Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 23:11

 

 

Igilgilis, Djidjel, Djidjelli, telles étaient les noms de Jijel au cours de l'histoire; en effet plusieurs envahisseurs y avaient laissé des vestiges: phéniciens, romains, byzantins, turcs, ....

 

 

 

 

 

Située le long de la côte est, à quelque 80 km de Bagyet, Jijel s’étend sur une superficie de 2.398,69 km2 et compte plus de 600.000 habitants. Les plaines côtières de la région sont entourées au sud par les reliefs de la Petite Kabylie. La plaine de l'oued Mencha est située au nord, le long de la bande littorale allant des petites plaines de Jijel, les plaines d'El-Aouana, le bassin de Jijel, les vallées des oueds Kébir et Boussiaba et les petites plaines de l’oued Z'hour.

 Dans cette région, la montagne tombe souvent à pic dans la mer et forme une côte très découpée, appelée corniche jijelienne. Le bassin versant culmine à 1 589 m d’altitude avec une altitude moyenne de 406 m. Les principales cimes montagneuses sont Tamezguida, Tababort, Seddat et Bouazza. La végétation du bassin versant est distinguée par une couverture forestière peu abondante, constituée essentiellement de chênes-lièges.

 

L’histoire tumultueuse de la ville,  le nom même de la ville Igilgili trouve son origine dans l’ère pré-romaine. La lettre I se réfère à l’existence d’îlots sur le littoral, tandis que Gilgil désigne un cercle de pierres. La fondation de la ville vers le VIe siècle avant J.C. est attribuée aux Carthaginois ; elle prend le nom d’Igilgilis en devenant colonie romaine sous l’empereur Auguste. Reliée à l’antique Saldae (Béjaïa) par une voie de communication, la ville eut de nombreuses relations maritimes et terrestres qui contribuèrent à sa prospérité aux IIIe et IVe siècles. Son port fut le point de débarquement des troupes romaines. La décadence progressive de l’empire romain facilite la libération des populations berbères autochtones. Les Byzantins (533) ont également pu occuper la ville pour l’intérêt stratégique qu’elle offrait. Au VIIe siècle, Jijel devient dépendante de Kairouan, dominée par la dynastie des Aghlabides. Au Xe siècle, les Kotamas, puissante tribu berbère du sud de Jijel, s’allient aux Fatimides et renversent le pouvoir de Kairouan (913) avant de s’installer au Caire. Jijel tombe ensuite sous le contrôle des Zirides de Kairouan (973) puis des Hammadides de Béjaïa (1007) et enfin des Almohades en 1120.

En 1145, les Normands débarquent et sont chassés en 1155, mais la ville ne cesse de recevoir le flux occidental. Les trois grandes républiques italiennes de l’époque, Venise, Gênes et Pise, amorcent leur renaissance maritime et commercent avec le port. En 1514, Baba Arroudj dirige une flotte sur Jijel et y établit son quartier général. En juillet 1664, une expédition française dirigée par le duc de Beaufort débarque. La résistance s'organise sous la direction de l'Agha Chabane et les Français sont chassés en octobre de la même année. Le 13 mai 1839, les troupes françaises débarquent à Jijel et une forte résistance s’ensuit. La commune de Djidjelli est créée en 1860. Dépendant de l’arrondissement de Bougie et du département de Constantine, elle est élevée en 1958 au rang de sous-préfecture des départements de Bougie puis de Constantine. En 1974, elle devient wilaya.

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens