Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 18:35
el watan 5 dec 2009
Aït Menguellet aux cimes de l'Ahaggar

1er Festival national de la chanson amazighe

Aït Menguellet aux cimes de l’Ahaggar

Difficile ont été les jours du festival national de la musique et de la chanson amazighes qui s’est clôturé jeudi dernier à Tamanrasset. Mais plus difficile encore a été le séjour des journalistes obligés de faire le pied de grue à l’aéroport Aguenar/Hadj Akhamok de Tamanrasset avant de se voir signifier qu’ils ne peuvent « rejoindre le Nord », la commission du festival n’ayant pas prévu de « faire embarquer » les participants au lendemain de la clôture du festival.



Tamanrasset : De notre envoyé spécial

Certains participants n’ont pu monter dans l’avion à destination d’Alger que grâce à un concours de circonstances. Moins lotis, les journalistes de la presse écrite se sont retrouvés « retenues » sur place dans l’attente qu’une place soit libre dans des les rares avions qui atterrissent sur le tarmac de l’aéroport. Le jury du festival n’a pas eu la tâche facile et cela leur a été difficile de « satisfaire » tout le monde. Aucune distinction n’a été à cet effet établie entre les lauréats. Le prix du meilleur groupe moderne a été décerné aux troupes Dihia, Itran Ahaggar et Eclipse. Par leur manière de jouer, ces groupes avaient pu « damer le pion » à leur concurrents. « Ces groupes manquent pourtant de formation, d’où la nécessité d’ouvrir des école et de multiplier ce genre de rencontres », soutient Bazou, président du jury et musicien émérite. Igudar et Tassili ont été classés meilleurs groupes traditionnels. Le prix du meilleur instrumentiste est revenu à Djamel Ben Boucherit, joueur virtuose de nay, et qui a pu « supplanter » son concurrent venu de Jijel qui joue à merveille de la flûte traversière, reconnaît Bazou.

« Le choix a été difficile mais l’on a préféré retenir le musicien venu de Bordj Bou Arréridj qui a excellé par sa manière de jouer d’un instrument traditionnel qu’est le nay. Cette manière de faire se perd alors que le moderne a ses écoles de formation et il n’est pas rare de voir émerger du lot un instrumentiste éprouvé », assure Idir Ammour, membre du jury. Moncef Harrat du groupe Dihia, Mohamed Abd El Ali et Djema Hoggas de Tamzaont été sacrés meilleurs voix. Le jury a décidé de décerner un prix d’encouragement à Fatima Belhadja et un prix d’honneur à un chanteur professionnel du cru, Abdellah Mesbahi du groupe Tassili. Des groupes participant ont pu exprimer bruyamment leur mécontentement du « dosage » fait expressément par le jury distrait et manquant souvent, déplorent-ils, de discernement. Des reports et des imperfections ont fait que le passage de certains groupes sur scène n’a pu se dérouler normalement, reconnaissent des membres du groupe Chachnaq de Azzazga (Tizi Ouzou) qui font remarquer que les troupes amatrices en compétition n’ont « servi que de faire-valoir et de cache-misère ».

Les membres du groupe de Jijel reconnaissent que la décision prise par le jury de les disqualifier était « injuste et disproportionnée ». « L’effort fourni par les groupes est tel que les organisateurs, qui ne se sont manifestés qu’à la fin en nous envoyant un comptable devaient avoir plus de retenue », reconnaît un membre d’une autre troupe venue de Boumerdès. Le gala de clôture animé par Lounis Aït Menguellet a été l’occasion pour le public d’apprécier ses quelques chansons tirées de son répertoire ancien. Les « années d’or » ont été revisitées sans que des chansons beaucoup plus récentes soient « passées à la trappe ». Du renfort a été nécessaire pour permettre un déroulement serin du concert attendu par les habitants de Tamanrasset où Aït Menguellet est venu en 1984. Les accès du théâtre et de la scène étaient barricadés. « On s’y est pris ainsi pour éviter, relèvent les organisateurs, tout débridement. » Des scènes d’hystérie, le théâtre communal, trop exigu, en a connu le long du festival qui a échappé à des organisateurs qui manquaient de cran.



Par Nadir Iddir





ddk 5 janv 2009

Tamanrasset clôture du 1er Festival de la musique et de la chanson amazighes
Salle comble pour Lounis Aït Menguellet

Le premier Festival culturel national de la musique et de la chanson amazighes, qui s’est tenu du 25 au 31 décembre 2008 à Tamenrasset, a été clôturé dans l’après-midi du mercredi 31 décembre par le chanteur Lounis Aït Menguellet et a drainé des foules nombreuses au théâtre communal du chef-lieu de la wilaya.

De Tamanrasset, Amar Chekar

 

Par ailleurs la salle  Dassine, du Centre culturel de Tamenrasset, a été archicomble, lors des récompenses des lauréats venus des quatre coins du pays. Six lauréats ont été primés parmi les dix-huit groupes qui ont pris part a cet événement culturel et artistique.

Khenchla a eu le prix du meilleur  groupe moderne d’une valeur de 150 000 DA chacun est revenu au groupe Dihia (chaoui), au groupe Ithrane d’Ahaggar (Touareg) et au groupe Eclipse (Béjaïa). Le prix du meilleur groupe  traditionnel est attribué au  groupe Igudad (chaoui), au groupe Tassili (touareg) d’une valeur de 150,000 DA.

Le prix du meilleur instrumentiste  et revenu à deux révélation musicales le jeune dynamique Kheir-eddine Kari du groupe Eclispse et Djamel Ben Boucherit du groupe Ithrane (50.000 DA chacun). La meilleure voix est revenue aux artistes Mohamed Abd El Ali du groupe Tassili (Touareg) et Djemai Hoggas du groupe Tamza (chaoui) et au groupe Dihia de Khenchla qui a participé avec trois  groupes : le groupe Dihia, la troupe Tamza et le groupe Assala, lesquels ont brillamment représenté les Chaoui des Aurès, a leur tête Mme Fatima, qui dira lors de son intervention : « Nous sommes très heureux de participer à ce festival qui a regroupé les différents artistes de la culture amazighe  au grand Sud algérien” , où elle prépare activement le Festival du théâtre pour enfants pour le mois de mars 2009. Le prix des laureats est de 45 000 DA. Le prix d’encouragement a été decerné à Fatima Belhadj  (15 000 DA). Quant au prix  d’honneur constitué de cadeaux symboliques, il a été attribué à Abdellah Mesbahi du groupe Tassili (Touareg). Le groupe Chachnak de Tizi-Ouzou  a été classé hors complétion.

A.C.

Partager cet article

Repost 0
Published by iflisen - dans Tamazight tatrart
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La confédération des Iflisen Umellil
  • : Un des objectifs est de reconstituer la grande confédération qui regroupait les 14 aarchs des Iflisen Umellil avant la colonisation française. Le but est de rétablir les liens interrompus et de promouvoir la solidarité inter-arche. Nous visons également à consolider les liens entre la diaspora et leur région d'origine. Réecrire l'histoire des Iflisen et préserver leur patrimoine matériel et immatériel .
  • Contact

Recherche

Liens