Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2011 1 04 /07 /juillet /2011 05:47

 

 Un texte au sujet des langues fort pertinent pour les habitants de Boumerdès et autres régions fraichement arabisées.....

 

 

Par Mamou Aït Ouahioune(*)

Je m'inspirerai en grande partie, pour ce qui me concerne, des travaux (articles et ouvrages) de M. Abdou Elimam qui est mon mentor et que je résume en cinq points :
1. Nous partons du fait que le potentiel langagier des humains est un «don du ciel» et c'est pourquoi nos cerveaux abritent des zones spécifiques au langage. Ce potentiel neurolinguistique passe en «dur» sous la forme de circuits nerveux à partir du moment où on est exposé à la communauté des parlants qui nous entourent. C'est ainsi que jaillit la langue maternelle : on ne la choisit pas, elle nous est imposée par la rencontre entre le neurologique et le social, à notre arrivée à la vie. Cette vision est de nos jours largement partagée par les neurosciences contemporaines.
2. Ce don de la nature est fixé en dur dans nos vaisseaux et nos neurones, d'ailleurs il occupe l'hémisphère gauche du cerveau. Toute autre langue qui arrive, après coup, se voit abritée par l'hémisphère droit. Les rares cas de bilingues «parfaits» voient la langue seconde partager une partie des aires réservées au langage dans l'hémisphère gauche. Partie seulement ! En somme, toute autre langue qui arrive prend appui sur les dispositifs neurologiques et cognitifs mis en place par la langue maternelle.
3. Partant de là, il devient clair que l'arabisation ne pourra JAMAIS écarter la langue maternelle, sauf si cette langue arabe devient elle-même maternelle. Or, elle ne l'a jamais été pour personne (je parle de la langue du Coran). Personne n'est venu à la vie avec cette langue comme langue. Par ailleurs, tamazight en tant que langue maternelle est donc logée à la même enseigne que toute autre langue maternelle. Elle est en dur dans les cerveaux de ceux qui la portent à la naissance : rien, ni personne ne pourra en venir à bout. A moins de changer les réseaux de neurones propres au langage.
4. Il y a maintenant l'histoire de nos contrées et de leurs langues. Il est bon de rappeler le fait historique que la langue punique (celle de Carthage) a été la langue dominante avant l'arrivée des Arabes — y compris durant la période byzantine où l'usage du punique est attesté. Le punique rencontre l'arabe et fait «bon ménage» avec lui. Ce qui permet, dès le Xe siècle, l'émergence de cette langue propre au Maghreb. Langue qui va s'épanouir en Andalousie et dans le reste du Maghreb ensuite. Le Maghribi hérite donc d'un legs bien ancien — au moins aussi ancien que le libyque au Maghreb !
5. Défendre les langues, c'est avant tout défendre l'espèce humaine avec ce dont la nature la dote. Ainsi, la reproduction des langues par la naissance est le seul moyen par lequel les langues vivent. Toute intervention musclée d'imposition d'une langue sur une autre est vouée à l'échec (Ibn Jenni l'a dit au IXe siècle, déjà !). Le MCB d’Avril 1980 a bien retenu la leçon en adoptant dans la plateforme de revendications la défense de la langue amazigh et des langues populaires ou ed-daridja ou encore le maghribi (voir le point 4 ci-dessus). Pour conclure, j’attire votre attention sur le fait qu’au moment où dans la plupart des pays démocratiques le débat tourne autour du rôle que joue la langue maternelle dans l’acquisition des langues secondes, chez nous l’enseignement des langues continue de tourner le dos aux réalités socioculturelles dominantes, quitte à se contenter de niveaux de compétences linguistique très largement en deçà des espérances ; que ce soit à l’écrit ou à l’oral. Ce n’est pas le système éducatif mais bien le vidage de la langue maternelle qui nous a conduits à cette situation que tout le monde déplore... par fatalisme ! Ce n’est ni une affaire de (hajra fi soubat) (et pas de «hadjaratoun fi el hida-i») et encore moins de droit d’existence à tamazight dans ses espaces retranchés mais d’une des caractéristiques de l’homme… là où il se trouve.
M. A.-O.

* Universitaire
Bibliographie :
Abdou Elimam Le Maghribi alias «eddarija » (la langue consensuelle du Maghreb), Editions Dar El-Gharb, 2003.
Abdou Elimam Langues maternelles et citoyenneté en Algérie Editions Dar El- Gharb 2004.
Abdou Elimam L’exception linguistique en didactique Editions Dar El- Gharb 2006.
Agnès Florin Le développement du langage Dunod, Paris, 1999.
Steven Pinker L’instinct du langag Editions Odile Jacob février 1999 (pour la traduction française).

Partager cet article

Repost 0

commentaires

occazwine 19/02/2013 18:21

Occazwine.com, plateforme de vente et achat d'articles d'occasion. La livraison est sous 24 H
www.occazwine.com

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens