Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2009 7 04 /10 /octobre /2009 09:24




Asif (Oued) Soummam : un danger potentiel

 

cherislaterre.gifLe réchauffement climatique et les catastrophes naturelles qu’il induit fatalement n’ont pas laissé indifférents les scientifiques algériens. Un séminaire international est prévu dans deux semaines à Béjaïa. Une ville, dont les bassins versants, préviennent les experts, présentent un danger imminent si des mesures importantes et urgentes ne sont pas prises dans les années à venir. « Si l’Algérie ne s’occupe pas de ses bassins versants, ces derniers continueront à tuer massivement, comme on vient de le constater ces derniers jours dans la ville de Ghardaïa », alertera le docteur Khoudir Madani, enseignant à l’université de Béjaïa.
Pour notre interlocuteur, il s’agit-là d’ « un véritable problème d’Etat », car ce dernier devrait logiquement et par devoir d’élaborer des politiques de prévention reposant sur des études scientifiques sérieuses déjà faites ou en passe de l’être sur les conséquences directes du changement climatique. Pour lui, tous les Etats du monde s’occupent de se phénomène, car il est planétaire, et plusieurs pays ont déjà vécu des catastrophes naturelles, en payant un lourd tribut tant humain que financier. « Nous avons le devoir et l’obligation, en tant que scientifiques, de mener des études très approfondies sur les bassins versants afin d’alerter et d’inspirer des politiques urbanistiques idoines qui se baseraient sur les résultats de nos conclusions », suggère encore le docteur Madani, insistant sur le fait que les pouvoirs publics devraient surtout réagir beaucoup plus sur le côté urbanistique de nos villes, notamment celles qui sont construites près des oueds et celles qui sont au niveau zéro avec la mer. L’enseignant pense notamment à l’Asif Soummam ainsi qu’à toute la basse ville de Béjaïa (la zone d’Iryahen, Sidi-Ali-Labhar et sa résidence universitaire, l’aéroport…), qui risquent facilement d’être noyés si des précipitations d’une grande ampleur s’abattent en ces lieux décidément très vulnérables. « Des études scientifiques ont prouvé que dans les dix prochaines années, les précipitations seront beaucoup plus fortes et plus brèves aussi. Si les cours d’eau, tel que l’Asif Soummam, se sont pas aménagés, ces précipitations se transformeront inévitablement en crues torrentielles pouvant facilement causer des dégâts humains et matériels considérables », prévient Khoudir Madani. A noter que le séminaire international, qui se tiendra du 26 au 28 octobre à l’université de Bèjaïa, verra la participation, outre de plusieurs universités algériennes, de trois grandes universités françaises, celles de Montepellier, du Havre et de Rouen. Le président de la région de Haute- Normandie sera également du voyage à Bèjaïa, accordant un grand intérêt aux travaux de recherches menés dans le domaine du phénomène planétaire qu’est le changement climatique. Il vient, apprend-on encore, de financer un grand projet de recherche sur l’effet du changement du climat sur la disponibilité des ressources en eau dans le bassin versant de la Soummam mené par Khoudir Madani.(Par Kader Sadji)

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Écologie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens