Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 23:47

ddk

 

Mustapha Krim, président de l’Eglise protestante d’Algérie à La Dépêche de Kabylie

« Nous ne voulons pas de religion d’Etat »

 

image  

 

Mustapha Krim est président de l’Eglise protestante d’Algérie visée récemment par un arrêté d’interdiction pris par le wali de la wilaya de Bejaia. En plus de cette contingence, l’interview déroule le sombre quotidien fait aux protestants d’Algérie et à tous les cultes minoritaires. Des questions que les artisans du  chantier en cours de réformes tous azimut ne peuvent qu’utilement écouter


Entretien réalisé par Boualem Slimani et Mohamed Bessa :


La Dépêche de Kabylie : Les autorités de la wilaya de Béjaïa viennent d’ordonner, conformément à un arrêté du wali datant du 08  mai courant, la fermeture définitive de toutes les églises protestantes de la wilaya. Que vous reproche-t-on
Mustapha Krim : Je dirai, à ma connaissance, rien de particulier.  Ils veulent  fermer d’une manière définitive  nos communautés ! C’est ce que stipule l’arrêté. Pour quelle raison ? On nous dit que nous ne sommes pas  en règle avec le décret de  06/03 de 2006. Donc, pour nous, c’est du n’importe quoi dans la mesure où ce décret, dès qu’il est paru, nous y sommes   conformés. Nous avons cherché à savoir et  finalement nous nous rendons compte que c’est de la diversion, on nous fait tourner en rond. On nous oriente vers le ministère des Affaires religieuses qui, lui, nous oriente vers le ministère de l’Intérieur et, ce dernier, ne nous reçoit pas. En avril de l’an dernier, nous y avons rencontré un fonctionnaire à qui nous avons montré nos documents, et il nous a dit : « je ne vois rien d’irrégulier là-dedans, faites votre Assemblée générale, vous me ramenez le PV de l’AG ordinaire et puis je vous mettrais des cachets pour les quatre prochaines années ». Deux mois après, nous étions  repassés, après notre Assemblée générale, et curieusement ce fonctionnaire avait démissionné et plus personne ne voulait nous recevoir. On nous a demandé tout simplement d’envoyer notre PV par la poste, parce qu’ils ne veulent pas nous donner de reçu. J’estime que c’est  vraiment se moquer de la République, c’est-à-dire que, quand on n’est pas capable de  délivrer un accusé de réception pour un document, ça veut dire que l’on ne respecte pas soi-même la loi.
  
Dans le communiqué que l’EPA a rendu public, le 22 mai dernier, vous avez parlé d’ « acharnement sur les églises protestantes en Algérie ». Qu’entendez-vous par cela ?
L’acharnement est une réalité. A chaque fois que nous bougeons le petit doigt, on est derrière nous. Même au niveau de la surveillance. Par exemple, on a toujours des agents de sécurité dans le cadre de nos cultes. Bon, nous n’avons rien contre cela dans la mesure où s’ils sont là pour entendre la Parole tant mieux, mais nous savons très bien que derrière notre dos, il y a un tas de rapports qui se font. Alors, à chaque fois que nous avons un invité, pour peu qu’il soit  un invité étranger, d’Europe ou d’Egypte, il faut qu’on se charge à leur donner toutes les précisions sur son identité…etc. Finalement, après une concertation dans notre conseil, nous nous sommes rendu compte que la plupart des gens pour lesquels nous avons transmis  des renseignements précis, font l’objet d’un refus systématique de  visas d’entrée en Algérie. Donc, apparemment, on cherche à nous isoler de nos confrères et des protestants d’outre-mer.

Selon les autorités du pays, l’ordonnance 06/03 de 2006 a été conçue pour règlementer l’exercice du culte autre que musulman. Après six ans de sa promulgation, vous attendez toujours la régularisation de votre situation. Pourquoi ce retard ?

Bon, pour ce qui est de l’origine de cette loi de 2006, en  fait c’est une loi qui a été mise au point en Egypte. C’est une loi « made in Egypte » qui a été établie  par rapport aux problèmes qui existent au  Moyen Orient. Là-bas, ce n’est pas une petite minorité de chrétiens mais c’est le quart de la population. Donc, ils ont leurs propres problèmes. Là-bas ,les églises sont historiques avec leurs propres traditions. Chez nous, il y a des églises  dynamiques, protestantes en propre. Donc, les autorités algériennes travaillent en conformité avec les autres pays Arabes. Ils nous ont ramené cela chez nous parce que , soit disant, il y avait un vide juridique par rapport aux chrétiens algériens. Ce qui est d’une certaine façon vrai :  par exemple, il y a un Code  de la famille pour les musulmans, et il n’y a rien  de prévu pour les chrétiens. En tant que chrétiens, nous  sommes quand même libres de donner les prénoms que nous voulons à nos enfants, et jusqu’à preuve du contraire ce n’est pas possible. On  nous met devant des impossibilités. Dans certaines mairies comme à Tizi Ouzou, ils sont vraiment intransigeants. Ils exigent des certificats de Baptêmes et même avec cela ,  parfois ils refusent. Nous,  nous  ne voulons pas de chariâa, de religion d’Etat, c’est contraire à nos principes. Maintenant, pourquoi cette loi a été promulguée ? Si je me souviens bien il y avait que Louiza Hanoune qui s’était  abstenu au Parlement, et il parait que tous les partis politiques ont laissé passer cette loi comme une lettre à la poste sans protester et sans rien faire. Donc, la situation est critique, ils islamisent, ils islamisent, et ils accusent les autres de ce qu’ils font eux-mêmes. On nous accuse d’évangéliser, que je sache, nous n’avons pas de clochers dans tous les coins de rues, nous n’avons pas les moyens audio-visuels qu’ils ont, c’est-à-dire la télé et la radio. On n’a jamais accepté de nous donner la parole, tout simplement. En somme, cette loi de 2006 est un instrument pour taper sur les chrétiens et s’en servir à chaque fois que l’on veut faire diversion…

Vous avez, il quelques mois, déposé plainte contre les autorités de la  wilaya, l’UGTA, la mairie de Béjaïa pour la récupération du Temple protestant sis aux boulevard Bouâouina, et que vous dites revient de droit à l’EPA. Est-ce que vous pensez qu’il y a un lien entre cette plainte et l’arrêté du wali ?
Pour savoir s’il y a un lien effectif, je pense qu’il faudrait s’adresser à monsieur le wali, puisque c’est à lui de dire qu’est-ce qu’il le dérange là-dans, mais de toute façon, l’affaire est en justice, et normalement on ne  commente pas les affaires de justice. Mais, je vais vous donner un petit historique sur le sujet. C’est l’église évangélique réformée de Béjaïa qui a été fondée en 1922 qui était établie à cet endroit et qui a fonctionné jusqu’en 1973.
Ce temple a été remis à l’église réformée d’Algérie  qui s’est transformée en 1974 en Eglise protestante d’Algérie (EPA). Donc, de plein droit, par affiliation, ce Temple nous appartient et il  est inscrite à la conservation foncière. J’ai commencé à faire des démarches en 2003, , je me suis adressé d’abord au wali qui ne m’a jamais répondu. J’ai fait au moins huit lettres de demandes d’audiences aux walis précédents. Une seule fois ,on m’a reçu et c’était un de ses adjoints qui m’a reçu, il a rempli un petit dossier et puis, depuis plus aucune nouvelle. Nous avons vu avec le ministère des Affaires qui a diligentée une affaire. On m’avait dit que si cela concerne les  Waqfs…etc., pas de problèmes, on peut récupérer çà et vous remettre ce temple. Finalement, l’enquête a déterminé que ce temple est une propriété qui appartient à l’association de l’Eglise réformée qui est devenue aujourd’hui l’Eglise protestante d’Algérie. Donc, c’est une propriété privée qui appartient à une association, et donc c’est à nous de réclamer nos droits et le ministre des Affaires religieuses ne peut en aucun cas intervenir dans ce cadre privé. Nous avions pensé qu’à l’amiable nous arriverons à des résultats. Finalement, et je crois que c’était le directeur des domaines qui m’avait dit : « M. Krim, je vais vous donner un conseil. Si ce n’est pas le juge qui va donner la consigne de dire remettez ce temple à telle association, nous, de notre côté, nous ne pouvons pas bouger ».. Sur son conseil, nous avions effectivement esté en justice la mairie, la wilaya, la conservation foncière et l’UGTA. Apparemment, la plupart d’eux se sont désistés en disant que nous ne sommes pas concernés. Reste la wilaya, puisque c’est elle qui s’est accaparé les locaux en 1973 pour les remettre à l’UGTA. Il se trouve qu’à  cette époque, le dernier Pasteur en fonction est tombé gravement malade et dû être rapatrié en France. Ils ont tardé à le remplacer et finalement ils ont fait main basse sur cette propriété depuis.
 
A  El Watan, le wali a déclaré que c’est à vous « de savoir ce qui (vous) manque pour se conformer à la loi en vigueur », quelle est votre réaction ?

Je ne sais pas s’il plaisante ou quoi, mais en tant que premier responsable de la wilaya de Béjaïa, c’est quand même à lui de dire clairement ce qui ne va pas et pourquoi. Je lui rappelle qu’il est chargé d’assurer notre protection. Moi; j’ai plutôt l’impression qu’il est en train d’allumer la mèche pour nous monter, soit contre les musulmans ou la population. Je pense que son travail est de définir la loi et de nous adresser justement les requêtes qu’il faut pour nous conformer à cette loi. Mais, j’aimerais déjà dire que nous n’avions pas attendu le remplacement du wali pour nous mettre au travail. Depuis 2006, nous avions adressé aux services de sécurité une lettre bien claire et transparente signalant tous nos lieux de culte leur faisant mention que nous avons fait notre possible pour être en conformité. Tous nos lieux de cultes sont vraiment bien indiqués avec des plaques signalétiques à l’extérieur.  Maintenant, s’ils veulent jouer  la petite bête, moi; je dirai que j’ai un agrément en bonne et due forme qui n’est invalidable  que par voie de justice.

Vous avez été reçu, suite à cet arrêté, par le ministère des Affaires religieuses. Que vous a-t-on dit ?

Il était question que le ministre des Affaires religieuses nous reçoive mais il y avait  beaucoup de personnalités dans son bureau. Son représentant était très étonné de ce qui s’est passé. Il a pris le téléphone devant nous et il a appelé le ministère de l’Intérieur et personne n’était informé de ce qui se passait. Donc, apparemment c’est une initiative personnelle du wali puisque les autres ne sont pas informés. Et je dirai même que dans la notification il y a beaucoup de vices de formes. Nous voyons paraitre,  par exemple, que cet arrêté s’adresse à toutes les communautés sur le territoire national !
C’est écrit en toute lettre. Je ne vois pas comment un wali peut prendre des décisions au niveau national. Je pense que c’est à lui de revoir sa copie. Et,  s’il veut nous recevoir, je suis prêt à le rencontrer et à parler non seulement de vive voix mais avec des papiers et en parler dans la transparence et la clarté à ce qu’il attend de nous et de ce que nous attendons de lui.

Est-ce que vous avez vraiment l’intention de vous soumettre à cet arrêté ?
Bon, déjà le commissaire principal  a refusé de me remettre  cet arrêté. La notification que j’ai reçue est pleine d’irrégularités,  et je n’ai  d’autant pas l’intention de m’y  soumettre. Nous allons continuer nos cultes comme d’habitude et merci à tous ceux qui nous soutiendront de près ou de loin  d’une manière pacifique et vraiment nous comptons sur la providence de Dieu pour nous sortir de cette impasse.

On  vous laisse le soin de conclure…
Moi ,je dirai à monsieur le wali, que Dieu vous bénisse et qu’il puisse vous aider à faire la lumière dans cette situation et à remplir le  rôle pour lequel vous avez été nommé.

B. S. / M. B.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Amrane 29/05/2011 19:50


Pour une laicité tolérante, humaniste, universaliste !

Oui , il faut défendre le pluralisme religieux, d’autant plus il est enraciné dans l’histoire millénaire de cette terre, et rappeller que la première religion arrivée en Thamazgha est le judaisme,
et que des franges imposantes de la population s’étaientt judaisées…....D'où les Berbères juadaisés et les Juifs bebérisés !Tmsit, Guedj, Sportich, Sixous,...et autrs dont les noms étaient associés
au combat héroique pour l'indépendance !

Puis, pour le christianisme, Tellulien et Saint Augustin ont été des Doctrinaires renommés dans l’Histoire de l’Eglise, et le Catholicisme et le Protestantisme y ont existé depuis longtemps.....Qui
ne connait Jean AMROUCHE, grand militant de la noble cause de libération nationale, du combat contre le colonilisme français...?
Il faut défendre les pluralismes religieux, cultuels, confessionnels, comme nous devons défendre les pluralismes linguistiques, culturels et politiques....
C’est ça LA LAICITE TOLERANTE pour laquelle nous devons opter. Donc la diversité et le pluralisme, en misant sur la SEPARATION DE LA RELION des affaires de la cité, DE L'ETAT, ce qui suppose de
légiférer sur l’EGALITE cultuelle, religieuse, confessionnelle ,et, METTRE FIN AL CONSECRATION DE LA DOMINATION/SUPPREMATIE DE L 'ISLAM SUR LES AUTRES RELIONS... Oui pour une laicité tolérante,
humaniste, unversaliste.
Cette manière de revendiquer des droits par un verbiage insultant, vexant, raciste, xénophobe,
islalomophobe, arabophobe, qui puise dans "l'anthropologie coloniale".....arange fort bien la Dictature militaire criminelle au pouvoir qui a pour stratégie de : a) isoler et diviser complètement
la kabylie; b) neutraliser l'opposition en Kabylie et dans tout le Pays. Ce sont les Maitres du DRS , la Gestapo d'Alger qui ont élaboré cette stratégie, avec leurs Conseillers et complices
français racistes et xénophobes, et toujours "en retard d'une guerre" contre la Kabylie en particulier, et l'Algérie en général....
Alors, il faut finir avec cettre rhétorique raciste, pro-française, harkiste, dégueulasse et crapuleuse.
MORALITE: quelle que soit la justesse et la légitimité d'une cause, celà n'autorise en rien tous ces propos insultants, racistes, xénophobes, islamophobes et arabophobes! BIEN PLUS, ça sert
l'ennemi qui est le REGIME MILITARO-MAFIEUX, criminel, sanguinaire, corrompu, corrupteur et manipulateur.....qui instrumentalise et manipule les extrémistes de tous bords: islamistes, baâssistes,
régionalistes, séparatistes, autonomistes, indépendantistes.....comme partout dans le monde sont manipulabes, manipulés !
Et nous ne pourrons jamais trimpher et gagner tant que nous sommes polués et débordés par les "extrémistes" dans nos rangs.....qui sont , et tout le monde le sait, des Agents du Pouvoir militaire,
des harkis du DRS. Il nous faut absolument "isoler" et contrecarrer ces "extrémistes" qui "épaulent", soutiennent Les Généraux sanguinaires ! Arrétons le mensonge. Tous ces criminels qui sont à la
Direction téchnique et logistique sont ....issus des montagnes, des "idhourar" ! Vous le savez bien !


Youg'ourthen 29/05/2011 19:37


Le Régime militaire instrumentalise et manipule la religion, tout et tout !

Le combat pour la diversité et le pluralisme religieux, cultuels et confessionnels, doit être mené et promu farouchement et opiniatrement. C'est ça le combat pour la laicité et la démocratie.
Indissociables. Faut-il rappeler que le judaisme est la première religion des Imazighen, et que des pans entiers des populations de Thamzgha avaient adopté cette religion. Puis vint le
Christianisme, et les Berbères avaient donné des Grands doctrinaires de l'Eglise, Saint Augustin (de Thaggasth), Tellulien et d'autres, et plus tard Taos Amrouche et son frère Jean Amrouche, connu
pour son combat contre la France collaborationniste et coloniale. Ils faut lutter pour une "LAICITE TOLERANTE" qui accèpte toutes les confessions, mais aussi oeuvrer pour introduire le
"rationnalisme scientifique", l'athéisme, l'agnosticisme et la culture anti-religieuse. Et séparer définitivement la/les religions des "affaires de la cité": de l'Etat, et l'Ecole, l'Education,
l'Enseignement.
Le Régime militaro-mafieux utilise la “question religieuse”, cultuelle, confessionnelle de la même manière que les questions linguistiques, culturelles et autres: par la manipulation,
l’instrumentalisation, la provocation à des fins “politico-politiciennes”. DIVISER pour REGNER, élever les uns contre les autres, mettre aux prises les groupes et les régions, et arbitrer de loin,
exactement comme le faisaient les autorité coloniales françaises....
Ainsi, aprés avoir obtenu l’ISOLEMENT politique, linguistique et culturel de la région, Le Régime criminel mise sur son isolement religieux, cultuel, confessionnel. Pour: -1) achever l’isolement et
la division de la kabylie ; -2) diviser et/pour neutraliser l’Opposition en Kabylie et dans le Pays tout entier...
Le Régime instrumentalise certains prétendus ou dits “leaders”, des “agitateurs politiques” dans ce sens pour montrer (suivez le regard) une “région hostile, une anti-algérie”, (car)
pro-chrétienne, pro-israélienne, française /harkie, c’est le sens que donnent (les photos de ) Ferhat et Sadi en “posant” avec B-H.Lévy, Glucksman, Adler, Kinkielkrault, le rencontres avec les
organisations extrémistes de droite comme l’UPJF, le CRIF, Bloc identitaire, et récement Ferhat aux USA avec les Evangélistes pro-Buch, partisans du Grand Israèl, impérialistes, expantionnistes,
racistes, xénophobes...Bref
Ces "agitateurs" propulsés et sponsorisés par les Maitres du DRS, jouent dans le sens de la stratégie du Régime militaire qui mise à fond sur la division totale, la dispersion, l’atomisation,
l’emmiettement, l’extrémisation, l’éthnisation pour faire en sorte que l’ECARTEMENT ET L’ELOIGNEMENT des positions, des uns et des autres seraient tels qu’il n’y'aitplus de de point de convergence,
d’alliance, de conjonction, et partant, impossible à FEDERER, à UNIR.... comme en 1956 par ABBANE.
Cette stratégie est inaugurée depuis 1989, date de “l’ouverture contrôlée”, pour contrecarrer un éventuel FEDERATEUR, un Opposant déterminé à abattre la Dictature militaire....qui est le "mal
originel", la source de tous les problèmes, l'origine de la catastrophe, le démiurge...
Voilà l’enjeu dans tout celà. Il y’a une imbrication, une implication, une extension, une corrélation dialectiques, logiques…


Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens