Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juillet 2011 4 14 /07 /juillet /2011 20:41

Poste par faycal juil 14th, 2011

 

 

Par Dr Abderrahmane MEBTOUL

L’Algérie, contrairement aux discours démagogiques mais qui ne trompent plus personne, surtout pas l’international, vit dans le monopole dans tous les domaines, ce qui a des répercussions négatives malheureusement sur le devenir du pays, sur le niveau de vie des citoyens, et pour le cas récent de la grève d’Air Algérie, sur les voyageurs, car pourquoi avoir gelé depuis 10 années de nombreux demande d’agréments de transporteurs aériens. A propos où est le gouvernement et le Ministre des transports algérien ?

1- Monopole politique, social, des médias lourds et économiques

- En politique, nous sommes en monopole puisque les trois parties politiques FLN, RND et MSP avec tous leurs satellites dites sociétés civiles qui n’ont d’ailleurs totalisé que 13% des voix par rapport aux inscrits aux dernières élections législatives,,traduisant leur incapacité de mobilisation, ne sont que l’éclatement de l’ancien parti du FLN occupant la majorité de postes ministériels. Les innombrables micros partis sont des annexes instrumentalisés dans leur majorité par l’administration se manifestant lors d’évènements programmés comme cela a été le cas en Egypte de Moubarak.

Il y a forte ressemblance du système algérien à ceux de l’ancienne Egypte, de la Syrie actuelle avec une exception : il y a les hydrocarbures pour acheter la paix sociale, 98% d’exportation de la rente et 75% d’importations des besoins.

- Dans le domaine de l’information, nous sommes en monopole puisque les trois télévisons algériennes ENTV, A3 et Canal Algérie sont des copies conformes ù sont interdits les débats contradictoires à l’idéologie du pouvoir base de tout processus démocratique fiable. Sans ouverture des médias lourds, le débat véritable ne peut se réaliser car totalement biaisé.

- Au niveau syndical et social c’est le monopole de l’UGTA et des organisations satellites du FLN/RND/MSP/, qui à la lumière des tensions sociales qui touchent tous les secteurs et toutes les régions du pays, sont totalement déconnectés de la sphère sociale, le pouvoir ne créant des organisations administratives de peu d’efficacité et ne reconnait pas les syndicats autonomes beaucoup plus représentatifs.

- Au niveau économique c’est le retour au tout Etat des années 1970 avec le monopole dans presque tous les segments où l’intérêt est la dépense monétaire sans se soucier d’une bonne gestion, avec une corruption généralisée qui n ‘a jamais eu d’égal depuis l’indépendance politique, avec une tendance de la dominance du commerce aux dépens des entreprises, à un monopole privé dont quelques uns canalisent la majorité des crédits octroyés dont l’importation, avec des liens dialectiques entre la logique rentière et la logique de la sphère informelle où se concentrent là aussi les monopoleurs.

2- Les impacts négatifs du monopole

- Le monopole sur le plan politique ne permet pas le renouvellement du personnel politique, est source d’injustice sociale et de corruption car n’ayant pas de contrepouvoirs politiques dans la mesure où les organes techniques de contrôle créés sont aux ordres des monopoleurs.

- Le monopole sur les médias lourds ne permet pas les débats contradictoires, au moment où le monde est devenu une maison de verre, détruisant la vision dictatoriale, expliquant que la majorité des Algériens parabolés se détournent des médias publics devenus non crédibles, où nous assistons davantage à un monologue entre les tenants du pouvoir au lieu d‘un véritable dialogue productif pour le pays.

- Le monopole social où ces structures vivent en grande partie du transfert de la rente et non sur la base des cotisations de leurs adhérents est source de tensions sociales dans la mesure où il n’existe pas de relais crédibles entre l’Etat et le citoyen.

- Le monopole économique est source de surcoûts ( non compétitivité par rapport aux valeurs internationales) et de hausse de prix ( inflation) supportés par le consommateur expliquant l’alliance de tous de les rentiers contre l’ouverture économique par une libéralisation maitrisée grâce à l’Etat régulateur stratégique en économie de marché concurrentielle

En résumé, comme nous l’ont enseigné tous les fondateurs des sciences politiques, de sociologie ou d’économie, le monopole politique, social, des médias lourds et économique est néfaste pour tout pays. C’est une loi universelle. Il n’existe pas de spécificité à l’algérienne mais des spécificités sociales devant tenir compte de notre anthropologie culturelle au sein d’un monde de plus en plus globalisé, la maitrise du temps étant le principal défi des gouvernants du XXIème siècle, où toute Nation qui n’avance pas recule.

Pour l’Algérie cela se traduit par le fondement du système rentier reposant sur les couches rentières par la distribution de la rente, toujours la rente , expliquant la distribution de salaires sans contreparties productives, allant vers un suicide collectif, la marginalisation du travail et de l’intelligence et l’entreprise créatrice de richesses qui sont les fondements d’un développement durable de l’Algérie. Dès lors, on ne peut parler d’‘une transition démocratique en Algérien, le blocage n’étant pas d’ordre technique et juridique- il y a trop de textes non appliqués- mais réside dans le fonctionnement du système monopoliste, rentier, antinomie de la démocratie et du développement, du quel il faut sortir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens