Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 22:00

 

 

....Pendant qu'en Algérie les gouvernants dépensent  les pétrodollars dans une ''salle guerre'' revancharde contre une Kabylie désarmée,  dans l'accélération de construction de mosquées, et dans le financement de mercenaires en Libye et au Sahara Occidental.

 

 

 

TSA

 

Après avoir pris Renault, le Maroc s’empare de Desertec

L'Algérie victime de l'indécision de ses gouvernants

 

Après avoir réussi à attirer Renault dans l’industrie automobile, le Maroc s’empare de Desertec et prend de l’avance sur l’Algérie dans les énergies renouvelables. La première centrale solaire pilote de Desertec sera en effet implantée au Maroc. La construction commencera dès 2012 pour un investissement de 800 millions de dollars. L’annonce a été faite, mercredi 5 octobre, par le PDG de Desertec Industrial Initiative (DII), Paul Van Son. L’Algérie voit ainsi lui filer entre les doigts un projet gigantesque destiné à alimenter l’Europe en électricité produite grâce à des centrales solaires implantées dans les pays du sud de la Méditerranée.

L’Algérie paie ainsi son indécision et son manque d’ambition dans ce domaine. Pourtant, l’Algérie était bien placée pour décrocher la construction de la première centrale solaire de ce projet sur son territoire. Le groupe privé Cevital, partie prenante de Desertec, a affiché à plusieurs reprises son ambition d’investir dans le solaire. Dans les prochaines années, l’Algérie risque de payer très cher ce retard sur le Maroc. Sa position de principal fournisseur d’énergie de l’Europe est sérieusement menacée d’autant que la fin des d’énergies fossiles, comme le pétrole et le gaz, est proche.
Ce n’est pas la première fois que le Maroc devance l’Algérie dans la course aux investissements étrangers structurants. Il y a quelques années, le royaume de Mohamed VI avait réussi à convaincre Renault d’implanter une usine de fabrication de Logan à Tanger pour un investissement d’un milliard d’euros. Depuis, le gouvernement algérien court pour convaincre le constructeur français d’investir dans une petite usine en Algérie. Sans succès. Les discussions avec Renault s’éternisent. Et le projet risque de ne jamais voir le jour.
En octobre dernier, une importante délégation du groupe allemand Volkswagen a présenté à Alger le projet d’implantation d’une usine de fabrication de voitures. Une année après, le projet n’a connu aucune avancée. Entre‑temps, les Marocains tentent de s’en emparer. Leur ministre du Commerce est allé en Allemagne pour y rencontrer les responsables du numéro un européen de l’automobile. Les Marocains prennent des initiatives et se montrent à chaque fois plus entreprenants que les Algériens. « On dirait que les Marocains corrompent nos responsables pour qu'ils les laissent prendre des projets aussi importants », ironise un patron algérien, dérouté par la politique du gouvernement en matière d’investissements.
Les succès du royaume de Mohamed VI ne s’arrêtent pas à l’automobile et aux énergies renouvelables. Dans l’agriculture et l’industrie, le Maroc a pris beaucoup d’avance sur l’Algérie. Dans les infrastructures de base, le Maroc vient de lancer avec succès la construction d’une ligne de TGV (trains à grande vitesse) pendant que les investissements algériens dans les chemins de fer peinent à voir le jour. Les Algériens continuent de voyager dans des trains vétustes et dangereux alors que des sommes colossales ont été dégagées pour moderniser le réseau ferroviaire.

Après les tergiversations et les hésitations de l’Algérie

La première centrale solaire Desertec sera implantée au Maroc

La première centrale solaire pilote du projet Desertec sera finalement implantée au Maroc. La construction commencera dès 2012 pour un investissement de 800 millions de dollars. L’annonce a été faite, mercredi 5 octobre, par le PDG de Desertec Industrial Initiative (DII), Paul Van Son. Le choix de DII, qui hésitait entre plusieurs pays de la rive sud de la Méditerranée dont l’Algérie, s’explique par la stabilité politique et sociale du Maroc et parce que le gouvernement marocain soutient fortement l’expansion des énergies renouvelables et que le pays est déjà relié à l’Europe via deux câbles sous‑marins, a expliqué Paul Van Son. « Le Maroc est particulièrement à court d’argent et c’est pour cela qu’il est désireux d’attirer les investissements étrangers et plus disposés à accepter les conditions du projet Desertec que certains autres pays d’Afrique du Nord », explique pour sa part à l’agence Bloomberg, un expert du secteur de l’énergie.
Initié en 2009 par une douzaine d'entreprises, dont la majorité allemandes, le projet d’un montant de 400 milliards de dollars porte sur la réalisation d'un réseau de centrales solaires en Afrique du nord et au Moyen‑Orient. Les promoteurs de Desertec ambitionnent de couvrir à terme 15 % des besoins énergétiques de l'Europe et « une part considérable » de ceux des pays producteurs.
Pour l’Algérie, cette décision du consortium à la tête de Desertec apporte une nouvelle fois la preuve des errements du gouvernement en matière d’investissements étrangers et de choix stratégiques pour le pays. Certes, l’Algérie n’est pas exclue du projet, il ne s’agit que de la première centrale pilote qui doit être construite au Maroc. Mais elle illustre la gestion chaotique de ce dossier par les autorités algériennes, incapables de se prononcer clairement sur le projet Desertec. En effet, depuis le lancement de DII en 2009, la position des autorités algériennes n’a pas cessé de fluctuer, débouchant même parfois sur des déclarations contradictoires de plusieurs de nos responsables politiques.
Ainsi, en décembre dernier, lors d’une visite officielle en Allemagne, le président Abdelaziz Bouteflika, avait affirmé que l’Algérie et l’Allemagne travaillent ensemble « dans les énergies nouvelles à travers un projet colossal que nous allons approfondir d’un commun accord ». Il ne citait pas Desertec mais l’allusion était claire. Or, moins d’un mois plus tard, le ministre de l’Énergie et des mines, Youcef Yousfi, affirmait que « le gouvernement algérien n’a pas donné son feu vert à Desertec », ajoutant que l’Algérie avait son propre plan de développement des énergies renouvelables. En mai dernier, les inquiétudes algériennes semblaient s’être calmées. A l’occasion d’une visite de Paul Van Son à Alger, Youcef Yousfi avait affirmé que l’Algérie était prête « à entamer une coopération fondée sur un partenariat à long terme » avec les promoteurs du projet Desertec.
En fait, depuis le début du projet, l’Algérie s’inquiète des conditions dans lesquelles le projet Desertec sera mis en place. Notamment sur la question du transfert de technologie et des prix de l’électricité produite à partir des centrales solaires construites dans le cadre de Desertec. L’Algérie souhaite ainsi que le projet « intègre impérativement la fabrication des équipements industriels en Algérie », selon un communiqué du ministère de l’Énergie lors de la visite de Pau Van Son à Alger. Des tergiversations et des hésitations qui ont convaincu les responsables de DII de se tourner vers des partenaires plus prompts à se décider.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens