Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 21:33

 

TSA

 



 

Poète, romancier, homme de théâtre et de créations multiples, Abderahmane Lounès est également l'auteur d'une anthologie peu médiatisée mais fort intéressante. Parue aux éditions Anep, l'anthologie de la littérature amazighe tente de combler un vide. Ce  n'est pas que les créateurs dans la langue ancestrale du Maghreb soient inexistants mais il est délicat de retrouver des textes écrits en langue amazighe à travers les quatre coins du pays. Comme de coutume, Abderahmane Lounès s'en sort avec dextérité. Il n'est donc pas nécessaire de rappeler les incroyables succès de Poèmes à coups de poing et à coups de pied, ce recueil réédité tant de fois et qui s'est vendu à des milliers d'exemplaires durant les années 80. Dans cette précieuse anthologie, l'écrivain a réalisé une recherche de textes amazighs pour participer à cet effort louable de réconciliation de l'Algérien avec lui‑même. Dans son entreprise, Abderrahmane Lounès passe en revue les régions berbérophones les plus importantes où la culture populaire berbère est la plus vivante : la Kabylie, les Aurès, le M’zab et le pays targui.
 
Il n'est pas étonnant que la Kabylie tienne la première place dans cette anthologie ; la revendication identitaire y est plus pressante. Le chercheur revient sur les grandes figures et les grandes œuvres de l’oralité, à l'instar de Youcef Oukaci (Le bel enfant de la veuve), Si Muhand ou M’hand (Nous sommes au XIVe siècle), Mohand Ou L’hocine (Ô gens bienheureux) ou encore sur des poètes comme Aït Menguellet, Slimane Azem, Chérif Kheddam, Cheikh El Hasnaoui ou Matoub Lounès. 
 
La seconde partie de cet ouvrage est consacrée à la région des Aurès qui est riche de par ses poètes anciens et chanteurs, à l’instar de Khoukha Rhioua Aït Boudjenit (Jugurtah, pardon amies...), Aïssa El-Djermouni (Patience) ou encore Houria Aïchi (De ses yeux, je ne dirai rien). De cette région du pays captivante et fière, le poète et chercheur rapporte des légendes, des fables, des contes et des devinettes. Du côté du Mzab, on peut faire une virée avec des poèmes, des chansons et des chants qui racontent l'histoire tumultueuse de la région. Dans l'ultime partie de l'anthologie, le chercheur aborde la littérature targuie qui est d'une extraordinaire richesse.
 
Dans une autre optique, l’auteur a entrepris des recherches en bibliothèque et a rapporté des textes de valeur produits par d’autres régions berbérophones comme ces histoires du sud oranais et Figuig (Le roi et l’homme), de l’Ouarsenis (La gazelle et le renard), des Hraoua (Le lièvre et la tortue), du Chenoua (Le chacal et les ogres), de Djebel Bissa (Mohand et la misère), de Béni Smaïl de Kherrata (Le riche au cœur dur).
 
Avec peu de moyens, Abderahmane Lounès offre au lecteur des richesses insoupçonnées d'une partie de la littérature algérienne. Pourvu que son travail fasse des émules !


* Anthologie de la littérature amazighe, d’Abderahmane Lounès. Éditions Anep.

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens