Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 19:54

 

 

TSA

Livraisons d'armes pour le régime de Kadhafi

Nouvelles accusations contre l'Algérie

 

 

La Chine a offert d'énormes quantités d'armes au colonel Mouammar Kadhafi en juillet dernier et a mené des conversations secrètes sur leur livraison via l'Algérie et l'Afrique du Sud, a rapporté dimanche le quotidien canadien The Globe and Mail. Citant des documents en sa possession, le journal affirme que les compagnies d'armements chinoises contrôlées par l'État étaient prêtes à vendre des armes et des munitions pour un montant d'au moins 200 millions de dollars (150 millions d'euros) fin juillet, passant outre aux sanctions de l'ONU. The Globe and Mail ne confirme pas que les armes ont été livrées mais cite des dirigeants du nouveau régime à Tripoli selon lesquels les documents renforcent leurs soupçons sur de récents agissements de la Chine, de l'Algérie et de l'Afrique du Sud.
 
Omar Hariri, chargé des affaires militaires au sein du Conseil national de transition (CNT), a examiné les documents et conclu qu'ils expliquent la présence de nouvelles armes sur le terrain, affirme le quotidien. « Je suis presque certain que ces armes sont arrivées et ont été utilisées contre notre peuple », a indiqué Hariri, selon le quotidien. Les documents ont été découverts dans un dépôt d'ordures dans le quartier de Bab Akkarah, à Tripoli, où habitaient plusieurs des plus fidèles partisans
du colonel Kadhafi, écrit le journal.
 
Des conseillers militaires de haut rang de Kadhafi se sont rendus à Pékin à la mi-juillet où ils ont rencontré les responsables des entreprises China North Industries Corp. (Norinco), China National Precision Machinery Import & Export Corp. (CPMIC) et and China XinXing Import & Export Corp., ajoute‑t‑il. Les firmes chinoises ont offert tous leurs stocks d'armes et ont proposé d'en fabriquer davantage si nécessaire, indique The Globe and Mail. Les Chinois ont insisté sur la nécessité de maintenir la discrétion et recommandé que « les contrats soient établis avec l'Algérie ou l'Afrique du sud, pays avec lesquels la Chine a déjà travaillé », selon les documents cités par le journal. Les firmes chinoises ont également relevé que beaucoup des armes demandées par la délégation libyenne se trouvaient déjà dans les arsenaux de l'armée algérienne et pouvaient être transportées immédiatement à travers la frontière, affirme le journal.
 
Selon les documents trouvés, les deux parties ont évoqué notamment la livraison de camions lance‑roquettes et de missiles antichars. Les Chinois auraient également offert des missiles sol‑air QW‑18, comparables au Stinger américains, capables d'abattre des avions à basse altitude, ajoute‑t‑il.
 
Vendredi, lors d'une rencontre à Paris avec le numéro deux du CNT Mahmoud Jibril, le vice‑ministre des Affaires étrangères chinois Zhai Jun a demandé à l'organe politique de la rébellion de « garantir réellement les intérêts des entreprises chinoises en Libye ».
 
La Chine, seul membre permanent du Conseil de sécurité de l'ONU à ne pas avoir reconnu officiellement le CNT, « respecte le rôle important du CNT en Libye, avec lequel elle est prête à maintenir des contacts étroits, afin de promouvoir des relations sino-libyennes amicales », a déclaré M. Zhai, selon l'ambassade de Chine en France

Entretien avec Guma Al-Gamaty, représentant du CNT à Londres :

"Le gouvernement algérien doit présenter ses excuses au peuple libyen"

 


news1.636472[1].jpg

L’Algérie a annoncé officiellement la fermeture de ses frontières avec la Libye. Comment le CNT a‑t‑il accueilli cette décision ?

Nous accueillons avec satisfaction la décision de fermeture des frontières. Cette décision d’Alger va empêcher Kadhafi et ses partisans de l’ancien régime de fuir vers l’Algérie à travers les frontières. Si Kadhafi venait à entrer sur le territoire algérien, le peuple libyen chercherait à le juger pour les crimes qu’il a commis contre lui. L’Algérie serait alors obligée de le livrer aux autorités libyennes.

 

Quelle est la situation sécuritaire aux frontières avec l’Algérie ?

Les frontières sont très bien sécurisées.
 
 
Comment avez-vous accueilli la décision de l’Algérie d’offrir l’asile à la famille Kadhafi ?

La décision de l’Algérie d’accueillir une partie de la famille de Kadhafi est une démarche très négative. Une autre décision de ce genre serait considérée comme une provocation et un acte hostile à l’égard du peuple libyen.
 

Le CNT va-t-il demander l’extradition de la famille de Kadhafi refugiée en Algérie ?

Nous allons évoquer le sujet au moment opportun pour demander officiellement au gouvernement algérien d’extrader Mohamed et Hannibal (Kadhafi, NDR) pour leur implication dans la fuite à  l’étranger de sommes colossales et la dilapidation de milliards. Nous voulons les juger en Libye.
 

L’Algérie a affirmé avoir accueilli la famille de Kadhafi pour des raisons purement humanitaires…

On peut comprendre l’accueil de la fille, de la femme et des neveux de Kadhafi. On ne vise pas les enfants et les femmes. Mais on ne peut pas comprendre l’accueil de Mohamed et Hannibal. On ne considère pas cela comme une action humanitaire. C’est une décision contraire aux intérêts du peuple libyen et à nos relations bilatérales.
 
 
L’Algérie a exprimé ses inquiétudes au sujet du transit d'armes vers les groupes armés activant dans la région du Sahel…

Il n’y a pas de terroristes en Libye. Al‑Qaïda n’est pas présente en Libye. C’est une fausse accusation. On ne peut pas laisser les armes quitter la Libye.
 

L’Algérie avait livré par le passé des éléments terroristes à Libye. Que sont‑ils devenus ?

Je le répète encore une fois : il n’y a pas de terroristes en Libye. Tous les révolutionnaires sont des nationalistes modérés qui n’ont aucune relation avec les organisations terroristes. Ceux qui ont été livrés par l’Algérie à Kadhafi étaient des opposants politiques. L’Algérie n’aurait pas dû les livrer parce qu’elle savait que leur sort était la torture, la prison et parfois la mort.
 

Pensez‑vous que l’hésitation de l’Algérie à reconnaître le CNT est due au fait qu’elle s’inquiète de l’arrivée probable d’extrémistes au pouvoir en Libye ?

Aucun pays n’a le droit d’intervenir dans les affaires internes de la Libye. Le peuple libyen a le droit de choisir ses dirigeants, via des élections libres et transparentes. Les Libyens sont contre l’extrémisme. Ils choisiront des dirigeants nationalistes capables de défendre les intérêts libyens.
 

Comment avez‑vous accueilli l’annonce par Alger de son intention de reconnaître le futur gouvernement libyen ?

C’est l’Algérie qui a intérêt à reconnaître le CNT. La position algérienne sur le conflit libyen a été très négative. Le gouvernement algérien a soutenu Kadhafi. Il ne faut pas oublier que le CNT a été reconnu par plus de 60 pays, la Ligue arabe, l’Organisation de la conférence islamique, l’Union européenne et les grandes puissances.
 

Des informations font état de l’exécution de Touaregs présents en Libye….

Ces informations sont fausses. Elles sont destinées à déformer l’image de la Libye en disant que ce pays est confronté à la violence et au racisme. Les Touaregs, les Arabes et les Amazighs qui se trouvent en Libye sont des citoyens libyens. Aucun n’a été expulsé. Aucun étranger n’a été tué en Libye, qu'il soit Touareg ou d’une autre nationalité.
 

Quel est l’avenir des relations entre la Libye et l’Algérie ?

Les relations algéro‑libyennes étaient et demeurent excellentes. Nous demandons au gouvernement algérien de respecter la volonté du peuple libyen et de son futur gouvernement. Nous faisons la différence entre la position du gouvernement algérien, qui était fausse, et celle du peuple algérien durant les six derniers mois. Notre position vis‑à‑vis du peuple algérien reste fraternelle et n’a pas changé. Le gouvernement algérien doit justifier son soutien à Kadhafi durant les six derniers mois et présenter des excuses au peuple libyen pour le soutien qu’il a offert à Kadhafi pour tuer le peuple libyen.
 

Quel est le sort des investissements algériens en Libye après la décision du CNT de revoir tous les accords conclus sous le règne de Kadhafi ?

Désolé, je n’ai pas suffisamment d’éléments pour répondre à cette question.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens