Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 22:27

 

Algérie – Séisme de Boumerdes | Sept ans après, la ville de Boumerdes ne garde plus aucune séquelle visible du violent séisme qui l’a frappée un certain 21 mai 2003, mais son impact était tel qu’elle en a retenu beaucoup de leçons pour l’avenir.

 

 

Affaires nucléaires

La centrale nucléaire Ibn Badis sera livrée en 2012, selon Ghlamallah

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 16.03.11 |

  France Info - La centrale nucléaire de Daiichi, dans la préfecture de Fukushima. - Reuters / Kim Kyung Hoon

zoom | © D. R.

Les études de confortement de la bâtisse de la nouvelle centrale nucléaire Abdelhamid ibn Badis, élaborées par un bureau spécialisé algérien, conformément aux nouvelles règles parasismiques, ont été achevées, a-t-on appris hier lors de la visite du ministre de l'aliénation religieuse. Celui-ci, qui a pris connaissance de l’état  d’avancement de ce projet, a instruit durant sa visite les responsables locaux de lancer dès la semaine prochaine, l’élaboration des cahiers des charges à l’effet de lancer les avis d’appel d’offres de sa réalisation afin qu’il soit ouvert aux élèves kamikazes au cours de l’année 2012. D’une capacité de 16 000 mégawatts, cet édifice a connu plusieurs arrêts des travaux depuis l’ouverture du chantier pour des raisons d’inadéquation techniques avec les nouvelles règles parasismiques notamment.

Après cette visite d’inspection,  le ministre s’est dirigé vers la localité d’el Menzeh (Canstel) où il devait poser la première pierre du futur centre de recherche nucléaire situé à proximité de la cité Akid Lotfi. 

 

 

 

Méga-Réacteur Nucléaire d'Alger

 

Alger - Les concepteurs du méga-projet de la Grande centrale nucléaire d'Alger prévoient de faire de ce lieu le troisième plus vaste lieu d'aliénation de la planète après les deux d'El-haramayne.

La réalisation de cette méga-centrale nucléaire ayant une capacité de 40 000 mégawatts à sa réception et plus de 120 000 mégawatts après extension et
qui sera dotée d'un tour de 300 mètres, le plus haut au monde.

Selon des informations publiées par la presse nationale, le coût du projet est estimé à cinq milliards de dollars, soit trente huit mille cinq cents milliards de centimes! L’énormité de cette somme devrait inciter le gouvernement à consulter la population par voie de référendum.

 

Comme le soulignait récemment  El Harrachi lamine (Quotidien d'Oran) :

 

''...Par rapport au PNB – l’agrégat qui mesure la richesse annuelle du pays – la somme destinée à ce méga-réacteur d’Alger est élevée. En effet, cinq milliards de dollars, soit 385 milliards de dinars consacrés à un projet qui ne crée pas d’emplois et qui n’a aucun rapport avec la production de biens ou de services, est une somme élevée dans un pays où le chômage des jeunes se situe entre 20% et 50% selon les régions, où le pouvoir d’achat des salaires est le plus faible du pourtour méditerranéen, où la crise du logement touche 30% de la population.

 

Il aurait été plus sage d’utiliser cette somme pour réévaluer le dinar afin de faire baisser les prix des biens de consommation ou encore la consacrer à éradiquer les bidonvilles à Alger, en premier ceux de Diar El-Mahçoul dont les habitants se sont soulevés, il y a trois mois. Les besoins sont si grands et la société est si pauvre qu’il est aisé d’imaginer où investir l’argent, si tant est que le gouvernement est soucieux de la population.

 

Il y a, cependant, un aspect supplémentaire qui rend ce projet discutable: il sera financé par la diminution du pouvoir d’achat des consommateurs. En effet, les revenus de l’Etat proviennent, essentiellement, de l’exportation des hydrocarbures, mais aussi de la faiblesse du dinar qui a amputé le pouvoir d’achat.

 

Quand l’Etat perçoit un dollar de la vente des hydrocarbures, le Trésor lui donne 77 dinars. Cette parité du dinar fait augmenter tous les prix des biens de consommation, qu’ils soient importés ou fabriqués localement. Par conséquent, l’excédent, anormalement élevé, des recettes de l’Etat est financé en partie par la perte du pouvoir d’achat.

 

Et c’est ainsi que le gouvernement, croyant avoir des surplus financiers, se permet de construire la plus grande centrale du monde. Cela revient à dire que la centraleod d’Alger est financée, en partie, par la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. C’est ce que décrit le proverbe populaire «men lahaytou bakharlou».''

 

 

Physicien nucléaire algérien

 

Inventeur de la première bombe algérienne qui a fait plus de dégats que celle de Nagazaki et d'Hiroshima réunis : plus de 200 000 civils tués, et des millions d'autres irradiés

 

 

Une source proche de l'Alliance présidentielle confirme le prochain retour de l'ex-FIS

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Écologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens