Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 19:32

Il ne serait pas étonnant, pour les gens avisés, que la tentative de ''sabotage'' de ce gazoduc algéro-italien, soit l'oeuvre des services algériens, donc un auto-sabotage ! En effet, la presse gouvernementale trahit le régime algérien. On peut lire ci-dessous : ''... La Libye et la Tunisie deviendront-elles le théâtre d'opérations terroristes? Le risque est avéré. Ce qui conforte la position de l'Algérie qui plaide pour une solution rapide et politique en ce qui concerne le conflit libyen...''. Décodé, cela n'est qu'un appel du pied aux Européens pour qu'ils arrêtent leur intervention contre Kadafi que le régime algérien défend au grand jour. D'ailleurs, les Algériens sont habitués à ce genre d'acte d'auto-sabotage. Ils se souviennent encore des crimes abominables de Bentalha, des Moines de Tibhirin, etc...que le pouvoir a tenté désespérement d'attribuer aux islamistes afin que l'Europe le soutient et lui permette de rester au pouvoir. Faqou ! L'étau se ressere sur ce régime machiavel aux méthodes bolchéviques.

 

 

 

 

L'Expression

TENTATIVE DE SABOTAGE DU GAZODUC ALGÉRO-ITALIEN

Al qaîda s'installe en tunisie

transmed
Par Cette opération intervient dans une conjoncture politique marquée par une forte présence de la tendance islamiste
Cette opération intervient dans une conjoncture politique marquée par une forte présence de la tendance islamiste

Des accrochages ont déjà opposé des unités de l'armée tunisienne à des éléments identifiés comme liés à des groupes djihadistes, fortement suspectés d'appartenir au réseau Al Qaîda.

Bien que la tentative de sabotage du Transmed (Transméditerranéen), pipeline de gaz naturel qui relie l'Algérie à l'Italie via la Tunisie, n'ait pas été revendiquée, certains observateurs l'attribuent à la branche d'Al Qaîda au Maghreb islamique. Cette opération intervient dans une conjoncture politique marquée par une forte présence de la tendance islamiste. Un net regain de tension a été relevé dans plusieurs régions de la Tunisie ces derniers jours. Des affrontements ont opposé des manifestants aux forces de l'ordre alors que des actes de vandalisme ont visé des postes de police ainsi que des établissements publics. Où va la Tunisie? Après l'euphorie provoquée par la Révolution de jasmin qui a mis fin à près d'un demi-siècle d'un règne sans partage de l'ex-président Ben Ali, la Tunisie voisine risque de connaître une période d'instabilité à laquelle n'est pas étrangère l'émergence de la mouvance islamiste. Aqmi aurait, selon certaines sources, installé des bases sur le territoire tunisien et s'approvisionne en armes et en munitions dans les arsenaux libyens sans contrôle depuis que l'Otan a lancé son opération militaire contre Mouamar El Gueddafi. La Libye et la Tunisie sont dans la tourmente. Deux pays secoués par de très fortes turbulences et qui constituent des bases potentielles pour les groupes terroristes islamistes et le grand banditisme en tous genres (trafic d'armes, de drogue, enlèvements et prises d'otages...) juste aux portes de l'Algérie où Al Qaîda au Maghreb islamique semble vouloir s'installer durablement. Alors que la lutte s'intensifie et s'organise contre les groupes terroristes qui écument la bande sahélo-sahélienne, les territoires libyen et par ricochet tunisien leur offrent une fabuleuse opportunité pour desserrer l'étau et mener des opérations de déstabilisation à partir de parcelles de terrain nouvellement investies. La Libye et la Tunisie deviendront-elles le théâtre d'opérations terroristes? Le risque est avéré. Ce qui conforte la position de l'Algérie qui plaide pour une solution rapide et politique en ce qui concerne le conflit libyen. L'Algérie a encore appelé tout récemment à appuyer les différentes initiatives et efforts pour une «solution pacifique» de la crise libyenne, en prenant en compte «la feuille de route de l'Union africaine (UA)». Un point de vue partagé par l'Italie, à l'occasion de la récente visite effectuée à Alger par Franco Frattini, son ministre des Affaires étrangères, le Maroc, la Tunisie, la Pologne, l'Union africaine...La Tunisie qui est en proie à un islamisme et à un terrorisme rampant, court le risque de vivre la dramatique expérience par laquelle est passée l'Algérie juste après sa «révolution d'Octobre». Au lendemain des émeutes déclenchées le 5 octobre 1988 qui ont été suivies par de profondes réformes ouvrant ainsi les portes au multipartisme, et à la liberté de la presse, les islamistes se sont servis des mosquées comme lieux de propagande de leur idéologie, interdit les salles de cinéma, les baignades pour femmes, imposé le voile...Des réflexes repris par les islamistes tunisiens qui comptent pouvoir imposer un mode de vie et un comportement en adéquation avec une application rigoriste des préceptes de l'Islam. Les actes de violence de ces derniers jours font penser à l'existence d'un plan ourdi qui tendrait à ébranler la stabilité de la Tunisie et mettre en échec la Révolution de jasmin. Ce qui ferait l'affaire des islamistes et reproduirait le scénario algérien. Certains y voient la main d'Al Qaîda au Maghreb islamique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens