

L'Expression 1er dec. 2008

 

DES CENTAINES DE CHERCHEURS ALGÉRIENS À ALGER
La grand-messe en décembre
01 Décembre 2008 -

 

Elias Zerhouni, représentatif de cette diaspora qui a réussi

Le Dr Elias Zerhouni, directeur général des instituts nationaux de santé américains, est membre de l’ACA.

La grand-messe de l’intelligentsia algérienne se tiendra à Alger du 13 au 15 décembre prochain. Sous forme de colloque, elle regroupera la crème de la diaspora algérienne installée aux quatre coins de la planète. L’événement qui a pour thème «Transfert du savoir-faire, modernisation et développement économique» est organisé par l’Association des compétences algériennes (ACA) en collaboration avec la Forem (Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche), le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le ministère de la Solidarité et de la Communauté algérienne installée à l’étranger et Bivision. Ce rendez-vous qui se déroulera à l’hôtel Mercure, dans la capitale algérienne, concrétise la volonté des chercheurs et savants algériens d’effectuer le transfert de technologie vers le pays. En témoignent les communications pointues retenues pour ce colloque, qui aborderont des sujets inédits, voire non encore explorés en Algérie à l’instar de la microélectronique et la nanotechnologie, ou encore la cybernétique, la modernisation et les TIC, ou l’énergie et le marché du carbone.
En fait, cet espace scientifique et pluridisciplinaire est l’aboutissement des précédentes actions, dont la plus en vue remonte au mois d’avril 2007, lorsque des expatriés algériens avaient décidé d’organiser, en collaboration avec la Forem (pour la partie algérienne), une conférence des compétences algériennes à l’étranger. Une première rencontre eut lieu alors et réunit le gratin scientifique, bien qu’exclusivement d’Europe, du Canada et des Etats-Unis.
L’ACA fut ainsi officiellement instituée. Aussi, et depuis moins d’une année, l’Algérie est représentée dans chaque pays par au moins deux personnes. M.Mohamed Boudjelal, qui est désormais le président de l’ACA, soit le représentant de la communauté scientifique algérienne établie outre-mer, avait immédiatement déclaré: «L’Algérie a besoin de ses chercheurs qui sont partis à l’étranger et nous, nous voulons faire connaître notre disponibilité.» L’ACA, nouvellement créée, regroupe plus d’un millier de chercheurs algériens en exil. Ces derniers ont convenu d’un programme ambitieux, pour aider la communauté scientifique et les entreprises nationales dans les technologies de pointe. Indéniablement et à la faveur de la rencontre de décembre prochain, l’ACA mettra en relief son premier objectif qui est celui de se structurer pour constituer une «interface» à la fois entre les chercheurs algériens établis à l’étranger et ceux restés en Algérie, et entre les expatriés et les autorités concernées.
Du côté national, c’est le professeur Mustapha Khiati qui veille à la progression de l’ACA qui se charge, entre autres, de la gestion stratégique du développement des sciences.
Selon le professeur Khiati, le nombre des compétences à l’étranger, varie entre 30.000 et 100.000 diplômés et experts dans plusieurs domaines. Tous sont susceptibles d’apporter une valeur ajoutée certaine au pays à l’ère de l’économie numérique et de la cybernétique.
Aujourd’hui, au moins 300 noms de chercheurs émigrés sont répertoriés sur un site Internet inédit. Ce dernier est www.algerianinventors.org. Entièrement dédié aux inventeurs algériens, son but est de faire la lumière sur les réalisations de ces Algériens et de jouer le rôle d´intermédiaire entre le plus grand nombre possible d’entre eux.
Ce site a également pour objectif d´aider les Algériens ayant de grandes idées, en leur donnant les moyens de protéger et de mettre en application leurs inventions. Comme il leur donne la possibilité de partager leurs idées et leurs expériences respectives.
En fait, la démarche volontariste visant à faire profiter le pays de l’expertise des savants établis sous d’autres cieux, ressemble fortement à celle adoptée par le géant dormant qu’est la Chine. Et les quelques initiatives qui obéissent à cette logique de rapprochement, renseignent sur l’existence d’une réelle volonté, à l’échelle institutionnelle, associative et individuelle. L’enjeu est aujourd’hui de canaliser efficacement l’opiniâtreté des uns et des autres.

Salim BENALIA

Repost 0
Published by iflisen - dans Sciences
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 20:33

DDK 1er dec 2008

 

Béjaïa Joute poétique kabylo-catalane
Un spectacle captivant !

Le secret ? - La mise en scène qui rapproche du théâtre et de l’émerveillement. Cette rencontre entre Kabyles et Catalans est en fait  aussi un mariage entre Thalie  et Erato.  " Dans un spectacle poétique, il y a un travail préalable et sa présentation n’est pas un simple récital puisqu’il se déroule sur un petit scénario et même des jeux de lumière. Tout cela sans oublier l’animatrice qui dirige le spectacle. On peut dire que le spectacle poétique est intermédiaire entre le théâtre et le récital", nous dit Albert, qui a signé ce spectacle.  Les Catalans  en sont à leur  sixième édition de cette  tradition annuelle d’échange avec d’autres cultures.  La participation de la célèbre poétesse kabyle Hadjira Oulbachir et de l’animatrice de la radio Chaîne II, Zira ont  donné un aspect fortement exubérant à cette joute. Intitulée " Voix parallèles ", le public a assisté à des dialogues entre poètes kabyles et catalans, chacun s’exprimant dans sa langue. Symboliquement, les rôles ont été intervertis, une fois, entre Zira et  Laia Noguera, les deux principales  vedettes de cette joute. Un petit chassé-croisé  qui accentue l’interpénétration des échanges. " Ce spectacle a nécessité beaucoup de préparation. J’ai beaucoup appris avec Albert qui s’est occupé de son organisation ", nous dit Zira. " On devrait penser à vulgariser le spectacle de poésie qui est très différent du récital  que l’on voit chez nous ", ajoute la célébrissime animatrice de la Chaine II, auteur d’un époustouflant jeu de scène.

De plus, et pour ne rien laisser au hasard, les Editions Tira de Brahim Tazaghart, également participant en tant que poète, ont édité le recueil des poèmes kabyles et catalans avec leurs traductions dans les deux langues, en collaboration avec les éditions catalanes Réma.

L’éditeur bougiote, qui tente de sortir des chemins battus,  est lui aussi attentif à  ce " transfert de technologie " qui réconcilie la poésie avec son public en dépassant le cadre du récital, souvent  un verbiage raseur qui meuble les entractes des galas de la chanson.

Par delà la prouesse technico-esthétique, la philosophie de l’échange est aussi là.  "  En ce qui me concerne, je trouve aberrant pour une Catalane de ne pas connaître la Kabylie alors qu’elle n’est qu’à une heure de vol. Quoi qu’il en soit, cette opportunité vient de se présenter et nous l’avons saisie. Bon, c’est vrai qu’actuellement, il y a beaucoup de Kabyles qui vivent à Barcelone et, donc, leur culture ne nous est pas totalement inconnue. De plus, même du point de vue historique, nos peuples ont déjà eu l’occasion de se connaître", nous dit  Laia Noguera- i- Clofent . La poétesse catalane est bien entendu rêveuse : "  Ma conviction est  que la poésie  peut  changer le monde en  éveillant les consciences des peuples". Zira se dit   "  ébahie de constater les  similitudes entre  la poésie kabyle et catalane."  D’autant plus que les traductions de Salem Zénia ont été une parfaite réussite. " En les lisant, j’ai eu du mal à croire que c’étaient des traductions tellement j’ai eu l’impression que c’étaient des textes kabyles originaux. En dehors de ce spectacle, j’aimerais terminer par dire que les Catalans traitent tous les thèmes de la vie alors que la poésie kabyle actuelle ne cesse de tourner autour du hemlaghts- thamliyi ",  estime Zira.

Même constat pratiquement chez Hadjira Oulbachir: " J’ai déjà fait des spectacles poétiques il y a quelques années dans certaines grandes villes de France comme Marseille et Toulouse. L’objectif d’une manifestation de ce genre est de transmettre un message de manière esthétique. L’esthétique, c’est quelque chose de très important et cela manque cruellement en Algérie. Pour ce qui concerne cette rencontre kabylo-catalane, je ne vous cacherai pas que j’ai constaté des similitudes incroyables entre nos deux cultures au point où j’ai vu ma Kabylie à travers la poésie catalane traduite dans notre langue. "

Après Akbou et Béjaïa, le spectacle devait être repris, hier soir, à la maison de la culture Mouloud-Mammeri. Trop  tard malheureusement  pour recommander à nos lecteurs de Tizi-Ouzou ce moment captivant et roboratif.

M. Bessa/ T. Amirouchen.

 

revenir à la rubrique "Culture"

Repost 0
Published by iflisen - dans Poésie
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 20:28

 

DDK 1er Dec 2008

Laaziv n Zamum (arabisée Naciria) Ils ont bloqué les sièges de la mairie et de la daïra
Les habitants des douars en colère

“Non à la hogra”, “Non à la marginalisation.” C’est ce que proclamaient deux banderoles brandies par les représentants des douars avoisinants, hier, au centre-ville de Naciria. Venues des agglomérations d’Aït Slimane et Iwaryachène, près de 200 personnes ont bloqué, ce samedi entre 9h et 14h, les siège de l’APC et de la daïra du centre urbain précité, en signe de protestation contre les atermoiements des pouvoirs publics quant à la prise en charge de leurs doléances socio-économiques. Les protestataires qui ont sur un coup de colère, systématiquement empêché l’accès aux deux structures administratives, mettaient en avant le mauvais état des routes, le manque de classes d’éducation primaire, l’insuffisance de la prise en charge sanitaire et les coupures fréquentes d’eau. Les axes reliant les douars au chef-lieu de la commune sont dans un état de dégradation avancée, ceci induit donc le problème du transport. “Puisque les chauffeurs de fourgons préfèrent desservir d’autres lignes parfaitement bitumées, a-t-on expliqué. Autres plaintes : “Nos enfants sont astreints quotidiennement à une trotte de 6 km en aller et retour- pour rejoindre l’école d’Iwaryachène,” témoigne avec tristesse un groupe d’habitants d’Ath Slimane. Et d’enchaîner dans cet ordre d’idées : “Nous ne demandons pour l’heure que la construction en urgence de deux classes, tout au moins, pour les nouveaux inscrits à l’école primaire.” Les protestataires réclament, dans la foulée, la réouverture du dispensaire d’Iwaryachène. Ladite structure sanitaire a été fermée il y a dix ans, pour des raisons sécuritaires. Mais maintenant sa remise en fonction pour le bien des familles rurales est réalisable, selon les manifestants qui tiennent compte, et pour cause, de la multiplication des cantonnements militaires dans cette zone sensible. La foule a soulevé, hier encore lors de son sit-in devant sa mairie de Laaziv, le problème de l’eau.

“Jusqu’à quand resterons-nous confrontés aux sempiternelles coupures du précieux liquide”, s’inquiètent encore les protestataires. On s’est donné le mot pour le déclenchement d’autres actions similaires, jusqu’à la satisfaction des revendications précitées.

Salim  Haddou

Repost 0
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 20:20

 

 

 source: El watan 1er déc. 2008

La filière des boissons alcoolisées menacée de disparition : Plus de 1200 bars fermés !

Plus de 1200 débitants de boissons alcoolisées à consommer sur place (bars, buvettes, brasseries, restaurants, etc.) et à emporter (boutiques, caves, commerces divers) ont, pour diverses raisons, été contraints de baisser rideau durant ces deux dernières années, apprend-on d’une source proche de l’association nationale des producteurs de boissons. A cette hécatombe, il faut ajouter celle de nombreux grossistes contraints à abandonner leur activité suite à une instruction du ministre du Commerce (88 /MC/DOM/06 du 30 janvier 2006) considérant désormais l’activité de gros en boissons alcoolisées comme une activité réglementée soumise à autorisation préalable du wali.

 

Cette instruction, édictée dans la précipitation et en contradiction avec les textes promulgués par le ministère de l’Intérieur, mais aussi avec le code des impôts indirects, portera un grave préjudice à la profession avec, à la clé, l’abandon définitif de plus d’une centaine de grands distributeurs. C’est une décision pour le moins intempestive basée sur une interprétation erronée du décret 75-59 du 29 avril 1975, qui ne mentionne nulle part le caractère réglementé des activités de gros, ce que du reste confirment les services du registre de commerce qui n’ont commencé à exiger une licence de débit de boissons alcoolisées, délivrée par la wilaya, comme préalable à leur enregistrement, qu’à partir du mois de février 2006, date à laquelle l’instruction du ministre du Commerce leur a été notifiée.

L’obligation ainsi faite aux grossistes et aux détaillants de se conformer à ces nouvelles dispositions pour être inscrits au registre de commerce ou au risque d’en être rayés pour ceux qui y figuraient déjà, offrira l’occasion aux walis chargés du contrôle de ces activités, désormais réglementées, de fermer à tour de bras les débits de boissons alcoolisées pour peu qu’ils ne remplissent pas tout ou une partie du dispositif réglementaire en vigueur. Un dispositif réglementaire composé d’un maquis de textes aussi nombreux que contradictoires, qui font la part belle aux interprétations contradictoires et aux appréciations souvent subjectives des autorités publiques, dont les sensibilités politiques et religieuses personnelles ont souvent pris le pas sur la rigueur de la loi.

Et, à ce titre, il est bon de rappeler que les boissons alcoolisées n’ont pas toujours fait bon ménage avec les gouvernants, l’exemple le plus édifiant étant fourni par la promulgation par Ahmed Ben Bella, quelques mois à peine après l’indépendance du pays, du décret 62-147 du 23-12-1962 interdisant la consommation d’alcool et de boissons alcoolisées aux Algériens de confession musulmane. Un décret qui n’a du reste jamais été abrogé mais que d’autres textes de loi ont largement contredit, à l’exemple de celui (65-252) qui réserve l’octroi des licences de débits de boissons alcoolisées aux seuls anciens moudjahidine ainsi qu’aux veuves et ascendants directs de chouhada.

On citera également l’arrachage à grande échelle de nos vignobles, décidé en 1970 par Houari Boumediène, en réaction à un différend politique avec la France et plus récemment encore l’interdiction d’importation de boissons alcoolisées que certains députés de la mouvance islamique ont réussi à introduire dans la loi de finances pour l’année 2004 avant d’être abrogée, durant la même année, par une loi complémentaire. En examinant le détail de l’arsenal juridique composé de plus d’une centaine de textes de lois (ordonnances, décrets, circulaires), on se rend par ailleurs compte que la préoccupation majeure des législateurs a de tout temps consisté à fragiliser la profession en conditionnant son existence à l’accomplissement de nombreuses formalités et obligations pour certaines très difficiles à remplir.

Dans le maquis de textes qui régit la filière des boissons alcoolisées, on ne trouvera aucune loi, aucun décret, ni même une circulaire promulguée dans le but de développer cette filière qui procure pourtant plus d’une vingtaine de milliards de dinars de revenus fiscaux à l’Etat chaque année. Ce sont ces recettes qui, dit-on, financent les emplois des jeunes créés à la faveur des dispositifs mis en œuvre par l’Ansej. On évoquera également la centaine de milliers d’emplois directs et indirects offerts par les unités de production et de distribution de bières et vins, ainsi que les activités annexes (production de bouteilles, de bouchons, de services etc.) qui ont pu se développer à leur faveur.

Beaucoup d’autres investissements auraient pu être promus dans la filière, si la législation existante protégeait un peu mieux ses acteurs des humeurs changeantes des princes, qui donnent périodiquement des coups de boutoir en se basant sur des dispositions réglementaires sans doute expressément insérées pour rendre la profession peu incitative et vulnérable. On peut citer, à titre d’exemple, l’interdiction faite aux femmes d’exploiter un débit de boissons, la non-transmission des commerces de boissons alcoolisées par héritage, leur fermeture quasi automatique au cas où une mosquée viendrait à être édifiée à proximité.

L’ouverture d’un débit de boissons alcoolisées est ainsi devenue, au fil des années, une activité à risques dont vont tout naturellement se détourner les investisseurs potentiels. Pire encore, les quelques professionnels installés, pour certains depuis de longues années. Les débitants de boissons alcoolisés activant dans la légalité se font, de fait, de plus en plus rares et, à lire les journaux relatant pratiquement chaque jour des découvertes de bistrots clandestins, la filière aurait tendance à glisser dangereusement dans l’informel.

Et au regard des canettes et bouteilles de bière vides qui jonchent les accotements des rues et polluent les forêts, les lieux de prédilection des amateurs de boissons alcoolisées ne semblent plus être les bars et les restaurants, en grande partie fermés, mais les voitures et les sous-bois. Comme au temps de la sinistre prohibition de l’alcool aux Etats-Unis.



Par Nordine Grim



Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens