Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 20:00

Expression

CULTURE


FESTIVAL DU CINÉMA AMAZIGH
Azzefoun fin prêt
15 Mars 2011

 

 

 

Dix millions de dinars est le budget alloué au festival pour cette année.

La ville côtière d’Azzefoun, dans la wilaya de Tizi Ouzou, est fin prête pour accueillir la 11e édition du Festival du film amazigh qui se tiendra du 19 au 23 mars prochain. C’est ce qu’a révélé, hier, le commissaire du festival, Si El Hachimi Assad lors d’une conférence de presse animée à la Maison de la culture de Tizi Ouzou.
Le commissaire du festival n’a pas caché sa satisfaction suite à l’implication de la population de la région d’Azzefoun dans la préparation et le déroulement de cette manifestation culturelle. Aussi bien les citoyens, le mouvement associatif, les autorités locales que les éléments de la Protection civile, ont tous mis la main à la pate. L’orateur a indiqué que le budget du festival pour cette année s’élève à 10 millions de dinars. De
nombreux opérateurs privés y ont contribué financièrement.
L’objectif, a souligné Assad, est de professionnaliser le festival. Et pour ce faire, arracher des espaces est indispensable. Assad a précisé que le fait que le festival ait été fixé à Tizi Ouzou ne signifie pas nécessairement que ce soit dans le chef-lieu, Tizi Ouzou, c’est dans toute la wilaya qu’il pourrait se tenir en insistant sur sa dimension nationale.
L’intervenant a expliqué que lors de la tenue de l’édition de 2010, il y avait eu une très forte demande au niveau des communes.
Quant à Azzefoun, Assad a expliqué que c’est une ville qui mérite amplement un tel événement. Et d’ajouter que toutes les conditions sont réunies pour la tenue de cette manifestation culturelle. Certaines salles de la ville ont été équipées avec du matériel de l’Entv et d’autres institutions qui accompagnent le festival.
Soixante films ont été proposés à la sélection dans divers genres mais le comité de sélection n’en a retenu que 11 pour la compétition à l’Olivier d’or. Aucun long métrage n’a été retenu en raison de l’absence de films de qualité dans ce genre, a expliqué l’orateur qui a ajouté que le court métrage et le documentaire, c’est aussi du cinéma.
Assad a précisé que les organisateurs ont opté pour la qualité et non pas pour la quantité et c’est là un choix assumé pleinement. La nouveauté pour cette édition est le fait qu’il y aura deux niveaux de compétitions.
Le premier est celui de l’Olivier d’or et le deuxième du Panorama amazigh. Des prix relevant de séries seront de ce fait, attribués. Assad n’a pas manqué de mettre en exergue la dimension nationale de la 11e édition et a expliqué l’absence de films marocains par le non-respect des délais de dépôt des films. Toutefois, trois films marocains seront projetés en hors compétition.
Le festival prévoit, en plus des projections, plusieurs tables rondes qui seront animées par des personnalités célèbres telles Louiza Ighil Ahriz, Youcef El Khatib, Yacef Saadi, Abderrahmane Bouguermouh, Denise Brahimi...
Notons que cette 11e édition sera un hommage aux artistes de la région d’Azzefoun comme El Anka, Boudjemâa El Ankis, Ouazib, Mohand Saïd Fellag, Tahar Djaout, Hnifa, Rouiched...

Aomar MOHELLEBI

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 19:46

 

RADAR (Mardi 15 Mars 2011)

 

Deux semaines après avoir gagné la coupe de France
Rachid Hamani remporte le titre de champion de France
 

Deux semaines seulement après avoir remporté brillamment la Coupe de France des superwelters à Florange, le boxeur algérien, Rachid Hamani, a encore fait des siennes, samedi soir, en arrachant, de fort belle manière, le titre de champion de France de sa catégorie, et ce, au détriment du Français Mathieu Bauderlique. Au Palais des sports de Saint-Quentin, qui affichait complet à l’occasion de ces finales de championnat de France, le digne fils de ce grand boxeur que fut Loucif Hamani a dominé aisément son adversaire, pourtant considéré comme le numéro 1 de l’équipe de France. “Rachid a réussi un sans-faute remarquable cette saison en remportant un beau triplé de champion d’île-de-France, Coupe de France puis champion de France 2011.
C’est de bon augure pour cet excellent boxeur qui est toujours prêt à défendre les couleurs algériennes comme il l’a si bien fait aux Jeux méditerranéens de Pescara, où il avait offert une belle médaille d’or à son pays, l’Algérie”, dira son entraîneur, Rachid Hallaf, du Boxing-Club d’Ablon-Villeneuve, tout heureux de cette nouvelle consécration

Repost 0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 21:38

 

DDK

 

Aɛli Yehya Ɛebdnur

Ilemzi n 90 issagasen

 

image  

 

Lemwaji n yillel agrakal yettmirjiḥen   s leɛdez  ɣef aman , ttmattent  ɣef  leḥwaci n usagen n Lẓẓayer tamanaɣt. Tizegzewt n yiggeni tewcem inni-ines ɣef udem  n lebḥer ur d neclig deg ayen iḍḍerun deg uḍḥḍaḥ n imeɣrasen. Ma d netta yellan d amɣar , yulli-d deg ul-is usḥisef, am wadal ɣef tasa,   di lawan   deg lɣim yecrured  deg allen -s tizegza  akken ad yeḥku  leḥzen-is  ɣef agdud  yeddan di tzenqatin n meɣrud . Abeḍaḥḍaḥ n yimeɣrasen yeččur  d isardasen s iɛekzen deg uffus, dɣal deg allen , lehmaq deg ulawen. Takemict –nni n yemyesbayniyen, id yeggan tabɣest akken ad lḥun, tezder ddew  ẓẓur iten- d- yemugren, armi  uɣalen qrib ur d ttbanen ara amzun ur llin neɣ  fsin deg ugni  .  Ma d netta amɣar n 90 issagasen  yerfed  s tmuɣli nnig  yemṣulta s wallen yeččuren d asirem .   Tamuɣli-s temderkal ɣef waraw n udgud yettwakren i ugdud akken ad reglen abrid zdat n ugdud , ihhuz aqqeru-s yeffer deg ul-is leḥzen .
 Deg yiggeni rublan mazal temesḥiliq, teddewir am yisɣi nnig iqerra n yemdanen.   Zhir-is  yuɣal d acqirew i ṣṣwab, yuɣal n neqma i lmeɛqul. Ifrax yenuman   asrifeg  nnig  lamwaji n yellel agrakal, rewlen deg akken  ttuceblan s yir ṭṭir( n wuzal)   isen-yeksan amkan. Allen n yimyesbeyniyen   wahen s lexeẓra ɣer iqudam n yemṣulṭa amer ad sefrun s wacu ḥacren wulawen –nsen . Ma d netta isenden ɣef 90 issagesen di lɛemer-is,  allen-is   falent akkin i yisardasen akken ad ḥakrent deg   yelmeẓyen yeččan tijɛal akken ad illin   d asergal zadat n tikli n  watmaten-nsen. Allen  -is surgent imeṭṭi, acku neflent i tugna n wass-a dlent  ɣef yir imal iten-yegunin nutni ur ẓran.
Imal ?  Di ṣehd n tlallit –is  yesrugmut s lmut, yessawel  i lehmum, ifatel di siɛqat, yettnawal tiwuɣa ugaren t-id yenulfan iḍeli d wass-a. Amɣar  yezdin lqed n tnekra  ɣef 90 issagasen di lɛamer, yeẓra deg ul n wul-is  mazal  ur fuken ara  lejruḥ, mazal  ad illin widen ara yesruɣun deg yiman-sen, widen ara yedmen  taflukin  n  « lḥelyan » akken ad awwin abrid n trewla, mazal ad mejden lxalat, mazal  ad jedḥen warrac.
Akka  di Lẓẓayer tamanaɣt ibedd yilemẓi n 90 issagasen, yefka-d tamsirt n trugza. Yuggi  ad yenni ma d tasa naɣ d ljehd i teselḥuyen. Ma d wid yeẓran   ḥsan belli d tilelli  is yettagen afriwen. Akka  i d –Aɛli Yeḥya Ɛebdenur.

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 21:27

DDK

 

Tasemlilt ɣef Meɣres

 

image  

 

Meɣres, d aggur amezwaru n tefsut, d aggur wis kraḍ n useggas, i d-yuɣen isem seg Mars, Aṛebbit n tegrawla deg tenfusin n Yiṛumanen, iččur d ussan issefraḥen d wid isseḥzanen, Ussan n tekdit d leɣder, ussan n teyri d leɣcac, deg-s tiḥerci d niyya, iččur d ineḍran ; wid ilhan d wid n diri icba ilili izdin terẓeg d thuski, gar-asen .


04 Meɣres 1913, talalit n Ṭawes Ɛemruc.
 8 Meɣres 1913, talalit n Mulud Ferɛun.
 08 Meɣres, d ass amaḍlan n tmeṭṭut.
10 Meɣres 1980, agdal n usarag n Dda Lmulud di Tizi-Wezzu ɣef tmedyazt taqbaylit taqburt.
15 Meɣres 1962, timenɣiwt n Mulud Ferun.
18 Meɣres 2009, alduy n TV4, tiliẓri Tamaziɣt di Lezzayer.
19 Meɣres 1962, imtawan n Evian i d-iglan s uḥbas n ṭṭrad gar Lezzayer d Fransa.
21 Meɣres, ass amḍlan n useklu (ṭṭejra) ; deg-s iɛdel wass d yiḍ ;  d ass amaḍlan n tmedyazt.
Imeɣrasen n tefsut taberkant yeɣlin di Meɣres 2002 : Bellaḥsen Racid, Benettu Idris, Beṭṭaher Yasin.
Ineɣmasen yeɣlin deg Meɣres s ufus n rrebrab deg yiseggasen n 94, 95, 96 : Lqader Ḥirec, Med Ḥasayen, Ḥasen Benuda, Yeḥya Benzaɣu, lmaǧid Yasef, Racid Bendaḥu, Meḥmud Ureḥmun, Racida Ḥemmadi d weltma-s Ḥuriyya, ɛli Buxerbac, Med ɛebderreḥmani, Slim Triya, Ǧilali Arabdiw, Yeḥya ɛemmur.
27 Meɣres 1956, tamettant n Mesṭafa Ben Bulɛid deg Wawras.
28 Meɣres 1959, tamettant n Ɛmiruc d Si Lḥewwas deg ugni n yiseɣ, adrar Tamer tama n Busɛada.
28 Meɣres 1960, tamettant n Budɣan Ben ɛli (colonel Lotfi) deg unẓul n Beccar.

Deg uwitay n tyerza (calendrier agraire), yezdi waggur n Meɣres ussan-is : leǧwareḥ d ṣṣwaleḥ, imeḥzan d uḥeggan ; deg-s mi tsag temɣart ɣer tferka-s, tefreḥ s tegnawt tefja, tamurt s tizzegzewt tessa, lhawa teḥma, amdan neɣ aɣersiw izha. Lhedda tenneqlab lḥala, qrib i tt-yenɣa usemmiḍ dɣa tenna :
Ɛuhdeɣ tirezzaf n Meɣres
D win ɣer-s,
Ar d-iger wajdim tixellal.

Ɣas iṭuqqut deg Meɣres usemmiḍ d yideflawen, tikwal d tafukt isruɣuyen. Qqaren fell-as:
Iṭij n Meɣres, issibrik iɣes.

Ɣef ṭikkuk-is isṭukkuten izgaren ietben ɣef lxedma n tmurt, icna Dda Sliman ɛAZEM u yenna :

Sseɛṭac si Meɣres
Iwweḍ-d ṭikkuk
Izzuhri la iteqqes
Am ujrad i d-iɣerres

Annaɣ a Rebbi ɛǧaba !
Tṣeggmeḍ-aɣ-d rreḥba !
Bezzaf i xerben lumur

Ṭikkuk iṭṭef ssabeɛ
Iwɛer, isɛa lhiba
Azger yuɣal d lmeḥqur

Iffer meskin di lɣaba
Amek ara tili ṣṣaba ?
Tamurt akk teqqim d lbuṛ !

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 21:19

DDK

 

Tizi Wezzu

Si tmesbanit γer tayeḍ

 

image  

 

Deg ussan-agi yineggura, yal ass tettili-d tmesbanit di temdint n Tizi Wezzu : ma mačči d anegzum n yiberdan sγur imezdaγ-is, d tikli n sindikat neγ inelmaden. Ulac ass iεeddan mebla ma yella-d kra. Anegzum n ubrid yettuγal-d acḥal n tikal ladγa di temdint tajdidt deg umekkan iwumi qqaren ‘’la tour’’ neγ γer tama n ssuq ‘’Les corbeaux’’. Wigi ssuturen tifrat i wuguren n temεict-nsen s umata…Ma d sindikat n yiselmaden (UNPEF d SETE/UGTA), nutni ffγen-d s abrid, yal wa d ass i yextar, ṭṭalaben izerfan-nsen, ladγa tamsalt n yidrimen. Ma d wid i tent-yuγen aṭas, wigi d inelmaden n tesdawit Mulud Mεemmri imi nutni ‘’teqqers-asen si yal tama’’. Acḥal n tikal tura i d-ffγen γer yiberdan : yal tikelt s wugur-is ; uguren n leqraya (système LMD) akked wuguren n tεessast daxel n tnezduγin. Ass n lexmis iεeddan, ffγen-d i tikelt-nniḍen imi yiwen uεessas, yella yesker, yewwet sin yinelmaden s lmus lawan n lmakla, yiwen yenṭer ha-t-an di sbiter. ‘’Aεessas i ilaqen ad iḥareb fell-aneγ γef yibarraniyen i d-ikeccmen γer daxel, yuγal d netta i aγ-yekkaten. Maεna yufa abrid, aḥkim ur nesεi aḥkim’’ akka i ssḥasfent snat tnelmadin n Boukhalfa (D.T d N.M)

 

 

 

Azul a Tunes !

 

Yerreẓ uzaglu s tewdect,
N wid yennan : « Ala i lbaṭel ».
Tefsi tyersi s lemqes,
N wid ur as-nekni i ddel.

Azul, azul a Tunes
Agdud-inem d lefḥel.

***
Ẓẓur i d-yeγlin fell-am,
Yeğğa-kem i ṭṭlam,
D iseggasen kemm d imeṭṭi.
Ass-a mi d-tekker tarwa-m,
Nnuγen fell-am,
Labud ad kfunt lemḥani.
A tawwurt n Lmeγreb Ameqran,
A tigzirt n lemnam,
Σzizeḍ γer yal ilelli.

***
Amezruy-im ur yettrid,
Ur ntettu Sidi Buzid,
D wayen yeḍran di Tala.
Iγed n Muḥemmed Buεzizi,
Yessaγ deg yigenni,
Yezzi-d akkit i Tmazγa.
Izen yewweḍ yal ilemẓi,
Yesmekta-t-id γef tlelli,
Yerna-yas deg leḥrara.

***
…Imi AGDUD,
YEBΓA TUDERT,
LABUD LMEKTUB AD YINI : IH.
Ma d win ur nesεi tinzert,
Anfet-as,
Win ur yettaki, ur yetillih.

***
Tugdut, tugdut ay at Tunes,
Aqlaneγ nedda yid-wen.
S yis-wen i netwennes,
Abrid d kunwi i t-yessnen.
Ṭṭlam γef Lmeγreb ad yekkes,
Fell-as ad tzegg tafat-nwen.
Tallast γef Tmazγa ad tekkes,
Fell-as ad tecreq tafat i tceεlem. 

 

 

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 23:06

Le régime algérien, fort de ses nombreux gazoducs trans-méditerrannée, ne cache plus sa vraie nature. Ayant instrumentalisé l'islamisme, il défie l'occident comme le faisaient les corsaires d'Alger; les ''terroristes'' jouant le rôle des anciens pirates. Connaissant les besoins de l'occident en énergie, il utilise l'épouvantail islamiste pour se maintenir au pouvoir. Il reprend à son compte la formule ''après moi, ça sera le déluge''! Un chantage qui jusqu'à maintenant a l'air de bien marcher au point que même Kadafi s'en inspire ('' Moi'' ou ''Aqmi'') .

Il est curieux que l'occident n'ait pas encore compris que ce régime est l'un des bastions de l'islamisme les plus dangereux. Bien pire que l'Iran même, étant donné sa proximité de l'Europe, et ses réseaux dans les pays arabes. Que l'on se souvienne que ce régime a englouti toutes lles ressources pétrolières depuis 49 ans pour éradiquer l'Algérianité en la vidant de sa substance (laïcité; langues berbere, arabe populaire et français; destruction des lieux de culte autres que l'islam (Mausolés soufis, églises, synagogues); saccage et profanation des cimetières non musulmans, etc...), et en imposant une arabisation coranique et une islamisation version wahhabite. Plus de 120 000 mosquées construites !

Lors de la première guerre d'Afghanistan, ce régime a envoyé des milliers d'Algériens s'entrainaient au Jihad contre les Russes. De retour en Algérie, sous bonne protection, ils allaient devenir les instructeurs des islamistes algériens. Par la suite, ces sanguinaires se sont livrés à un Jihad pire que celui de Oqba Ibn Nafa au 7ieme siècle. Plus de 200 000 algériens furent massacrés d'une façon barbare. Pire qu'une guerre contre des civils désarmés par le régime.

Lors de la guerre d'Irak, ce régime algérien avait soutenu le sanguinaire Saddam Hussein, envers et contre tous. En dépit du fait que Saddam avait fait assassiné Seddik Benyahia (un des grands révolutionaires algériens), gazé des Kurdes à Halabja, et fait égorgé deux diplomates Algériens ! L' obsession panarabiste et islamiste du régime algérien l'a rendu aveugle et anti-national même.

Lors de la dernière coupe du monde de football, tous les Algériens ont réalisé que ce régime fait passer son attachement idéologique arabo-islamiste à l'Egypte avant la dignité et la fierté nationale. Le caillassage du bus de l'équipe nationale Algérienne en direct sur toutes les TV du monde et toutes les insulteségyptiennes n'ont pas réussi à faire renoncer à ce régime son affiliation et sa soumission quasi-religieuse à l'arabo-islamisme.envers et contre tous.

Il n'est donc pas étonnant que le régime Algérien soit opposé à la zone d'exclusion aérienne en Libye, envers et contre tous les pays arabes ! L'opposition Libyenne l'a déjà accusé d'avoir transporté des mercenaires pour Kadafi (certains n'y ont pas cru). Cette fois-ci, il est bien clair que le régime Algérien soutient Kadafi.

Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 21:17

 

 

 

 

 

 

On se souvient lorsque Bouteflika avait serré la main au Premier ministre israélien Ehud Barak.  Récemment, Boutef a dit que même l'Algérie aura la même position que l'Égypte, driss el jazairi, petit fils de l'emir abdk collabore avec Israël et les juifs, et le reste a venir bien sûr.

  

 

!

 

 

 

 

 

dris.jpgSelon un câble diplomatique classé confidentiel du 13 mai 2009, l'ambassadeur d’Algérie en Suisse, Driss Djazairi, a déclaré en marge d'une réunion du comité préparatoire pour la Conférence d'examen du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires, à Genève, qu'il est  heureux de se «rendre disponible pour les Israéliens» dans les discussions concernant le processus de paix au Proche-Orient et le désarmement de l’Iran. http://www.guardian.co.uk/world/us-embassy-cables-documents/206843

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 00:51

DDK

Entretien Sadek Rebaï Président de l’association Adrar N Fad

“Le festival d’expression amazighe mérite le statut national”

image  

 

L’association culturelle Adrar N Fad s’apprête à organiser la 9e édition du festival annuel d’expression amazighe, dédié à Mouloud Mammeri. Ce festival qui est devenu une référence nationale a, pour sa précédente édition, enregistré une participation de 125 poètes et poétesses, venus des quatre coins du pays. Cette année, les organisateurs espèrent
enregistrer un nombre de participants encore plus important.



La Dépêche de Kabylie : M. Sadek Rebaï, vous êtes le président de l’Association Culturelle Adrar N Fad, pouvez-vous nous donner un petit historique de cette association ?

Sadek Rebai : Evidemment, je suis le président de l’association Culturelle Adrar N Fad de la commune d’Aït Smaïl, et ce, depuis bientôt 3 années. A propos de cette association, j’aimerais dire qu’elle est dans sa dix septième année d’existence, elle a été fondée le 10 mars 1994 par un groupe de jeunes natifs de cette contrée et agréée le 29 juin 1994 sous le numéro 94/71. Il est utile de rappeler que l’appellation de l’association fait référence à la montagne qui délimite la commune d’Aït Smaïl par le Nord. Elle s’est donnée comme objectif principal la sauvegarde et la promotion de la culture amazighe en général et kabyle en particulier.

Vous organisez un festival annuel de poésie d’expression amazighe, au cours du mois de Mars, en hommage à Mouloud Mammeri. Pourquoi Mars et pourquoi Dda Lmulud?
Effectivement, chaque année, depuis 2003, la commune d’Aït Smaïl et notre association accueillent et célèbrent le printemps berbère avec des animations et des découvertes autour des œuvres du penseur et militant amazigh feu Mouloud MAMMERI. Pour d’abord marquer l’anniversaire de l’interdiction de la conférence de Dda Lmulud sur la poésie Kabyle ancienne le 10 mars 1980 à l’université de Tizi-Ouzou, qui porte aujourd’hui son nom, puis pour redonner la parole, autre fois interdite, au poète. Cette parole, exprimée par cet éminent intellectuel était purifiée, réfléchie et perfectionnée. Elle servira, sans nul doute, de miroir pour mieux connaître cette société. A ce jour elle demeure enfouie et ignorée. Donc un festival dédié à une personnalité tel que Mammeri, n’est rien d’autre qu’une modeste reconnaissance à un homme qui a su comment déterrer tamazight. C’est aussi un devoir de mémoire qui nous interpelle, et je tiens à préciser qu’en marge de l’hommage officiel, dédié à Mammeri, une personnalité est mise en valeur chaque année. Je peux citer entre autres, Tahar Djaout, Rahmani Slimane, Lounès Matoub, Si Mohand, Taos Amrouche, Si LBachir Amellah et autres.

Vous avez toujours opté pour une commission de jury constituée d’enseignants à l’université de Béjaïa, pourquoi ce choix ?

C’est pour donner à notre festival, si j’ose dire, un statut académique et artistique à la fois, une école avec ses règles et son encadrement propre à elle. Quand on opte pour ce genre de travail et qu’on espère être des professionnels, le choix de la commission du jury doit être minutieux et plus qu’important. Alors, les membres de celle-ci doivent être des professionnels et à la hauteur de cette noble tâche, à savoir l’évaluation objective d’un travail artistique tel que la poésie. Ceci dit, choisir des enseignants et spécialistes en langue et culture amazighe, c’est aller vers, non seulement, une bonne évaluation, mais aussi vers la formation et la perfection. Et je pense que c’est pour cette raison que les poètes choisissent un concours plutôt qu’un autre. Notre festival est supervisé par le Pr Kamel Bouamara, président de jury, Dr Rabhi Allaoua, Dr Meksem Zahir et enfin M. Mahrouche Mohand El Hacene, hommes de lettres et enseignants au département de langue et culture amazighe de l’université de Béjaïa. Connus ici en Algérie et ailleurs, ils sont experts et fins connaisseurs de la poésie et de la culture amazighe en général. Nous espérons, qu’un jour, les autres concours de poésie d’expression amazighe, initiés dans d’autres régions kabyles ou amazighes, soient supervisés par d’autres hommes de lettres avec d’autres critères d’évaluation. Cette diversité de concours et de critériologie finira, à la longue, par donner lieu à des « mouvements » et à des « écoles» de poésie amazighe.

Dans quel contexte rentre le festival de poésie de l’ACAF ?

Un arbre auquel on tronçonne une branche ou plusieurs, pourra se régénérer en un seul printemps. Par contre, il est difficile de rendre la vie à une population qu’on a tenté de déraciner, alors, imaginez un peu notre société dépourvue de la vraie source qui renferme son identité, sa langue et sa culture. C’est dans ce sens et ce contexte que s’inscrit notre festival. Déterrer tout ce qui est sien, donner une libre tribune aux poètes et poétesses pour s’exprimer sur tout ce qui les entoure et ce qui les touche sans toutefois les censurer. Notre festival est le leur, c’est pour se rencontrer, échanger, créer et surtout se former, pour faire de ce carrefour une école qui servira, à coup sûr, la promotion de la poésie amazighe. Cet emblème fait vibrer les âmes et les consciences, d’ailleurs c’est sur ce principal détail que les membres de notre association se penchent de manière rationnelle depuis le lancement de ce festival.

Vous appelez votre festival : « Festival National de Poésie d’Expression Amazighe », est-ce que la participation est vraiment étendue à toute l’Algérie et comprend-elle tous les dialectes de la langue amazighe en Algérie ?
Nous enregistrons une participation de près de 18 Wilayas et plus de cinq dialectes y sont représentés, donc, notre festival mérite à mon sens le statut de « National ». Il est vrai que le taux de participation des kabyles dépasse les autres régions du pays, puisqu’il est organisé en Kabylie, et je crois que ça vient du manque de moyens car il est difficile pour un poète de Tamanrasset, d’Illizi ou d’Adrar, par exemple, de se déplacer à Béjaïa. En tous les cas, l’Association consent beaucoup d’efforts pour une bonne campagne d’information sur le lancement du concours et aussi pour une couverture à la hauteur dans différents medias nationaux, journaux radios et Télévisions.

Avez-vous autre chose à rajouter ?

La qualité, le niveau et la pérennité de ce festival sont assurés par les organisateurs, les collaborateurs et les participants parmi lesquels le jury, les candidats, les conférenciers. Tous adhérents bénévolement au projet. Aussi, des sponsors prennent en charge les lourdes dépenses engendrées par ce festival, le transport, l’hébergement et la restauration sont, ainsi, assurés pour tous les présents.

Propos recueillis par Reda Senoune

Repost 0
Published by iflisen - dans Bgayet-Jijel-Setif
commenter cet article
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 00:42

Liberté

 

 

 
 
 
RADAR (Samedi 12 Mars 2011) 

Enseignement de
tamazight à Montréal
Un gala pour la levée des fonds
Par : Rubrique Radar

Afin de soutenir l'enseignement de tamazight à Montréal,

 l'inter-association (Inas-acaoh-CAM et Tafsut) organise,

le 19 mars prochain, un gala avec le chanteur Boudjemaâ

Agraw à la salle le Château, sise rue St-Denis à Montréal.

 Les recettes de ce concert seront versées pour le soutien

 des cours de tamazight à Montréal qui sont gérés par

 l'association Inas (voir site web : www.ac-inac.com).

 
Repost 0
12 mars 2011 6 12 /03 /mars /2011 00:28

El watan 12 mars 2011

 

 

Commune de Timezrit (Boumerdès)

Une localité abandonnée par l’Etat

 

 

 

La commune fait face à un énorme déficit en infrastructures et en logements.

Timezrit est une localité rurale perchée sur une chaîne montagneuse d’où l’on peut tout apercevoir ; la Méditerranée, les monts du Djurdjura, les villes de l’est de Boumerdès et d’autres sites naturels à la beauté inégalée. Tous ceux qui s’y rendent gardent toujours en tête l’image de la colline déshéritée de Timezrit, dépourvue de tout.
Cette localité est certes habitée par une population hospitalière, «gâtée» par la nature, mais lésée par l’administration et abandonnée par ses élus. La liste des problèmes soulevés par les habitants approchés lors de notre passage dans la région, est décidément longue et diversifiée. Tout y fait défaut.

Il suffit de faire un détour au chef-lieu pour se rendre compte du retard qu’accuse cette localité en matière de développement. Les trottoirs sont quasiment inexistants. Les ruelles sont dans état déplorable. Les bidonvilles du bas-côté de ce soi-disant centre ville ne sont pas encore démantelés  malgré le recasements de leurs occupants après le séisme de 2003.
Les 10120 habitants de cette localité qui compte plus de 20 villages se plaignent du manque d’infrastructures de base, notamment de la jeunesse, et dénoncent la mauvaise gestion des affaires de leur collectivité. «Nous n’avons ni maison de jeunes ni bibliothèque, ni salle de sport… Comment voulez-vous qu’on reste ici ?»,  s’est indigné Hamid, un trentenaire, désabusé par l’indifférence qu’affichent les responsables concernés quant à la prise en charge des doléances de la population, notamment juvénile.

Notre interlocuteur soutient que ce n’est pourtant plus l’argent qui manque pour améliorer leurs conditions de vie et sortir leur commune du sous-développement. «Il est vrai que notre commune est pauvre et n’a aucune ressource, mais on a bénéficié d’importants projets qui ne sont pas encore réalisés. Certains, comme  la bibliothèque communale et le lycée ne sont toujours pas entamés pour des raisons infondées alors que d’autres (la polyclinique, ndlr) peinent à être achevés», rappelle avec détail notre interlocuteur.
Poursuivant dans sa lancée, Hamid cite deux autres projets relatifs à des aires de jeu de type matico, qui ont été affectés pour d’autres localités au motif d’absence de terrain.


Outre cela, les citoyens interrogés, soulèvent le problème de la pénurie d’eau potable qui se pose avec acuité, été comme hiver, et rappellent les souffrances qu’ils endurent à longueur d’année pour s’approvisionner à partir des sources naturelles et dont la plupart nécessitent d’être aménagées. «Est-ce logique de nous parler tout le temps du gaz de ville et des PPDRI pendant que la plupart d’entre nous n’a même pas d’eau potable dans son robinet ?», s’est interrogé un quinquagénaire de Toursal, en nous invitant à parler du dossier du Fonal ; un dossier qui tient en haleine toute la population, y compris les jeunes qui aspirent à fonder un foyer et rester au niveau de la terre de leurs aïeux. Ainsi, il y a quelques semaines  des centaines de citoyens ont pris d’assaut le siège de l’APC et le bureau du maire, pour réclamer l’affectation des aides promises depuis le début de l’année 2008. Certains postulants parlent de magouilles et de malversations dont se seraient rendus coupables certains responsables chargés de la gestion du dossier et dénoncent les promesses sans lendemains qui leur ont été tenues quant à la satisfaction de leurs demandes.

D’autres indiquent avoir payé une somme de 5000 DA à des agents désignés par l’APC pourl’obtention d’un plan de masse, alors que cela devait se faire par un géomètre. «C’est du racket. On a chargé des gens de collecter l’argent auprès des postulants et aujourd’hui à chaque fois qu’ils viennent s’enquérir de leurs dossiers, on leur demande de patienter», nous dira Sofiane en dénonçant ce type de procédés non conformes à la loi. Un autre habitant abordé sur ce sujet «attribue» le problème aux autorités de la wilaya qui n’ont pas pris en compte le caractère rural de leur localité lors de la répartition des programmes octroyés par l’administration. «Notre commune a été lésée par les autorités de wilaya qui ne lui ont accordé que 143 aides depuis 2002 et un quota de 120 aides pour les quatre ans à venir. Comment voulez-vous qu’il n’y ait pas de problèmes après ? Surtout lorsqu’on sait qu’il y a des centaines de citoyens qui en ont formulé des demandes et déposé leurs dossiers mais qui n’ont rien vu venir à ce jour», tempête Ahmed, un autre postulant. Celui-ci avoue «qu’il y a même des gens qui se sont enrichis sur nos dos», en ne réclamant de ce fait «l’institution d’une commission d’enquête pour faire la lumière sur ce dossier».

Ramdane Koubabi

Repost 0

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens