Samedi 6 juin 6 06 /06 /Juin 23:44




DDK

Béjaïa
L’université signe deux conventions-cadres avec les universités de Dijon et de Mulhouse

Dans le cadre de la coorporation inter-universitaires, le recteur de l’université de Béjaïa, Merabet Djoudi, a signé, hier, deux conventions-cadres portant sur la recherche scientifique, l’enseignement et la diffusion des connaissances scientifiques avec l’université de Bourgogne-Dijon, représentée par sa présidente le Pr. Sophie et l’université de Mulhouse, représentée par la directrice du mastère Economie sociale et solidaire, Jasique Stoessel.

Outre l’échange d’enseignants et d’étudiants entre l’université de Béjaïa et celles de Dijon et de Mulhouse, les conventions-cadres consistent également, entre autres, en la participation à l’élaboration des programmes de formation et d’enseignement et de concours de recherches scientifiques.

L’accord signé prévoit aussi l’échange d’informations sur les activités scientifiques, comme il fait mention du coencadrement du doctorat dans le cadre de programme conjoint de recherche et de l’accompagnement et de l’échange dans le domaine de la nouvelle carte européenne de formation LMD.

Au cours de la cérémonie de signature de la convention, les représentants des trois universités ont brossé chcun un tableau sur la situation des établissements qu’ils dirigent.

Pour Merabet Djoudi, l’université de Béjaïa, qui compte aujourd’hui quelque 36 000 étudiants, existe depuis le XIIe siècle et portait, à l’époque le nom de l’université Sidi Touati. Elle a seulement été interrompue par les invasions espagnoles, turques et française que la ville de Béjaïa a eu à subir au cours de son histoire.

Depuis sa création, sous la forme moderne en 1983, elle a formé 31 000 diplômés.

Elle est dotée de 15 laboratoires de recherche dont la plupart sont voués à la recherche en agro-alimentaires. Pour sa part, la présidente de l’université de Dijon indiquera que son établissement qui est pluridisciplinaire, compte 25 000 étudiants, 1 000 doctorants et 3 000 étudiants de nationalités étrangères.

 

B. Mouhoub


Taɣiwant n Bgayet
Ahil n unebdu 2009

 

Taɣiwant n Bgayet, am tal tikelt, theyya-d ahil sway ara tmager wid i d-yettḥewwisen ɣer-s, sway daɣen ara tessedhu imezdaɣ-is. Akken ad nwali anda wwḍen lecɣal d wamek ara lḥun, nefka awal i mass Zaydi Ḥakim, yiwen seg yiɛeggalen n tesqamut n tmeɣriwin n temdint n Bgayet.

Acḥal n tedrimt i d-tefka tɣiwant i usbeddi n wahil n unebdu aseggas-a ?

Ḥ. Zaydi : Di tazwara riɣ ad wen-d-iniɣ tanemmirt mi d-tgim azal i wahil i d-theyya tɣiwant, i unebdu n usaggas-a 2009. Taɣiwant theyya armud (activité) meqqer, win ara tmager s waṭas n tedrimt. Aseggas-a asqamu n tɣiwant yemtafaq ad d-yefk azal n ɛecrin melyun n yidinaren. Ma nquren-it ɣer yilindi, ad d-nini tadrimt aseggas-a terna qrib tlata tikwal.  

Acu yellan deg wahil aseggas-a ?

Armud, aseggas-a ur iḥebbes ara s teɣzi n unebdu. Gar lecɣal i d-nheyya yella wayen isenden ɣer waddal, yella wayen imalen ɣer yidles. Akken daɣen ur nettu idis amettan (social). Ad d-fkeɣ amedya ɣef leqdic amettan, taɣiwant n Bgayet tekra-d imeḍqan i usgunfu rrif lebḥer i wid teǧǧa tedrimt. Deg-s ad d-tettwafk tegnit yerna baṭel i twaculin, i yilemẓiyen, zedɣen taɣiwant neɣ berra i tɣiwant ad farsen tallit n unebdu i usteɛfu. Ayen yeɛnan addal, taɣiwant tefka-d sebɛa imelyunen n yidinaren i umaraṭun 2009. Ma d asider (animation) s umata, ad t-nebdu s sin n wussan ilmend ussan n warrac (journée de l’enfant) i iɛeddan yakan. Ad tili tafaska n taḍsa seg 24 ar 30 yunyu. Syin akkin d tafaska n ccna amaziɣ. fiḥel ma nettu ad d-nader irmad ara yilin di temdint Bgayet neɣ ɣer cceṭ n lebḥer  akken ma yedda unebdu. Γer taggara, ad tt-nekfu s ssehrat deg wussan n remṭan.

Ahil ad t-teddem tɣiwant iman-is neɣ ad tekkin ɣur-s tdukliwin ?

A win yufan ad nesdukel ifadden akken ad d-nbeyyen ccbaḥa n temdint-nneɣ. Taɣiwant n Bgayet teldi-d tiwwura i wid d tid i d-isutren liɛana, wid d tid izemren ad d-seftin lecɣal sway ara tzux Bgayet.

Ayen yellan d armud seg zik, ɣef lmend n tɣiwant, nerfed-it s yisem n Tzeqqa n tmeɣriwin. Ayen i d-yernan yebḍa d iḥricen. Tidukliwin isuturen deg-neɣ idrimen, nefka-asent ilmend n wahil-nsent am tdukla “Project’heurt” deg ssinima. Leqdic-a yeɛnan “ussan n warrac”, kkint deg-s taɣiwant, tanmehla n tigawt tamettant (DAS) akked tdukla Ḥanan. 

 

                                                                                           Ait Ighil Mohand



Liberte

L’Algérie profonde (Dimanche 07 Juin 2009)

 

financements publics à béjaïa
La PME, la grande oubliée !
Par : Cherif Lahdiri

150,1 milliards  de dinars. C’est le budget alloué à Béjaïa dans le cadre du plan quinquennal 2005-2009. Ce programme dit "complémentaire de soutien à la croissance (PCSC)" a, certes, financé des projets structurants mais il a fatalement négligé un secteur névralgique :  la PME.

Les critiques n’ont cessé de pleuvoir sur le faible intérêt des politiques publiques en faveur des petites et moyennes entreprises. La part des PME dans les financements attribués par les budgets alloués à la wilaya est insignifiante : seuls 168,25 millions de DA (soit 0,1% du budget) sont prévus pour financer 7 projets, qui sont tous au stade d’inscription. Y figurent notamment une maison de l’artisanat et un centre de facilitation à la création d’entreprises. Pourquoi ce désintérêt pour la petite et moyenne entreprise ? Pourtant, ce sont elles, les PME, qui réussissent le mieux et qui génèrent le plus d’emplois. Le wali avait évoqué, la semaine dernière, la création de nouvelles plates-formes industrielles. Mais les porteurs de projets se montrent plutôt “septiques” quant à “la concrétisation rapide de cette promesse”. Leur argument ? “Même pour la réhabilitation des zones d’activité existantes, le wali avait affirmé qu’il avait demandé au ministère de l’industrie et de la promotion de l’investissement d’en assurer le financement.”  Les chefs de PME appellent l’État à “faciliter le financement des projets innovants, pour faire émerger ces PME dont Béjaïa manque tant.
Il ne faut pas oublier que les PME représentent 80% du tissu économique local et une large part du volume des offres d'emploi. Pourtant, face à cette performance des PME, l’État se montre frileux pour répondre à leurs besoins de plus en plus grandissants. Le document récapitulant l’état des dépenses du dernier programme quinquennal, fait ressortir que “42,2% du budget des PSD ont été investis dans les infrastructures économiques et administratives. L’agriculture et l’hydraulique ont eu droit à 8,95 milliards de DA (12% des PSD)”.  Le document affirme avoir accordé “la priorité” au secteur des infrastructures économiques et administratives (dont les routes, le port et l’aéroport). La synthèse présentée aux élus de l’APW, lors de leur dernière session, cite “le renforcement de la jetée est et le quai n°6, le réalignement des quais du port maritime, l’aménagement d’un port de pêche, le projet de réalisation d’un port de pêche et de plaisance sur la cote ouest de Béjaïa”.
Autre financement allant dans le sens de la création d’emplois : la réalisation de 5 200 locaux à usage professionnel, visant à créer 15 000 emplois dont “l’étude est achevée”. “2081 locaux sont prêts à être livrés. Les chantiers ne sont pas lancés pour 1072 d’entre eux pour cause de multiples contraintes dont notamment le foncier et les travaux sont en cours pour 2047 locaux.” Ainsi, à défaut d’une grande politique d’aide aux PME, l’État se contente de ne proposer que des locaux aux jeunes chômeurs. Les chefs de PME réclament entre autres “un fonds d’aide à la création et un fonds d’encouragement de l’innovation”. Cela dit, les critiques ne ciblent pas que l’État. L’université de Béjaïa essuie aussi un sérieux reproche : elle n’a, jusque-là, pas pensé à créer un incubateur des entreprises. Une structure censée assurer un appui et un accompagnement de jeunes promoteurs porteurs de projets pour la création de petites et moyennes entreprises.
Une structure qui est également appelée à développer une synergie entre l’entreprise et son environnement mais aussi favoriser l’émergence de projets innovants.

Par iflisen - Publié dans : Bgayet/Jijel/Setif - Communauté : Diaspora Kabyle
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés