Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 22:50

Le Courrier d'Algerie

 

IL ANIMERA UN CONCERT A MONTREAL LE 19 DU MOIS
  Boudjemâa Agraw au service de l’enseignementtamazight de
Le grand chanteur kabyle Boudjemaâ Agraw animera un gala le 19 du mois courant à 20h00 à la salle le Château de Montréal. Tous les fonds iront directement pour l'enseignement de Tamazight à Montréal. Cette fête est organisée par l'interassociations Tafsut, Cam, Inas et l'ACAOH. Agraw Boudjemâa, de son vrai nom Ouddane Hamid, est né le 27 décembre 1952 à Semaoune, commune de Chemini, située dans la wilaya de Béjaia. Agraw Boudjemâa a commencé sa carrière comme chanteur amateur à la radio berbérophone Chaîne 2 avec déjà un disque microsillon (45T) en vogue. Au début des années 1980, il s'installe à Paris où il sort son premier album en collaboration avec Takfarinas en 1982. Cet album comportait les titres Leswar ezzine (chanson phare) et beaucoup d'autres tel Mumendil yeddwen (une reprise d'une chanson folklorique d'Ait-Waghlis). En 1983, le duo Agraw revient avec un autre album qui contient des titres comme D'Akli et Chef au parti. Une année plus tard, le groupe se sépare pour des raisons non pas conflictuelles plutôt pratiques, consciencieuses et d'engagement puisque Takfarinas, le deuxième membre produisant aussi sous son propre nom était dans l'incapacité de se produire tout seul et s'orientait plutôt vers la chanson d'ambiance. Contrairement à Boudjemâa qui, ce dernier, étudiait ses textes et fait un choix du verbe au détriment de l'autre. Le climat était à la dérive, autant réveiller les consciences que les berner. En s'appropriant le nom du groupe et en 1984 vint le premier album solo de Boudjemâa mais toujours sous le label d'Agraw, cet album connut aussi un succès mais un peu moindre par rapport aux précédents. En 1985, le groupe Agraw sort un autre album avec un nouveau membre, Karim Tizouiar (ou Karim T), un jeune chanteur doué de beaucoup de talent de la région de cap siglé(Béjaia). Cet album compte des titres comme Lakhmis d ldjemâa et Iâach ur yeksiv. En 1986, Karim T est parti en carrière solo lui aussi, ce qui n'empêchera pas Boudjemâa de sortir un album, ce dernier comportera comme titre phare "Uliw Yedduqus" qui veut dire "mon coeur bat la chamade",un titre repris récemment par plusieurs artistes dont Karim T. En 1987 arrive le dernier album produit en France en collaboration avec Arezki Baroudi, Jean François Picot et Céline Chollet, un grand tournant dans le style du chanteur Boudjemâa, des chansons majoritairement composées avec des percussions électroniques avec un style alliant cette fois-ci romance et mélancolie. Cet album a eu un grand succès, on peut citer les chansons "Ma ulacikem" et "Ayen nnan". À partir de 1988 et jusqu'à présent, Agraw produit des albums avec des hauts et des bas dans ce monde artistique. Sa façon de composer et de rimer des textes et des mélodies toujours allant ensemble, nous procure d'intenses sensations et l'amour va en grandissant vers cette Kabylie, notre chère patrie. Militant de base pour la cause berbère, il se retrouve tant de fois heurté à ce mur despotique du pouvoir en place et son penchant à la chanson engagée n'a pas pris de rides depuis. L'engagement est nécessaire car il oriente, sensibilise et identifie toute une nation dans ses repères culturels et identitaires. Comme déjà il l'annonce clairement : "Tout silence est mensonge, et tout mensonge une atteinte à la liberté d'un peuple". Sa simplicité et sa générosité ont fait de lui ce qu'il est aujourd'hui : un artiste complet. En tournée dans certains pays européens, Agraw se produira aussi lors d'un concert qui sera organisé aux États- Unis d'Amérique en été 2008, avec le soutien d'une association berbère implantée là bas. Il se produit aussi un peu partout dans le monde, en Europe, au Canada et plus spécialement en France.
 Hafit Zaouche 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens