Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 19:32
ref : http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/le-monde-s-est-il-cree-tout-seul-39843



Ilya Prigogine (physicien et chimiste)


Pour Ilya Prigogine, austère physicien et chimiste d’origine russe décédé en 2003, les principes de structures dissipatives(système loin de l’équilibre thermodynamique pouvant donner spontanément naissance à des brisures de symétrie sources de structures complexes chaotiques, concept qui lui a valu le prix Nobel) et d’auto-organisation(augmentation spontanée de l’organisation interne d’un système éloigné de l’équilibre, contournant le principe d’entropie croissante), qui permettent de conduire à l’apparition de propriétés émergentes, permettent d’expliquer l’apparition « automatique » de la vie et de la conscience sans faire appel à un principe créateur transcendantal.

Une dissertation un peu ardue sur les « systèmes non intégrables » le conduit à poser l’imprévisibilité irréductible du monde, c’est-à-dire à son caractère « probabiliste » qui, selon lui, est synonyme de « création ». Le moteur de l’univers est ultimement un mécanisme d’« autocréation », selon lequel l’apparition de la vie et de l’homme est somme toute aussi naturelle et « pas plus exceptionnelle que la chute des corps » ; cette nouvelle vision du monde rend complètement inutile le principe anthropique défendu par Trinh Xuan Thuan, que Ilya Prigogine qualifie de « gratuit » et aussi « simpliste » que l’affirmation selon laquelle la pastèque a des tranches pour être mangée en famille !

L’entretien, jusqu’ici très tranchant, s’achève de façon un peu frustrante : Ilya Prigogine élude quelque peu la question de l’origine du processus d’autocréation, ne répondant pas de ce fait au fond de la question ; puis Patrick Van Eersel, un peu refroidi par autant d’hostilité au principe anthropique qu’il semble bien aimer, ramène l’entretien sur « l’éthique du scientifique » et autres lieux communs, avant de conclure, plein d’espoir : « d’une certaine façon, ne peut-on pas dire que la vision probabiliste intègre la question d’une force créatrice divine ? » « Oui, d’une certaine manière », répond Prigogine, manifestement pas très convaincu. Ouf, tout n’est pas perdu !


Henri Atlan (médecin)

Le dernier entretien s’effectue avec le médecin et philosophe Henri Atlan, un des pionniers des théories de la complexité et de l’auto-organisation du vivant et penseur de l’éthique de la science.

Henri Atlan commence par rejeter l’aspect « scientifique » de la question, qui touche au domaine de la métaphysique, du mythe : l’humanité aspire depuis son origine à « enchanter » le monde, mais ce n’est en aucun cas le sujet de la science. Le concept même de temps 0 n’a pas de sens si l’on prend une échelle de temps logarithmique (idée déjà avancée par Albert Jacquard). Le principe anthropique fort lui semble une « version moderne des théories très naïves de Bernardin de Saint-Pierre » (celui qui prétendait que les melons avaient des tranches pour être facilement découpé par l’homme, exemple déjà donné par Ilya Prigogine). La métaphore du vivant comme un « programme informatique », en vogue dans la deuxième moitié au XXe siècle et inspiré par la découverte de l’ADN, qui induisait l’idée d’un programmateur divin, est aujourd’hui dépassée par celle de « systèmes dynamiques complexes », qui se passe de Dieu et de finalité. La distinction entre vivant et non vivant, animé et inanimé, disparaît également ; à l’instar d’un Spinoza, la nature est considérée comme un « tout », ce à quoi la science moderne semble donner raison contre ceux qui voyaient dans l’homme un être à part. Henri Atlan considère même que le concept de « complexité » n’est plus vraiment explicatif, mais devient un champ de recherche ayant pour but d’en faire une « notion scientifique opérationnelle » (comme les concepts d’énergie et d’entropie le furent dans le passé) ; la notion de propriété émergente n’a plus de caractère « miraculeux » et concerne bien d‘autres phénomènes que la vie.

Un peu déçu, Patrick Van Eersel revient à son obsession, le principe d’incomplétude. Pour Henri Atlan, l’incomplétude signifie avant tout la limitation de la connaissance humaine, qui oblige à passer par des calculs probabilistes, mais ne signifie pas du tout que le monde ne soit pas entièrement déterministe comme le pensait Laplace. Patrick Van Eersel, qui n’a pas saisit l’idée, s’enflamme, manifestement choqué que l’on puisse penser comme les « scientistes mégalomanes » que « bientôt, on saura tout », citant pêle-mêle Einstein (« plus la science avance, plus l’inconnu augmente »), les inégalités d’Eisenberg, le « réel voilé » de Bernard d’Espagnat, l’« inconnaissable », l’« incomplétude ontologique » des physiciens quantiques... Henri Atlan, mettant en garde l’auteur contre les « pseudo-concepts », répète et précise patiemment sa pensée au cours d’un dialogue désopilant (« non », « je ne suis pas d’accord », « ce n’est pas mon avis », « je pense que vous vous trompez dans votre façon de poser le problème », « je n’ai jamais dit ça ») : le réel est entièrement « intelligible » et déterministe (« mécanique »), mais infini, alors que nos sens, nos moyens d’investigations, sont finis, et donc notre science et notre connaissance : l’inconnu n’augmente pas du tout au fur et à mesure que notre connaissance progresse, mais la limitation ontologique de cette connaissance nous empêchera à jamais de tout savoir ; autrement dit, postuler qu’il n’y a pas de limite à la compréhension de la nature n’implique pas de croire à aucun moment que l’on a atteint la « connaissance ultime ». Par exemple, rebondit Patrick Van Eersel, tout heureux de trouver une porte de sortie aux perspectives démoralisantes du déterminisme, la science ne pourra jamais expliquer le « subjectif », la « vie intérieur », les « sentiments », la « création au sens où l’entendent les Chinois » !  

La discussion se poursuit sur l’intelligence artificielle, l’euthanasie, les cultures de cellules humaines, le clonage thérapeutique, l’utérus artificiel (titre de l’un des ouvrages de Henri Atlan), et de façon générale les techno-sciences (son point de vue consistant à dire qu’il n’y a rien de « non naturel » et qu’il n’y a donc aucune raison d’être opposé par principe à des évolutions scientifiques, même si celles-ci nécessitent ou engendrent un « changement dans les rapports moraux inter-individuels »). Ce qui attire une question de Patrick Van Eersel sur le « principe de précaution » (que Henri Atlan pulvérise gentiment en arguant que la logique voudrait parfois de ne pas appliquer le principe de précaution au nom de ce même principe de précaution, le dénonçant comme une « fausse rationalité qui se veut faussement rassurante »). Le débat, à nouveau hors sujet mais passionnant, s’oriente alors vers l’illusion que nous pouvons avoir d’une maîtrise de nos choix, ce « libre arbitre » que Henri Atlan considère comme une illusion ; reprenant le point de vue de Spinoza contre les dualistes comme Descartes, il réaffirme l’unité indissociable de la matière et de la pensée. Poursuivant l’analyse du déterminisme absolu de Spinoza, qui nie le libre-arbitre, il y voit malgré tout une « éthique de la liberté », estimant que « la nature ne laisse aucune place au libre arbitre humain, mais que, dans certaines conditions – savoir y acquiescer, l’intégrer, l’intérioriser, le vivre -, cette situation devient une source de liberté, mais différente du libre arbitre, du libre choix. »

 

Henri Atlan évoque ensuite la nécessité de résister au désir de satisfaire ce « besoin profond d’unité, (…) de synthèse scientifico-mystique qui expliquerait tout », théorie du tout dénuée de sens mais qui a côté « totalitaire ». Patrick Van Eersel, du tac au tac, rétorque que certains philosophes jugent avec « une sévérité équivalente » les théories de l’auto-organisation, les qualifiant de « globalisante ». Pour Henri Atlan, ces jugements témoignent d’une « ignorance » du concept de systèmes auto-organisés, qui sont au contraire ouverts et dynamiques. Le danger totalitaire réside davantage, selon lui, dans le « tout biotechnologique  » ou au contraire le « tout écologique », qui chacune à sa façon nourrit l’illusion d’une connaissance absolue et définitive. « Ce qui me conduit à une question à la Woody Allen, conclut énigmatiquement Patrick Van Eersel ; le bonheur est-il régulé ? ». 

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Génie du vivant
commenter cet article

commentaires

brandenburg 27/08/2015 16:01

Mon Dieu-c'est le cas de le dire-que ces scientifiques sont médiocres.L'arrogant atlan se contredit tous les deux mots et ne s'en rend pas compte tant il est content de lui -libre- arbitre,non,une "certaine"-bien incertaine-liberté ,oui;la différence?Mystère abyssal!Totalitarisme-c'est l'autre,qui vient de dire exactement le contraire-incomplétude-,,pas lui,bien sûr,et il est partisan du tout!"Il faut changer les mentalités"-on connaît;pour quoi faire:j'en sais rien et surtout pas de précaution:il est tellement auto-régulé par lui-même que personne ne risque rien sauf s'il est conçu "non désiré"-par qui?Par lui!-alors,on le tue!Sinistre clown avec sa déesse science qui définit ce qui est scientifique-ce qu'il dit lui,toujours-et non-scientifique -ce que disent ceux qui osent le contredire:ils ne doivent faire partie du tout atlan,alors on les vire!Pitoyable de basse vanité!Il me fait penser à jacquard qui commence son entretien en affirmant,péremptoire,que l'homme est "un primate comme les autres"-en effet c'est frappant rien qu'à les voir,ils n'ont rien à voir-réalisme naïf,bien sûr!-et qui la termine en disant que l'homme est un être tout-à-fait t à part dans l'univers et le crétin de service-servile-,un journaliste de gauche,admiratif et les larmes aux yeux-est tellement aveugle ou sourd et si ému qu'il ne voit pas la contradiction totale!Bande de jean-foutre!Rémy Chauvin,anti-darwinien déterminé et preuves à l'appui,sa connaissance prodigieuse des insectes sociaux où il n'y a en effet aucune sélection naturelle,un mythe commode qui explique tout et le contraire de tout,voulait chasser les faux scientifiques de cette envergure crétine et totalitaire de la science au grand scandale d'une pétasse journalistique totalement ignare:il y a des moments où on le comprend!

Clovis Simard 17/07/2012 23:15

Blog(fermaton.over-blog.com),No-19. - THÉORÈME SPINOZA. - Einstein et le déterminisme absolu.

brandenburg 27/08/2015 16:22

je me réponds à moi-même:prygogyne tellement incertain qu'il est certain que le principe anthropique pourtant bien étayé, est un mythe:ce n'est pas lui qui ll'a pensé le premier,en effet puisque c'est Dieu,ce qui est aisé à démontrer comme l'ont fait,il y a des siècles it des siècles ,Aristote et Saint Thomas d'Aquin,des rois de l'obscurantisme puisqu'ils affirment que monde étant intelligible, il peut être intelligé par l'homme:obscur cotre un kant qui dit le contraire ;que l'homme ne peut rien connaaître "en soi" mais seulement "pour soi"-un sollipsise délirant,et considéré,lui le prussien de Konisberg,belle origine qu'i partage avec son adversaire Hegel qui affirme lui que l'esprit absolu-idéalisme absolu- est réalisé par l'Etat prussien,et,en douce,par lui,Hegel,avec les résultats que l'on sait,comme le Père de l'Auflarung;les Lumières-bien ténébreuses-allemandes!Je le sais:j'en viens vu mon patronyme mais mes ancêtres de vénérée mémoire ont fui ce noeud de vipères pour se faire catholiques et français "par le sang versé"-devise de la Légion étrangère-dans laquelle ,à 38 ans, mon grand-père,anglais,écrivain,s'engagea dès Août 1914 pour lutter contre ses aïeuls tudesques!Ce n'est certes rien mais ç

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens