Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 00:42

 

El Watan

 

Mort de Brahim Ag Bahanga : Une disparition qui ouvre la voie aux pires scénarios

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.08.11 | 01h00 Réagissez

Les révélations au sujet des circonstances de son accident ne peuvent que conforter la thèse de l’assassinat. En effet, selon certains de ses plus proches collaborateurs, Bahanga n’était pas seul.

 

Avec ses compagnons les plus fidèles, il se trouvait ce vendredi dans son fief à Tinassalak, lorsqu’il a eu cette information selon laquelle, deux véhicules tout-terrain, à leur bord une importante quantité d’armes, avaient franchi la frontière libyenne. Ils se dirigeaient vers la région de Tombouctou, connue comme étant le fief d’AQMI et des contrebandiers.
«C’était en milieu d’après-midi. Bahanga avait pris sa Toyota Station et s’est lancé à leur recherche. Il n’a pas voulu déplacer tout le groupe, préférant aller vérifier cette information. A quelques dizaines de kilomètres, il a effectivement remonté les traces des deux véhicules qu’il a interceptés. Les occupants sont des jeunes de la région, dont un est le fils d’un député. Ils n’ont pas voulu lui dire à qui étaient destinées les armes. Il les a sommés de les remettre. Nous ne savons pas ce qui s’est passé par la suite.

Lorsque nous avons remarqué que Brahim n’était pas rentré et que son téléphone ne répondait pas, nous sommes allés à sa recherche. Nous avons trouvé son véhicule renversé et son flanc gauche touché par des balles tirées par un Seminov. L’ont-ils tué et simulé un accident ? Nous n’en savons rien. Nous sommes en train d’enquêter sur cette affaire et nous ne voulons pas qu’elle soit utilisée pour mener des actions de représailles. Il est encore trop tôt pour agir», révèle notre interlocuteur. En tout état de cause, la mort suspecte de ce chef rebelle intervient dans un moment crucial pour la population du Nord malien.


Bahanga s’affairait depuis des mois à préparer le terrain pour reprendre l’action armée, dans les semaines qui suivent le Ramadhan. Les 22 et 23 août, il avait réuni quelques centaines de jeunes cadres dans son QG pour arrêter définitivement une stratégie sur le terrain que ses proches comptent mettre à exécution, dès sa succession. Deux noms circulent, ceux de Mohamed Ould Bibi et Tena. Les compagnons de route du défunt sont les plus fidèles à sa politique de retour aux armes. L’avenir de la région est pour l’instant incertain. Bahanga, faut-il le rappeler, était craint et respecté par tous les Touareg de la région. Il s’imposait à tous. Il était révolté par la situation dramatique à laquelle fait face sa population. Les promesses d’intégration et de développement non tenues du président malien, l’occupation inquiétante du terrain par les troupes d’AQMI et la sécheresse qui a affamé des pans entiers de la société n’ont suscité que révolte et colère.


«Le territoire n’est plus vivable ni pour les populations locales, ni pour les élus locaux, ni pour les partenaires au développement. Ces zones sont abandonnées par les Touareg et investies par la pauvreté et les groupes terroristes et associés. Certes, des éleveurs touareg sont très présents et continuent à faire des kilomètres à la recherche d’un pâturage. La dernière sécheresse a privé de nombreux éleveurs de leur cheptel. Mais grâce à la solidarité intercommunautaire, ils ont pu survivre au jour le jour. L’hivernage de cette année (juillet à septembre) commence très mal pour ces populations nomades. La région est encore moins arrosée par les pluies comme l’année dernière. Ils scrutent le ciel toute la journée, en espérant que des nuages se forment au-dessus de leur tête. Le gouvernement est complètement absent. Les élus locaux ne cessent d’alerter sur la grave situation, en vain. Ils comptent plus sur le ciel que sur l’Etat malien, car il n’est jamais présent lorsque le besoin se fait sentir», explique Hama Ag Sid Ahmed, le chargé des relations extérieures du mouvement.


Dans une déclaration à El Watan, il affirme : «En dépit des cris de détresse des cadres du mouvement, le gouvernement est resté muet. Cela fait près de 5 ans que cela dure. Cette crise targuie a commencé quelques mois avant le deuxième mandat de Amadou Tounamé Touré (ATT) en mai 2006, et elle va continuer jusqu’à la fin de son deuxième mandat, car il n’a jamais voulu la résoudre. Il a toujours à l’esprit de laisser cet héritage à son successeur qui aura à gérer des dossiers brûlants. L’opposition politique malienne savait que cela allait se produire. La paix qu’il voulait instaurer était concoctée avec des cadres de Bamako qui sont loin des réalités difficiles et complexes que vivent les populations locales et les combattants touareg issus des différentes rébellions.» Le chargé des relations extérieures ne met pas de gants pour accuser Bamako d’être à l’origine de cette situation chaotique en utilisant AQMI. «Cette organisation terroriste est devenue un allié de taille de l’armée malienne. Elle agit en toute quiétude dans un territoire dont les habitants ont été désarmés et exclus de toute initiative de développement», affirme ce cadre de l’ex-rébellion.

C’est pour cette raison, dit-il, «que les anciens chefs du mouvement, à leur tête Brahim Ag Bahanga, ont décidé de réunir tous les jeunes de la région et ceux qui sont à l’étranger, pour se concerter et asseoir une stratégie commune afin de mieux réinvestir l’espace pour une paix durable dans la région». Cette concertation a permis à quelques centaines d’anciens combattants touareg de réorganiser les rangs et de mettre en place de nouvelles bases, en préparation à une éventuelle reprise des armes dans les semaines qui suivent le Ramadhan.

La chute du président libyen, Mouammar El Gueddafi et les événements qui secouent la Libye ont, selon les cadres du mouvement, «été d’un grand apport». Pour Hama Ag Sid Ahmed, «c’est une grande opportunité qui a permis aux Touareg d’avoir une vraie feuille de route politique et militaire, mais aussi de reformuler leurs revendications sans contrainte. La mort de Ag Bahanga va les renforcer dans leur détermination à aller jusqu’au bout». En clair, la région du nord du Mali, située au flanc sud de l’Algérie, est aujourd’hui sur un volcan. La disparition de Ag Bahanga ouvre la voie aux scénarios les plus pessimistes et risque, avec la prolifération des armes en Libye, de plonger toute la région dans le chaos.
 

Communiqué Mouvement Touareg Nord-Mali :

 

Le 28 Août 2011


Un des piliers de la communauté touareg du Nord-Mali vient de nous quitter.
Ibrahim Ag Bahanga a trouvé la mort dans un accident tragique survenu dans l’après-midi du 26 août 2011 à quelques kilomètres de sa base, Tinassalak.


Il a été inhumé le 27 août 2011 dans sa base. Les causes réelles de cet accident tragique seront connues dans les prochaines semaines.
Nous pleurons la mort d’un enfant touareg qui a toujours résisté et gardé la tête haute pour rétablir la dignité de sa communauté touareg dans sa région.


Il nous quitte mais son esprit restera.
Aujourd’hui, toute la communauté des Touareg souffre profondément de cette disparition qui laissera un grand vide dans la région.
Mais son combat n’est pas terminé.
Tous ceux qui l’ont accompagné dans les moments difficiles où il a lutté pour apporter un avenir meilleur aux populations de cette région poursuivront son combat.


Ils assumeront leurs responsabilités pour mettre en place une justice sociale et politique dans la région.
Les combattants touareg, la coordination des jeunes cadres touareg continueront à lutter pour que ses sacrifices et les sacrifices de ceux qui l’ont accompagné ne soient pas vains.


Hama Ag Sid Ahmed, porte-parole, chargé des relations extérieures du mouvement

 

Salima Tlemçani

 

 

 

Brahim Ag Bahanga. Chef des Touareg du Nord-Mali

«AQMI s’est bien équipée grâce au Mali et certains Etats occidentaux»

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 29.08.11 | 01h00 

Contacté vendredi dernier, quelques heures avant sa mort, Brahim Ag Bahanga, leader du mouvement touareg du Nord-Malie, avait accepté de nous accorder un entretien portant sur la situation explosive que vit la région. Coordonnée avec son porte-parole, Bilal Ag Sherif, l’interview lève le voile sur les relations de son mouvement avec El Gueddafi et l’avenir incertain du nord du Mali.
 

- Des rumeurs font état de la présence de Touareg maliens dans les rangs des forces loyalistes de Mouammar El Gueddafi. Qu’en est-il au juste ?
 

Il faut se rappeler qu’un nombre important de gens a acquis la nationalité libyenne, dès la fin de la rébellion de 1990. Le guide libyen ne voulait pas que les Touareg reviennent chez eux et grossissent la rébellion. Il a accordé la nationalité libyenne à tous ceux qui voulaient intégrer les rangs de son armée. Parmi eux, il y a quelques centaines de Touareg. L’objectif était qu’il puisse les utiliser à des fins hostiles au devenir de la communauté. Lors de l’insurrection libyenne, quelques centaines de Touareg maliens ont déserté les rangs, d’autres ont rejoint la rébellion libyenne, beaucoup sont revenus dans le nord du Mali et quelques centaines sont restées dans l’armée loyaliste. Les téléphones portables de ces derniers ont été confisqués. Ils ne peuvent plus communiquer avec le monde extérieur ni entrer en contact avec personne. Ils ne savent pas ce qui se passe autour d’eux. Selon les informations que nous avons obtenues auprès de nos compatriotes, ceux qui tentent de fuir sont immédiatement exécutés. Nous les considérons comme séquestrés. Nous savons qu’El Gueddafi recrutait des enfants âgés entre 15 et 18 ans et dès le début de la révolution en Libye, il leur faisait croire qu’ils allaient faire une formation et non pas la guerre. Une fois sur le terrain, c’était le contraire qui se passait. Il les a fait massacrer à Misrata. Ces enfants ne savaient même pas utiliser des armes et ils ne les ont d’ailleurs jamais utilisées. El Gueddafi a commis un crime en les enrôlant de force et en exécutant ceux qui tentaient de fuir. Les Touareg ont toujours souhaité qu’El Gueddafi parte de la Libye, parce qu’il a toujours tenté de les exploiter sans aucune contrepartie. Ses alliés sont ceux qui passent leur temps à faire du mal à la région. Il le faisait discrètement, mais très méchamment. Ses plus nombreux alliés se comptent parmi les Etats opposés aux Touareg, ceux qui ne veulent pas que ces derniers aient des revendications politiques. En résumé, pour El Gueddafi, les Touareg ne doivent pas exister comme une identité. Pour arriver à ses fins, il a déboursé un argent fou pour acheter le silence de plusieurs politiques touareg, des cadres et même des femmes et des enfants. Son but, faire en sorte que la communauté se taise à tout jamais. Nous avons été témoins de toutes ces manigances.


Il est important de préciser que les Touareg nord-maliens ne sont pas partis grossir les rangs du dictateur libyen. Aucun, à notre connaissance, n’a été le soutenir. Nous ne parlons pas des gens de Bamako qui ont reçu de grosses enveloppes financières, remises en main propre par le chef de cabinet du guide libyen afin d’organiser l’acheminement de mercenaires depuis Bamako jusqu’en Libye. Mais les Touareg du Nord malien ne sont pas concernés. Ils étaient occupés à réorganiser les rangs de leur mouvement. La chute d’El Gueddafi a donné un nouveau souffle à l’organisation, qui se voit ainsi libérée des pressions et des menaces qui pesaient sur ses cadres dirigeants et sa base. Nos jeunes n’ont pas bougé. Tous ont milité, chacun à sa façon pour le départ d’El Gueddafi, parce qu’ils le connaissent assez bien et maîtrisent la politique de son pays.


- De nombreux touareg maliens, présents en Libye, sont retournés au nord du pays dotés d’un lourd armement. Quel est votre avis ?


C’est vrai que plusieurs familles sont revenues, surtout celles de la région de Tombouctou, depuis la révolution libyenne. Elles n’ont pas été accueillies par les autorités maliennes. C’est toujours la solidarité targuie qui leur a permis d’être prises en charge. On parle effectivement de petits groupes qui sont revenus avec des armes. Certains ont retrouvé leurs familles qu’ils n’ont pas vues depuis plusieurs années. Depuis le début de l’insurrection populaire, tous les jours il y a quelques personnes qui désertent l’armée libyenne. D’autres rumeurs parlent de petits groupes revenus avec des armes individuelles. Ceux qui parlent d’un grand retour des Touareg armés exagèrent. Ce qui est vrai, la rébellion en Libye constitue pour les Touareg une occasion de revenir chez eux et de demander des comptes à l’Etat malien, qui s’est toujours rangé du côté de la Libye contre sa population du Nord.



- Quel impact peut avoir la disparition d’El Gueddafi sur le devenir du mouvement touareg malien ?


La disparition d’El Gueddafi est une bonne nouvelle pour l’ensemble des Touareg de la région. Les objectifs du colonel ont toujours été à l’opposé de nos aspirations. Nous n’avons jamais eu d’objectifs identiques, c’est plutôt le contraire. Il a de tout temps tenté d’utiliser les Touareg à ses fins et au détriment de la communauté. Son départ de la Libye ouvre la voie à un avenir meilleur et permet de progresser dans nos revendications politiques. Nous pouvons mieux se faire comprendre sur le continent et avec les autres pays occidentaux. El Gueddafi faisait barrage à toutes les solutions de la question targuie. Il a alimenté des divisions internes pour faire en sorte que les animateurs ne puissent pas s’entendre sur un minimum. Maintenant qu’il est parti, nous pouvons aller de l’avant dans notre lutte. Même durant sa chute, il continue à salir notre communauté en faisant croire qu’il a son soutien, mais la réalité est tout autre sur le terrain.


- La situation au nord du Mali inquiète à plus d’un titre, notamment depuis que AQMI en a fait sa zone de prédilection. Comment un tel constat peut-il être possible dans un territoire qui appartient aux Touareg ?


C’est vrai que cette région est un territoire targui. Mais la politique de certains Etats a fait en sorte que les Touareg n’aient plus une emprise sur leur territoire. Lors des affrontements de janvier 2010, entre l’armée malienne, sa milice et le mouvement touareg, tout a été fait pour que les groupes AQMI viennent s’installer dans la région avec le feu vert de Bamako. Cela fait plus de 50 ans que les Touareg sont opprimés dans leur région. L’Etat malien fait toujours en sorte qu’aucune stabilité politique ou économique ne soit instaurée. Ce qui nuit terriblement à l’image de notre communauté. C’est l’Etat malien qui a permis à ce que des terroristes prennent refuge au nord du Mali, et de surcroît non loin des casernes. Les deux se sont entendu pour nous chasser de nos terres. Les Touareg savent qu’ils sont sur leur territoire et qu’ils doivent le nettoyer pour y vivre. Mais reconnaissons-le, avec quels moyens allons-nous mener cette guerre ? AQMI s’est équipée grâce au Mali et à certains pays occidentaux. C’est avec l’autorisation de Bamako que les otages sont enlevés et c’est toujours avec sa bénédiction qu’ils sont dirigés vers le nord du Mali, pour y être cachés et protégés. Ils seront par la suite achetés par les Etats occidentaux qui acceptent de payer de fortes rançons, tout en sachant que cet argent va financer AQMI et ses prestataires de services, ces intermédiaires privilégiés de Bamako. Le repli des terroristes en territoire malien n’a pu se faire que grâce à la complicité de l’armée malienne et ceux qui la commandent.  Depuis trois jours, dans le cadre de la formation américano-malienne à Kidal, les militaires maliens bombardent, avec des hélicoptères et des avions, des rochers situés à 2 km de la ville de Kidal. Ils terrorisent les enfants et les femmes au lieu d’aller tester leurs armes là où se trouvent les bases terroristes qu’ils connaissent pourtant bien. Les Touareg sont devenus la cible privilégiée des terroristes d’AQMI, qui campent près des casernes et qui détiennent les otages occidentaux. Nos imams militent et sensibilisent  nos jeunes et les familles contre cette religion d’intolérance prônée par les salafistes, et qui est en totale contradiction avec notre pratique religieuse. En réalité, sur le plan idéologique, les salafistes n’ont aucune emprise sur les Touareg. Nous nous défendons avec nos maigres moyens et nous envisageons un jour proche demander des comptes au pouvoir de Bamako. Nous nous organisons et nous sommes sur la bonne voie.



- Est-il vrai que vous vous préparez à reprendre les armes dans les semaines à venir ?


Nous sommes dans la phase de sensibilisation et de réorganisation. Beaucoup de jeunes veulent des réponses concrètes et immédiates. Ils s’impatientent. Nous travaillons sur nos revendications et sur nos erreurs. Ensuite, il faut passer à l’étape la plus difficile. Celle d’amener Bamako à les prendre en compte, même si c’est par la force des armes.

Salima Tlemçani

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans actualités
commenter cet article

commentaires

Baba 13/01/2013 13:06

C'est vraiment un bon montage.Quand l’armée malienne a poursuivi Bahanga au nord,c'est bien un hélicoptère libyen qui l'a sauvé.Et vous n'avez même pas honte de mentir.Vous avez soutenu
Kadhafi,juste que comme il n'est plus et sa politique ne plaisait pas au président sarko qui vous a permis de voler des armes de l’armée libyenne,donc il vous faut tout faire pour faire croire que
vous n’étiez pas avec Kadhafi.Aussi,comme est-ce que le Mali peut laisser aqmi s'armer sachant bien cela pourrait être un grand danger pour la sécurité? Si ATT n'avait pas accueilli les groupes de
touaregs revenus de la Libye dont certaines bandes de traitres qui ont décidé de se lever contre le Mali plutôt que d’être reconnaissants,on en serait pas là.Revendiquer d'accord,mais dites la
vérité.

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens