Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 23:32

Le Soir

 

Culture : EN LIBRAIRIE
CHANTS BERBÈRES DE KABYLIE DE JEAN AMROUCHE, PAR TASSADIT YACINE
Poète déraciné

 

 

Anthropologue, spécialiste du monde berbère, enseignante, chercheuse et maître de conférences, Tassadit Yacine s’intéresse de très près aux chants berbères de Jean Amrouche, les compilant et annotant dans ce recueil.
Cette 3e édition, parue chez Zyrieb, vient compléter les deux premières : celle des éditions Monomotapa en 1937, puis celle paru chez l’Harmattan en 1987. Cette dernière avait été préfacée par Mouloud Mammeri qui écrivait alors en préambule : «Un demi-siècle nous sépare de la publication des Chants berbères de Kabylie de Jean El Mouhoub ou Amrouche, qui n’en donnait qu’une traduction française. Nous reprenons ces textes en 1987, dans leur version originale, telle que Jean les a reçus et perçus. Après tant de temps écoulé, ils ont gardé leur beauté, leur fraîcheur, leur musique...» P. 13 Selon Tassadit Yacine, Jean Amrouche ne faisait pas le distinguo entre chanson et poésie «un poème était d’abord musique, et le poète a tenu à nous bercer dans les airs dont il a été lui-même bercé». Toujours selon l'auteure, Jean Amrouche (fils de Fathma Aït Mansour et frère de Taos Amrouche) a ressenti le besoin de fixer cette poésie par écrit à cause de ses origines. «Non seulement kabyle, mais né chrétien, de parents convertis jeunes au christianisme, il s’est trouvé doublement marginalisé : «indigène» pour les Français et «renégat» pour les Algériens musulmans». P. 14. Poète et journaliste, Jean El Mouhoub Amrouche est né le 6 février 1906 à Ighil Ali (Kabylie). Il décédera le 16 avril 1962 emportant avec lui toute l'amertume de l’exil et du déracinement dont il a souffert de son vivant. En témoigne ce chant de l’exil «Eboulez-vous, montagnes, qui des miens m’avez séparé. Laissez à mes yeux la voie libre, vers le pays de mon père bien-aimé, je m’acharne en vain à l’ouvrage : mon cœur là-bas est prisonnier. » P. 79. Ces textes réunis, transcrits et annotés par Tassadit Yacine, valent vraiment le détour.
Sabrinal

Chants berbères de Kabylie de Jean Amrouche, par Tassadit Yacine, Editions Zyriab, 2011, 264 P., 750 DA

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens