Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 20:41

 

 

Selon le plus grand sociologue et fondateur de l'Histoire, le nord-africain Ibn Khaldoun, les Imazighen d'Afrique du Nord avaient apostasié douze fois entre le 6ième siècle et le 14ième siècle !

 

C'était une forme de résistance contre la domination arabo-islamiste et la colonisation de l'Afrique du Nord. On sait aussi que l'un des tout premier mouvement souverainiste Nord Africain était celui des Kharéjites (càd Hors la Loi) qui avait fondé au 8ième siècle un royaume ayant pour capitale Tahert , et qui avaient traduit le coran en berbère. Les Kharédjites avaient coupé les ponts avec le Khalifat Oméïade et fondèrent le premier état algérien véritablement national.

Les Ibadites dont les descendants aujourd'hui sont les Mozabites (Algérie), les Djerbiens (Tunisie) et les Nefoussiens (Libye) formaient la branche la plus puissante du Kharédjisme. La ville de Tahert, fondé par le chef Ibadite Ibn Rostum, en 791 était située à neuf kilomètres de l'actuelle Tiaret.
Au Maroc, les Miknasa (branche des Kharédjites) avaient fondé, en 757, le royaume de Sidjilmassa , à l'orée du désert, maître des oasis et des routes caravanières vers le Soudan (actuel Mali). Les Berghawata, qui avaient participé aux expéditions guerrieres de leur chef Maïsara contre les gouverneurs oméïades de Tanger, eurent pour chef militaire et guise un certain Salih.
Après le kharédjites, les Kétama de Bougie prennent le relais dans cette résistance de Tamazgha au roulot compresseur des arabo-islamistes (perçus comme de véritables colonisateurs). Pour ce faire, les Imazighen Kétama vont sympatiser avec les Perses chiites, et vont conquérir toute l'Afrique du Nord et l'Égypte, et créer pour un descendant d'Ali l'empire fatimide. En effet, pour les chiites, aucun des successeurs de Mohammed ne fut un Khalife légitime, seuls Ali et ses descendants, fils de Fatima, sont les chefs héréditaires de la communauté islamique.
C'est la tyrannie des Khalifes Oméïades et Abbassides, se comportant en colonisateurs à l'égard des non-arabes, qui va rapprocher les Perses et les Imazighen. Les chiites Perses dépêchent à Tamazgha un excellent stratège du nom Abou Abd Allah en 893. Cet homme réussit à convaincre les Kétama de la supériorité de la doctrine chiite, et à faire du village Ikjan (dans les Babors) une forteresse inexpugnable du chiisme. Les Kétama, subjugués, sont groupés en une solide armée qui lui est dévouée corps et âme. C'est ainsi qu'ils fondèrent la dynastie fatimide (3ième Khalifat panislamique après celui des Omeyyades et des Abbassides) qui s'étendait jusqu'en Égypte. L'université d'El Azhar au Caire est une de leurs créations.
Par la suite, deux autres empires Amazighs vont se succèder dans Tamazgha du 10ième au 14ième siècle : Les Almoravides et les Almohades. Les Almohades vont réaliser l'apogée à la fois de l'histoire et de la pensée de ce temps et faire de Cordoue la capitale du monde.
Ibn Khaldoun était témoin de cette période du 14ième siècle et du début de la Reconquista Espagnole. Ses oeuvres nous apprennent énormément de choses sur les raisons de la chute de Cordoue, du déclin de la civilisation musulmane, et du début de la colonisation de l'Afrique par les espagnols et les Européens.

Si vous revisitez ses écrits, notamment la Muqadima et et l' Histoire des Berbères, vous comprendrez vite que la genèse du déclin était un complot moyen-oriental visant à coloniser Tamazgha, ni plus , ni moins. Pour ce faire, ils ont d'abord lâché vers 1050 sur l'Afrique du Nord, les Beni Hillal et les Beni Souleim (tribus nomades armées entre autres de chèvres dévastatrices). Par la suite, ils ont crée le fanatisme islamique avec Ghazali pour s'attaquer à l'élite intellectuelle de Cordoue. À l'instar des Romains qui étaient obsédés par la destruction de Carthage, les arabes moyens orientaux ne supportaient plus que Cordoue soit devenue la capitale de Tamazgha mais aussi le centre du monde musulman. Il fallait donc casser Cordoue pour mieux coloniser Tamazgha.
C'est ainsi qu'une chasse aux intellectuels Nord-Africains par les intégristes avaient commencé. Le philosophe Ibn Roshd (Averroès) fut exilé dans un village juif Lucena; Ibn Khaldoune lui même exilé au moyen orient, son ami Ibn Arafa fût égorgé durant sa prière à la mosquée de Kairouan en Tunisie, etc... etc...
Ce faisant, les arabes étaient parvenus à leur fin (ou plutôt à moitié de leur fin) : détruire Cordoue ! mais pas à coloniser Tamazgha puisque ce sont les Européens qui vont s'en charger à partir de la Reconquista espagnole.
C'est ce qui faisait dire à Ibn Khaldoune àu 14ième siècle que "les arabes avaient mis l'Afrique du Nord dans une situation de prédisposition à la colonisation". Son analyse était juste. On voit bien que les fondamentalistes islamistes, disciples de Ghazali, ne sont pas nouveaux et que leurs responsabilités est totale dans la colonisation non seulement de Tamazgha, mais de toute l'Afrique et du Moyen Orient. Et que leur seule contribution était de mettre fin à l'évolution et à la souveraineté de Tamazgha. Avis aux amateurs et autres néophytes nord-africains !

 

À cet égard, il est bon de rappeler aux jeunes Nord-Africains que l'ex-président tunisien Habib Bourguiba demeure le plus souverain des dirigeants nord-africains devenus des supplétifs des arabes moyen-orientaux.

En 1956, il promulgue le code du statut personnel qui abolit la polygamie et remplace la répudiation par le divorce. En 1957, les femmes sont autorisées à voter aux élections municipales. En 1962 enfin, le représentant tunisien à l’Onu fait une distinction solennelle entre les frères juifs et les ennemis sionistes, condamne l’antisémitisme et invite à appliquer les décisions des Nations-Unies.

 

Tout ceci sera confirmé en 1965 dans le fameux discours de Jéricho, qui va le faire exclure de la Ligue Arabe; ce qui équivaut à une apostasie de la Tunisie !


En 1962, lors de l'indépendance algérienne, il ira jusqu’à conseiller aux Algériens de dissoudre l’armée de Libération Nationale Algérienne, parce qu’il redoute une confiscation de la révolution civile par les militaires algériens. Hélàs, les Officiers endoctrinés par Nasser ne l'avaient pas écouter.

 

Aujourd'hui, la Tunisie ne risque t-elle pas d'être exclue à nouveau de la Ligue Arabe ? Cette ultime APOSTASIE serait vraiment thérapeutique et salutaire pour les Nord-Africains !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yacine 09/01/2017 10:51

Cet article regorge de désinformations, que ce soit au niveau de la narration des évènements que sur sa base idéologique. C'est un sacrilège que de voir mêlé le rigoureux historien et très orthodoxe sunnite Ibn Khaldun à vos inepties. Mais les kabylistes ne savent que ça.

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens