Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 20:57

TSA

 

Aït Boumaza, Timeghras, Aït Meslayen, Aourir Ouzemour…

La dure réalité des villages kabyles sous la tempête de neige

 

Kabylie, neige, gaz.jpg

Loin des images diffusées par la télévision et des discours des autorités sur les ondes des radios, la réalité vécue par les villageois sur les hauteurs de Kabylie depuis le début de la tempête de neige dépasse tout entendement. À la lisière du massif du Djurdjura, le village Aït Boumaza, à 1 000 mètres d'altitude, est sans doute un des plus affectés. Dans la commune de Frikat, dont il relève administrativement, il compte parmi les villages les plus isolés. Avec une épaisseur de neige qui a dépassé 2,5 mètres, les habitants du village sont littéralement coupés du reste du monde. « Les habitants d'Aït Boumaza ne donnent plus aucun signe de vie », s'inquiètent leurs proches voisins. Un message d'alerte a même été diffusé sur les réseaux sociaux.

Ces villageois sont actuellement sans téléphone, ni gaz. Même l’approvisionnement en nourriture ne leur est plus assuré. Aucune autorité locale n'a voulu s'expliquer sur le sort de ce village dont la route n'est pas concernée par les opérations de déneigement, à en croire des habitants des autres villages de la commune.

Mais Aït Boumaza, situé à environ 70 kilomètres au sud de la ville de Tizi Ouzou, n'est pas le seul village isolé de la Kabylie depuis le début de cette tempête. Timeghras, dans la commune d'Aït Boumahdi, Souk El Djemâa et Aït Meslayen, Aourir Ouzemour et Akaoudj dans la commune d'Akbil, plusieurs villages de la commune d'Abi Youcef, de Zekri et Aït Zikki, dans la région de Bouzeguène, ainsi que plusieurs villages de la commune d'Akerrou demeurent également coupés du monde. À Tifrit Aït El Hadj, dans la commune d'Akerrou, une personne décédée a passé 4 jours dans la malle d'un fourgon coincé sous la neige, affirment les habitants. À Akbil, on brûle même les meubles pour se chauffer, indiquent des villageois qui font face à une pénurie de gaz jamais connue auparavant. « Une bouteille de gaz a été vendue à 4 500 DA par un revendeur », affirme un citoyen. À Souk El Djemâa elle a été cédée à 3 000 DA et à 1 200 DA dans plusieurs localités de la Haute Kabylie.
À Bouzeguène et à Yakourène, le lait en sachet a été cédé à 35 et 40 DA et le pain à 12 DA rien que dans la périphérie de la ville de Tizi Ouzou. Le prix des fruits et légumes à carrément triplé. La carotte à 90 DA le kg, le choux‑fleur à 120 DA et la pomme de terre à 80 DA, juste à la sortie de la ville de Tizi Ouzou. Mais en Haute Kabylie, alors que la tempête de neige continue de sévir, les habitants désemparés n'ont pas le choix et se disent prêts à payer n'importe quel prix pour se procurer des denrées qui se raréfient de jour en jour

Le Conseil des ministres, réuni ce mardi 7 février, sous la présidence d’Abdelaziz Bouteflika n’a pas évoqué la situation de centaines de milliers d’Algériens bloqués par la neige à travers le pays. Dans le communiqué du Conseil des ministres, aucun mot pour rassurer les populations qui demeurent sans électricité, ni gaz, ni chauffage depuis plus de quatre jours. Aucun message de condoléances aux familles des 28 victimes de la tempête de neige qui frappe les régions du nord et des hauts plateaux depuis vendredi. Aucune mesure concrète n’a été annoncée pour renforcer les moyens matériels d’intervention des mairies en cas de neige et d’inondations.

La détresse des populations encerclées par la neige n’était pas à l’ordre du jour de cette réunion. Elle n’a même pas été évoquée. Comme si aucun des participants n’était concerné directement par les difficultés que rencontrent quotidiennement les Algériens de l’intérieur du pays. Pourtant, cette tempête de neige exceptionnelle – du jamais vu depuis des dizaines d’années – nécessite des mesures exceptionnelles. D’autant qu’elle a montré les défaillances de l’État, de son administration, la mauvaise qualité des routes, l’insuffisance des réseaux de distribution de gaz et d'électricité…
Le Conseil des ministres a été consacré à des dossiers qui intéressent peu les Algériens confrontés à une vague de froid sibérien : la Loi de finances complémentaires 2012, le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, les futures législatives ainsi que l’augmentation du nombre de sièges au Parlement ! Des dossiers dont le seul objectif est d’assurer la survie du régime.
Alors que le Conseil se tenait à Alger, des dizaines de milliers d’Algériens étaient toujours bloqués dans leurs villages, incapables de se déplacer pour se procurer une bouteille de gaz butane ou un jerrycan de mazout pour se chauffer. Les routes étant entièrement couvertes par une épaisseur de neige qui a dépassé les 2 mètres dans certains villages de Kabylie, la région la plus touchée par l’exceptionnelle vague de froid et la tempête de neige qui frappe le pays depuis quatre jours.
Dans ces régions isolées du monde, l’État est tout simplement absent. L’intervention du génie militaire pour déneiger certaines routes en Kabylie et à l’ouest du pays ne suffit pas pour combler le vide. Des ministres auraient dû quitter leurs résidences ultra‑protégées de la capitale pour s’enquérir de la situation des populations et aider les maires, les chefs de daïra et les walis qui affrontent souvent seuls une situation nouvelle et difficile.
On aurait aimé voir des ministres sur le terrain : Amar Ghoul (Travaux publics), Amar Tou (Transports), Saïd Barkat (Solidarité nationale) ou encore Youcef Yousfi (Énergie et mines). On aurait apprécié qu’ils partagent la détresse des populations confrontées au manque de gaz et d’électricité, vouées à l’isolement du fait des routes rendues impraticables par l’enneigement. Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, garde étrangement le silence alors que les prix de tous les produits, notamment les fruits et légumes, ont flambé d’une façon spectaculaire. Ces ministres ont pourtant l’habitude d’effectuer des sorties quasi quotidiennes sur le terrain pour inaugurer un petit tronçon d’autoroute, la réalisation de quelques mètres d’une ligne de tramway ou pour discourir sur les prix du pétrole.

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens