Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2009 6 28 /11 /novembre /2009 13:05





LOGO Le chardonneret, "roi" incontesté du marché des oiseaux de Souk Ahras

[Aps 28/11/09]  SOUK AHRAS - Le marché hebdomadaire des oiseaux, qui se tient régulièrement sur une des places de la ville de Souk Ahras, offre aux amateurs plusieurs espèces avifaunes, notamment les canaris mais surtout les chardonnerets qui attirent des acquéreurs de toute la wilaya. Selon plusieurs marchands et visiteurs du marché, le chardonneret de la région de Souk Ahras, multicolore, frêle et excellent chanteur, est présent dans de nombreux foyers de la ville, de même qu'il sert de fidèle compagnon à de jeunes citadins qui n'hésitent pas à le "promener" dans les rues pour lui faire prendre le soleil ou simplement l'exhiber fièrement.


Le chardonneret de Souk Ahras, une espèce endémique, est surtout chassé dans la région de Ain Snoune, à 30 km à l'Ouest du chef-lieu de wilaya, à Lakhdara, Ouled Chebih et Ouled Idriss où il est surtout recherché pour son plumage chatoyant et son chant incomparable.

Selon Rabah, un fin connaisseur de 68 ans, le chardonneret a toujours été apprécié par les citadins. A Annaba et alentour, on l'appelle "Boumzyène" contre "Moqnine" du côté de Constantine ou d'Alger.

Ce bel oiseau de cage peut vivre de 5 à 11 ans et même 19 ans, s'il est bien soigné. Son prix peut atteindre les 3.000 DA voire 5.000 s'il s'agit d'un spécimen parfaitement dressé au chant en cage, un "haggani" (authentique), comme le surnomment les amateurs dans ce souk empli des joyeux gazouillis de plusieurs espèces.

Rabah rappelle que du temps de la colonisation, le chardonneret de Souk Akras était exporté vers la France. Aujourd'hui, il est menacé de disparition

en raison d'une chasse massive et incontrôlée, et sa protection devient "urgente et nécessaire, estime-t-il.

Une fois "dressé", le chardonneret de Souk Ahras s'attache à l'homme dont il devient un excellent compagnon, et même si on lui ouvre la cage, il peut voler loin, mais revient toujours spontanément vers son maître.

Pour un jeune amateur de 25 ans, Samir T., le chardonneret de Souk Ahras est reconnaissable à son chant particulier qui le distingue de son semblable de l'ouest du pays.

Samir qui chasse cet oiseau dans la forêt de Guesmia, dans la commune de Hammam Nail (Guelma), avoue que cette activité lui assure un revenu complémentaire moyen assez intéressant estimé à 12.000 DA par mois environ.

Le commerce du chardonneret est ainsi devenu florissant et attire un grand nombre de jeunes chômeurs qui trouvent dans le braconnage des oiseaux une activité lucrative. Mais ce commerce se développe aux dépens de la survie de cette espèce qui n'est pas épargnée, même au moment de la couvée et de la nidification au printemps, une période durant laquelle la surveillance des forestiers devrait être "assurée plus que d'ordinaire", pense le vieux Rabah.

Des jeunes amateurs inquiets du sort de cette espèce faisant partie du patrimoine biologique et naturel du pays, témoignent que sur 200 spécimens capturés, 7 ou 8 seulement survivent en élevage. Ils considèrent aussi que la chasse au chardonneret doit connaître une trêve de 2 à 4 ans, pour permettre une bonne reconstitution de la population, "un bienfait certain pour la biodiversité et pour la chaîne écologique", considèrent-ils.

Les braconniers utilisent la glue et l'alfa pour capturer le chardonneret, une méthode qui contribue malheureusement à le décimer. La conservation des forêts de la wilaya de Souk Ahras, qui interdit toute chasse de cette espèce protégée par la loi, a organisé plusieurs campagnes de sensibilisation et a procédé à la saisie d'un grand nombre de cages, pour ensuite relâcher les oiseaux dans la nature.

De son côté, la direction de l'éducation de la wilaya de Souk Ahras a introduit des cours de sensibilisation des élèves autour de la protection du chardonneret.

L'achat d'un chardonneret entraîne des dépenses importantes à l'origine d'un commerce élaboré. C'est ainsi que les graines qui composent la nourriture de l'oiseau coûtent 130 à 200 dinars le kilo, le prix d'une cage peut atteindre 500 dinars, en plus de nombreux autres accessoires qui sont exposés au marché hebdomadaire.

[Aps   28/11/09]

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Écologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens