Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 21:18





Le Jour d'Algerie 25 juillet

M’KIRA (TIZI OUZOU)

Les habitants du bidonville de Tamdikt attendent leurs logements

Le projet de réalisation de 145 logements dans le village de Tamdikt dans la commune de M’kira au sud de la wilaya de Tizi Ouzou attend toujours d’être lancé. En effet, en dépit du choix de terrain fait, le lancement du projet accuse du retard et les habitants du bidonville pour lesquels ces logements seront attribués, continuent de vivre dans des conditions très difficiles. Ce bidonville est considéré parmi les plus importants dans la région. Il est à noter que Tizi Ouzou compte  104 sites d’habitat précaire qui renferment plus de 3 600 habitations abritant près de 4 000 familles, selon des statistiques fournies par la direction de l’urbanisme et de la construction.    

H. M.

 

Haut

Groupement de la gendarmerie de Boumerdès

Des sorties organisées au profit de la presse

Dans le cadre du plan «Delphine», le groupement de la Gendarmerie nationale a organisé deux journées, les 23 et 24 juillet, au profit des journalistes et des correspondants de presse locaux. Plusieurs sorties ont été effectuées au niveau des plages, des forêts et des régions enclavées,  relevant des communes de Ammal, Kherrouba, Chabet El Ameur et Bordj-Menaiel. «Cette opération vise à informer les citoyens des travaux engagés par les éléments de la gendarmerie en matière de lutte contre le crime et la criminalité et aussi les relations avec les citoyens», a affirmé le commandant du groupement de Boumerdès. L’officier Ammi Saïd, le chef de groupe chargé de la sécurité du littoral de Zemmouri dira : «Nous sommes à la disposition des citoyens et des estivants, la forêt du Sahel est bien sécurisée, comme vous avez pu le constater, des rondes sont en permanence effectuées». Pour preuve, a-t-il ajouté, «aucun incident particulier n’a été enregistré depuis l’ouverture de la saison estivale». A la forêt du Sahel, des familles entières, des différentes régions de Tizi Ouzou, Bouira, Boumerdès campent au niveau des espaces qui leur sont réservés. La forêt du Sahel de Zemmouri figure parmi les meilleurs sites de repos et de villégiature dont dispose le littoral de Boumerdès. Cette dernière est située à quelques mètres du rivage de la grande bleue. Ammi Saïd, d’un rire, invite les citoyens et plus particulièrement les familles à séjourner à la forêt du Sahel.           

A.Kichni

Haut

 

Cap Djinet (Boumerdes)

«La plage n’est pas polluée, il n’y a pas lieu de s’alarmer», selon le maire

«La plage familiale de Cap Djinet n’est pas polluée, il n’y a pas lieu de s’alarmer», a martelé le président de l’APC de Cap Djinet, Allal Benchouk, que nous avons joint par téléphone. Ajoutant : «La plage familiale, certes, a été interdite par une décision du wali de Boumerdès, mais a été autorisée à la baignade dans la même journée par une autre décision du même wali annulant la première». L’inquiétude s’est répandue à Cap Djinet après la découverte d’un fût d’une contenance de 25 litres rempli de produit corrosif à base d’ammonium spécialement destiné pour les travaux de nettoyage et d’entretien des canalisations des embarcations, comme ont tenu à le confirmer les responsables locaux que nous avons contactés. Le produit est d’origine américaine. Des inscriptions embarrassantes sont transcrites aussi sur l’emballage, où l’on pouvait lire : «ce produit provoque des

brûlures, attention au contact des yeux et de la peau, problèmes de respiration, dangereux pour les poissons et plantes aquatiques. En cas de malaise, consulter immédiatement un médecin». Une équipe de scientifiques a été dépêchée sur le site où des échantillons ont été prélevés. Selon le président de l’APC, les résultats des analyses ne sont toujours pas connus, mais l’on s’attend à des résultats négatifs comme ceux prélevés la semaine écoulée sur le littoral de Corso et de Boumerdès. Le directeur de l’environnement de la wilaya de Boumerdès, confiant, a affirmé que le liquide prélevé du fût ne correspond pas à celui marqué sur l’étiquette. Selon lui, «le fût contient de l’huile pour moteur».

Il faut rappeler que la plage de Cap Djinet figure parmi les plus fréquentées après celles de Zemmoui, Boumerdès, Corso et Seghirat. Les estivants viennent généralement des wilayas de Tizi Ouzou et  Bouira.

A.K.

 

Le Soir D'Algérie

Régions : TIZI-GHENIFF
Le lotissement 5-Juillet en quête de développement

Il semble que rien ne va au lotissement du 5-Juillet, pourtant implanté en plein centre-ville du chef-lieu de la daïra de Tizi-Gheniff. Près de trente ans après sa création, point de changement, il est toujours en quête de développement, une conjoncture peu convenable qui a fait réagir l'association qui en porte son nom (Association lotissement du 5 Juillet).
A en croire les dires des membres de cette association, tout laisse à désirer, les chemins sont des sentiers de forêt qui à la moindre goutte de pluie, elles deviennent des ruisseaux, les trottoirs et bandes de circulation pour piétons sont inexistants, l'hygiène est absent en raison de l’irrégularité dans le ramassage des ordures, un environnement défavorable en l'absence de places publiques, d'espaces pour enfants et femmes et de foyers pour jeunes. Quant au paysage, dépourvu de verdure où règnent le chardon épineux, le gazon sauvage et l'herbe sèche, est devenu mélancolique. A cela s'ajoute la cinquantaine d’habitations qui sont tout près des conduites de gaz, d'où la danger et la taxe foncière dont ils se sont affranchis de tous les frais imposés par la mairie et les services du cadastre alors qu'ils ont en acheté ces terrains il y a près de trente ans mais sans pour autant leur délivrer des actes de propriété. Hormis le P/APW de Tizi- Ouzou, M. Ikharvane Mohand, que le président de l'association remercie au passage pour sa contribution et son aide, les moult promesses des autres autorités compétentes n'ont pas connues d'issue favorable. Un désarroi total qui complique la vie à tous ces habitants, une situation lamentable qui les a poussés à décider après assemblée générale de rédiger et de porter haut une plate-forme de revendications et ne reculer devant rien jusqu'à satisfaction de leurs doléances, dont la viabilisation des artères du lotissement, la délivrance d'actes de propriété, l’annulation des taxes foncières, la réouverture de la route au niveau de la Sûreté de daïra même partielle, les bacspoubelles, le désherbage et la réalisation d'espaces verts. Des copies de ces doléances ont été remises au chef de daïra, au président de l'APC et au wali de Tizi-Ouzou avec un délai d'une semaine pour satisfaction.
Tezkratt A.


IFLISSEN
  Prolifération des décharges sauvages
La question de la décharge publique digne de ce nom et le ramassage des déchets ménagers restent toujours posés dans la commune balnéaire des Iflissen sise au nord de la wilaya de Tizi Ouzou. En effet, depuis la fermeture de la décharge publique de Tifra en 2001 par les habitants de ce dernier village et ce pour cause de surcharge, les autorités comme les habitants ne savent plus quelle solution adoptée. Force est de constater, en prenant la RN 24, la prolifération de mini-décharges sauvages improvisées ici et là par les automobilistes pressés de se débarrasser de leurs encombrants immondices. Le phénomène a pris de l’ampleur cet été avec l’arrivée des estivants. Avant, c'est-à-dire il y a quelques années, les rejets étaient abandonnés au pied d’un monument patrimonial classé, le Cap Tadles en l’occurrence, mais depuis sa sécurisation avec installation des barrières par les autorités locales, les citoyens indélicats utilisent la RN 24 et même la chaussée dans certains endroits, notamment à proximité du village paisible de Sidi Khaled. L’APC dont les moyens sont malheureusement dérisoires ne peut pas assurer leur enlèvement quotidiennement. Par ailleurs, notons que le problème de la décharge publique se pose dans toute la daira de Tigzirt depuis 2001 et le CET tant promis n’est pas encore à l’ordre de jour. Dans cette dernière ville, une décharge a été installée à titre provisoire aux portes de la zhun sud.
 Mahdi Malki 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens