Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 21:56

 

 

Assassinat de Kasdi Merbah : sa famille exige une enquête "sérieuse"

Mots clés :, , ,

Par Le Matin DZ/ |                                       

L'ancien patron de la Sécurité militaire et président du Majd, Khalef Abdellah, dit Kasdi Merbah, son frère, son fils et deux compagnons sont assassinés, en plein journée du 21 août 1993, par un groupe armé pas loin de Bordj El Bahri.

Kasdi Merbah

Pour les 21 ans de ce "crime abject", les sœurs du défunt Kasdi Merbah reviennent au devant de la scène nationale pour rappeler ce crime impunis mais surtout avertir : "Les dirigeants qui ont eu à exercer des responsabilités durant ces deux dernières décennies, à quelque niveau que ce soit, doivent savoir que nous ne renoncerons jamais à notre droit imprescriptible et surtout à notre devoir moral impérieux de revendiquer la vérité sur ce qu’il s’est réellement passé. Notre détermination est plus que jamais inébranlable."

Dans ce communiqué, les soeurs de Merbah rappellent les circonstances de l'embuscade. "Ils ont été froidement assassinés à Bordj El Bahri par un commando suréquipé et surentraîné, ne laissant aucun doute sur sa nature", accusent les trois sœurs dans un communiqué rendu public mardi. Les soeurs de l'ancien patron de la Sécurité militaire sont déçues par la manière avec laquelle est troussée cette affaire. "L’enquête qui s’en est suivie a été des plus rudimentaires, voire bâclée, puisque c’est la solution de facilité qui a vite été choisie, consistant à interpeller de pauvres hères de la région et à leur imputer ce crime abject. Ni autopsies, ni auditions, ni étude balistique, ni recherches approfondies n’ont été effectuées, à l’image de ce qui s’est passé pour d’autres assassinats non encore élucidés".

En homme du sérail très averti, Kasdi Merbah gênait manifestement beaucoup de monde. A ce titre, sa famille estime qu'il n'y a pas une réelle volonté d'élucider ce crime. "Le procès qui a été organisé – une parodie – visait essentiellement à évacuer une affaire jugée encombrante, pour vite s’en débarrasser", écrivent-elles. Pire les plus hautes autorités ne se sont pas montrées particulièrement motivées pour mener une véritable enquête, selon les termes de la famille. "Régulièrement, nous nous sommes adressées à la plus haute autorité politique de l’Etat, pour revendiquer une enquête judiciaire sérieuse, à même de faire la lumière sur cette atrocité et démasquer les véritables auteurs et commanditaires de ce forfait lâche et infâme. En guise de réponse, nous n’avons eu droit qu’à un silence épais et pesant, certainement embarrassé, mais que nous percevons comme une forme de mépris et de dédain", soulignent les trois femmes..

Dans un élan de patriotisme, elles précisent : "Notre attachement viscéral à la mère patrie et notre fidélité au serment de Novembre nous ont empêché, jusque-là, d’envisager autrement que par des moyens nationaux la révision du procès de ce quintuple assassinat politique, par la nomination de plusieurs juges d’instruction indépendants et intègres, ayant les coudées franches dans toutes leurs investigations et pouvant bénéficier de notre concours, si modeste soit-il, en notre qualité de partie civile". Et elles poursuivent en avertissant : "Ceux qui ont pu être tentés de rire sous cape en considérant notre demande comme naïve et puérile et qui se sont soustraits à leurs lourdes responsabilités, déchanteront vite, le jour où le contrôle de la situation leur échappera et qu’ils se trouveront face à un chaos indescriptible dont ils auront été les maîtres d’œuvre. Ignoreraient-ils encore que la Vérité est Une et qu’elle a pour vocation cosmique de s’imposer à tous, en tous lieux et en tous temps ?".

Par ses multiples anciennes fonctions, Kasdi Merbah connaissait trop bien l'Algérie et ses dossiers les plus chauds. Dans une des rencontres publiques qui a eu lieu à Ghardaïa en janvier 1991 (*), l'ancien chef des renseignements s'est laissé aller à une confidence. Il avait promis de "donner les noms des excécuteurs de Krim Belkacem, Mohamed Khider et d'autres lors de mon passage à la Télévision dans l'émission Face à la presse". Mais il ne l'a pas fait.

Yacine K.

(*) Voir Le Soir d'Algérie du 9 janvier 1991.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Madjid 17/08/2014 14:32

Nuance, il y a une difference entre il ne l'a pas fait et l'emission a été annulée.
L'emission a été tout simplement annulée par les voyous au pouvoir.
Repose en paix brave homme.

Hakim93 22/06/2013 20:09

Vous dites que Kasdi Merbah devait donner des noms mais il ne l'a pas fait, faux, c'est l'emission qui a été retirée de la grille des programmes de la yatima, juste après ces propos.

De voujeaâ 28/08/2012 22:28

C'est famille zerhouni qu'il a tué

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens