Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2011 4 11 /08 /août /2011 23:31

 

  Jijel a souffert du terrorisme islamiste durant la décennie noire. Elle a  particulièrement été ciblée par les sanguinaires de Madani qui avaient trouvé un terreau favorable. En effet, les jijéliens,  tous comme les sétifiens ou les boumerdesiens, sont pour la plupart des Berbères arabisés de fraîche date,  non par l'islam comme certains le prétendent, mais par le pouvoir central obsédé par l'idéologie arabo-islamiste. Le racisme et l'apartheid des baâthistes et islamistes qui se sont succédés au pouvoir ont fini par complexer des populations et par les assimiler à l'arabo-islamisme qui se décline par panarabisme, islamisme et salafisme.

 

 

 

 

Jijel info

 

Agréssions par le sabre, Jijel dans la dérive

 

 

 

Rien n'est plus facile que de s'armer d'un sabre et le lancer à la tete de son prochain.il fallait peut être le vivre pour s'en persuader.
L’atmosphère a bien changé à Jijel ces cinq années qui nous séparent de la décennie noirs. Qui donc aurait pu imaginer que les choses allaient évoluer de façon aussi rapide et aussi dramatique ?

 

 


 

On perçoit aisément les changements, mais nos responsables peine à prendre la mesure des bouleversements cruciaux qui traversent notre propre société.  La menace terroriste hier, comme les actes de violence et d'agressions aux sabre et à l'arme blanche aujourdhui, font désormais peser une atmosphère de peur et de suspicion sur l’ensemble de la ville. Les autorités dorment sur leur oreilles et ne se consultent meme pas, pour élaborer de nouvelles stratégies alors que les citoyens ne cessent de parler que de l'insecurité , les alertes sont sporadiques mais le danger permanent.

 

 

Nous ne sommes plus en sécurité et ces nouveaux terroristes qui agissent au nom de la violence peuvent sévir à n’importe quel moment. La plus stricte vigilance est exigée. Alors même qu’il faut traiter d’urgence les questions de sécurité, d’autres problèmes fondamentaux surgissent à Jijel. Des citoyennes et des citoyens sembleraient avoir des vraies difficultés à vivre dans la paix et la tranquilité. La question des plages, des parkings, les agressions et le vol. sans compter les manifestations de problèmes sociaux plus larges dans lesquels les jijeliens sont encore impliqués (marginalisation, violence, trafic de drogues, etc.) font l’objet de débats obsessionnels autant que passionnés : tout porte à croire que la présence d'une jeunesse violente, qui a grandi dans un climat de violence et de terreur est un problème en soi et perturbe gravement l’équilibre de la société jijelienne.

 

Le tableau est sombre et inquiétant. Les politiques sécuritaires qui ont suivi la decenie noir sont alarmantes par certaines passivité qu’elles ont normalisés. il est nécessaire d’assurer la sécurité des citoyens, on prenant des décisions légales qui permettent des arrestations de longues durées pour eradiquer ce fleau.

 

C’est semble-t-il cette nouvelle mentalité. Jijel est traversée par un vent très dangereux qui se nourrit du malaise général et des peurs.

 

C’est ensemble, au nom de nos mémoires plurielles et à travers la défense de nos valeurs communes, que nous devons combattre l’ignorance mutuelle, les peurs, l’exclusion sociale. L'abscence des politiques sécuritaires plongent notre ville dans le chaos et ne nous rassurent pas dans le temps court des élections. Nous avons besoin de nouvelles politiques dans le temps. Nous avons besoin d’investir dans l’éducation et d’encourager les initiatives locales qui promeuvent la connaissance mutuelle, les partenariats et la confiance. La sécurité sans la confiance transformera notre ville en état de siège qui risque de perdre son âme et le peu d'acquis qui reste. C’est de cette révolution de confiance dont Jijel a cruellement besoin aujourd’hui.

 

Nous sommes tous concernés et il en va de notre société et de ce qu’elle est en train de devenir. Etre déterminés à vivre ensemble dans la confiance, le respect et la paix sociale, c’est être déterminés à nous battre ensemble pour lutter contre les vraies causes de la fracture sociale. A l’opposé de responsables censé représenter les citoyens et qui, pour demeurer vivant politiquement, se taisent et se terrent au gré des circonstances et acceptent de jouer le rôle de « j'ai rien vu, j'ai rien entendu », le front que nous appelons de nos voeux (et dont les contours doivent se dessiner aujourd’hui) se caractérise par son indépendance citoyenne, sa défense d’un certain nombre de valeurs non négociables (justice, securité, égalité des chances , etc.) et des alliances fondées en éthique et non sur la base d’enjeux électoraux et politiciens comme on le vois actuellement.

 

La route sera longue et la résistance éprouvante. Ici la patience et le discernement sont impératifs. mais il va falloir aussi ,manifester sans violence, descendre dans la rue, mobiliser les citoyens pour crier sa colère ....

 

N.Djamel

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Bgayet-Jijel-Setif
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens