Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 19:34

Une haine et un racisme anti-kabyle se lit sur les visages de ces policiers du pouvoir

 elkhabar


el khabar 12 sept

 

Bejaia
Les confrontations violentes reviennent

Les émeutes qui se sont déclenchées,  il y a deux jours, dans la commune de Derguina, dans la wilaya de Bejaia connaissent de graves dérives, vu que les citoyens refusent toujours de rouvrir la route nationale n°9, ralliant la ville de Bejaia à Sétif, pour le deuxième jour consécutif.
Le champ des protestations s’est élargi, allant de blocage des siéges de l’APC et de la Daïra, vers des confrontations chaudes entres les contestataires et les forces de l’ordre. 12 personnes ont été arrêtées, avant d’être relâchées, un peu plus tard. Les renforts arrivés sur place, sous les ordres du wali de Bejaia, n’ont pas réussi à débloquer la route, ce qui a perturbé le trafic routier, notamment le mouvement des marchandises de et vers port de Bejaia.
Derguina a connu des affrontements entre des contestataires et les forces de l’ordre. Des bombes lacrymogènes ont été utilisées pour disperser les protestataires. Dans le village de Tadergounth, les villageois ont empêché, avant-hier, le chef de l’APC et le chef de la Daira d’entrer dans leur village, pour entamer des discussions sur le projet d'alimentation de cette localité en eau potable, suspendu depuis 2005. Les protestataires ont attaqué le convoi des deux responsables avec pierres, causant des dommages à leurs véhicules.





el wATAN  12 septembre 2009

Béjaïa : l'émeute, seul moyen de gouvernance
Béjaïa : l’émeute, seul moyen de gouvernance

La réapparition des CNS signe-t-elle la volonté des pouvoirs publics de reprendre leur autorité dans une région où la colère continue à couver ? La ville de Darguina, à l’extrême est de la wilaya de Béjaïa a repris hier son calme après une émeute qui l’a secouée toute la journée de jeudi et à laquelle elle ne s’attendait pas.



De nombreux habitants de Tadergount, un village de 2400 âmes, perché sur les hauteurs d’Adrar Amelal (mont blanc), à 7 km de la ville, ont crié leur colère de n’avoir pas de réseau d’eau potable et d’être oubliés par les plans de développement. Des slogans anti-pouvoir, pneus brûlés, jets de pierres, et puis gaz lacrymogènes, heurts et arrestations. Darguina a vécu une journée de colère qui aurait pu être celle des autres villes de la wilaya de Béjaïa, y compris au chef-lieu de wilaya, où des mouvements de protestation se sont fait entendre dans la rue et se sont multipliés. Jusque-là sans incidents. Les nombreuses actions de rue qui ont abouti à la fermeture de la voie publique dans les quatre coins de la wilaya ces derniers temps ont souvent été sanctionnés d’une fin « heureuse ». Les pouvoirs publics finissant dans la plupart des cas par accéder aux exigences des manifestants. Ce fut le cas, entre autres, à Souk El Tenine lorsque des citoyens ont fermé la RN9 pour protester contre la distribution « illégale » de locaux commerciaux. Promesse leur a été faite de les rétablir dans leurs droits avec, à la clé, un engagement écrit du P/APC. C’est au même aboutissement qu’ont eu droit les habitants de Tizi n’Berber qui ont manifesté, début septembre, contre la dégradation du réseau routier et l’augmentation des tarifs de la part des transporteurs. En fermant la même RN9 pendant deux jours, ils ont exigé une rencontre avec le wali. Ce qui fut fait. Décision est aussitôt prise de lancer sur le champ des travaux d’aménagement du chemin de wilaya dégradé. Avant même de descendre dans la rue, les élèves, leurs parents et le personnel du technicum de Sidi Aïch viennent de réussir à faire annuler la décision de fermeture de leur établissement. La fermeture des sièges d’APC est aussi une option à laquelle on a opté dans bien des cas. Et souvent avec gain de cause. Les habitants d’Ahamam, un village d’Amizour, ont réussi, après avoir assiégé le siège de l’APC, à faire déplacer les responsables de la DMI et leur arracher l’engagement d’inscrire leur localité sur les plans de raccordement en gaz naturel. A Barbacha, les habitants du village Boughiden ont laissé fermé le siège de l’APC une semaine durant, réclamant l’attention des autorités. Ils n’ont consenti à lever leur siège qu’au prix d’une rencontre avec l’exécutif de la wilaya qui a accouché d’un budget dégagé pour des projets de développement. Ces actions de rue que leurs initiateurs découvrent « efficaces » et qui font boule de neige semblent exacerber les autorités, à en juger par l’intervention des forces antiémeute à Darguina. Des CNS que l’on n’a pas vus depuis l’accalmie de l’après événements de Kabylie de 2001. Cette réapparition signe-t-elle la volonté des pouvoirs publics de reprendre leur autorité dans une région où la colère continue à couver, quitte à envenimer la situation ? Premier acte de ce retour à l’« ancienne » méthode : libération mardi dernier par la force publique de 50 logements sociaux squattés dans la ville d’Akbou.



Par Kamel Medjdoub

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Kabylie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens