Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 22:11

L'expression

 

ALI HAROUN À PROPOS DES RÉVOLTES ARABES

«Le danger n’est pas totalement écarté en Algérie»

Par
Pour lui, le fait que le pouvoir annonce des réformes est une manière d’avouer que ce qui a été fait n’était pas suffisant.

L´ex-ministre des Droits de l´homme, Ali Haroun, a éludé, hier, la question des consultations politiques menées depuis le 21 mai dernier par le président du Sénat, Abdelkader Bensalah. Invité au Forum El Moudjahid pour présenter son dernier ouvrage L´éclaircie, il n´a pas voulu se prononcer sur le sujet. Cela étant, M. Haroun a disserté sur bien d´autres questions. Abordant la question des révoltes populaires dans les pays de l´Afrique du Nord et du Moyen-Orient, le conférencier a averti que ce qui se passe ailleurs s´impose chez nous, qu´on le veuille ou pas. Il a appelé, dans ce contexte, à la préservation de la démocratie, de la République et de l´Etat de droit, et ce pour éviter de basculer dans la violence ou de revivre la situation des années 1990.
Le conférencier a estimé que l´Algérie vit depuis l´Indépendance sous une «démocratie apparente» où le peuple ne dispose pas du droit de choisir ses représentants selon les règles requises en la matière. Il a rappelé la manière avec laquelle l´Assemblée constituante a été élue en 1963 sans que le peuple n´ait eu le droit de choisir, mais seulement de dire oui ou non.
Dans ce sillage, l´orateur a estimé que l´alternance au pouvoir est l´une des conditions de la démocratie qui est, elle, «une culture qui demande une formation». Selon lui, certains défendent la thèse selon laquelle il faut laisser le peuple choisir autant de fois qu´il le veut. Car, a-t-il expliqué, un candidat à une élection, qui est aussi président, peut manipuler et instrumentaliser l´administration. Seulement, en Algérie, ceux qui ont défendu ce principe ne l´ont pas fait par conviction. Preuve en est, trois années après l´avoir défendu bec et ongles, ils ont changé de position pour défendre le contraire. L´invité du Forum El Moudjahid a mis, également, en garde contre l´agrément à tout-va des partis politiques dans le cadre des nouvelles lois.
Il appelle à tirer les leçons du passé (agrément du FIS et de plus de 60 partis après l´ouverture de 1989) pour prévoir les conditions dans lesquelles un parti doit être constitué. «La démocratie ne veut pas dire anarchie et elle a des règles», s´est-il justifié. Et les réformes actuelles que le pouvoir veut opérer?
Pour Ali Haroun, le fait que le pouvoir annonce ces réformes est une manière d´avouer que ce qui a été fait n´était pas suffisant. «A partir du moment où le chef de l´Etat dit qu´il faut des réformes, cela veut dire que les réformes qui ont été faites sont soit insuffisantes soit elles n´étaient pas dans le bon sens», a-t-il soutenu. Le conférencier a ajouté que le système actuel qui veut lui-même être réformé a besoin de beaucoup d´améliorations.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens