Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 22:13

El Watan

 

Wassyla Tamzali : La décrue de l’utopie islamiste

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 10.03.13 | 20h37 Réagissez

L’islamisme ne sera pas vaincu par les grands principes et discours mais il est en train de se heurter à l’art de vivre et aux moeurs des peuples qu’il veut asservir.

Une confrontation qui est, au fond, un signe du début de sa décrue, au-delà de toute considération immédiate. Ce constat a été fait par la féministe algérienne Wassyla Tamzali qui prenait part, vendredi dernier, à une table ronde sur La femme et les printemps arabes - bien au pluriel, organisée à HEC Montréal par la chaire Walter Somers dont le titulaire n’est autre que le professeur en management Taieb Hafsi et la fondation Club avenir.

Elle a étayé son propos en rappelant que l’empreinte islamiste dans la société de plus en plus visible dans la tenue vestimentaire n’a pas empêché les Algériens d’aller au-delà de la ridicule interdiction de la musique dans les fêtes, par exemple. C’est à travers ces petits gestes que le peuple résiste et balaie le discours islamiste.

Pour l’ancienne avocate qui n’est pas à sa première conférence ou débat à Montréal, le printemps arabe que d’aucuns qualifient de révolution arabo-musulmane n’est ni arabe et encore moins musulman. Pour la simple raison que la région compte des berbères dont certains sont arabophones, et des non musulmans.

La religion « qui ne vient pas du ciel » comme l’a souligné Wassyla Tamzali déclenchant une salve d’applaudissements dans l’assistance composée majoritairement de femmes d’origine algérienne, est en ce moment le symbole de la contre-révolution en Tunisie, berceau du printemps arabe, avec l’arrivée au pouvoir du parti islamiste Ennahda. Sur ce point l’un des présents, Farid Salem, fondateur de l’Association Solidarité Québec Algérie a affirmé que ceci est dû aussi « au manque de solidarité des forces anti-obscurantistes, comme ce fut le cas en Algérie » faisant un me culpa public, qui reste, malheureusement valable de nos jours.

Wassyla Tamzali a appelé de tous ses voeux à une révolutin religieuse et à une réforme de l’islam. Car, il ne sert à rien de faire le pari que la politique pourrait démocratiser la religion. Cette réforme serait la vraie révolution dans le monde arabe et ne concerne pas que les femmes. D’où la nécessité de remettre sur la table un débat sur a laïcité. A ce propos, elle écorche la gauche tunisienne qui a refusé d’aborder ce point en ce rendez-vous historique avec la démocratie. L’auteure d’Une éducation algérienne met en garde contre une interprétation technique et juridique de la laïcité qui serait juste une séparation entre la religion et la politique. Pour elle, la laïcité relève de la liberté de conscience.

Wassyla Tamzali remarque que les événements dans les pays arabes sont la première révolution existentialiste dans cette partie du monde. Il y a 50 ans, reconnait-elle, « nous avons libéré nos pays mais nous n’avons pas libéré l’individu ». Le pouvoir en Algérie, depuis l’indépendance, a donné la gestion de la femme aux hommes, à travers le code de la famille, et a pris tous les autres pouvoirs pour lui.

Celle qui se défnit appartenir à la génération du dévoilement à l’indépenance, se désole de voir les femmes voilées . Elle trouve aberrant ce qu’on appelle le féminisme islamique – « être libre de choisir de se soumettre ». Pour elle il n’y a aucune contradiction à être démocrate et interdire le voile : Comme on n’a pas le droit d’être nu, on n’a pas le droit de s’habiller n’importe comment !

L’ancienne employée de l’UNESCO est en plein rédaction d’un récit sur une jeune immigrée algérienne en Italie qui a porté le voile à l’âge de 15 et s’est dévoilée cinq ans après. « Son cheminement vers la liberté a commencé en interrogeant Dieu qui dans son infinie intelligence n’imposerait pas l’obligation de le porter», affirme Wassyla Tamzali qui a martelé que « l’islamisme est une idéologie mortifère et le féminisme c’est la vie ».

Elle reste toutefois optimiste. Elle croit que comme la révolution algérienne avait libéré l’Afrique, la révolution tunisienne libérera le monde arabe.

 

Samir Ben

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens