Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 23:37

 

 

TSA

Une Algérienne établie à Londres, où elle a obtenu un mandat à la mairie d’Islington, a été choisie par les services de sa majesté la reine d’Angleterre pour figurer sur la liste très sélective du millier de personnalités du Royaume‑Uni et du Commonwealth qui recevront la prestigieuse distinction de Membre de l'Empire britannique (MBE) et seront décorées par Elisabeth II.

Nous aurions pu patienter jusqu’au 8 mars prochain pour exposer le mérite de cette brillante consœur journaliste, formée ici en Algérie avant d’aller exporter son rayonnement social sous le ciel gris des Britanniques. Toutefois, en 2012, un aspect moins folklorique que les progrès de la femme dans la société humaine dite développée nous interpelle, sans plus attendre.
Mouna Hamitouche, l’heureuse élue repérée par la couronne d’Angleterre, n’incarne pas seulement ces femmes algériennes à qui elle a voulu dédier sa distinction. Elle représente toutes nos compétences, des deux sexes, qui vont forcer le respect à l’extérieur sans aucune perspective d’épanouissement sur leur terre d’origine. Comme s’il était inscrit en lettres de plomb dans notre Constitution que nul ne serait pro… en son pays !
Il y a quelques mois, c’était un autre Algérien parti adulte de sa commune de Thenia, dans la wilaya de Boumerdès, qui a été sollicité par la Nasa aux États‑Unis afin de participer à une mission prestigieuse en raison de ses travaux scientifiques pertinents. Ces destins fabuleux que vivent de géniaux compatriotes de l’étranger ont été portés au summum de la gloire individuelle partagée par tout notre peuple dans un domaine moins cérébral en apparence, celui du sport de haut niveau avec l’épopée de notre cher Zinedine Zidane devenu une star mondiale made in Algeria, qu’on le veuille ou non et bien qu’il ait grandi en France.
La reconnaissance par les académies du monde entier ou par les jurys les plus exigeants, de nos capacités, de nos qualités en dépit du sous‑développement de notre socle Algérie, vient bouleverser l’imaginaire collectif qui souffre, au quotidien, d’une mésestime de soi. Un doute profond que notre pouvoir a entretenu par sa politique basée sur l’infantilisme et le non‑droit.
Comme par un miroir échappant au contrôle de nos hiérarques, l’image de notre potentiel passe par le prisme des récompenses glanées çà et là par des individualités qui peuvent panser nos plaies narcissiques par leur propre réussite. Avec le message sous‑jacent que ce sont nos autorités qui inhibent le génie et brident le succès.
Du coup, le triomphe et la gloire des Algériens exilés se transforment en procès indirect de notre pouvoir même si, il faut le reconnaître, l’Algérie indépendante a aussi sa grande part de mérite dans l’éducation et la formation de base des lauréats à l’étranger. Une vérité que n’a pas occultée Mouna Hamitouche : « Je dédie cette distinction aux femmes algériennes et à l’Algérie qui m’a tout donné ». Une déclaration naturellement gorgée d’émotion et à laquelle on pourrait répondre que si l’Algérie lui avait tout donné, elle serait parmi nous à servir davantage son pays et aurait reçu une distinction à El Mouradia… Mais ce serait gâcher, par notre langue fourchue, le bonheur d’une de nos compatriotes qui mérite avant tout nos sincères félicitations.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens