Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 23:07

source: http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/environnement/200912/15/01-931334-les-medecins-de-sept-iles-veulent-toujours-un-moratoire-sur-luranium.php

La Presse Canadienne
Port-Cartier

Les représentants de la vingtaine de médecins démissionnaires de Sept-Îles continuent de réclamer un moratoire sur l'exploration et l'exploitation de l'uranium au Québec.

En conférence de presse dans cette ville, mardi après-midi, ils ont indiqué que leur position ne changera pas, même si la compagnie minière Terra Ventures a cessé temporairement ses activités au lac Kachiwiss.

Lundi, par voie de communiqué, la compagnie minière de la Colombie-Britannique n'invoquait pas la protestation régionale contre le projet, mais plutôt le faible prix de l'uranium sur le marché, pour justifier l'arrêt de ses activités.

L'entreprise a également indiqué qu'elle mettait fin aux travaux de construction du chemin d'accès au site d'exploration.

 

La porte-parole du groupe, la Dre Isabelle Gingras, a tenu à rappeler que même si le prix de l'uranium sur le marché venait à augmenter, la position des médecins ne changerait pas.

Elle estime que la santé des habitants de la région doit primer sur les retombées économiques d'un projet qui pourrait avoir des conséquences néfastes sur l'ensemble de la population.

Personne à l'abri

De son côté, l'ingénieur Rasvan Popescu, qui fait également partie des opposants, croit que personne n'est à l'abri des impacts de l'exploitation d'une mine d'uranium dans la région.

Il estime que le vent et la pluie pourraient transporter des résidus radioactifs partout au Québec en passant entre autres par le golfe Saint-Laurent.


source: http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/sante/200912/11/01-930375-menace-de-demission-de-medecins-a-sept-iles-message-recu-a-la-sante-publique.php


Plus de 1200 personnes manifestent contre l'uranium à Sept-Îles


Fanny Lévesque, collaboration spéciale
Le Soleil

(Sept-Îles) Il y a eu une manifestation monstre, dimanche à Sept-Îles, alors que plus de 1200 citoyens sont descendus dans les rues pour protester contre les travaux d'exploration d'uranium en cours au nord de la ville. Du même souffle, ils ont donné leur appui au groupe de 24 médecins démissionnaires du Centre de santé et de services sociaux de Sept-Îles. Le message envoyé au gouvernement est clair : Sept-Îles ne veut pas d'uranium dans sa cour.

Fanny Lévesque, collaboration spéciale
Le Soleil

(Sept-Îles) Les doléances des médecins de Sept-Îles dénonçant l'exploration d'uranium commencent à être entendues, car la Direction de santé publique révisera fort probablement sa position prise en janvier 2009, voulant que les activités d'exploration uranifère ne présentent pas de risque pour la santé publique.

«Il faut aller à un autre niveau et évaluer tous les facteurs de risque. Nous avons bien compris les préoccupations des médecins et nous allons travailler ensemble», a exprimé, hier, le directeur national de santé publique, le Dr  Alain Poirier, au terme d'une rencontre d'urgence avec la vingtaine de médecins démissionnaires du CSSS de Sept-Îles qui s'opposent fermement aux travaux uranifères en cours au lac Kachiwiss, au nord de la ville. Du même souffle, la Santé publique a annoncé qu'elle prendra sous son aile l'épineux dossier de l'uranium en créant un comité de travail chargé d'évaluer les risques liés à cette industrie sur la santé. «L'avis de janvier 2009 était plus technique, c'est une position qui évolue», a expliqué le directeur de santé publique de la Côte-Nord et président du futur comité de travail, le Dr Raynald Cloutier. «Il faut prendre ce dossier au sérieux et tenir compte de la population. Nous voulons prendre une position plus approfondie.»

 

Cette décision satisfait pour le moment le groupe de médecins qui menacent toujours de quitter la région si le gouvernement n'impose pas un moratoire permanent sur l'exploration et l'exploitation uranifère au Québec. «Nous avons réussi à faire passer notre message, mais il va falloir que les choses s'enclenchent. Notre position ne change pas», a indiqué l'un des porte-parole des médecins, le Dr  Bruno Imbeault.

 

 

«Ils nous ont admis dès le début de la rencontre qu'ils étaient un peu dans le champ avec leur avis de santé publique», a ajouté la Dre  Isabelle Gingras, en faisant référence à l'avis de janvier 2009.

 

Au cours des prochains jours, les médecins partageront leurs expertises et connaissances du dossier avec les autres membres du comité de travail. Des représentants de la Ville de Sept-Îles, de la Santé publique et de différents ministères devraient aussi faire partie de la table de concertation.

 

«Nous souhaitons une prise de position de la Santé publique d'ici les prochaines semaines, et si leur avis est contraire au nôtre, bien nous ne le partagerons pas», a certifié le Dr Imbeault.

 

Hier, la Conférence régionale des élus de la Côte-Nord ajoutait sa voix à celle des médecins et de la municipalité en demandant à son tour à Québec de décréter un moratoire. Demain, le Regroupement Sept-Îles sans uranium invite la population à descendre dans les rues pour manifester, une troisième fois, contre l'exploration uranifère effectuée par la compagnie Terra Venture, qui se fait toujours muette malgré le tollé soulevé par ces travaux.

Avec la collaboration de Steeve Paradis

.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens