Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 21:41
el watan


 Mosquée d'Alger : Fitna entre experts
Mosquée d’Alger : Fitna entre experts

Opacité autour du concours, débat sur la nature du sol, interventions politiques… Alors que l’avis à manifestation pour la réalisation de la mosquée d’Alger, prévu ce mardi 23, vient d’être reporté au 24 mars prochain, El Watan Week-end a enquêté sur le très controversé dossier de Djamaâ El Djazaïr. Halim Faïdi, architecte, et Mohamed Lakhdar Aloui, directeur général de l’Agence nationale de réalisation et de gestion de la mosquée d’Alger, expriment leurs points de vue. La polémique n’est pas finie…



-  Les Algériens ont-ils été écartés du projet ?

Halim Faïdi : « On ne voulait pas de projet national sur ce dossier »

Un bureau germano-tunisien s’est vu attribuer le projet à la suite d’un concours. C’est son offre qui en principe sera strictement exécutée. Mais c’est là que le bât blesse, on installe un comité composé d’« experts », nous dit-on, pour « algérianiser » le projet. Bizarre. Sur quels critères aurait-on alors sélectionné ce projet ? Les experts ont donc sensiblement modifié l’objet même du marché sans engager leur responsabilité. Cela n’est pas très logique et, je pense, pas très légal. On peut au moins dire que le projet a été corrompu. Et puis, pourquoi avoir organisé une consultation internationale ? Il aurait suffi aux organisateurs de convoquer leurs 40 experts à la place des hommes de l’art. Tout ça est contraire à l’esprit même du concours. Je me réfère à l’esprit du code des marchés publics en général. Les architectes algériens n’auraient pas pu être éligibles selon les critères du concours qui exigent un chiffre d’affaires irréalisable en Algérie et des moyens humains quasiment inexistants dans les bureaux d’études nationaux. On ne voulait pas de projet national sur ce dossier.

Mohamed Lakhdar Aloui : « Les entreprises algériennes pourront se constituer en groupement »

Tout au début, nous avons commencé avec le lancement d’un concours national et international afin de sélectionner un bureau d’études qui a les compétences pour diriger l’aspect technique d’un projet d’une telle valeur, à savoir la durabilité et l’authenticité. Les différents soumissionnaires étaient tenus de proposer des planches et une maquette. Dix-sept entreprises ont été retenues dont quatre algériennes. Et c’est le bureau germano-tunisien Kiefef Ste Krebs Und qui s’est vu attribuer cette mission. Un groupe de plus de 30 experts ont évalué les candidatures en toute transparence et dans l’anonymat le plus strict. En novembre 2009, nous avons lancé un avis à manifestation d’intérêt national et international qui a été reporté au 24 mars prochain afin de permettre aux entreprises locales d’y participer en constituant des groupements avec les entreprises étrangères pour qu’elles puissent remplir les conditions d’éligibilité. C’est pour cette raison que l’avis à manifestation a été reporté d’un mois. Parmi les critères d’éligibilité, je dirai que l’entreprise doit avoir un effectif permanent en cadres, ingénieurs, experts et techniciens, supérieur à 2000 agents et doit avoir réalisé un chiffre d’affaires annuel moyen des trois dernières années 2006, 2007 et 2008 supérieur ou égal à un milliard d’euros.



Par LamiaTagzout

Repost 0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 22:16

TSA
L'amour du bourreau ! Plus l'Égypte insulte, plus le pouvoir arabo-islamiste s'y accroche ! C'est affligeant pour le peuple algérien digne de voir ainsi ses martyrs profanés, ses étudiants battus et expulsés du Caire, ces algériennes mariées à des Egyptiens se faire répudiées après avoir subies l'excision, etc...

L’Algérie n’a jamais demandé le départ d’Orascom Telecom

Le gouvernement algérien n’a à aucun moment demandé au groupe égyptien Orascom Telecom de quitter l’Algérie, a indiqué, jeudi 18 février, un haut responsable algérien à TSA. « Nous n’avons jamais demandé son départ. Nous ne le souhaitons pas non plus », a-t-il indiqué. Mardi, l’agence Reuters, citant des sources gouvernementales algériennes avait rapporté que l’Algérie souhaitait le départ d’Orascom Telecom, propriétaire de l’opérateur Djezzy.

« Un éventuel départ d’Orascom Telecom va nous poser des problèmes. Par qui allons-nous le remplacer ? En plus une telle décision de la part de l’Algérie va provoquer des tensions avec l’Egypte alors que les deux pays se sont engagés sur la voie d’une réconciliation », explique notre source.
Selon nos informations, Naguib Sawiris, le pdg d'Orascom, a adressé en janvier un courrier au gouvernement algérien pour lui demander de clarifier sa position concernant Orascom Telecom en Algérie. Le gouvernement n’a toujours pas répondu. Pour notre interlocuteur, la situation d’Orascom Telecom en Algérie est un « problème technique » avec la Direction générale des Impôts (DGI). « Il n’est pas géré au niveau du gouvernement », a-t-il ajouté.
Notre interlocuteur dément également les informations concernant une crise gazière entre l’Algérie et l’Egypte. « Ce sont les médias égyptiens qui font parfois dans la surenchère. Il n’y a jamais de problème avec l’Egypte concernant le gaz. Nous continuons à lui vendre normalement ».

Repost 0
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 22:07
Jeune Afrique 18/02/2010

Toutankhamon, fruit d'un banal inceste
La momie du pharaon Akhenaton, le père de Toutankhamon, lors d'une conférence de presse au CaireDes analyses ADN sur plusieurs momies égyptiennes ont confirmé que l’enfant-pharaon Toutankhamon était bien le fils d’Akhenaton. Ce dernier l’aurait conçu au cours d’une relation incestueuse avec sa propre sœur.

Toutankhamon n'est plus la marotte réservée des égyptologues, ou celle des chercheurs tentant de prouver sa négritude et les origines noires de l'Egypte. aujourd'hui, Toutankhamon figure même dans les pages du très people magazine Voici ! En cause : les révélations du Musée du Caire selon lesquelles le pharaon serait né d'un inceste. Une banale histoire de coucherie entre frère et soeur qui n'avait pourtant, à l'époque, rien d'inhabituel...
Plus de trois mille ans après sa naissance, le pharaon d’Egypte Toutankhamon livre une part de ses mystères. Grâce aux scientifiques, qui ont effectué des prélèvements ADN sur sa momie, on sait désormais avec une quasi-certitude que Toutankhamon était bien le fils d’Akhenaton. Sur le reste de sa famille et de sa généalogie en revanche, le doute plane toujours.

Le chef des antiquités égyptiennes Zahi Hawass, qui a tenu une conférence de presse au Musée egyptien du Caire, a confirmé mercredi 17 février l'hypothèse de nombreux chercheurs quant à la filiation de Toutankhamon avec le pharaon Akhenaton.
Une momie découverte dans la vallée des Rois a pu être identifiée comme étant celle du père de Toutankhamon et attribuée avec une "quasi certitude" à Akhenaton, selon le Conseil suprême des antiquités.
En revanche, toutes les spéculations sont relancées sur sa mère. Il est désormais admis qu’il ne s’agit pas de la reine Néfertiti, épouse à la beauté légendaire d'Akhenaton, qui n’a pu donner au pharaon que des filles. La mère ne peut pas non plus être la princesse Kiya, qui n’a une qu’une fille.
Inceste
Zahi Hawass a alors évoqué la piste d’une origine incestueuse. Selon les chercheurs, il serait possible qu’Akhenaton ai conçu son fils avec l’une de ses sœurs, donc avec une tante de Toutankhamon.

Les travaux devraient désormais se concentrer, entre autres, sur une momie anonyme identifiée comme celle de sa mère.
"On ne connaît pas son nom, mais le plus important c'est que cette dame est une fille d'Amenhotep III et de la reine Tiyi", parents d'Akhenaton et grands-parents de Toutankhamon, a déclaré M. Hawass. Connue sous le code KV35YL, ou, de manière plus romantique, comme la "Young Lady" (jeune dame), cette momie a été découverte en 1898.

Santé fragile
Pour Alain Zivie, qui dirige des fouilles françaises à Saqqara, près du Caire, l'apport de ces analyses d'ADN s'avère "très important", même s'il faut faire preuve d'une "grande humilité avant d'avoir toutes les réponses" sur une période aussi éloignée de l'antiquité.
Les tests ADN en disent en effet peu sur le règne du jeune roi, monté sur le trône vers l'âge de neuf ans avant de mourir une dizaine d'années plus tard, au cours de la XVIIIème dynastie (1580-1314 environ av. JC).

Les analyses attribuent la mort à un paludisme sévère, aggravé par des problèmes osseux. L’union incestueuse dont il était le fruit pourrait être à l’origine de plusieurs malformations et d’une santé fragile chez le jeune pharaon. Les examens pratiqués montrent le pharaon, connu du grand public pour son somptueux masque mortuaire de 11 kilos d'or, comme un individu "à la constitution physique fragile". L'enfant pharaon boitait d'un pied en raison d'une nécrose osseuse, et son squelette porte la trace d'une fracture dans le haut de la jambe.
De ses amours on ne sait pas grand-chose, mais des analyses ADN préliminaires confirment qu'il est le père, probablement avec son épouse Ankhsenpaamon, de deux foetus embaumés retrouvés dans sa sépulture. (avec AFP)
 

La momie du pharaon Akhenaton, le père de Toutankhamon, lors d'une conférence de presse au Caire.

Repost 0
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 22:26


Repost 0
Published by iflisen - dans Histoire
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 22:23
Jijel info



Repost 0
Published by iflisen - dans photo
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 21:18

al khabar

Assainir le parler de la société algérienne à travers l'éducation et la formation

ALGER - Le président du Conseil supérieur de la langue arabe (CSLA), M. Mohamed Larbi Ould Khelifa, a souligné mardi à Alger la nécessité d'assainir et de purifier le parler de la société algérienne à travers notamment l'éducation et la formation. Présidant l'ouverture de la journée d'étude sur le thème "la langue arabe entre épuration et métissage, causes et remèdes", M. Ould Khelifa a mis en exergue la nécessité de garantir une meilleure prise en charge du système éducatif et de formation pour promouvoir et protéger la langue arabe classique soulignant toutefois que l'école ne saurait assumer cette tâche sans la promotion de la culture à travers la lecture, le théâtre et le cinéma.


Lire : http://www.u-picardie.fr/LESCLaP/IMG/pdf/elimam_maghribi-2.pdf

Les trois pays de l’Afrique septentrionale presentent un profil sociolinguistique quasi

identique. Les ensembles linguistiques qui le jalonnent temoignent tous a la fois de coherence (de systeme) et d’inter-comprehension.

Les espaces linguistiques vernaculaires et, par consequent, natifs, relevent de deux aires

linguistiques distinctes: l’une chamito-semitique et, l’autre semito-mediterraneenne. Certes, il existe des variations interdialectales plus ou moins marquees –essentiellement sur un plan phonologique -. Cependant il conviendrait d’assumer que derriere des variations minimes, se profilent deux langues vernaculaires a la fois natives et naturelles :

Le vernaculaire majoritaire - designe a tort comme un á dialecte arabe â- et que nous

appelons  le maghribi ; suivant en cela aussi bien W. Marcais, C. Ferguson et bien

d’autres encore 1  (1 C.f. C. Ferguson ,1959 (p. 340), Hary benjamin, 2003 (p. 68), et, plus generalement les linguistes moyenorientaux lorsqu’ils designent le vernaculaire semitique nord africain).

Le vernaculaire minoritaire est traditionnellement designe par le generique á berbere â.

Cependant les militants de la berberophonie lui prefere celui de

tamazight.

Les espaces institutionnels, pour leur part, recourent soit a la langue arabe - langue  nationale  et officielle -, soit a la langue francaise -langue de communication internationale.

Depuis peu, tamazight s’est vu reconnaitre un statut de ≪ langue nationale ≫; rejoignant, ainsi, le peloton des langues jouissant d’un prestige institutionnel –et donc d’une protection juridique. Regrettons, que dans ce contexte, une confusion ≪ lexicale ≫ -bien entretenue assimile l’arabe au maghribi ; ce qui dispense d’emanciper juridiquement cette langue vernaculaire, pourtant tres largement majoritaire !

Repost 0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:42


source : KhoroNews

Pour le moment un seul représentant aux jeux Olympiques en attendant l'acceptation de nouvelles disciplines telles que :

- Épreuve du Perroquet: prix du meilleur récitateur de versets;
- Épreuve de la Harga : traversée de la Méditerranée : i) en solitaire sur pneu; ii) en équipe sur barque de pêcheurs;
- Épreuve du Mur :  prix du meilleur hittiste;
- Épreuve du Braconnage : prix du meilleur chasseur de l'outarde;
- Épreuve du Feu : prix du meilleur pyromane des oliviers et des cédres;
- Épreuve de Salubrité : prix du meilleur pollueur urbain;
- Épreuve de Pincement : prix du meilleur pinceur discret dans un bus métropolitain;
- Épreuve d'Aplatventrisme :  prix du meilleur beniouioui docile;
- Épreuve du Refoulé : prix du meilleur dénégateur de ses origines;
- .....
Repost 0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:12
Le Matin

Orascom prié de quitter l'Algérie


Le gouvernement algérien veut que l'opérateur télécoms égyptien Orascom Telecom cède sa part dans le premier opérateur mobile algérien, ont déclaré mardi des sources gouvernementales et financières à l'agence Reuters.
"Nous ne voulons plus d'Orascom", a dit un haut fonctionnaire gouvernemental ayant une connaissance directe du dossier.

Une source financière au fait des intentions d'Alger concernant Orascom a dit à Reuters: "Le gouvernement considère que la manière de faire des affaires d'Orascom en Algérie ne répond pas à ses intérêts. La conséquence en est qu'Orascom doit se retirer du marché algérien".

Il y a quelques jours Naguib Sawiris, PDG d’Orascom Telecom, en marge du Mobile World Congress, le salon mondial des télécoms à Barcelone, a laissé entendre qu’il était prêt à quitter l’Algérie s’il sentait ne plus être le bienvenu dans ce pays.
« Nous sommes très désireux de rester en Algérie, c’est l’un de nos principaux atouts et jusqu’à cet incident (ndlr : le redressement fiscal de près de 600 millions de dollars), nous avons été très heureux. Mais nous avons besoin de savoir si notre présence est la bienvenue ou non. Sinon, nous envisagerons d’autres options », a-t-il déclaré à Market Watch.

(Reuters-TSA)

Repost 0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:07

credit : Kabyle.com (S. Arrami)


Repost 0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 20:55


Vancouver 2010-Ski de fond

Mehdi-Selim Khelifi à la 84eme place

Le skieur algérien Mehdi-Selim Khelifi a terminé à la 84eme place sur 95 lors de l’épreuve de ski de fond sur 15 km qui s’est tenue hier au Parc olympique de Whistler (123 km au nord de Vancouver).



Seul Algérien à participer aux jeux olympiques d’hiver de Vancouver, le jeune athlète de 17 ans a fait le parcours en 41’ 38.5’’ soit 8’ 02.2’’ derrière le vainqueur, le Suisse Dario Cologna. Mehdi-Selim Khelifi qui était le porte-drapeau de l’Algérie lors de la cérémonie d’ouverture vit en France. Samir Ben


RADAR (Mercredi 17 Février 2010)


Jeux olympiques d’hiver de Vancouver
Le seul représentant de l’Algérie à la 84e place
Par : Rubrique Radar

Mehdi-Selim Khelifi, l’unique représentant de l’Algérie aux Jeux olympiques d’hiver qui se tiennent à Vancouver, au Canada, n’a pu faire le poids, hier, devant les spécialistes, venus pour la plupart des pays froids, notamment d’Europe et d’Amérique. Le jeune Khelifi s’est, en effet, classé à la 84e place sur 96 participants à la course du 15 km libre messieurs de ski de fond. La course a été remportée par le Suisse Dario Cologna. À noter que cette course n’a enregistré aucune participation d’un pays arabe ; le seul athlète de la région a donc été le jeune Khelifi qui, finalement, n’a pas tenu tête aux grosses pointures de la discipline. 

 

Repost 0

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens